Uranus : une bille vert-de-gris

Aspect d'Uranus au télescope : 

Prise de vue : Télescope Celestron 14 à F/28. Camera Lumenera 2-0M. Image réalisée le 27 septembre 2008. 80 km nord-est de Marseille, altitude 600 mètre. Turbulence assez forte. Compositage de 1000 images avec Iris.

 

Aspect d'Uranus dans l'infrarouge : 


Prise de vue : Quelques marques sombres dans l'atmosphère d'Uranus (le pôle nord, plus brillant, est à gauche). Télescope Celestron 14 à F/20. Camera Basler ACA1300. Image IR(685nm)RVB avec filtres Baader. Palaiseau le 1er novembre 2015. Turbulence moyenne. 3500 images compositées avec Autostakkert. Traitement Iris.

  

 Les satellites d'Uranus :

Prise de vue : Satellites d'Uranus avec un télescope Celestron 14 à F/11. En s’éloignant d’Uranus : Ariel, Oberon et Titania. (en bas : astre de Mv 15). Canon EOS 350D avec filtre IR Hutech type I. 24 poses de 15 secondes à 400ISO. 80km Nord-est de Marseille, altitude 600 mètres. Image réalisée le 13 octobre 2007 vers 20H40 TU. Transparence correcte, turbulence forte.

 

Tout savoir sur Uranus à la page 72 du livre "101 merveilles du ciel qu'il faut avoir vues dans sa vie".    

Toutes les infos pour observer Uranus aux pages 110-111 du livre "A la découverte du ciel".

    

Notes visuelles : Lointaine planète orbitant à 18 unités astronomiques de la Terre, Uranus affiche pourtant encore une magnitude légèrement inférieure à 6. Elle peut par conséquent être débusquée à l'oeil nu... A condition de bénéficier de bons repères ! Même dans une petite lunette de 60mm, il est aisé de reconnaître son joli disque bleu-vert, mesurant quelques 4'' de diamètre. De gros télescopes ne montrent aucun détails sur la surface, mais quelques satellites peuvent faire leur apparition : dans un T355, on distingue bien Titania, Oberon et Ariel dès 300 fois de grossissement.

Notes photographiques : Longtemps hors de portée des amateurs à cause d'une magnitude trop faible, Uranus est devenue à l'ère du numérique une cible intéressante pour les astrophotographes. Par rapport aux planètes classiques, il faut augmenter le gain et le temps de pose (avec une webcam, il est nécessaire de disposer d'un logiciel permettant de décroître le temps de pose en deçà de 1/25ème de seconde). Les satellites peuvent être saisis en quelques dizaines de secondes avec un APN et une focale d'au moins 2 mètres. Les bandes nuageuses peuvent quant à elles être captées à l'aide d'un filtre IR. Les temps de pose dépassent alors 0.1s, ce qui implique une grande stabilité atmosphérique et une acquisition sur plusieurs dizaines de minutes si l'on veut accumuler un nombre important d'images.

 

 Retour aux planètes