>> Le barillet d’un télescope est la pièce positionnée au fond du tube et qui permet de maintenir le miroir en place tout en facilitant son orientation pour la collimation. Ce barillet doit donc être astucieusement conçu non seulement parce que de lui dépendra la qualité et la bonne tenue de la collimation mais aussi parce qu’il est directement en contact avec le miroir et ne doit pas lui transmettre de flexions préjudiciables pour la qualité des images.

 

>> En effet, à partir d’un diamètre de 200mm, le miroir ne peut plus être supporté uniquement par trois points d’appuis. Ceux-ci, trop largement disposés, ne permettraient pas de supporter la masse du miroir en empêchant les flexions. Il est donc nécessaire dans le cas de ce miroir de 255mm de diamètre, de concevoir un barillet à neuf points d’appui. Ceux-ci sont disposés sur trois triangles appelés triangle de flottaison car ils sont uniquement maintenus en leur centre de gravité et peuvent s’orienter indépendamment les uns des autres et ainsi s’adapter parfaitement au dos du miroir (cf. photos).

 

___

 

 

>> Chaque triangle de flottaison est fabriqué à partir d’une plaque d’acier de 2mm d’épaisseur. Ce sont des triangles isocèles de 130mm de base et 115mm de côté. Un trou situé en leur centre de gravité permet de positionner le triangle sur une bille (bille de roulement) elle-même collée sur le corps du barillet (cf. photo). Un clou permet d’éviter la rotation intempestive de chaque triangle.

 

 

>> Le positionnement des points d’appuis est très important puisque de lui dépend l’absence de flexion du miroir. En partant du centre du barillet, les premiers points d’appuis, les plus proches du centre sont situés à 60mm. Le centre de gravité du triangle est situé à 80mm et tous les derniers points d’appuis sont situés sur un cercle de 115mm de rayon.

 

_____

 

Remarque : certains livre proposent de positionner les points d’appuis centraux sur un cercle de 30mm de rayon (ce qui explique la taille légèrement surdimensionnée des triangles sur les photos) mais cette disposition ne permet pas d’obtenir un minimum de flexions au niveau du miroir. Je vous invite à tester de très bon softwares spécialisés dans le calcul de la disposition des points d’appuis et facilement disponibles sur internet.

 

>> Le corps du barillet est fabriqué à partir d’une plaque de contre-plaqué marine de 15mm d’épaisseur. Le trou percé en son centre permettra de faciliter la circulation de l’air au dos du miroir pour faciliter sa mise en température.

>> Sur les bords du barillet, réparties à 120°, trois cales remplissent plusieurs rôles :

- Elles permettent de maintenir le miroir latéralement et facilitent son centrage en jouant sur trois vis s’appuyant sur les bords du miroir. Attention toutefois lors du réglage à ne pas trop serrer le miroir, celui-ci doit pouvoir bouger légèrement afin, encore une fois, de ne pas être contraint dans le barillet.

- Elles servent de sécurité et doivent empêcher le miroir de pouvoir sortir du barillet en plaçant à leur sommet des pattes de sécurité empêchant le miroir de basculer.

 

____

 

NB : il est possible d’ajourer encore plus le barillet. Dans mon cas, j’ai préféré privilégier la robustesse à l’esthétique. D’autant plus que, nous le verrons par la suite, la masse du barillet à son rôle à jouer dans l’équilibre de l’ensemble du tube…

Construction de l'araignée >>

> LE BARILLET <