> LA FOURCHE <

 

>> Encore une fois, la fourche doit être conçue de manière à offrir une stabilité importante surtout lorsque l’on envisage de faire de l’astrophotographie. Alors, il faut s’efforcer de mettre légèrement à part la transportabilité de l’ensemble et ne pas hésiter à concevoir une fourche solide qui ne pliera pas sous le poids su télescope et qui permettra d’avoir des mouvements suffisamment souples pour faciliter l’entraînement par motorisation.

>> La conception de cette fourche s’est largement inspirée des fourches éprouvées et construites par l’AMAS (cf. site de Serge Bertorello de l’AMAS). Le plan que j’ai réalisé rapidement vous donne un aperçu des schémas à partir desquels j’ai construit l’ensemble.

 

>> Le tout est construit en contre-plaqué marine d’épaisseur 15mm (souvent doublé) pour les parties les plus sollicitées. Les quatre parties en forme de L qui permettent de fermer la fourche ont été découpées à partir de contre-plaqué de 10mm d’épaisseur. L’ensemble est collé à la colle polyuréthane qui a une bien meilleure tenue dans le temps que la colle à bois classique et qui a la bonne idée de gonfler lorsqu’elle sèche (comme la mousse polyuréthane) ce qui permet de combler les espaces et d’avoir un ensemble parfaitement solidaire. En plus du collage des vis ont été ajoutées pour assurer une bonne fixation.

 

ATTENTION : la colle polyuréthane ne permet pas le démontage ultérieur, c’est du définitif. Lors de la conception de la fourche, il faut surtout s’assurer que les deux bras sont parallèles entre eux et perpendiculaires par rapport à la base.

>> Une fois que ce gros U est construit, il suffit d’y fixer un axe. Ici j’ai utilisé un tube d’acier dans lequel j’ai coulé un peu de plomb (pour améliorer la stabilité) et du béton. Celui-ci traverse la fourche de part en part et une plaque d’acier soudée à l’arc sur sa partie supérieure est vissée à la fourche (plaque noire sur la photo ci-dessous). Le tout est parfaitement solidaire.

REMARQUE : Il ne faut pas oublier de laisser un espace entre le socle et le dessous de la fourche pour pouvoir y placer le secteur lisse (qui enserre l’axe) permettant ainsi la motorisation du télescope. Il peut être fort pratique de fixer des poignées pour faciliter la manipulation de la fourche.

 

>> Le petit cylindre qui dépasse en bas du bras gauche sur la photo ci-dessous est le dispositif qui permet la motorisation en déclinaison qui est insérée dans le bras de la fourche. Comme je vous l’ai dit, le collage à la colle polyuréthane ne permet pas le démontage, il faut donc laisser une plaque amovible pour pouvoir intervenir sur la motorisation. Le moteur de déclinaison fonctionne en 12V et l’on distingue sur la photo de droite les deux fiches qui permettent de relier la raquette de commande à la motorisation. D’autres explications concernant cette motorisation sont disponibles sur la page suivante.

____

>> Au final cette fourche est ultra résistante et la rotation est douce et régulière ce qui devrait permettre de pratiquer l’astrophotographie dans de bonnes conditions…. A suivre.

<< Socle -- Tube >>