Sixième étape : la préparation du polissage. C'est ici qu'intervient la poix. Alors que jusqu'à la fin du doucissage on se contentait d'enlever des particules de verre par abrasion, la poix a la particularité de fluer et de "réarranger" les particules de verre. C'est la seule substance qui ai fait ses preuves jusqu'ici. La poix est une résine de conifère de couleur noire et qui send particulièrement fort (un peu comme de l'étain qu'on chauffe quand on soude).

Quelques précautions sont à prendre. La poix est très salissante et difficile à nettoyer. Il est donc recommander de ne pas la faire fondre sur la gazinière en prévision d'éventuelles éclaboussures, un camping gaz fera très bien l'affaire. Première chose à vérifier : la dureté de la poix doit être adaptée au travail pour laquelle on va l'utiliser. Ici pour le polissage, elle doit être ni trop dure ni trop molle. Pour la tester il faut casser un morceau de poix, le faire fondre puis le faire durcir sous l'eau courante. Ensuite en enfonçant son ongle dedans, celui-ci doit laisser une trace d'environ un millimètre de profondeur. Si le doigt entier laisse une empreinte, la poix est trop molle et il faudra la laisser évaporer son solvant pendant quelques minute avant de l'utiliser. Si l'ongle a du mal à s'enfoncer et qu'au fond de la marque on observe des cassures, la poix est trop dure et il faut y ajouter du solvant (essence de térébentine) gaz éteind bien sûr.

Une fois que la dureté de la poix est connue, il faut préparer des moules pour faire les caramels de poix qui permettront de constituer le polissoir. ces caramels doivent être carrés de côté environ 1/10 du diamètre du miroir. Ici pour un miroir de 250 mm j'ai fait des carrés de 2cm de côté et de 1cm de hauteur. Il faut faire assez de caramels pour recouvrir largement le miroir, les pertes au démoulage pouvant être conséquentes. Pour mon miroir il me fallait 80 carrés, j'en ai préparé une centaine. Pour constituer les moules, j'ai tout simplement utilisé du papier (la poix n'adhère pas au papier) plié. Tout d'abord en faisant des rigoles de 1cm de profondeur et deux centimètres de largeur. Au fond de ces rigoles est ajouté un accordéon de papier dont les pliages sont à une distance de 2cm... En assemblant le tout, voici ce que l'on obtient.

Moules à poix

Le centre du disque est en rouge

Après avoir préparé les moules et une fois que la poix est coulée à l'intérieur, il faut patienter au minimum une heure et demi avant de démouler. Juste le temps de préparer l'outil. La préparation consiste a quadriller sa surface afin de savoir où positionner chaque carré de poix. Règle d'or, le centre du disque outil ne doit ni être dans une rigole ni être au milieu d'un carré de poix sous peine de zoner le miroir lors du polissage. Il faut donc s'arranger pour qu'il soit sur un carré de poix sans être en son centre. Pour quadriller mon disque, j'ai fait des rigoles de 7mm et des carré de 20mm de côté... voilà ce que l'on obtient.

Les carrés de poix sont assez irréguliers

>>Pour coller les carrés de poix obtenus après démoulage, il suffit d'approcher leur face inférieure devant la flamme d'une bougie. Lorsque la poix est bien ramollie, on place le carré sur la case choisie et on appuie assez fort avec le pouce. Voilà le premier carré est collé, il en reste environ 80... Bon courage.
>>Remarque : la fusion de la poix doit se faire de manière très progressive afin de ne pas évaporer trop de solvant. Ainsi il ne faut pas hésiter à fondre la poix en une ou deux heures.
>> Conseil : pour vérifier l'état de surface du miroir, un petit truc consiste à le placer sur un fond noir avec une lampe puissante l'éclairant de face de façon rasante. En interposant un cache entre vos yeux et la lampe afin de ne pas être ébloui, le gris et les éventuelles rayures apparaissent fortement contrastés en bordure du filament de la lampe.

Du courage il en faut d'autant qu'en regardant mon futur polissoir (photo ci-dessus à gauche) l'irrégularité des carrés avait le don de m'agacer. Les moules en papiers étaient les responsables puisque trop irréguliers et souples. Plutôt que de me lancer dans le polissage sachant que du début à la fin je m'en voudrait d'avoir un polissoir si irrégulier, je me suis mis en tête de décoller l'ensemble des carrés, de les refondre et de recommencer. Cette fois-ci J'ai décidé d'utiliser une autre méthode. J'ai fait un moule en papier tout autour du disque outil puis j'ai coulé la poix directement sur le disque. Ainsi on obtient une galette solidement fixée au disque de verre. Ensuite pour faire les rigoles qui empêcheront les deux disques de se coller j'ai simplement fait fondre la poix au fer à souder en prenant soin de recouvrir l'ensemble avec des morceau de scotch de largeur correspondante pour délimiter les rangées...

_____
La poix est prête à recevoir ses premiers coups de fer à souder.... Dans un sens puis dans l'autre, cette fois les carrés sont réguliers!

 

!!! Attention, cette méthode paraît simple mais se révèle assez délicate à mettre en oeuvre. Toutefois le résultat est sympathique, moi qui voulait des carrés réguliers me voilà servi.... Toutefois, à l'usage ce polissoir ne se déforme pratiquement pas. Finalement en fin de parabolisation, le miroir obtenu sera pratiquement parfaitement sphérique. Il sera donc judicieux de refaire un polissoir en utilisant la méthode des carrés de poix collés pour faciliter la parabolisation.!!!

Septième étape : le pressage du polissoir. Bien sûr il faut que l'ensemble des carrés épouse parfaitement la courbure du futur miroir. Pour cela j'ai utilisé la méthode suivante : Une bassine est remplie d'eau chaude (environ 45°C). Dans cette bassine on place le disque outil face vers le haut. On place sur la poix une feuille de papier surlfurisé (ou du calque) puis on superpose le miroir (face concave sur l'outil) en ajoutant quelques poids au-dessus (5kg). On étudie l'évolution des carrés de poix et on les retaille dès qu'ils vont se rejoindre. Une fois que l'ensemble des carrés de poix sont en contact avec le miroir, le pressage est terminé.

>>Remarque : Il faut faire tourner le miroir sur l'outil au cours du pressage surtout au départ pour éviter le collage.<<

Pour être sûr que chaque carré est en contact avec le miroir, il faut faire un pressage au blanc. On prépare donc le blanc a polir (1 dose d'oxyde de zirconium pour 4 doses d'eau déminéralisée), pas besoin d'en faire beaucoup, ici une dose équivaut à une grosse cuillère à soupe. On place l'outil sur le poste de travail, on fait deux traits de mélange à polir sur l'outil et on place le miroir au dessus. Avant de le faire pivoter il faut laisser reposer une petite minute puis presser énergiquement afin d'incruster dans la poix un grain de zirconium qui serait plus gros que les autres. Ensuite en faisant pivoter le miroir sur l'outil et en surveillant la couleur des carrés de poix, on se rend vite compte si l'ensemble de l'outil a pris la forme du miroir. Quand tous les carrés de poix sont en contact avec le miroir, l'outil est prêt pour le polissage.

Huitième étape : le polissage. Pendant toute la durèe du polissage on va utiliser les mêmes courses. Des courses en forme de W d'amplitude 1/3 de diamètre et de déport faible (environ 1/8 de diamètre). Pour un miroir de 255mm de diamètre il faut compter environ 7 heures de polissage efficace pour enlever le gris. Le gris est en fait formé par l'ensemble des petites piqûres résultantes du doucissage qui diffusent la lumière et font apparaître un voile gris. Il est impératif d'avoir enlever tout le gris du miroir avant de passer à la parabolisation.

 

>> Conseil : Le polissage peut se conduire de différentes manières. Si l'on pousse les séchées, le miroir est très difficile à déplacer sur l'outil, une sorte d'adhérence grasse ralenti le travail et le rend pénible. Parfois le miroir se met à crier (sons aigus), le polissage est alors particulièrement rapide. Toutefois un polissage trop violent favorise l'apparition de mamelonnage sur le miroir final. Le polissage est d'autant plus efficace et régulier lorsque l'adhérence entre le miroir et l'outil est moyenne et régulière.

>> Conseil : voici la méthodologie que j'ai utilisée tout au long du polissage. A partir du moment où j'ai suivi cette ligne de conduite, je n'ai jamais eu à déplorer de rayures. Il faut donc être systématique et consciencieux :

<< Page précédente : ébauchage -- Page suivante : banc optique >>

 

Le polissage doit donc durer entre 7 et 10 heures. A la fin du polissage le miroir doit avoir une forme sphérique. Dès la deuxième heure il est possible de vérifier sa forme au test de Foucault ce qui permet de bien mettre en évidence la présence de gris. Dans tous les cas il ne faut pas commencer la parabolisation ou les retouches (on adapte tout au plus très légèrement les courses) avant d'avoir enlever tout le gris.

Attention !!! Il ne faut pas faire crier le miroir en début de séchée, les carrés de poix étant encore relativement froid, ceci peut arracher des morceaux de poix parfois responsables de rayures.

TAILLE DU MIROIR DE 255mm : POLISSAGE