À propos de ce groupe

Bienvenue sur le groupe du ciel rapide. Les photos, techniques et traitements qui concernent l'acquisition du ciel profond en exposition courte. On parle en seconde, voire en milliseconde, mais aussi d'arcseconde voire de milliarcseconde et dans le cadre du ciel profond !

  1. Quoi de neuf dans ce groupe
  2. Bonjour, avec AS!3 j'empile en monopoint (un seul AP) et en local. Le résultat est satisfaisant. Avec DSS je mets les valeurs conseillées en général. Les rares fois où je l'ai fait avec Iris j'ai laissé sur une étoile. JF
  3. Bonjour, Le décalage que j'applique n'est pas un dithering à proprement parler, car il s'effectue dans le même sens pour une série. Je vise <1 pixel de manière empirique pour ne pas dégrader la résolution. L'idée est que le décalage reste inférieur au pixel pour être invisible sur les brutes unitaires, mais fasse son effet sur l'empilement avec le temps. PS : le lien fonctionne pour moi, bizarre ! JF
  4. Bonjour, Au niveau de la registration, quelle methode privilegie-tu pour avoir un rapport qualite/temps de calcul raisonnable ? Simple etoile / plusieurs etoiles / cross correlation / information mutuelle / autre chose ?
  5. Bonjour, merci pour ce super tuto. Juste par curiosite, pourquoi dithering inferieur a 1 pixel, la perte de champ est si genante que cela ? N'y aurait-il pas meilleur compte a generer un dithering >= 1 pour assurer un maximum d'indepedance statistique ? PS: le lien vers http://www.stark-labs.com/help/blog/files/GainAndOffset.php ramene vers astrosurf.
  6. Bonjour à tous, ce petit post pour partager avec les "poseurs rapides" ou ceux qui voudraient s'y mettre une solution que j'ai expérimentée pour combattre la trame générée par les capteurs CMOS lorsqu'on les utilise en poses rapides, sans autoguidage. La suite est un peu rébarbative si vous n'êtes pas concerné par le problème, mais j'espère que ceux qui le rencontrent y trouveront 1 ou 2 idées. J'ai mis en gras les étapes importantes si vous voulez passer vite. Pour illustrer le Pb : voici un stack de 1200 x 1 sec sur M 51 avec les niveaux fortement tirés : Sur cet exemple, la trame épouse la direction de l'erreur périodique (ASC. droite) + dérive de la MES qui est faible dans ce cas. La multiplication des poses et des darks bien exécutés atténuent largement cette trame, mais jamais complètement et elle limite le traitement. Cela fait 6 mois que je cherche une solution correcte et reproductible. J'en ai passé plusieurs : Traitement avec plusieurs outils via photoshop : inconvénient il faut sacrifier le fdc et les objets les plus ténus, car le signal de base est détérioré quoi qu'on y fasse. Décalage de la MES pour générer une dérive lissant la trame : ça marche à peu près, mais si on veut passer en autoguidage pour faire une couche couleur par exemple, il faut refaire la MES. De plus, cette méthode fait perdre un peu de champ en raison de la dérive sur des capteurs déjà petits. J'ai même fait de l'autoguidage en poses rapides pour voir, mais ce n'est pas satisfaisant. Finalement, j'applique maintenant un mode opératoire qui, bien dosé, règle pas mal le problème. Avant toute chose, les darks doivent être faits avec rigueur pour diminuer le phénomène. Ensuite, l'offset (brightness) de la camera à la prise de vue doit être adapté au gain utilisé. Ce paramètre est réglable et dépend de chaque camera (cf site de ZWO pour les ASI). Il permet d'éviter le seuillage à zero de certains pixels qui augmente la trame. Par exemple pour l'ASI 290 MM le gain 300 et l'offset 75 conviennent ou 450/150. Les valeurs de base sont implémentées dans les pilotes ASCOM des cameras ZWO et sont accessibles via Sharpcap, par exemple. En 2 ou 3 essais on cerne ces paramètres à la louche (mieux vaut un peu plus). Il y a un post en anglais ici qui explique bien les effets du gain et de l'offset (assez technique) : http://www.stark-labs.com/help/blog/files/GainAndOffset.php Enfin, je génère un "pseudo dithering" sous Firecapture qui possède une fonction permettant de décaler, toutes les 10 secondes par exemple, la monture d'un petit chouilla (inférieur au pixel). Il faut que la monture soit sous eqmod et ce réglage se trouve sous paramètres/telescope. Dans mon cas, je décale de 100 ms toutes les 10/20 sec. En variant la direction de décalage entre chaque série (Est-Ouest-Nord-Sud) et la valeur (en fonction de la dérive observée sur la première série), on obtient des séries avec des orientations de trames différentes. Il y a un petit coup à prendre. L'objet reste globalement au centre si on alterne bien les directions et on perd très peu de champ à l'empilement. Par exemple sur M 102 : Décalage 100ms toutes les 10sec.- NORD : Décalage 100ms toutes les 10sec.- EST : Au final, les trames sont déjà bien plus discrètes. Elles se moyennent et disparaissent pratiquement à l'empilement. On peut donc tirer les niveaux jusqu'à aller chercher toutes les tâchouilles. La trame est quasi-inexistante. Le résidu est à peine perceptible au taquet, le fdc variant un poil avec la hauteur de l'objet et le tri des images favorisant parfois une direction. On rajoute la couleur, un peu de cosmétique, et c'est cuit : Bons ciels, JF
  7. les darks dans le cadre du ciel rapide

    merci stéphane ^pour ces infos et bon dimanche ! ; polo
  8. Salut Polo, non car les Darks dans ce cadre là enleve aussi les points chauds. Par contre tu veux peut etre dire à la fin du traitement l'application d'un retrait avec IRIS permetrait de supprimer cet Ampglow? Oui bien sur , mais il faut quand même faire des Darks à bonne temperature . Mais c'est vrai que depuis peu il y a le logiciel Siril qui peux faire un retrait du gradient sur la video avant l'empilage. Cela fonctionne pas mal du tout!
  9. les darks dans le cadre du ciel rapide

    il n'y a t-il pas moyen de supprimer avec iris cet ampglow avec un retrait de gradient ! polo
  10. Oui merci, grâce à la nouvelle version d'astrouf j'ai retrouvé vos images facilement !
  11. De rien Polo @ Lionello, tu peux jeter un œil sur ma page astrobin ici : http://www.astrobin.com/users/jeffbax/. JE vais progressivement rapatrier les images ici je pense, plus d'autres. La page de Stéphane (exaxe) contient également d'excellents exemples. JF
  12. merci jean-françois pour ton tuto ! je viens juste de découvrir ce groupe moi ,maintenant avec mes 6m de focale et à f/d de 20 et l'asi 224c il ne reste pas grand chose à faire en . de 2s ! polo
  13. Salut Jeff, Je cherche à retrouver la foi en l'astrophoto que je pratique depuis 10 ans et je manque de cibles intéressantes avec mon matos (TSA102 mm F/8, CCD atik4000). Le domaine des poses rapides en astrophoto n'est encore pas assez exploré et ça m'intéresse bien. Il y a un tas de petites NP à imager. Et c'est clair que de pouvoir se passer d'autoguidage avec une grosse focale/petit échantillonnage est attrayant (les avantages sans les emmerdes !). J'aimerais bien me faire une idée de ce qu'il est possible de chopper comme faible extension. As-tu un site qui regroupent tes images ? Ou en as-tu d'autres à me conseiller ?
  14. Ca sera fait avec une caméra plus simple merci 😍 Quelqu'un connait Sharp 4, un nom de ce genre là? merci
  15. merci, les infos toutes fraiches c'est bien mon pc ;), là, merci http://www.promo-conso.net/produit_zoom_2.php?x=14518 et il est maintenant en windows 10
  16. Oui, cette config devrait faire l'affaire. La cadence de 1 ou 2 images/secondes devrait passer sans soucis. Le facteur limitant pour atteindre les 23 images/sec (max pour la 1600 MM) pourrait être le DD s'il est à 5400trs/mn (je ne pense pas que ce soit un SSD sur ce modèle). Il faut tenter mais je suis plutôt confiant . JF
  17. je poste les infos demain http://www.testmateriel.com/composant/fiche-asus-x53s-14916.html intel core i5 2450M 2.5 Ghz
  18. salut ;), ça suffit comme pc ça le truc serait, c'est pas sûr du tout comme achat ;), de savoir si mon pc serait capable de faire aller une swo 1600 MM ? merci ou alors il faut lui faire vraiment une migration?
  19. ok, merci Jeff, je tente le coup avec du matos que j'ai déjà, pour tenter de me (re) faire la main, et si ça gaze, et ça m'étonnerait, je verrai, merci encore et bon ciel
  20. Bonjour petit ours, pas forcément à mon avis si tu ne descends pas trop le temps de pose. Jusqu'à 1 ou 2 images par seconde (en fonction de l'objet visé) ça pourrait même peut-être passer en USB 2. Il faut essayer pour voir. Si problème et que ton objet est petit tu peux également croper la zone d'acquisition pour générer des fichiers moins lourds. En revanche, il te faut de l'espace de stockage, ça remplit vite le disque (plusieurs dizaines de Go pour 2 heures). JF
  21. Bonjour et merci pour ce post faut il un pc qui cavale pour une caméra SWO 1600 MM refroidie? , merci bien
  22. Bonjour, je profite de ce groupe (merci le nouveau forum et merci Stéphane) pour reprendre un petit tuto basique que j'avais posté en face il y a quelques temps : J'ouvre ici un fil sur les basiques des poses rapides en ciel profond. Sans prétention, si certains veulent compléter libre à eux. Je commence par le début : Sont considérées ici comme poses rapides les images du CP effectuées en additionnant des poses unitaires de quelques secondes tout au plus. Idéalement moins de 2 secondes. 1/ Pourquoi faire des poses rapides. Pour résumer, les poses rapides sont simples à mettre en œuvre. Elles présentent quelques avantages par rapport aux poses longues et un inconvénient : Elles permettent de se passer d'autoguidage, voire d'imager avec une monture Altaz en gérant la rotation de champ avec le logiciel d'empilement. Elles permettent, en dessous de 2 secondes, de lutter contre la turbulence en la figeant. Les images sont triées avant addition pour écarter les plus mauvaises. La définition obtenue est ainsi améliorée. Elles permettent de travailler avec des capteurs non refroidis, donc moins chers. Inconvénient majeur, elles ne s'adressent qu'aux objets assez brillants ou aux parties brillantes d'objets. Les faibles extensions des nébuleuses et galaxies sont moins accessibles. 2/ Avec quel matériel ? Globalement, toute camera présentant un faible bruit de lecture et une cadence compatible peu faire l'affaire. Mais les petites cameras CMOS, très sensibles, sont toutes désignées en raison de leur bruit de lecture très faible. Par exemple, l'ASI 224 MC donne d'excellents résultats en couleurs et la 290MM en noir et blanc. Les cameras à base d'IMX 178 sont utilisables également, mais avec des photosites plus petits pouvant nécessiter du binning. Cela fonctionne également avec de plus grands capteurs, comme l'ASI 1600. Pour l'instrument, aucun n'est exclu. Mais plus il est ouvert et plus les poses seront courtes. Il faut aussi un peu de focale pour obtenir un échantillonnage permettant d'exploiter la résolution offerte par cette technique. Idéalement inférieur à 1" d'arc. On peut descendre jusqu'à 0,3" si le seeing est excellent. Sur ces bases, de bons résultats sont possibles dès 600mm de focale. 3/ Avec quels logiciels ? Les logiciels de capture gratuits comme Firecapture et Sharpcap sont bien adaptés. Pour empiler les images (filmées en format SER ou TIFF par exemple) Autostackkert 3 et DSS conviennent. AS!3 permet de faire un tri automatique, mais ce n'est pas toujours complètement fiable. DSS permet de trier grâce à un score, mais il est plus gourmand en ressources et plus lent. Empiriquement il est intéressant de faire des films de 10/20mn par exemple, en recadrant l'objet entre les séries. Pas exactement au même endroit pour égaliser le fdc. Chaque série donnera une image par empilement. Toutes les images sont ensuite additionnées entre elles, comme des brutes "normales". Une fois les images empilées, elles sont traitées comme des images "normales" avec votre soft favoris. 4/Avec quels réglages ? Les temps de pose varient de 100ms à plusieurs secondes en fonction de l'objet. Par exemple, une nébuleuse planétaire brillante à F/D 4 supportera 100ms, ce qui est très bon pour la turbulence. Une galaxie plus faible demandera de dépasser la seconde. Il faut tester quelques vues sur l'objet. Le gain de la camera doit être assez élevé, pour diminuer le bruit de lecture et booster le signal, souvent faible. Entre 50 et 90% du max. en essayant de ne pas saturer les étoiles brillantes (pas toujours évident). Les autres paramètres (gamma, balance des couleurs, etc...) peuvent être laissés par défaut. Mais un utilisateur un peu plus avancé voudra les optimiser (offset, balance) pour gérer le fdc ou rétablir la balance des couleurs en raison d'un filtre IR par exemple. Pour débuter ce n'est pas indispensable. 5/ Combien d'images ? Faut-il faire des DOF ? Plus on fait de poses unitaires, meilleur sera le résultat. Idéalement, il faut en faire plusieurs milliers pour atténuer le bruit et lisser le fond du ciel, qui a tendance à présenter des trames avec cette technique. Globalement, le temps de pose total est équivalent aux poses classiques. Il est indispensable de faire de bons darks, en surveillant bien la température du capteur pour les caméras non refroidies. Un écart supérieur à 1°C est à proscrire. Idéalement il faut viser 0,5°C au plus. Les Offset ne sont pas obligatoires en revanche, car le bruit de lecture est faible. Les flats ne semblent pas non plus indispensables. Les poussières éventuelles disparaissent à l'empilement car l'objet se déplace sur le capteur durant la pose. Le champ étant petit (sauf ASI 1600), le vignettage est généralement acceptable. Voilà, pour débuter c'est tout ce qu'il faut savoir. Le reste c'est du fun et des petites choses à découvrir. J'espère que d'autres viendront nourrir ce post. Il y a encore des choses à dire et à découvrir sur cette technique encore un peu exploratoire. Un exemple pour finir de ce qui est faisable en 30 mn de poses avec une ASI 224 MC :
  23. Salut , Pour un premier post sur les techniques des poses rapides, je voudrais vous proposer une petite etude sur les DARKS avec l'ASI224mc. C'est une camera couleur qui ne possède pas de système de refroidissement, ce qui implique une gestion des DARKS assez précise. Évidement cette étude est valable sur différent type de camera (planétaire et dans le cadre des prises de vue du ciel profond), camera NB comprise. Lors des acquisitions en ciel rapide , il est préférable de prendre les DARKS en cours de capture , surtout avec une camera couleur non refroidi. c'est une photo de M57 réalisé en 2016 avec des poses de 500ms stacking de 5500images , la température est de 20-21°. Tout d'abord regardons la photo sans dark: des points chauds parcourent la photo et l'amp glow domine les bords droit et bas de l'image. Apres voyons le resultat avec des DARKS de temperature superieure (24°): il reste quelques points chauds mais l'amp glow est surtout toujours present. Ensuite, il existe plusieurs façon de soustraire les darks ,voyons avec le logiciel PIPP: j'ai utilisé des DARKS pris avec la bonne température (celle du fichier d'origine), tous les points chaud sont partis et l'amp glow semble avoir disparu . Et maintenant les même DARKS soustraient cette fois ci avec AS!: pareil que PIPP mais le fond bleu à quasi disparu. Y a t'il besoin d'autant de DARK?essayons avec 400: pas de différence flagrante avec les 1200 d'au dessus. diminuons a 100: Resultat équivalent pour moins de temps à passer pour capturer les DARKS. Ce n'est pas parfaitement corrigé ce probleme d'amp glow mais c'est plus facile à supprimer avec les logiciels comme Maximdl ou IRIS. Resumé en GIF: Maintenant j'utilise AS! pour soustraire mes DARKS et je dépasse pas 100 images .Que du temps de gagné.
  24.