Le Soleil

Le nombre de taches apparaissant sur la surface du Soleil permet de mesurer son activité. C'est l'observatoire Royal de Belgique qui est officiellement chargé de ce comptage, dit indice de Wolf, ou RI. Voir aussi le site du GFOES

A jour de septembre 2021

A gauche le graphique du SILSO

En cliqant sur l'image, on accéde à la page de l'ensemble des graphiques du SILSO

 


 

Le nombre se calcule avec la formule :

W = K (10 G + F)

G étant le nombre de groupes de tâches par hémisphère

F étant le nombre de tâches

K est un coefficient attribué par le service centralisateur


Pour avoir la courbe à jour, click sur l'image

Le "premier" cycle a eu lieu entre 1755 et 1766 ( c'est à partir de cette époque que les cycles ont été comptés ). Le graphique ci-dessus montre que le cycle n° 22 a eu lieu entre août 1986 et avril 1996 (les cycles sont comptés d'un minimum à l'autre). Le maximum du cycle 22 a eu lieu en juin 1989 et le maximum du cycle 23 en mars 2000. On note que ce maximum a été inférieur de près de 30% au cycle précédent. En janvier 2008 le cycle 24 a commencé (inversion des polarités), il a été très faible. Le cycle 25 a commencé en avril 2018...mais n'aurait pas continué ! En novembre 2020, le cycle semble en route mainteant ... Voir : https://www.weather.gov/news/190504-sun-activity-in-solar-cycle


L'observation des tâches solaires remonte à fort longtemps, puisque en Chine, au IVe siècle avant notre ère, des observations ont été faites. En Europe plusieurs astronomes revendiquent la première observation des tâches à l'aide d'un instrument, dès 1605. Mais c'est à un amateur, pharmacien de son état, Heinrich Schwabe (1789 - 1875), que l'on doit la découverte du cycle de 11 ans. Il observa le Soleil de 1826 à 1843, espérant découvrir une planète entre la Terre et le Soleil. Il nota très consciencieusement les taches qu'il voyait, et ainsi il amassa une somme importante de renseignements. Il en fit un compte rendu et le directeur de l'observatoire de Zurich, Rudolf Wolf (1816 - 1893), entreprit une étude systématique de l'activité solaire. Il consulta les archives et remonta ainsi jusqu'en 1700 environ. Il mit en évidence la périodicité de 11 ans, cycle undécennal, et organisa en Europe des observations avec une procédure qui se poursuit de nos jours. Le cycle de 11 ans est appelé cycle de Schwabe en souvenir de l'amateur qui le découvrit. Ce cycle fait parfois un peu moins ou un peu plus que 11 ans, il s'en faut de quelques mois.

Les recherches effectuées montrent une inactivité entre 1645 et 1715 - appelé le minimum de Maunder bien que mis en lumière par Gustav Spörer - et une autre entre 1795 et 1830, appelé le minimum de Dalton. Lors du premier minimum, sous le règne de Louis XIV, les hivers étaient particulièrement rigoureux en Europe, on a parlé de petite glaciation.

Il existe d'autres cycles, celui de Gleissberg, de Suess, de Hallstattzeit,etc., mais ce serait dépasser le cadre de ce site que d'en parler. Pour plus d'informations consulter les livres qui sont donnés dans la page liens.