Contacter l'auteur / Contact the author

Recherche dans ce site / Search in this site

 

Les colonies spatiales en images, les dessins originaux

Le concept de colonie spatiale (II)

La colonie spatiale est un concept original qui remonte aux années 1950, une idée ingénieuse pour coloniser l'espace proche, inventée indépendamment par deux ingénieurs illustres que sont Arthur C.Clarke et Wernher von Braun.

Pendant que leurs collègues s'affairaient à marquer les étapes des futures colonisations planétaires par voie de surface, la colonie trouva son envol lorsque Gerard K.O'Neill et quelques ingénieurs de sa génération jugèrent que le sol des planètes n'était peut-être pas le meilleur endroit pour établir une colonie. Dans leur esprit des habitats artificiels, écologiques, à l'atmosphère contrôlée et mis en orbite semblaient présenter beaucoup d'avantages sur nos habitations y compris nos agréables chaumières terrestres.

A lire sur le blog : Hommage à Arthur C.Clarke (1917-2008)

Les acteurs

De gauche à droite, respectivement Wernher von Braun, Arthur C.Clarke et Gerard K.O'Neill. Documents NASA-MSFC et Editions Victor Gollancz.

Interview de Don Davis

La plupart des illustrations couleurs présentées ci-dessous font partie des travaux d'été organisés par le centre Ames de la NASA (ARC) en 1975 et 1976. Le projet consistait à demander à des artistes de créer des colonies spatiales pouvant abriter environ 10000 personnes et capables de fonctionner de manière autonome.

J'ai eu l'occasion de poser quelques questions à Don Davis concernant ses travaux d'été à la NASA. Voici ce qu'il me répondit à l'époque.

"Intérieur du tore d'Island One". Esquisse préparatoire de Don Davis. Document SSI.

"Ces travaux d'été consacrés à l'étude des colonies spatiales se déroulèrent en 1975-76. Le but de ces études était d'illustrer un rapport du Life-Support Systems Group du centre Ames intitulé "Space Settlements and Industrialization Using Nonterrestrial Materials" qui fut publié en 1977.

Cette étude devait donner au public une idée de ce à quoi pouvait ressembler des colonies spatiales dans lesquelles nous pourrions vivre. Il y avait quelque espoir que la NASA s'oriente vers de tels projets mais la navette spatiale étant déjà à l'époque un habitat problématique, l'intérêt pour ces projets déclina par la suite.

Il ne s'agissait pas à proprement parler d'atelier de travail, de workshop. Nous étions quelques dizaines de personnes à travailler dans un bâtiment dédié de Ames mais je ne me souviens que de Rick [Guidice]. Les murs étaient couverts de dessins pour la plupart réalisés par Patrick Hill si je me souviens bien, un artiste spécialisé dans l'architecte, d'autres s'accumulant en piles sur les bureaux.

Gerard O'Neill nous fournissait tout le matériel de référence, des dessins et des photocopies du concept entier que l'on redessinait en perspective depuis l'intérieur ou l'extérieur.

Concernant l'organisation, nous travaillions seuls mais sous la supervision de O'Neill. Je ne me rappelle même pas avoir rencontré Rick.

Nous travaillions sur base de modèles d'habitats comme le gigantesque cylindre de O'Neill ou les Sphères de Bernal. O'Neill passa beaucoup de temps sur ces dernières car il considérait que c'était la meilleure option pour construire de grandes colonies spatiales. Mais chacun avait une interprétation bien particulière de la manière dont les volumes seraient utilisés.

"Approchant d'Island One. Les miroirs collectent la lumière du Soleil pour les fermes et protègent les zones d'habitats. Les panneaux à l'avant-plan dissipent l'excès de chaleur". Esquisse préparatoire de Don Davis. Document SSI.

Nous nous réunissions également en petits groupes, discutant du modèle minimal plausible de colonie spatiale réalisable dans le temps imparti qui était de 10 semaines pour l'ensemble des études.

Le délai qu'on nous accordait nous mettait sous pression. Certains dessins furent réalisés dans un lapse de temps très court d'environ 10 jours.

Concernant les techniques, Rick réalisait des peintures acryliques en appliquant souvent de fines couches de couleurs à l'eau. De mon côté, je dessinais les colonies spatiales à l'huile, certains sur des toiles cartonnées, d'autres sur des toiles en coton ou en masonite [à base de particules de bois]. Les couches de peintures à l'huile étaient appliquées en couches minces.

Concernant les contrats, certains illustrateurs avaient des commandes de l'Université de Princeton, d'autres, tels les oeuvres de Rick Guidice étaient spécialement commandées par le centre Ames et furent archivées à la NASA. Quelques une de mes oeuvres furent également commandées par des personnnes privées. Enfin, j'en ai réalisé quelques unes à titre personnel dont j'ai convenu avec la NASA de transférer les droits dans le domaine public mais dont j'ai conservé les originaux."

C'est ainsi que Don Davis et Rick Guidice ont imaginé des colonnies spatiales gigantesques abritant des villes modernes et arborées très agréables à vivre comme on pouvait en voir à l'époque dans les beaux quartiers américains.

Après avoir été suspendu, ce concours fut relancé en 1994 et continue à attirer les artistes, aujourd'hui équipés de logiciels 3D.

Voici quelques uns de ces documents d'époque complétés par quelques oeuvres récentes. Pour obtenir les documents originaux, consultez les liens figurant en face des images et ceux listés en bas de page.

A voir : The Don Davis High Frontier Artshow, SSI

La station orbitale de von Braun

La station orbitale la plus connue est la fameuse roue imaginée par Wernher von Braun. Illustration de Chesley Bonestell réalisée en 1952 pour la NASA/MSF. Ce document ainsi que les trois suivants ont été publiés dans le livre "Across the Space Frontier" en 1952 et dans la revue américaine "Collier's" du 22 mars 1952.

La peinture originale mesure 72x58 cm. Le dessin comprend également sur la gauche la fusée de ravitaillement et un télescope spatial, l'ensemble orbitant à 1750 km d'altitude.

Dans son projet initial von Braun estimait le coût de cette "roue" à 4 milliards de dollars (de 1952 !) soit deux fois le prix de la bombe A d'Hiroshima. Il estimait qu'il faudrait une dizaine d'années pour la construire.

Le document de droite et les deux suivants en noir et blanc ont été dessinés par Fred Freeman (1906-1988). Voici un extraits des commentaires de von Braun à propos de son invention.

"La roue mesure 75 m de diamètre et est constituée de 20 sections indépendantes, constituées de toiles de Nylon et de plastique transportées aplaties depuis la Terre et gonflée en orbite où elles prendraient leur rigidité. Pour simuler la pesanteur, la roue tourne sur elle-même à raison d'un tour en 22 secondes, l'équivalent du tiers de la pesanteur terrestre. Les occupants se tiennent en périphérie de la station, la tête orientée vers le centre de la roue".

"La température est régulée au moyen de thermostats qui modifient les conditions d'équilibre entre le rayonnement absorbé et le rayonnement dissipé dans l'espace, des panneaux mobiles peints en noir permettant d'absorber le rayonnement et de modifier la quantité de lumière dans la station. La roue est équipée d'une centrale thermique de 500 kW à vapeur de mercure exploitant l'énergie solaire captée par un miroir parabolique placé sur une des faces".

En 1968, le réalisateur Stanley Kubrik porta à l'écran le roman 2001: l'odyssée de l'espace d'Arthur C.Clarke, mettant en vedette la station spatiale SS5 et l'ordinateur HAL 9000 (Carl) aux tendances meurtrières. Cette colonie en forme de roue inspirée des travaux de von Braun fut longtemps considérée comme la station spatiale idéale. Illustration de T.Lombry en hommage à S.Kubrik réalisée en 2001.

Une colonie installée dans une station orbitale de type von Braun "à la Kubrik" non loin de la Terre. De part sa conception, elle est plus difficile à protéger des rayons nocifs et des impacts qu'une colonie cylindrique de O'Neill. Illustration de Joe Bergeron

Plan rapproché de la station orbitale "à la Kubrik" installée en orbite basse autour de la Terre. Des navettes extérieures assurent le transport rapide du personnel le long de l'anneau. Les liaisons sont toutefois suspendues lors des éruptions solaires et pendant les essaims de météores. Illustration de Joe Bergeron.

Une station orbitale s'approche d'une planète découverte dans une région tourmentée de la Galaxie. Cette roue est protégée des rayonnements extérieurs par d'épais volets métalliques qui viennent obstruer les baies vitrées. Illustration de Joe Bergeron.

Le Tore de Stanford

Une colonie spatiale usine en forme de "Tore de Stanford". Cette structure mesure 1 mile de diamètre (1609 m) et effectue un tour/minute pour simuler la pesanteur terrestre. Le grand miroir réfléchit la lumière du Soleil dans les zones d'habitats situées dans l'anneau extérieur qui peut accueillir 10000 personnes. L'usine se situe à l'extrémité de l'axe. Illustration de Rick Guidice réalisée en 1976.

Une colonie spatiale usine en forme de "Tore de Stanford". Son revêtement extérieur est constitué d'une couche de scories de minerais d'une épaisseur de 1.8 m pour la protéger contre les rayons cosmiques.

"Circa", un groupe de colonies spatiales en forme de "Tore de Stanford". Illustration de Don Davis pour la NASA/Ames Research Center, 1976.

"Circa", une colonie orbitale en forme de "Tore de Stanford". Illustration de Don Davis pour la NASA/Ames Research Center.

Une colonie orbitale en forme de "Tore de Stanford" reproduisant les conditions de vie terrestres et notamment les 4 saisons ainsi que le cycle de 24 heures. Les conditions météos sont également contrôlées. Illustration de Peter Rubin, 2013. La NASA envisage (à très long terme) de monter une telle structure sur le point L2 de l'orbite Terre-Lune.

Une colonie orbitale en forme de "Tore de Stanford" équipée d'un complexe agricole. La légende précise que cette ferme ultramoderne n'utilise pas de pesticides.

Assemblage des anneaux protecteurs faisant également office de miroirs réfléchissants dans une colonie orbitale en forme de "Tore de Stanford". Illustration de Don Davis réalisée en 1975.

Gros-plan sur les zones d'habitats situées dans la roue d'une colonie usine baptisée "Ring World". Illustration de Rick Guidice.

A l'intérieur d'une colonie en forme de "Tore de Stanford", le sol des zones résidentielles a été aménagé à partir de matière lunaire et une végétation terrestre s'y est acclimatée. Illustration de Don Davis réalisée en 1975 pour la NASA/Ames Research Center.

Reflet d'un Tore de Stanford dans un casque. Illustration de Rick Guidice pour la NASA/Ames Research Center.

La même illustration dans une meilleure résolution mais avec une importante perte de couleurs d'un Tore de Stanford illustré par Rick Guidice utilisé pour la couverture d'un livre de la NASA (SP-413 de 1975), disponible en version PDF.

“Abalakin”, une colonie en forme de tore dessinée par Alexander Preuss qui remporta le concours "NSS Space Settlement Calendar Art Contest" en 2008.

Les colonies de O'Neill

Une illustration créée en 2014 par Lightfarm Studios où vous trouverez son make-of. Elle rend en hommage au roman "Rendez-vous avec Rama" d'Arthur C.Clarke sorti en 1973 dans lequel figure un dessin similaire présenté ci-dessous.

La colonie spatiale "Rama" publiée dans le roman "Rendez-vous avec Rama" d'Arthur C.Clarke sorti en 1973 en anglais, notamment en édition reliée avec jaquette chez Victor Gollancz (avec la colonie spatiale en couverture, les autres éditions ayant une couverture abstraite).

Une colonie de O'Neill baptisée "island Three" telle que l'imagine son auteur en 1973. Le dessin réalisé par Don Davis en août 1975 est intitulé "Island Three vue de l'une des extrémités".

Apprécier ses dimensions : le pont suspendu au-dessus du fleuve à la même longueur que le Golden Gate de San Francisco, soit 2 km ! Cette station mesure plusieurs centaines de kilomètres de longueur et abrite des millions d'âmes.

La même colonie "Island Three" de O'Neill dans une version moins contrastée et plus verte. Illustration de Don Davis

Une colonie de O'Neill mesurant 6.4 x 32 km (4x20 miles). Toutes les "petites" sphères placées sur l'anneau fixé en périphérie du grand cylindre central sont des espaces réservés à l'agriculture. Illustration de Rick Guidice réalisée en 1975.

Vue intérieure d'une colonie de O'Neill de 200 km de longueur et 12 km de rayon. Noter les miroirs pour équilibrer la température. La station est tellement vaste que des nuages peuvent s'y former ! Illustration de Rick Guidice réalisée en 1975.

Pour passer du jour à la nuit dans une colonie de O'Neill l'une des solutions consiste à déplacer les grands miroirs qui apportent lumière et protection de telle sorte qu'ils fassent office d'écran occulteur devant la lumière du Soleil. Comme le dit l'auteur, je pense que l'artiste (en bas à droite) est en panne d'inspiration !

Vue à travers l'une des trois baies vitrées d'une colonie de O'Neill de 200 km de longueur et 12 km de rayon. Un tel édifice pèse 100 MT et pourrait abriter 100 millions d'individus. On distingue des nuages à 6 km de hauteur. La pluie est naturelle. Illustration de Don Davis.

Colonie spatiale en grappes constituée de multiples cylindres de O'Neill. Au bas mot rien que sur l'illustration il y en a pour plus de mille milliards de dollars ! Sa construction s'étendrait sur plus d'un siècle !Illustration de Rick Guidice réalisée en 1975 pour la NASA/Ames Research Center.

Colonie orbitale de O'Neill pendant une éclipse totale de Soleil. Il s'agit d'un phénomène très rare en orbite puisqu'en général la station se place à un endroit où elle capte le rayonnement solaire en permanence. Illustration de Don Davis.

Les sphères de Bernal

La sphère de Bernal "Island One". Il s'agit d'une structure symétrique tournant autour d'un axe central pour reproduire l'effet de la pesanteur. Illustration de Don Davis pour la NASA/Ames Research Center.

La sphère de Bernal "Island One" en forme de sphère entourée des complexes agricoles suivi des radiateurs de refroidissement et du complexe technique qui se termine pas les antennes du réseau de télécommunication. Illustration de David Lauterbach.

Une sphère de Bernal. Illustration de Graham TG, 2011.

Assemblage des miroirs d'une sphère de Bernal servant à éclairer l'intérieur de la sphère. Pouvant abriter 10000 personnes, cette sphère présente une circonférence de 1 mile (1609 m) et effectue 1.9 tours sur elle-même par minute pour simuler la pesanteur terrestre. Illustration de Don Davis pour la NASA/Ames Research Center.

La sphère de Bernal "Island One". Les anneaux circulaires bruns entourant l'axe sont des complexes agricoles. La navette de ravitaillement est propulsée par du fuel liquide. Illustration de la NSS Huntsville Alabama L5 Society.

La sphère de Bernal "Island One". La grande sphère située au centre constitue la zone résidentielle. Illustration de Rick Guidice réalisée en 1976.

La sphère de Bernal "Island One" et une navette de ravitaillement. Les grands panneaux situés aux extrémités de la colonie sont des radiateurs de refroidissement. Illustration de Rick Guidice réalisée en 1976 pour la NASA/Ames Research Center.

La sphère de Bernal "Island One" vue à travers les baies vitrées situées dans la partie basse de la sphère. Illustration de Rick Guidice.

Coupe à travers les multiples toroïdes situés aux extrémités de la sphère de Bernal. Il s'agit des modules de "life support", c'est-à-dire tout ce qui concerne la nourriture des habitants de la colonie, dans ce cas-ci les activités agricoles et l'élevage. Illustration de la NASA/Ames Research Center.

Une colonie établie dans la sphère de Bernal "Island One". La lumière pénètre dans la sphère grâce à des mirois extérieurs. Au centre de l'axe les responsables ont amenagé les lieux afin que les habitants puissent profiter de l'état d'apesanteur. Il faut environ 20 minutes pour y accéder depuis l'endroit où joue les enfants. Illustration de Don Davis réalisé en 1976.

La colonie installée dans la sphère de Bernal "Island One" s'offre un buffet "en plein air". Les rives de la rivière sont constituées de sable lunaire. Noter l'aile delta rouge. Illustration de Rick Guidice réalisée en 1976 pour la NASA/Ames Research Center.

La colonie installée dans la sphère de Bernal "Island One" bénéficie d'un climat tropical symbolisé ici par une plage hawaiienne.

D'autres modèles de colonies

Le poste de commande de la base lunaire imaginé par Rick Guidice en 1978.

La colonie spatiale L5. A mi-chemin entre la roue de von Braun et la sphère de Bernal. Image extraite du film "First City in Space".

Le vaisseau "New Challenge of the Stars" imaginé par David H.Hardy : un astéroïde amenagé !

Station spatiale constituée avec des tanks externes de navette spatiale. Illustration du Space Science Institute.

L'Enterprise, NCC-1701, le vaisseau amiral du capitaine James T.Kirk et son équipage, héros de Star Trek du romancier Gene Roddenberry. Illustration de la Paramount.

Starship, le vaisseau des étoiles propulsé par fusion nucléaire se dirigeant vers l'étoile de Barnard.

Une colonie goutte de 200 m de diamètre. La grande goutte au centre contient les quartiers résidentiels, la petite goutte à droite abrite les serres agricoles. Illustration de T.Lombry.

Asgard, cité orbitale pouvant abriter des millions d'individus. Illustration d'Oceania dans le cadre du Millennial project.

Une colonie Asgard réunie dans des sphères où règne un état d'apesanteur. Illustration d'Oceania dans le cadre du Millennial project.

Technologie

"L'orbitale" inventée par l'écrivain Iain M.Bank. Pouvant abriter des millions d'individus, cette colonie spatiale mesure près de 5 millions de km de diamètre, 16 millions de km de circonférence et présente une largeur de 1600 km. Document Quest.

L'ascenseur spatial (space elevator) peut transporter des véhicules ou toute charge utile en orbite. Son centre de gravité se situe au niveau de l'orbite géostationnaire à 35786 km. Utilisant des nanotubes, sa force de tension est supérieure à 20 GPa. Illustration de Pat Rawlings.

Assemblage en orbite d'une catapulte "Mass driver" de la 1ere génération. Les charges utiles sont lancées à grande vitesse vers un point précis de l'espace (où se trouve un lieu de travail par exemple) en transformant l'énergie électrique en énergie cinétique. Illustration de Rick Guidice.

Un astronaute en train d'assembler une catapulte non loin de la Terre. Le premier modèle Mass Driver I de G.O'Neill mesurait 9 km de longueur et permettait de propulser une charge à 33g. Le modèle de la 3e génération ne mesure que 160 m et atteint une accélération de 1800g.

Alunissage en douceur d'un cargo à usage multiple. Sa première vocation est le transport des équipements miniers. Il contient également de petits modules d'habitation, des panneaux solaires et le matériel nécessaire à l'assemblage au sol d'une catapulte qui servira à propulser le minerai dans l'espace où il sera collecté.

Les centrales solaires

Centrale solaire micro-onde en cours de construction. Illustration de Don Davis.

Colonie spatiale en train d'assembler les panneaux d'une centrale solaire qui alimentera la Terre. Illustration de Henry Kluytmans.

Un capteur solaire avec son "Tore de Stanford" bientôt prêt à réfléchir la lumière du Soleil vers la Terre.

Centrale solaire micro-onde terrestre récupérant l'énergie solaire réfléchie par une station orbitale sur un système rectenna couvrant plusieurs centaines d'hectares. Ce dispositif convertit la lumière en courant alternatif.

L'espace disponible sous le réseau rectenna est utilisé comme serre de culture car cet endroit bénéficie d'un ensoleillement garanti.

Aujourd'hui, avec le recul des années, la prise de conscience des difficultés techniques que représentent de tels projets et surtout en raison des problèmes socioéconomiques et politiques auquels doivent faire face les grandes puissances, le concept de colonie spatiale est totalement démodé et laissé à l'appréciation des générations futures. En effet, nos descendants reviendront peut-être sur ce concept le jour ils auront inventé les technologies adéquates, notamment en matière de construction (nanomatériaux, graphène, etc), de robotique (robots autonomes) et bien sûr en matière de génie astronautique où malgré les progrès tout reste encore à faire (moteurs plus performants, systèmes plus fiables, réduction des coûts, économies d'échelles, etc).

Aujourd'hui, à part vivre dans un studio étroit et encombré dans la station ISS en comptant sur des navettes de ravitaillement qui n'ont guère évoluées ou à peine depuis un demi-siècle, on constate tout le chemin qu'il reste à parcourir pour fabriquer des vaisseaux spatiaux dignes de Stanley Kubrik ou George Lucas.

Autrement dit, si l'humanité veut conquérir les étoiles, elle devra patienter car la colonie spatiale "Rama" à la O'Neill ou le vaissseau spatial relativiste tant espéré restera de la science-fiction pour quelques siècles encore. Le sujet étant passionnant, on reviendra sur cette problématique dans l'article consacré à la colonisation de l'espace.

Pour plus d'informations

Quelques livres (cf. détails dans ma bibliothèque dont les rubriques Astronomie et Instruments)

Livres généraux et illustrations "space art"

The Art of Space, Ron Miller, Zenith Press, 2014 (en français)

The Art of Chesley Bonestell, Ron Miller et Fred Durant, Paper Tiger, 2001

La conquête de l'espace, G.Sparrow/Collectif, Flammarion, 2008

Pale Blue Dot, Carl Sagan, Random House, 1994; Ballantine Books, 1997

The Starflight Handbook. A Pioneer’s Guide to Interstellar Travel, E.Mallore/G.Matloff, John Wiley & Sons, 1989

The colonization of space, Gerard K. O'Neill, Physics Today, Vol.27, 9, September 1974, pp32-40

History of rocketery and space travel, W.von Braun et al., Ed. Thomas Y.Crowell, New York, 1966

Constantin-E. Tsiolkovski précurseurs des vaisseaux interplanétaires, P.Bailhache, Ed.du Pont Royal, 1961

The Exploration of Mars, Wernher von Braun et Willy Ley, illustr. C.Bonestell, Viking Press, 1956

Conquest Of the Moon, Wernher von Braun, illustr. C.Bonestell, Viking Press, 1953

The Conquest of Space, Chesley Bonestell et Willy Ley, Viking Press, 1950; en français chez Guilde du Livre, 1952

Sur le thème des colonies spatiales

Growth Adapted Tensegrity Structures - A New Calculus for the Space Economy (PDF), NASA, 2014

Lunar Settlements, Haym Benaroya, CRC Press, 2010

Space Settlements. A Design Study, SP-413, NASA, 1977 (PDF couleur. La plupart des livres vendus sous ce titre sont des reimpressions N/B)

Colonies in Space, T.A.Heppenheimer, Stackpole Books, 1977

The High Frontier, Gerard O'Neill, William Morrow & Co, 1976

Rendez-vous avec Rama, Arthur C.Clarke, Harcourt; Victor Gollancz, 1973 (uk), Robert Laffont 1975 (fr); J'ai lu, 1980/2002/2006

Across The Space Frontier, Wernher von Braun et al., illustr. C.Bonestell, Viking Press, 1952

Collier's magazine, March 22, 1952, "Man Will Conquer Space Soon", W.von Braun, illustr. C.Bonestel.

Images

NASA - ARC (70s Art, Rick Guidice, Don Davis)

NASA - ARC (autres projets)

NASA - GRIN

NASA - AILS

NASA - NIX

Joe Bergeron

Don Davis 

The Don Davis High Frontier Artshow, SSI

Rick Guidice

David H. Hardy

Ron Miller

Pat Rawlings

Space Habs (Bryan Versteeg)

Living in Space (Henry Kluytmans)

Lightworld (David Lauterbach)

Space Settlements (Mike Comb)

The Living Universe Foundation (Marshall Savage)

Mobile Suit Gundam: High frontier (Dafydd N.Dyar)

Orbital Space Settlements

The PERMANENT Website 

The Space Frontier Foundation

Physique

Space Studies Institute (G.O'Neill)

Starships, Space Colonies, and the Like

Forum

Space Settlers

Aspects commerciaux et tourisme

Le tourisme spatial (sur ce site)

Spacelinks (sur ce site)

SpaceDev, LLC

The Artemis Society

Space Future

Space Studies Institute (SSI)

SSI Maillist

NASA - Dryden FRC

LiftPort

Nuclear Space

Tau Zero Foundation

Prospection minière

Moon Miners' Manifesto

Compétitions

NASA Space Settlement Contest

National Space Settlement Design Competition

Politique et education

Island One Society

Huntsville Alabama L5 Society (HAL5)

Films et romans

Rendez-vous avec Rama, A.C.Clarke, 1973

L5 - First City In Space (IMDb), 1996

Beyond the Stars (William Shatner, "Captain Kirk")

2001: L'odyssée de l'espace - Site1, Site2, Site3

Retour à L'astronautique

Page 1 - 2 -


Back to:

HOME

Copyright & FAQ