Contacter l'auteur / Contact the author

Recherche dans ce site / Search in this site

 

Les crop circles ou cercles de culture

Crop circle découvert à Wallbury Hill, dans le Berkshire, le 12 juin 2010. Document Steve Alexander.

Illustrations de Lucy Pringle

Crop ou crap circle ? (I)[1]

En 1986, le public découvrait dans un champ de culture du Hampshire, au sud-ouest de l'Angleterre, au lieu-dit "Devil's Punchbowl" (le "Bol à punch du Diable") situé près de Winchester, un cercle aplati d'environ 20 m de diamètre qui n'existait pas quelques jours auparavant. Personne n'a compris comment il avait été formé mais les idées ne manquèrent pas.

Quelques années plus tard, deux pensionnés, Doug Bower et Dave Chorley, sans doute pris de remords ou fatigués d'avoir dupés leur voisinage, vendirent la mèche et expliquèrent qu'ils s'étaient amusés à aplanir cette aire circulaire, créant un motif géométrique au moyen d'une grande planche en bois qu'ils déplaçaient devant eux, la tenant au moyen de cordes. Nos deux comparses pratiquaient cet exercice de nuit, à l'insu de leur femme et réalisèrent plus de 200 motifs de ce type ! "Crop" ou "crap" circle, nous avions notre explication !

C'est l'un des rares cas ou la supercherie fut avouée et la méthode décrite à la télévision. Elle fut amusante compte tenu de l'âge des protagonistes et trompa bien des professionnels dont certaines n'hésitèrent pas à évoquer l'hypothèse extraterrestre ! A leur décharge, il faut bien avouer que ce genre d'expertise ne s'apprend pas dans les livres. Sans traces probantes ni témoins, autant jouer le verdict à pile ou face !

Ces "experts" auraient toutefois pu éviter cette méprise en suivant une méthode critique d'analyse (relevé des traces sur le sol, relevé des séquences de création des éléments des motifs, estimation du poids de l'engin, analyse des échantillons, recherche de témoins, etc.) et, surtout, en réfléchissant aux conséquences de cette explication "surnaturelle".

Certains "experts" vont jusqu'à douter de nos connaissances des lois de la physique, et notamment des phénomènes météos ou électromagnétiques qui, dans leur esprit, sont une explication tout aussi plausible que l'origine humaine !

Mais il faut bien garder en mémoire que Bower et Chorley ont donné une explication du phénomène des crop circles, certes pas ceux qu'ils n'ont pas créés, mais nous tenons une explication pour certains d'entre eux.

Néanmoins certaines personnes refusent cette explication pour certains dessins qu'ils jugent a priori inexplicables plutôt qu'inexpliqués en raison soit de leur complexité soit de soi-disant effets extraordinaires qu'ils ont trouvés dans les champs écrasés.

Tentons littéralement de séparer le bon grain de l'ivraie pour y voir plus clair en commençant par rappeler comment toute cette affaire à démarrer.

A consulter : Photographies de crop circles par Lucy Pringle

Vues générales de deux crop circles découverts dans le Wiltshire, en Angleterre. Cette région attire ces formations comme un aimant. A gauche celui d'Avebury, découvert le 10 août 1994, à droite celui de Silbury Hill découvert le 3 août 2004.

Rappel historique

L'histoire des crop circles comme on les appelle ou cercles de culture ou encore les agriglyphes comme les ont baptisés pompeusement les scientifiques remonterait officieusement à 1912. Dans son livre Thirty Indian Legends of Canada réédité en 1992, Margaret Bemister cite la légende "The Daughters of the Star" (les soeurs des étoiles) où un indien découvre un cercle aplati dans une prairie. L'auteur utilise deux termes, "ring" (anneau) et "circle" (cercle) mais privilégie le cercle, ce qui sous-entend que toute la surface fut aplatie de la périphérie jusqu'au centre. Voici l'extrait que j'ai traduit textuellement pour éviter toute interprétation :

"Un jour il marchait à travers la forêt jusqu'à ce qu'enfin il atteigne son extrémité, et là devant lui s'étendait une vaste prairie. L'herbe était si douce et si verte, et il y avait tellement de fleurs qu'il y vagabonda quelques temps. Il pouvait constater que personne ne vivait là car aucune empreinte de pieds n'était visible. Soudain il arriva à un cercle dessiné dans la prairie.  C'était comme si quelqu'un avait couru tout autour en formant un cercle jusqu'à ce que l'herbe soit piétinée. Comme il ne pouvait trouver aucune empreinte de pieds s'éloignant de l'anneau, il s'étonna de savoir quels pieds avaient bien pu marquer le cercle. Ensuite il devint esprit pour se cacher, afin qu'il puisse voir si quelque'un venait". Ce récit reste bien sûr anecdotique puisqu'aucune donnée historique ne peut être confirmée.

Au cours des enquêtes menées ces dernières décennies, on apprit que des fermiers américains découvrirent les premières formations dans leurs champs dans les années 1950. On en découvrit également en 1966 en Australie, en 1968 près de Téhéran (dans la neige des montagnes d'Elbruz en Iran) et en 1975 en Suisse et en Turquie (dans les montagnes de Munzur). Ces formations n'ont jamais été revendiquées ni associées aux rites d'une tribu au sens large.

C'est en 1978 que le premier crop circle fut découvert dans le Hampshire, en Angleterre mais la découverte resta isolée.

Crop circle découvert en face du site de Stonehenge le 7 juillet 1996. Il représente un ensemble de Julia, une forme fractale.

En 1981, Pat Delgado, un ingénieur en électromécanique pensionné découvrit une série de marques circulaires dans un champ de maïs à Cheesefoot Head, dans le Wiltshire, en Angleterre. Il fut tellement impressionné par sa découverte qu'il souhaita la révéler au public et écrivit un livre sur le sujet en 1990, "Crop Circles: The Latest Evidence".

En 1983, Delgado raconta son histoire à Colin Andrews, un ingénieur électricien en chef qui depuis, n'a cessé d'étudier le phénomène (voir plus bas).

Il faudra attendre 1985 pour que l'enquêteur Busty Taylor rapporte la découverte d'une formation similaire alors qu'il survola un autre champ de culture en Angleterre à bord d'un avion privé. C'est à cette époque que les crop circles furent médiatisés.

Pour la petite histoire et recadrer peut-être le débat, rappelons que les comtés de Wiltshire et Hampshire sont situés au sud-ouest de Londres. Le Wiltshire est le pays de Stonehenge (où un crop circle fut découvert en 1996), le Hampshire situé juste à côté est celui de Merlin l'enchanteur et du roi Arthur; toute la région est plongée dans le sacré, les légendes et le surnaturel depuis des millénaires.

Ailleurs dans le monde, certaines formations semblent naturelles comme celles existant en Namibie. Dans une plaine entourée de montagnes se trouve une savane semi-aride dans laquelle poussent des herbes sèches et quelques arbres. Parmi les herbes se trouvent des formations circulaires d'environ 20 m de diamètre où la végétation est quasi inexistante; les touffes d'herbes se rassemblent par bouquets sur le pourtour de la zone sans l'envahir. Les botanistes et les experts en hydrologie pensent qu'il s'agit de sites où l'eau est déviée de son cours pour une raison inconnue. Le phénomène reste atypique et demeure inexpliqué.

Ceci dit, certaines crop circles ont été associés à l'observation d'un OVNI. On cite par exemple la découverte d'un cercle de 10 m de diamètre aplani de manière spiralée au nord-est des Etats-Unis en 1967, donc deux ans avant la découverte du cercle calciné de Van Horn. Un témoin-oculaire aurait aperçu une grande lumière la nuit précédente. En 1972, on découvrit un cercle de 15 m de diamètre également aplani de manière spiralé à Orebro en Suède. Une lumière rouge descendant vers le sol aurait été aperçue avant la découverte de la formation.

On dénombre plus de 5000 crop circles distribués dans plus de 40 pays ! En Europe il s'en crée des dizaines chaque été ! La plupart mesurent quelques dizaines à une centaine de mètres de côté ou de diamètre, cela reste de petites formations à échelle humaine. La plupart ont aujourd'hui disparu car leur durée de vie est limitée à une saison, le temps parfois que le fermier profite financièrement de cette opportunité avant d'effectuer sa moisson et laboure son champ à la fin de l'été (la plupart des "crop circles" apparaissant entre juin et août dans le Hampshire).

Certains motifs ont été créés à proximité immédiate de village, de lieu touristique ou d'un centre radar et à l'insu du personnel comme on peut le voir sur l'image présentée ci-dessous prise à Chilbolton le 21 août 2001 par Lucy Pringle.

Crop circles découverts à Chilbolton, Hampshire, le 21 août 2001. On reconnaît le message SETI d'Arecibo au second plan.

Les "crop circles" sont devenus un phénomène de société étudié comme tel par les scientifiques, mais pas uniquement à ce titre.

Car d'une part tous les motifs à l'exception de celui d'East Field de 1997 sont réalisés avec une précision étonnante, le plus simple comme le plus complexe, ils ne contiennent jamais d'erreur et les symétries éventuelles sont toujours parfaites, comme s'ils avaient été calqués sur un dessin d'ordinateur.

Si c'est sans doute le cas pour la préparation de la plupart des motifs, qiuoique parfois un crayon, un compas et une règle suffisent, restent à expliquer comment ils ont été recopiés à grande échelle et en si peu de temps. 

En effet, tous sont apparus en l'espace d'une nuit et soulèvent quelques questions quant à leur réalisation. D'autre part sur les plans physique, géologique et botanique certains "experts" mais généralement des amateurs considèrent qu'ils posent de véritables énigmes. On y reviendra.

Suite à la répétition et la qualité du phénomène, les chercheurs prirent l'affaire au sérieux et se mirent à collecter des informations sur ces phénomènes, visitant les sites concernés, interviewant les fermiers, effectuant des mesures sur site, des prélèvements, des simulations, consultant des météorologistes, des archéologues, des agronomes, des géologues, etc. Des ingénieurs en électricité se sont penchés sur ces phénomènes, effectuant des photographies aériennes en infrarouge, des mesures et des simulations électrostatiques et électromagnétiques pour tenter de comprendre le phénomène et éventuellement son origine et la manière de le reproduire.

Analyses et découvertes

Qu'a-t-on découvert en analysant les "crop circles" ? Au cours des premières analyses on découvrit une constante dans tous ces phénomènes : sur le site on constata que la base des plants, qu'il s'agisse de maïs, de colza, de blé, de froment ou d'orge, était pliée mais n'était jamais cassée, froissée ou brûlée et les fleurs, le cas échéant, étaient restées intactes.

L'enquêteur Busty Taylor aurait également mis en évidence que la terre ou les extraits de plants prélevés sur plusieurs sites présentaient également une attraction magnétique inhabituelle. Des analyses microscopiques de la terre prélevée sur les lieux révélèrent que le site fut exposé à une chaleur intense et forma de petites sphérules vitrifiées alors que les plants eux-mêmes n'avaient pas été brûlés. Selon d'autres experts, des segments de la tige des céréales auraient explosés comme si les sucs de la plante avaient été portés à haute température et fait explosés la tige.

Dans certains cas, l'enquêtrice Lucy Pringle a même retrouvé un oiseau dans un "crop circle" dont le corps avait littéralement explosé "comme s’il avait été cuit vivant dans un four à micro-ondes", dixit l'auteur et ailleurs "des hérissons desséchés". Au Canada, on a également découvert dans certains "crop circles" des porcs-épics écrasés ou plutôt compressés et ne présentant plus qu'une épaisseur de 5 à 10 cm comme s'ils avaient été immobilisés et durent supporter une masse très importante. Dans deux autres cas, le pauvre animal a été traîné sur quelques mètres par un objet très massif et toutes ses épines sont alignées dans le même sens que les plants.

Enfin, des tiges inclinées à partir de certains noeuds seraient également la preuve d'une influence magnétique sur les céréales. Or, cette hypothèse est réfutée par une simple contre-expertise sur le terrain par une personne un temps soi peu critique. En effet, des plants similaires présentant cette inclinaison à environ 30 ou 45° de la tige à partir d'un noeud existe également et aléatoirement dans les épis  restés intacts en dehors du "crop circle". Cest donc un phénomène banal lié à la croissance des céréales, et sur ce point les agronomes sont unanimes.

A consulter : Last crop circle formations (X-cosmos)

Quelques "crop circles" remarquables par leur symétrie et leur complexité, photographiés dans le Wiltshire en Angleterre par Lucy Pringle, respectivement à Knoll Down le 22 juillet 2000, à Woodborough le 13 août 2000 et à Silbury Hill le 3 août 2004 dont une vue plus générale est présentée plus haut. Notons qu'à chaque fois, les figures de base sont des cercles, des arcs de cercles et des lignes droites à partir desquels les auteurs ont la possibilité de se répérer et tracer les motifs à plus petite échelle.

Sur plusieurs sites les enquêteurs ont découvert des grains de blé déshydratés et "croustillants", d'autres où les espaces intercellulaires des plantes étaient dilatés et avaient subi une forte température, la plante était brûlée. Ailleurs la germination des plants ou le taux de croissance était altéré (plus lent ou 45% plus rapide que la normale). Enfin, dans certains sites, les zones ont été aplanies de manière alternée comme on le fait par exemple pour fabriquer un objet en rotin. Dans tous les cas l'effet semble artificiel car il est anormal et requiert l'activité d'un phénomène organisé, stable, capable de générer une force importante et à grande échelle.

Reste malgré tout à démontrer que ces effets sont corrélés avec l'apparition du "crop circle", que l'animal est bien mort ce jour là à cet endroit là par exemple, ou que les graines sèches ou germinant de manière anormale l'ont été suite à la formation du "crop circle" et l'exposition qui en résulta, ce qui n'est pas évident à démontrer. Quand bien même l'effet serait corrélé avec certains "crop circles", il n'est pas observable dans tous les lieux et n'explique que quelques phénomènes très localisés de certaines formations. On ne peut donc pas généraliser ces hypothèses.

Dans tous les cas on ne trouve jamais d'empreintes de pieds, de traces de compression du sol ou des cultures ou de dommages autre qu'un aplatissement des plants de manière bien précise. Pas de trace d'huile non plus, ni de graisse ou d'outil perdu sur les lieux mis à part les quelques traces de brûlures. Les cas de déshydratation des graines sont très localisés - des épiphénomènes sur des épis ! - comme les effets liés à une éventuelle chaleur ou champ magnétique.

Ce qui est également remarquable dans les "crop circles" c'est que les auteurs au sens large n'ont jamais été débusqués ou pris sur le fait. On peut évidemment considérer que dans le Wiltshire où des centaines de "crop circles" ont été découverts, l'étendue du territoire et la présence de valons facilitent et camouflent localement le travail des auteurs. Mais de nuit, sur le versant d'une colline, près d'un village ou d'une route, leur activité peut difficilement passer inaperçue durant plusieurs heures, même s'ils travaillent entre 2 et 6h du matin, période considérée comme la plus calme de la nuit. Ou alors ils travaillent dans le noir absolu et sont nombreux sur le terrain pour accomplir leur travail très rapidement.

Deuxième partie

Interprétations

Page 1 - 2 -


[1] "Crop circle" signifie "cercle de culture", "crap" signifie "connerie" et donc par extension, un canular (hoax).


Back to:

HOME

Copyright & FAQ