Contacter l'auteur / Contact the author

Recherche dans ce site / Search in this site

 

2050 : La Terre en héritage 

Document T.Lombry

Evaluations et tendances du développement durable (I)

Multidisciplinaire par nature, une revue générale des changements globaux passés et futurs dans le cadre du développement durable est un sujet on ne peut plus sensible et délicat à cerner car c'est certainement l'un des problèmes pouvant faire l'objet du plus d'interprétations divergeantes à partir d'un même ensemble de données.

De nombreux économistes et scientifiques[1] se sont penchés sur la question mais leurs conclusions doivent être analysées en tenant compte du point du vue particulier des auteurs. Ainsi, des indicateurs de tendances peuvent être considérés comme bénéfiques analysés à petite échelle alors qu'ils confirment une régression à grande échelle. Ne prenons que trois exemples.

 Tout d'abord un exemple biaisé par les autorités : que ce soit en Belgique ou en France notamment, on nous dit que le chômage des jeunes de moins de 25 ans a diminué d'une année à l'autre et que le nombre total de chômeurs a régressé selon le Ministre de l'emploi, c'est tout à l'avantage de la politique de son parti et de celle du Premier Ministre. Du moins en théorie. Car si on regarde ce qui se passe sur le terrain, on constate que le nombre de personnes exclues du système des allocations (une majorité de femme et des personnes de plus de 50 ans sans emploi ayant plus d'un ou deux ans de chômage) et la population immigrée ou peu éduquée exclue du monde du travail ont augmenté. Progrès ou régression sociale ? En tous cas, pour faire bonne figure, les policitiens préfèrent tout simplement les exclure des statistiques !

Prenons maintenant l'exemple de la pauvreté. Beaucoup de pays en voie développement et même développés y compris la France ou la Belgique se ventent à juste titre de l'amélioration des conditions de vie de leur population ou de son niveau social; le pourcentage de pauvres a chuté mais dans l'absolu, le nombre de personnes vivant dans la pauvreté a augmenté et touche 1 personne sur 6 en Belgique en 2014. Le progrès devient très relatif.

Idem concernant les investissements. Globalement, depuis 1980 la quantité d'investissements directs étrangers a augmenté de 500% en Afrique subsaharienne. Mais comparés aux investissements mondiaux, la part investie en Afrique noire diminue de moitié toutes les décennies.

On ne peut donc pas se baser sur ces seuls critiques soi-disant objectifs liés aux données statistiques pour affirmer qu'un indicateur est "positif" ou "négatif" et conclure sans plus de discernement que nous sommes dans une période de relance ou de régression. Il nous faut des références plus qualitatives des différentes tendances économiques, sociales et environnementales.

Principaux indicateurs du développement durable

Indicateurs de ressources : maintenons-nous notre capital ?

Secteur

Indicateurs clés

Capital environnemental

Qualité de l'air

Ressources en eau

Ressources d'énergie

Biodiversité

Capital économique

Produit intérieur

Ressources en R&D

Ressources financières

Capital humain

Ressources humaines

Investissement dans le capital humain

Depréciation du capital humain

Indice d'émission des gaz à effet de serre, de CO2 et NOx.

Consommation d'eau

Consommation des ressources d'énergie

Taille des zones protégées par rapport à la zone totale.

Volume net du capital

Taux de croissance multifactorielle de la productivité

Capital étranger net et balance comptable actuelle

Rapport entre les niveaux d'éducation de la population

Dépenses pour l'éducation

Taux et niveau de chômage

Résultats : sommes-nous satisfaits des besoins actuels ?

Secteur

Indicateurs clés

Consommation

Distribution des revenus

Santé

Statut des travailleurs / Emploi

Education

Dépenses alimentaires des ménages

Quantité de déchets récoltés par les services publics

Coefficients de Gini (1)

Longévité estimée à la naissance

Qualité de l'air urbain

Rapport entre le nombre d'emplois et la population

Taux de participation à l'éducation

(1) L'indice de Gini mesure la dérive de la distribution des revenus parmi les individus ou les ménages au sein d'une économie par rapport à une distribution parfaitement égale.

Source : OECD, "Sustainable Development :Critical issues", 2001

Le développement socio-économique de nombreux pays en voie de développement semble suivre les mêmes types de transitions que celles par lesquelles sont passées les pays développés, bien qu'à un taux plus rapide. Là où les pays industrialisés sont parvenus à stabiliser la croissance de leur population et acquis leur maturité économique, la plupart des pays du monde en voie de développement connaissent une croissance très rapide (Afrique du Nord, Chine, Amérique latine). Le revenu par habitant augmente avec l'industrialisation, la consommation d'énergie croît en parallèle, les marchandises et les services sont plus nombreux tandis que les niveaux d'éducation et les soins de santé s'améliorent de façon générale. Le capitalisme et la consommation effrenée sont les signes dominants des forces à l'oeuvre dans ce marché  qui tend vers une "culture mondiale" de plus en plus homogène.

Malgré des taux records de croissance économique dans certains pays, les disparités des richesses ont augmenté entre les pays riches développés et le reste du monde en développement. Cette fracture devient encore plus apparente entre les pays du G8 et ceux les moins développés. La marginalisation, à travers laquelle les pays les plus pauvres ne parviennent pas à "décoller" sur les plans économique et social, participant de moins en moins au système économique mondial, s'est accentué depuis les années 1980 (Afrique subsaharienne,...). Le même effet se produit à petite échelle au sein des pays les plus riches, une partie de plus en plus grande de la population (quart-monde, chômeurs, ...) perdant son pouvoir d'achat au profit des plus riches. 

PNB, énergie et décollage de l'économie

Il faut un PNB (PIB + revenus étrangers et TVA) supérieur à 3000$ US par habitant pour que la demande d'énergie explose avec le décollage de l'industralisation et la demande personnelle de mobilité. A partir de 15000$, la demande ralentit car l'industralisation est achevée et les services commencent à dominer. Depuis la publication de cet infographie en 2003, le PNB a doublé dans certains pays et augmenté de 25 à 30% en Occident. En 2013, l'Union européenne avait un PNB moyen par habitant de 34500$ (et de 77900$ au Luxembourg) et il était de 52800$ aux Etats-Unis. La croissance économique peut se poursuivre sans augmentation sensible d'énergie, mais le niveau absolu varie en fonction des pays. Document WBCSD adapté de l'IEA, 2003.

On estime qu'il faut un PNB par habitant supérieur à 3000$ US en 2015 pour que la demande d'énergie explose et qu'on assiste au décollage de l'industralisation et de la demande privée. C'est le cas de Cuba par exemple.

Dans les pays les plus pauvres comme la Tanzanie, le PNB par habitant atteint à peine 1700$ US (CIA, 2013) contre 34500$ pour l'Union européenne (CIA, 2013) et 52800$ pour les Etats-Unis (CIA, 2013) ! Le pouvoir des pays riches est sans commune mesure avec celui des pays pauvres; les armes sont inégales !

Et s'est peu dire quand on lit dans un rapport d'Oxfam publié en 2015, qu'en 2009, 1% de la population mondiale détenait 44% des richesses contre 48% en 2014 alors que les plus pauvres détenaient 5.5% des richesses. En 2016, 1% de la population détiendra plus de la moitié des richesses du monde ! Mais cela n'inquiète pas les gouvernements des pays riches, que du contraire, qui facilitent tous l'évasion fiscale et refusent de taxer lourdement les grandes fortunes sous prétexte qu'ils iront faire fructifier leur argent sous des cieux plus propices. Cette attitude hypocrite doit cesser quand on voit dans quel état doivent vivre les plus pauvres et tous ceux habitants dans les pays sous-développés et que le monde occidental ignore superbement.

Disposant de très peu de ressources et donc de peu de pouvoir et de pratiquement aucun moyen de pression, les pays marginalisés sont en train de dériver au large du vaisseau Terre. Leur population continue de croître, de même que leur pauvreté, la dégradation de l'environnement et la perte progressive de leur qualité de vie.

Définitions

Organisation économiques et/ou financières

G8   : Allemagne, Canada, États-Unis, France, Grande Bretagne, Italie, Japon, Russie

G20 : G8 + pays émergeants : Afrique du Sud, Allemagne, Arabie Saoudite, Argentine, Australie, Brésil, Canada, Chine, Corée du Sud, Etats-Unis, France, Inde, Indonésie, Italie, Japon, Mexique, Royaume-Uni, Turquie.

OCDE : Allemagne, Australie, Autriche, Belgique, Canada, Corée du Sud, Danemark, Espagne, Etats-Unis, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Islande, Italie, Japon, Luxembourg, Mexique, Norvège, Nouvelle-Zélande, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Royaume-Uni, Slovaquie, Suède, Suisse, République Tchèque, Turquie, Union Européenne.

OMC : 160 pays en 2015, autant dire tous les pays mis à part quelques pays en voie de développement et sous-développés.

Notions de développement

Pays développés  : pays ayant un indice de développement humain (DHI) supérieur ou égal à 0.8. Ils comprennent les pays de l'OCDE, de l'Europe de l'Est, de l'Europe centrale et de la CEI, bref essentiellement des pays occidentaux, dit "du Nord". Il y a 53 pays développés en 2005 dont la plupart sont également des démocraties.

Carte mondiale de l'indice IDH.

Pays en voie de développement : pays dont le développement humain, comparé à d'autres, n'est pas terminé et en phase de croissance. Il présente un indice DHI entre 0.5 et 0.8. Il subit les aléas de contraintes internes (population, éducation, système administratif) et externes (géopolitique, réformes, ...). Cela concerne 43 pays, dont beaucoup dits du "Tiers monde" situés en Asie (ancien membres de l'ex-Union Soviétique), en Afrique du Nord et en Amérique du Sud.

Pays émergeants : pays sous-développés présentant un indice DHI compris entre 0.5 et 0.8, ayant les moyens de décoller sur le plan économique et ayant passé un seuil critique de complexité (industralisation, etc). Citons notamment la Chine, l'Inde, le Brésil, l'Afrique du Sud.

Pays sous-développés : les pays exclus de ces trois catégories dont l'indice DHI est inférieur à 0.5. Ils ne parviennent pas à démarrer les secteurs clés de l'économie, de l'éducation et des soins de santé. Cela concerne essentiellement des pays d'Afrique centrale et du Moyen-Orient (32 pays).

DHI (IDH) : Indicateur inventé par l'économiste indien Amartya Sen et utilisé par l'ONU (PNUDE) pour évaluer le développement humain. C'est un indice multifactoriel tenant compte de la longévité, l'éducation (scolarisation et alphabétisation) et du niveau de vie des populations. Il complète l'indice du PNB.

La qualité de l'environnement, spécialement de l'air et des eaux s'est généralement améliorée dans les pays développés mais elle empire et joue dangereusement avec la toxicité dans de nombreux régions récemment industralisées (Chine, Mer Noire, Russie, Brésil, Indonésie, ...).

Le problème des énergies renouvelables mis en évidence dans les années 1970 apparaît aujourd'hui moins urgent que l'état de l'environnement dont la dégradation touche non seulement les ressources renouvelables, mais également les forêts primaires, l'eau et l'atmosphère. L'étendue et/ou la qualité de ces ressources, comme celle des biotopes et de la biodiversité ont globalement diminué dans de nombreuses régions du monde au profit des cultures et de l'industrialisation. C'est autant valable en Amazonie, à Bornéo qu'en Europe.

Pourtant, malgré les conférences au sommet mettant en alerte les autorités sur les risques liés au changement climatique ou la perte de biodiversité, les autorités ne semblent pas décidées à ralentir leur économie pour protéger la planète. Ces politiciens en rond de cuir voient leur intérêt immédiat sans se préoccuper des autres ni de ce qui pourrait advenir de la planète ! C'est ici que la population a un rôle à jouer en dénonçant ces hommes et ses femmes irresponsables et parfois sans scrupules.

Prochain chapitre

Prospective

Page 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 -


[1] Notamment les participants au Sommet de Johannesbourg en 2002.


Back to:

HOME

Copyright & FAQ