Contacter l'auteur / Contact the author

Recherche dans ce site / Search in this site

 

Les recontres rapprochées

Document http://www.wapit-ufo-group.org.uk

Les enlèvements ou rencontres du 4e type (I)

Le phénomène des enlèvements, les "abductions" comme les appellent les Anglo-saxons est devenu un phénomène social aux Etats-Unis, au point de toucher des millions d'individus et de susciter l'intérêt des universités. Mais à l'heure qu'il est, ce cautionnement implicite n'est toujours pas très apprécié par les autorités académiques[5] qui voient d'un mauvais oeil cet intérêt farfelu pour des fables d'excentriques.

Les cas d'enlèvements suggèrent directement que des extraterrestres viennent sur Terre en provenance d'un autre monde.

On les imagine à l'image des "Martiens" de Welles, des belles créatures blondes d'Adamski, ou des "Petits hommes verts" ou “gris” qui peuplent la littérature de fiction.

Ainsi que nous le verrons à la fin de ce dossier, si la vie est l'aboutissement logique du développement d'une structure abiotique élémentaire, la probabilité qu'il existe une autre civilisation extraterrestre au même moment que la nôtre dans l'échelle des temps cosmiques est cette fois très improbable en regard de la complexité de l'intelligence et du développement d'une civilisation technologiquement avancée.

Si le Dr Hynek et quelques fervents adeptes de la thèse extraterrestre pensent que la vie peut exister dans d'autres systèmes stellaires, ils ne croient pas que ces créatures se manifestent sur Terre à travers les apparitions d'OVNI. Sur l'ensemble des notifications, seuls quelques pourcents des cas soutiendraient cette hypothèse.

L'hypothèse extraterrestre se heurte également à l'apparence humanoïde de nos visiteurs. Les biologistes, généticiens et autres physiologistes nous disent que la Nature est bien plus imaginative que nos quelques témoins d'abductions.

Pour peu qu'on étudie la biologie et l'évolution, on constate qu'en tenant compte du hasard des combinaisons génétiques, de la durée d'expression des gènes et des conditions favorisant cette évolution, il y a tellements de facteurs pouvant modifier une espèce et un individu qu'il est tout à fait improbable que l'on retrouve la même structure humanoïde ailleurs dans l'espace.

Ainsi qu'on l'expliquera dans le dossier consacré à la bioastronomie, l'éventuelle créature extraterrestre qui viendrait à notre rencontre se déplacerait peut-être sur des appendices, analyserait vraisemblablement son entourage au moyens de capteurs sonores ou visuels et se nourrirait au moyen d'un système quelconque. Mais considérer qu'il serait à l'image des Martiens d'Anderson, voire d'E.T., certainement pas. Il faudrait dans ce cas qu'il ait vécu dans un environnement équivalent à celui de la Terre, ce qui est très improbable : même quantité de gaz, même constitution atomique et moléculaire dans le sol, dans l'air, dans l'eau et dans les êtres vivants, même force de gravité, même quantité de rayonnements, même chaleur, etc. Même si l'on s'accorde une marge de 10 à 30 % sur chacun de ces facteurs, une telle créature a peu de chance d'exister.

Les extraterrestres seraient-ils alors un mythe moderne comme le pensait le célèbre psychanalyste suisse Carl Jung ? Impossible de le certifier. Si l'on croit à la réalité des enlèvements, ne fut-ce que d'un seul, il faut alors démontrer la présence de ces êtres et expliquer l'origine de ce phénomène. Une nouvelle fois, actuellement nous en sommes incapables. A vous de juger de la pertinence de ces notifications à travers des évènements classiques mais irréductibles à toute explication[6].

L'affaire Betty et Barney Hill

Nous avons tous en tête le cas du couple Betty et Barney Hill qui auraient vécu le 19 septembre 1961 une aventure extraordinaire du 3e type, suivie de leur enlèvement à bord d'un vaisseau spatial[7], histoire qui força les ufologues à définir un 4e type de rencontre : les enlèvements allégués par des extraterrestres, les "abductions".

Nous n'allons pas détailler leur aventure qui fit l'objet de nombreuses publications mais extraire deux interviews significatives obtenues lors de régressions sous hypnose. Nous devons en discuter car elle marqua l'émergence d'une série d'enlèvements similaires inexpliqués dont les descriptions hors du commun, pour ne pas dire farfelues, ne renforcent pas la crédibilité des témoins. On peut résumer cet incident en quelques lignes.

L'aventure survenue au couple Hill.

Le couple Hill rentrait de vacance et circulait en voiture sur la nationale 3, dans l'Etat du New Hampshire, lorsque vers minuit ils aperçurent un objet lumineux comme une étoile, traverser le ciel au Sud-Ouest. Ils étaient à environ 5 km de North Woodstock lorsqu'ils virent l'OVNI décrire une courbe et venir s'immobiliser non loin de leur voiture, dans un bois à droite de la route, à une trentaine de mètres du sol.

Barney pris les jumelles qu'il avait prêtée à sa femme et sortit de la voiture. L'OVNI avait une forme de soucoupe et se déplaça vers la gauche lorsqu'il plongea soudainement vers leur voiture. Observant l'objet aux jumelles Barney Hill distingua clairement la présence de hublots éclairés, derrière lesquels il dénombra 11 silhouettes humaines qui semblaient défiler. Ces formes portaient des sortes d'uniformes noirs et brillants et un casque à visière.

Barney n’en croyait pas ses yeux et se dit à lui-même[8] : "Non, Dieu non ! Secoue-toi. Il y en a un. Il y en a un. Ca ne peut-être vrai. Ce n’est pas ici. C’est ridicule". Voyant l'OVNI se rapprocher, Barney se rua dans sa voiture en proie à une hystérie et redémarra. Tout en roulant ils entendirent une série de bip-bip inexpliqués en provenance du coffre, faisant vibrer leur voiture. L'incident en resta là, bien qu'il leur semblait s'être écarté de leur route.

Durant les jours qui suivirent Betty se mit à rêver chaque nuit de cette rencontre qui la terrorisait. Barney était devenu anxieux, insomniaque et son ulcère du duodénum s'aggrava. En cherchant la raison de leur état, ils constatèrent avec effroi avoir perdu le souvenir d'une tranche de 2 heures dans leur vie, la nuit où l'OVNI leur apparut. Qu'avaient-ils donc fait durant tout ce temps ? Betty et Barney Hill furent à ce point choqués par cette amnésie forcée qu'ils attendirent plusieurs années avant de se faire soigner chez un psychiatre, le docteur Benjamin Simon de Boston. Le couple Hill subit des régressions sous hypnose qui débutèrent en décembre 1963. C'est alors qu'ils apprirent la vérité cachée dans leur subconscient.

Ils racontèrent chacun une histoire assez concordante et très étrange qui sera enregistrée sur magnétophone. Ils seraient montés séparément à bord de l'engin qu'ils avaient vu et auraient été traités par les occupants comme le seraient chez nous des cobayes de laboratoire. Ils auraient subi des expériences médicales puis libérés avec injonction hypnotique d'oublier leur aventure.

Après la publication du récit de leur aventure, en 1966 le Dr Hynek visitera la famille Hill en compagnie du Dr Simon afin d'assister à une nouvelle régression sous hypnose, ce qui lui permit d'obtenir quelques précisions qui viennent enrichir leur témoignage.

Pendant son récit hypnotique, Betty raconta ceci :

"Nous roulons. Barney freine et les freins crissent, et il braque sec à gauche. Je ne comprends pas ce qu'il fait. Nous allons nous perdre dans les bois. Nous obliquons dans un virage [Elle s'arrête.] Barney essaie de la faire démarrer - elle ne démarre pas. Dans les bois maintenant ils viennent vers nous. C'est à ce moment là que j'ai peur et il faut que je sorte de la voiture et que je coure me cacher dans les bois..."

Hynek. - Aviez-vous jamais vu quelque chose qui ressemble à cela ?

Betty. - Non.

Hynek. - Est-ce que la Lune l'éclairait ? Pouviez-vous voir la Lune en même temps ?

Betty. - Il y avait un grand clair de Lune. Il ne faisait pas aussi clair qu'en plein jour, mais je pouvais voir. C'était par terre, et il y avait une sorte de rebord autour de l'arrête.

Hynek. - Reposait-il sur des béquilles ou à plat sur le sol ?

Betty. - Le bord était un peu surélevé par rapport au sol et il y avait une rampe qui descendait. Hynek. - Il était grand comment ?

Betty. - [...] Je dirais que s'il était posé là dans la rue - voyons, il irait depuis le coin de la façade jusqu'au-delà du garage.

Hynek. - A quoi pensiez-vous en vous en rapprochant ?

Betty. - Si possible à sortir de cette nom de D... de situation.

Hynek. - Et pourquoi n'était-ce pas possible ?

Betty. - Je n'y arrivais pas. Je - leur homme était à côté de moi [...] Et puis quand nous sommes arrivés - j'ai vu cette chose - je savais qu'ils allaient nous forcer à y monter. Mais je ne voulais pas. Je n'arrêtais pas de leur dire que ne monterais pas, que je ne voulais pas monter. Et ils me disaient d'avancer, que tout ce qu'ils voulaient c'était procéder à quelques expériences simples, que dès qu'ils auraient terminé, je regagnerais la voiture.

Hynek. - Vous ont-ils dit d'où ils venaient ?

Betty. - Non.

Hynek. - Quelles sorte de son émettaient-ils ?

Betty. - C'était comme [...] quand on apprend le français. Quand on entend pour la première fois un mot en français, on y pense en anglais.

Hynek. - Mais vous les compreniez ?

Betty. - Oui.

Vient ensuite le détail des "expériences médicales" que subit Betty :

"On m'a emmené dans cette pièce, et quelques hommes sont entrés, en compagnie de celui qui parlait anglais. Ils sont restés quelques instants - je ne savais pas qui ils étaient. J'ai pensé qu'ils faisaient partie de l'équipage... et un autre homme est arrivé. Je ne l'avais jamais vu auparavant. Je pense que c'était un médecin. Ils ont placé une machine au-dessus de mon corps [...] Elle ressemblait à un microscope avec une grosse lentille. Je me suis dit qu'ils prenaient un cliché de ma peau. Puis, à l'aide d'un objet qui ressemblait à un coupe-papier, ils m'ont fait une petite coupure au bras, ici [...] ils avaient préparé une sorte de morceau de Cellophane et après l'incision ils ont mis un peu de mon sang sur ce morceau de plastique".

Betty demanda à celui qui semblait être le chef d'où venait son vaisseau et il lui montra une carte du ciel. Puis elle fut escortée jusqu'à la rampe du vaisseau et reconduite jusqu'à sa voiture.

A voir : UFO - The Betty and Barney Hill Story

A gauche, Barney décrivant les détails qu'il aperçut sur l'OVNI. A droite, Betty et Barney tiennent en main l'ouvrage "The Interrupted Journey" (la version originale n'est plus disponible aujourd'hui) qu'ils ont rédigé en collaboration avec John G. Fuller en 1966.

Le récit de Barney, ne diffère guère de celui de Betty, si ce n'est que son agitation grandissait à mesure qu'il décrivait son enlèvement :

"Betty, c'est là - c'est là, Betty ! Mon Dieu, mais c'est dingue. Je traverse un pont - je ne suis pas sur la nationale 3. Oh, là là ! Oh là là ! Oh, je ne peux pas y croire. Il y a des hommes sur la route. Je n'y crois pas. Je ne peux pas avancer. Il ne peut rien y avoir là. C'est la Lune. Je descends de voiture et je quitte la route pour entrer dans les bois. Il y a une lueur orange; il y a quelque chose là. Nous montons la rampe. Oh, ce que je voudrais foncer dedans mais je ne peux pas. Je voudrais les frapper, mais je ne peux pas... Mes pieds butent et je suis dans un corridor. Je ne peux pas avancer. Je ne sais pas où est Betty [...] Je suis engourdi. Je n'ai plus de sensibilité dans les doigts".

"Mes jambes sont engourdies. Je suis sur une table. [...] Je sentais qu'ils m'auscultaient avec leurs mains [...] ils ont regardé mon dos et j'ai senti leur contact sur ma peau [...] comme s'ils comptaient mes vertèbres [...] puis on m'a retourné et l'examen s'est poursuivi. On m'a ouvert la bouche et j'ai senti deux doigts qui me forçaient à écarter les mâchoires. Puis j'ai entendu d'autres hommes entrer et je les ai sentis bouger à gauche de la table sur laquelle j'étais allongé. Quelque chose, une sorte de bâton, a effleuré mon bras gauche".

Viennent quelques précisions obtenues en 1966 par le Dr Hynek :

Hynek. - Barney, les avez-vous vu ouvrir la bouche et, dans ce cas, l'ouvraient-ils beaucoup ?

Barney. - Ils remuaient la bouche, je l'ai vu.

Hynek. - Essayez de me dire ce qu'étaient les sons ou s'ils correspondaient à quoi que ce soit que vous connaissez. Est-ce que vous pourriez penser à un animal qui émet des sons semblables ?

Barney. - Non.

Hynek. - A quoi ressemblaient les sons ?

Barney. - Oh, Oh, Oh ! (Barney faisait des Oh chevrotants).

Hynek demanda finalement : C'était pendant que vous étiez sur la table ?

Barney. - Oui. Je voulais me battre. Je ne savais pas où était Betty, et chaque fois que j'essayais de bouger ou de me débattre cette lumière forte dans ma tête me calmait.

Revenons au récit de Barney :

"Ensuite ils sont repartis. On m'a remis mes chaussures et je suis descendu de la table. Je me suis senti soulagé parce que je savais que c'était fini [...] j'ai descendu [la rampe]; j'ai ouvert les yeux et j'ai continué à marcher. J'ai vu ma voiture [...] et Betty avançait le long de la route, elle a fait le tour de la voiture et a ouvert la portière."

Une photographie rare montrant Betty Hill sur le lieu de son prétendu enlèvement prise vers 1990 par l'enquêteur John Paul Oswald du NICAP.

Le couple Hill poursuivit sa route, ne se rappelant de rien mais constata qu'il se trouvait à 55 km de l'endroit estimé.

Après six mois d'examen psychiatrique, le Dr Simon[9] conclut que ce cas d'enlèvement était un fantasme élaboré par Barney à partir des rêves que fit sa femme après avoir vu l'OVNI. Pendant son examen, Barney avait toutefois apporté quelques explications sur la façon dont il jugeait cet évènement :

Dr Simon. - D'accord, et maintenant revenons à la fin de votre excursion aux chutes du Niagara, lorsque sur la route du retour vous avez eu cette expérience avec l'objet volant non identifié. Qu'en pensez-vous maintenant ? Avez-vous été enlevé ou non ?

Barney. - Je pense que j'ai été enlevé.

Dr Simon. - Avez-vous été enlevé ? Non pas “comment le ressentez-vous”. Avez-vous été enlevé ?

Barney. - Oui. Mais je ne veux pas croire que j'ai été enlevé.

Dr Simon. - Mais vous êtes convaincu de l’avoir été ?

Barney. - Je dis simplement que je le pense, parce que comme cela je suis plus à l'aide pour accepter quelque chose dont je ne veux pas accepter qu'elle se soit passée.

Dr Simon. - Qu'est-ce qui pourrait vous mettre à l'aise ?

Barney. - De dire que je le pense.

Dr Simon. - Je vois. Pourquoi êtes-vous mal à l'aise en disant “J’ai été enlevé” ?

Barney. - Parce que c'est une histoire tellement invraisemblable. Si quelqu'un m'avait raconté que cela lui était arrivé, je ne l'aurais pas cru, et je déteste être accusé d'avoir fait quelque chose lorsque je sais parfaitement que je ne l'ai pas fait.

Dr Simon. - De quoi êtes-vous accusé ?

Barney. - Je ne suis pas cru, alors que j'ai fait quelque chose et que je sais que je l'ai fait.

Dr Simon. - Et si vous aviez simplement capté le rêve de Betty ?

Barney. - J'aimerais bien voir ça.

Dr Simon. - Vous aimeriez bien voir ça; peut-être est-ce vrai ?

Barney. - Non ...[Criant]... je ne voulais pas qu'ils placent ce truc sur moi ! je ne voulais pas qu'ils me touchent !

Dr Simon. - D'accord, d'accord ! Mais ils ne vous touchent pas à présent, ils ne vous touchent pas.

N'en parlons plus. [...]

Malheureusement, ce témoignage n'apporte aucun crédit à cet incident. Barney est à la fois juge et partie, faisant une déposition pro domo, devenant l'avocat de sa propre cause.

Après une longue et minutieuse étude du cas Betty et Barney Hill, le Dr Simon ne put véritablement trancher la question. Les deux seules explications qui finalement restaient envisageables furent les suivantes :

1. Il s’agit d’une expérience réelle et véritable.

2. Il s’agit d’une expérience qui a été affectée à ce point par l’état émotionnel l’accompagnant, qu’elle a produit une mauvaise interprétation d’une perception et d’une illusion enfouies dans un hypothétique rêve.”

Barney retrouva la santé mais mourut quelques années plus tard, à 46 ans. Betty Hill resta marquée par cet évènement et continua à prétendre qu'elle voyait des OVNI, jusqu'à cinquante ou cent certaines nuits. Mais elle ne prétendit jamais plus avoir été kidnappée par des extraterrestres.

En 1995, elle publia un seul livre à compte d'auteur intitulé "A Common Sense Approach to UFOs". Une interview (show) est également disponible sous forme de cassette audio. Betty Hill est décédée le 18 octobre 2004 à l'âge de 85 ans.

A la fin des années soixante, Marjorie Fish, maîtresse d'école et passionnée d'astronomie voulut savoir si les étoiles dessinées par Betty et représentant les expéditions stellaires conduites par les extraterrestres pouvaient se rapporter à quelque constellation ou amas stellaire connu. Elle construisit un modèle 3D sur base des données recueillies par le Dr Simon à partir des étoiles recensées dans le "Gliese Catalog of Nearby Star" édité en 1969 qui reprenait les étoiles situées à moins de 25 parsecs (81.54 a.l.).

C'est alors qu'elle découvrit que le schéma stellaire dessiné par Betty correspondait à une vue de notre banlieue solaire tel qu'on pouvait l'observer à partir de l'étoile double Zêta du Reticulum située à 37 années-lumière. 

Notons que ce système binaire brille à l'oeil nu à la magnitude 5.5/5.2. Il s'agit de deux étoiles de type solaire, de classe spectrale G2 et présentant une luminosté légèrement plus faible que celle du Soleil (0.7/0/9).

Plusieurs astronomes vérifieront l'exactitude de son modèle et finiront par conclure que certaines des étoiles mentionnées étaient encore inconnues lors de la publication du catalogue consulté. Les anti-soucoupistes dont Carl Sagan mirent cette preuve sur le dos d'une coïncidence, mais les partisans des époux Hill rétorquèrent qu'une telle coïncidence avait bien peu de chance de se produire. Voici le détaiul de cette analyse.

A voir : UFO Alien Abduction Betty & Barney Hill

A gauche, la carte du ciel dessinée sous hypnose par Betty Hill, dont voici un schéma avec le nom des étoiles, représente les expéditions stellaires conduites par les extraterrestres. Elle correspondrait à l'image de notre banlieue stellaire telle qu'on pourrait l'observer depuis le système binaire de Zêta du Reticulum situé à 37 a.l. A droite, l'histoire des Hill telle que la raconta John Fuller fut transposée sur le petit écran pour un million de dollars et fut présentée sur NBC-TV en 1975 sous le titre "The UFO incident". Ce film met en vedette James Earl Jones dans le rôle de Barney Hill et Estelle Parsons dans le rôle de Betty Hill. Si le film se situe "au-dessus de la moyenne" selon les critiques et se base sur des faits réels il présente toutefois de longs monologues et manque d'action.

Hynek fut très frappé par la séance d'hypnose à laquelle il assista et constata que Betty et Barney avaient subit "un choc émotionnel violant qui témoignait de leur très évidente sincérité".

Ce type de témoignage n'apporte cependant aucun preuve de l'incident, d'autant plus qu'il fut obtenu sous hypnose, une technique, qui encore aujourd'hui, reste contestée. Il faut cependant reconnaître que ce genre d'expérience exige de la part des témoins un psychique d'acier et des preuves irréfutables. Le cas reste atypique et on ne peut s'expliquer ce qu'ils ont vécu.

Ceci dit jamais aucune investigation ne parvint à trancher définitivement la question. Mais peut-il en être autrement d'une science humaine, à moins d'interpréter les faits en termes statistiques ?

Prochain chapitre

Autres traumatismes et pseudo-victimes

Page 1 - 2 - 3 -


[5] S.Nadis, "Harvard investigates the “UFO researchers"”, Nature, 375, 1995, p5.

[6] W.Strieber, " Communion", William Morrow, 1987 - B.Hopkins, " Intruders", Random House, 1987 - B.Hopkins, "Missing Time", Richard Marek, 1981 - J.Vallée, "Passport to Magony : From Folklore to Flying Saucers", Henry Regnery, 1969.

[7] John Fuller, “The Interrupted Journey”, The Dial Press, 1966 - Inforespace, 4, p22.

[8] John Fuller, “The Interrupted Journey”, op.cit., p85.

[9] John Fuller, “The Interrupted Journey”, op.cit., p280.


Back to:

HOME

Copyright & FAQ