Contacter l'auteur / Contact the author

Recherche dans ce site / Search in this site

 

Tablette et Web 3.0 ou l'informatique du futur

Le tabletPC Dell Latitude XT.

Analyse des tendances technologiques (I)

Pour connaître les tendances technologiques dans le secteur de l'informatique, il suffit de regarder un bon film récent d'espionnage (James Bond), un policier (Les Experts: Miami) ou de science-fiction (Stargate SG-1).

Sachant que le scénariste s'adresse notamment à un public passionné de science et de technologie, il n'hésitera pas à placer dans le décor des appareils innovants, plébiscités par la presse spécialisée et les utilisateurs avertis.

De temps en temps, les chaînes de TV dédiées à la science-fiction passent un nième épisode de la série culte "Stargate SG-1" (1997-2007). Vers les années 2005 et ensuite dans la série "Stargate: Atlantis" (2004-2009) on aurait dit que l'USAF ou plutôt la production leur avait offert à tous une tablette PC, ce qui tend à démontrer qu'ils leur ont trouvé une utilité pratique, une idée qui échappait encore aux premiers critiques du produit.

Ces supports numériques sont encore plus utilisés dans le domaine de la finance et du négoce ou dans les salles de marchés où la plupart des "traders papiers" ont remplacé leur bloc-note par une tablette ou une tablette PC.

Vu l'intérêt des clients pour ce genre d'interface, la tablette et ses dérivés sont promus à un bel avenir et vont certainement concurrencer voire remplacer à terme l'ordinateur portable classique à mesure que la taille de l'écran et leurs performances s'amélioreront.

En parallèle, dans la série "Les Experts: Miami", les inspecteurs interrogeaient Internet ou leurs bases de données en langage naturel, laissant croire aux spectateurs que le système était capable d'interpréter le sens des mots. Si le système Siri d'Apple et le Web 3.0 entrevoient cette possibilité, il y a encore des progrès à faire.

Ici également la technologie dite Web 3.0 est en cours de développement ainsi que nous allons le découvrir et devrait à terme révolutionner notre manière d'appréhender l'informatique, d'utiliser les moteurs de recherches et les périphériques.

De la tablette classique au modèle hybride

Alors que Roger Fidler avait déjà inventé la tablette en 1994 (voir la vidéo ci-dessous), il fallut attendre 12 ans pour qu'Apple présente son fameux iPad en 2010. Précisons que nous devons son interface utilisateur (et celui de l'iPod) au designer et critique Bret Victor. Victor est connu pour sa vision futuriste de la technologie et a participé aux décors de nombreux films dont "Minority Report".

L'iPad fut proposé à un prix oscillant entre 499 € et 799 € plus accessoires soit plus de 1200 € full options. Malgré ce prix élevé, ce fut un succès commercial immédiat. Du jour au lendemain l'action d'Apple (AAPL) a progressé de 15% ! L'iPad boosta les ventes d'Apple mais aussi rapidement celles de ses concurrents. En effet, selon Strategy Analytics, 2 ans après sa sortie l'iPad détenait plus de 94% des parts de marché. En 2015, près de 72% des utilisateurs utilisaient une tablette sous Androïd et selon eMarketer, de manière générale plus d'un milliard de personnes utilisaient une tablette.

A voir : La tablette de Roger Fidler (1994)

Sur le blog : L'iPad 3 (2012) - L'iPad (2010)

A gauche, l'iPad d'Apple. Au centre, son mode d'emploi sous forme de carte de référence à imprimer (à 26% de sa taille en A4 paysage). A droite, un PC portable Asus disposant d'un écran tactile rotatif.

Mais Apple subit rapidement la concurrence asiatique, au point qu'en 2016 l'iPad ne représentait plus que 24.4% des parts de marché. Ceci dit, grâce à Apple le marché des tablettes a explosé. En 2016, il s'était vendu plus de 42 millions de tablettes dans le monde.

Avec son écran LED 4:3 de 9.7" et un poids de 680 g, l'iPad 3 est resté de facto la référence des tablettes, bientôt remplacée par l'iPad 4 puis 5 et 6 toujours plusrapides. Mais bien qu'il ait le look d'une tablette PC, par défaut il est vendu sans applications bureautiques (mis à part la messagerie, une visionneuse et quelques outils dont un système de reconnaissance vocale), ni accessoires (sans clavier, pas de souris, pas de stylet, pas de port SD, pas de lecteur SD, pas d'étui, etc). Comme les tablettes concurrentes, l'iPad reste avant tout un outil de communication et multimédia.

Mais il peut s'adapter d'autant plus que la logithèque App Store d'Apple rassemble aujourd'hui (2018) plus de 2.2 millions d'applications dont 1 million pour l'iPad dont une majorité sont gratuites (mais pas toujours intérssantes et assorties de publicités). Par comparaison, le Play Store de Google propose 2.8 millions d'applications pour Android et Windows Store 669000 applications, auxquelles s'ajoutent les 45 millions de titres disponibles sur iTunes Store (également payants). Ceci dit, la version actuelle de l'iPad reste un produit plutôt cher comparé à ses concurrents sous Android parfois mieux équipés.

Si au début certaines tablettes sous Android présentaient des dysfonctionnements qu'on retrouve toujours dans les modèles bons marchés d'entrée de gamme, aujourd'hui on peut dire que les modèles de milieu et haut de gamme sont fiables et le marché florissant à la plus grande joie d'Apple, Samsung et Microsoft parmi d'autres.

Il y a d'abord fallut que la technologie mûrisse dont les matériaux utilisés pour fabriquer les écrans plats, ce qu'on appelle les dalles : technologie a-Si (silicium amorphe), LTPS (silicium polycristallin), IZGO (écran à base d'Indium, Zinc, Gallium, Oxyde), etc. La recherche s'est focalisée sur des technologies à basse consommation permettant d'atteindre de haute résolution et si possible légère voire permettant de fabriquer des écrans souples pour les appareils mobiles et portables.

L'écran se caractérise également par sa définition (nombre de pixels par ligne et colonne) et sa résolution ou finesse de l'image (exprimée en dpi ou pixels par pouce).

Ce sont les smartphones qui furent les premiers appareils à bénéficier de ce progrès. Ensuite les écrans d'ordinateurs dont les tablettes puis les téléviseurs et tous les autres périphériques équipés d'un écran plat en ont profité.

Si on combine toutes ces avancées, on constate que la nouvelle génération de tablettes dispose d'un écran exploitant la technologie IPS ou AMOLED qui consomme moins d'énergie et est plus performante que les anciens écrans TFT ou LCD. La définition est également passée de la qHD (540 x 960 pixels) à Full-HD (1080 x 1920 pixels) et à présent 2K (1440 ou 1660 x 2560 pixels).

Comparatifs à consulter : Les tablettes, Les Numériques, 2018

Les meilleures applications Android de 2018, AndroidPit

100 awesome Android apps for Tablets, Digital Trends, 2018

The Best Apps for Your Android Tablet, Lifewire, 2017

Evolution des parts de marché et des ventes des tablettes entre 2010-211 et 2013 et prévisions pour 2017. Documents IDC/EcoConscient et Strategy Analytics.

Sur le plan commercial, depuis 2015 le marché des tablettes subit un ralentissement (~7% par an selon IDC) en raison du faible taux de renouvellement mais reste encore très important avec 163.5 millions de ventes en 2017 (contre 175 millions en 2016), ce qui représente 87% des parts de marché.

Dans le TOP10 des ventes, le dernier modèle d'iPad d'Apple oscille toujours entre la 1ere et la 2e place selon les années tandis que le dernier modèle de Samsung le bouscule une année sur deux, suivi par celle de Google et selon les années celle de Sony, Huawei, Asus et autre Lenovo quand on ne retrouve pas les autres modèles d'Apple et de Samsung dans les 10 premières places.

Mais cela ne veut pas dire que la dernière tablette d'Apple ou de Samsung est la plus performante, juste quelle est la plus vendue. En effet, les fans d'Apple par exemple reconnaîtront que la caméra intégré dans l'iPad 6 sorti en 2018 n'a pas évolué depuis plusieurs générations et est même dépassée par rapport aux performances de celle que propose ses concurrent asiatiques.

A l'inverse des autres constructeurs dont les ventes de tablettes se stabilisent ou plafonnent, la Fire d'Amazon sortie en 2015 et trois fois moins cher que l'iPad (avec des performances moindres il faut le préciser) voit  ses ventes s'envoler depuis 2017 (+38%). Amazon en vend dorénavant 10% de plus que Samsung (7.7 millions contre 7 millions de tablettes vendues en 2017).

Bien que beaucoup plus chères, les tablettes PC de Microsoft voient également leur part de marché augmenter. On constate même que le marché des tablettes hybrides augmente au détriment de celui des tablettes classiques et des ordinateurs portables qui pourraient disparaître à terme (quelques décennies). Voyons donc quels sont les avantages des tablettes PC.

A lire : Conseils pour bien acheter une tablette

La tablette PC

C'est en 2002 que la tablette PC (qu'on peut aussi mettre au masculin si on considère le PC) est apparue sur le marché. Destinée en premier lieu aux activités mobiles professionnelles (représentants, commerciaux, policiers, opérateurs, scientifiques, etc), il s'agit d'une tablette et plus précisément d'un ordinateur portable graphique sans clavier équipé d'une interface tactile. Elle se différencie des tablettes par ses connecteurs externes dont des ports standards dont USB et, sur certains modèles, par leurs performances quelquefois supérieures à celles d'ordinateurs portables de milieu de gamme.

La plupart des modèles ont un écran de 10" à 12" au format 4:3 ou 16:9, font à peine 1.35 cm d'épaisseur et pèsent entre 0.6 kg et 2 kg. Ils exploitent un processeur multicoeur cadencé entre 1 et 3 GHz à faible consommation et tournent sous Windows.

La tablette PC est alimentée par une batterie Lithium-Ion ou Lithium-Polymère (LI-PO) qui présente une autonomie de 5 à 8 heures. Sa mémoire vive (DRAM) varie de 2 à 8 GB, la capacité du disque dur en technologie SSD (mémoire flash) variant entre 64 et 512 GB dont 40 à 60 GB sont occupés par le système. Ces capacités augmentent bien sûr sur les nouveaux modèles.

Description d'une tablette PC. Document PDAFRance

La tablette PC est généralement équipée d'un stylet, d'un port USB 2.0 ou 3.0, microSD, mini DisplayPort (pour les interfaces audio-visuels numériques), de haut-parleurs, de capacités Wi-Fi et Bluetooth 4.0, d'une entrée micro, casque, d'une ou deux caméras HD (une par face), parfois complétés par une docking station et un câble HDMI.

Optionnellement on peut la relier à un clavier externe, une souris, un lecteur CD/DVD/Blu-Ray via le port USB, installer un adaptateur USB/RJ-45 pour le relier au réseau TCP/IP, micro DisplayPort/VGA pour le connecter à l'écran d'un ordinateur ou encore mini DisplayPort/AV HD pour le connecter à une télévision.

Bien entendu, connecté à Internet en Wi-Fi, comme la tablette classique ou le smartphone, la tablette PC peut accéder au Cloud (par exemple au Cloud de Google, SkyDrive de Microsoft, à l'iCloud d'Apple ou à l'Asus Web Storage) et disposer d'un espace disque virtuel illimité et sécurisé (mais payant au-delà de 5 ou 7 GB) ainsi que d'applications virtuelles qui épargneront les ressources de l'ordinateur.

Faisant appel à de la haute technologie (processeur multicoeur, disque dur SSD, USB 3.0, batterie LI-PO, etc), le prix d'une tablette PC reste relativement élevé, oscillant entre 339 € pour un modèle de base à des multiples de 1000 € pour une configuration complète avec tous ses accessoires.

Comme les smartphones et la majorité des tablettes, les tablettes PC utilisent un écran LCD de technologie IPS offrant un contraste voisin de 1000:1.

Il existe deux types d'écrans, les transflectifs dont le fond d'écran renvoie une partie de la lumière incidente, et les transmissifs disposant d'un rétro éclairage. Les premiers donnent une image plus brillante et plus lisible dans un environnement lumineux, y compris en plein Soeil. Cette technologie est en évolution permanente. A l'avenir, ces ordinateurs seront probablement équipés d'écrans OLED.

De la Surface RT à l'Always Connected PC

Parmi les premières tablettes PC, citons le "Surface RT" de Microsoft qui fut présentée en 2012 mais dont le développement de l'OS fut arrêté en 2015. La différence essentielle avec une tablette PC est que la "Surface RT" utilisait un processeur ARM et ne pouvait donc pas utiliser les applications Windows classiques développée pour le code Intel. Le système était limité, et le terme est approprié, aux applications disponibles sur Windows Store. S'il existe beaucoup d'applications, il en existe peu pour les réseaux sociaux (Facebook et Twitter sont disponibles mais ils ne sont pas complets) et YouTube n'était disponible que sous forme de visionneuse "Hyper for YouTube". Autrement dit, le Surface RT n'intéressait personne si ce n'est quelques débutants mal informés.

Malgré cet échec cuisant, Microsoft n'a pas abandonné l'idée et proposa en 2018 ce qu'il appelle les "Always Connected PC", des systèmes proches des ultrabooks fonctionnant sous Windows 10S (on peut le remplacer par Windows 10 Pro mais on ne peut pas revenir en arrière). Avantages, leur autonomie est de 20 heures en utilisation courante et ils se connectent en 4G (là où il est disponible) au réseau, c'est-à-dire qu'ils sont capables de passer du réseau Wi-Fi au réseau cellulaire en toute transparence et sans coupure. Ces systèmes sont équipés d'un processeur Snapdragon 835, celui qu'on trouve normalement dans ...les smartphones !

Le premier constructeur OEM à relever le défi est Asus avec son modèle NovaGo (1199 € en 2018). Ensuite il y eut HP et d'autres constructeurs suivront probablement. On verra si ces nouveaux modèles tiennent leurs promesses et sont plébiscités.

A voir : The Mobile PC: Always On, Always Connected

La Surface Pro

Depuis 2012, Microsoft mise également beaucoup sur ses différentes versions de "Surface" et "Surface Pro" tournant sous Windows dont les prix ont tendance à flamber. A ne pas confondre avec le "Surface computer" qui a la taille d'une table (50") ou d'un écran mural.

Ces tablettes PC sont toutes très perfectionnées. Elles sont équipées d'un écran LCD XGA d'au moins 1200 pixels de 10.6" au format 16:9 (27.4 x 17.3 cm) offrant un contraste de 1000:1, de 2 GB à 8 GB RAM, d'un disque dur SSD de 64 à 512 GB, d'un clavier détachable tactile (Touch) ou à touches dures (Type Cover 2), d'une connexion Wi-Fi (mais pas 3G/4G), des ports habituels (Bluetooth, microSD, micro, casque, miniDisplay, USB 3.0 sur Pro 2) et des fonctions qu'on retrouve sur les tablettes (APN, haut-parleurs, accéléromètre, etc.).

Complétées par les "Surface Studio" dont l'écran atteint 28" et les "Surface Book", des portables dont l'écran est amovible, Microsoft veut clairement concurrencer les fabricants de tablettes et d'ordinateurs portables haut de gamme tout en faisant de l'ombre à Apple.

A voir : iPad Pro vs. Surface Pro 4 - Le match, UFC-Que Choisir, 2017

Revue du Surface Pro 2 par 01NetTV et Clubic, 2013

A gauche, la tablette PC "Surface Pro" (2013) de Microsoft de 10.6" 1080p en format 16:9 et équipée d'un processeur Intel Core i5 de 1.6 GHz et d'un clavier "Touch" tactile. A droite, la "Surface Pro 4" (2017) d'entrée de gamme (il existe 6 modèles) équipée d'un écran de 12.3" en format 3:2, d'un processeur Intel m3 et de 128 GB en SSD.

Parmi les différentes déclinaisons de la dernière "Surface Pro" (2017), la version la plus sophistiquée est équipée d'un processeur Intel Core i7 de 4 GHz et de Windows 10. Elle est capable de faire tourner toutes les applications du marché, y compris des logiciels graphiques (Pinacle, Photoshop, etc) en qualité HD et fonctionne avec le clavier ou uniquement avec l'écran tactile.

Lors de son lancement, le prix de la Surface Pro 2 atteignait 1300 € équipé de tous ses accessoires contre 2499 € pour la Surface Pro 4 (mais dont les prix commencent à 919 € pour la version m3), ce qui fait de cette dernière un produit plus cher que certains ordinateurs de bureau. Mais en voyant les performances du dernier modèle de Surface Pro et en les comparant à celles d'un ordinateur portable classique, on peut admettre du bout des lèvres que le prix est justifié car c'est vraiment une très belle machine et rapide.

Asus T100 et HP Envy X

A côté de ces bêtes de course, il existe un marché pour la petite tablette PC Asus Transformer T100 sortie fin 2013. Elle est proposée à 399 € avec un écran IPS capacitif multitouch de 10.1" de 1366x768 pixels, un processeur Intel Atom Z 3740 à 5 coeurs de 1.33 GHz, 2 GB RAM, 64 GB de disque eMMC (embedded multimedia card, un sorte de carte flash SD), une carte graphique Intel HD Graphics, un clavier à touches dures, une wecam frontale 720p, deux haut-parleurs, un micro, un mini jack pour le casque, un port USB 3.0 (sur le clavier), microSD, micro USB, micro-HDMI, une connexion Wi-Fi B/G/N et Bluetooth 4.0. En option, Asus propose un disque dur SSD de 500 GB à 100 € ainsi qu'une souris qui se branche sur le port USB du clavier.

Ce système est bien sûr perfectible, il ne dispose pas de GPS ni de NFC mais vu son excellent rapport qualité/prix, ce sont des manquements qu'on peut bien accepter.

L'avantage de ce modèle est d'être un système hybride. Il a la taille d'une tablette de 26.3 x 17.1 cm, une épaisseur de 1.05 cm sans clavier (2.36 cm avec clavier) et pèse 523 g sans clavier (1.03 kg avec clavier) tout en ayant les fonctionnalités d'un netbook ou d'un PC portable.

A voir : Best Windows 10 Tablet Hybrids - 2017 Top 10

Revue de l'ASUS T100 par 01NetTV et MiniMachine, 2013

Deux tablettes PC à écran amovible. A gauche, l'Asus T100 à écran de 10.1". A droite, l'un des modèles HP Envy X2 équipé d'un écran de 12.3". Seuls les modèles équipés d'un processeur Intel m3 ou i5 sont rapides.

Parmi ses "concurrents" car ils sont beaucoup plus chers et s'adressent soit aux passionnés soit aux entreprises, outre les Surface de Microsoft il y a les modèles HP Envy X2 (899 à 1299 € en 2018) et Envy X360 (1400 € en 2018) dont la batterie présente une autonomie de 22 heures. Les modèles équipés du processeur Snapdragon 835 de Qualcomm sont lents et justes bons pour effectuer du travail bureautique. Seuls les modèles équipés d'un processeur Intel (dont le i5) sont rapides. Comme toujours, ce marché est en constante évolution.

Notons que certains PC portables d'Acer, Asus, Dell, HP ou Toshiba parmi d'autres disposent d'un écran tactile fixé sur une rotule orientable à 180°, ce qui permet de le replier à plat et à l'envers sur le clavier. Très ergonomiques mais au moins deux fois plus épais que les tablettes PC, ils sont généralement plus performants que les tablettes PC; ils disposent de plus de mémoire, d'un disque dur plus important, d'un processeur plus rapide, etc.

Enfin, équipé d'une tablette PC de dernière génération, d'une connexion Wi-Fi, 3G/4G, du GPS et d'un APN/webcam, vous avez tout ce qu'il faut pour travailler comme chez vous mais pratiquement jamais de chez vous ! Explications.

Deuxième partie

Le web mobile

Page 1 - 2 -


Back to:

HOME

Copyright & FAQ