boystar

Membre
  • Compteur de contenus

    756
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

0 Neutre

À propos de boystar

  • Rang
    Membre actif
  1. Restefond 2017 : un excellent cru !

    Bonjour Fred, ici le Mâconnais de service (Franck) !Très content d'avoir pu partager ces nuits d'observation dans ce lieu mythique ! Tes dessins sont magnifiques. Admiratif je suis !Comme les autres astrams, mention particulière pour M31. Tellement fidèle à ce que nous avons pu voir à l'oculaire et tellement surprenant pour moi : cette galaxie immense est plutôt réputée pour être difficile à observer et manquer de détails. Sous le ciel de Restefond, j'ai été scotché par le niveau de détails accessibles en visuel sur la bête. Pouvoir se promener dans les bras, en suivre les courbes et observer en vision directe les zones brillantes et celles plus sombres était extraordinaire...Puis-je me permettre d'utiliser quelques images dans mon CROA (toujours en rédaction...), en mentionnant ton nom évidemment ?
  2. Merci pour les ressources, je vais aller fouiner...
  3. ça serait une très bonne solution, effectivement, mais je ne pense pas que les patients puissent être déplacés et installés dans un Planétarium...
  4. Bonjour à tous, Au sein de notre club (AstroSaône), nous avons eu une demande particulière d'un docteur qui s'occupe de personnes dans le coma (enfin, en cours de réveil, ou entre les deux... elle m'a cité le cas de Schumacher pour comprendre de quel public il s'agit).Dans le cadre d'exercice de sollicitations sensorielles, elle a imaginé de faire une Nuit des Etoiles pour ses patients. Attention, il ne s'agit évidemment pas de sortir en vrai, mais de pouvoir leur projeter un film réaliste de 10 à 15 minutes de la voute étoilée, permettant de voir les étoiles, le mouvement des étoiles, quelques étoiles filantes, etc. C'est important pour elle de coller à la réalité sociale et médiatique de ce qu'elle propose à ses patients, cela fait partie du protocole de soin. Donc cette projection aurait lieu le jour-même de la Nuit des Etoiles.En gros, elle aurait besoin d'un time-lapse de la voute étoilée le plus réaliste possible... et de bonne qualité pour une projection sur un écran assez conséquent.Il me semble avoir vu passés de tels films (par exemple ceux réalisés par Serge Brunier au Chili).Avez-vous des choses à me proposer ou des contacts ? Sachant évidemment que nous recherchons quelque chose libre de droit ou avec une autorisation de projection qui n'engendrera aucun frais.(désolé pour les fautes de frappes dans l'intitulé du sujet...) [Ce message a été modifié par boystar (Édité le 12-06-2016).]
  5. Rhâââââh, la photo avec les Nuages de Magellan en fond et le premier plan flou des protagonistes... elle est juste sublime !!! Bravo !!
  6. Actualités de Curiosity - 2013

    Ne rien trouver sur Mars et sur Europe prouverait que nous sommes seuls dans l'univers ?? C'est comme prendre une micro-goutte d'eau dans l'océan, ne pas y trouver de poissons et conclure qu'ils n'existent pas !Euh... ça troll dur, là, non ?
  7. Bien d'accord avec toi, Arnaudfr, pour grossir un max sur les nébuleuses planétaires... encore faut-il avoir les oculaires qui vont bien !J'ai ce tube depuis le début d'année (en remplacement d'un C8) et il me manque des oculaires de courtes focales. Je sais qu'il faut un maximum de champ (pas de suivi pour mon dob), mais j'hésite entre les focales : faut-il un 5 mm ou un 7mm, une barlow 2x pu 2.5x ou 3... sachant que j'ai un très bon 10mm (SWA) et d'autres focales plus longues (16, 22, 26, 35, 40...). Je vais sans doute me séparer du 26 et du 40.T'as quoi comme oculaires, toi ?
  8. CROA du dimanche 15 novembre 2015Matériel : Dobson Orion XX14. Lieu : "Portail des Etoiles" (lieu privé dans le Mâconnais) Température : environ 10°C. Absence totale de vent. Très peu d'humidité au cours de la soirée. De 19h à 23h. Plus d'infos : http://www.astrosaone.fr/spip/ Les évènements lourds du weekend ont accentué mon désir d'évasion et de prise de hauteur... C'est avec soulagement et plaisir que je constate que le ciel s'est ouvert dans la nuit de samedi à dimanche, et que les nuages d'altitude présents dans la journée ont fini par se dissiper à la tombée de la nuit, laissant augurer une belle nuit étoilée, propice à la contemplation et à l'observation astronomique...Je suis arrivé sur site (au "Portail des Etoiles") un peu avant 19h. Un fin croissant lunaire, laissant paraitre une magnifique lumière cendrée, illuminait doucement le paysage déjà nocturne. Un gros avantage de cette période : la nuit tombant très tôt, il n'est pas nécessaire de veiller tard pour commencer l'observation ! J'ai installé mon télescope sans l'aide d'aucune lumière. Je faisais déjà ainsi avec mon C8. L'idée est de maitriser parfaitement la bête uniquement au touché, et de profiter de ce temps d'installation pour déjà mettre ma vision en mode "nocturne". Cela m'a pris plus de temps évidemment, mais j'ai réussi l'opération sans problème. Il est vrai que la conception du Dobson est d'une utile simplicité. Christian, suivi de Christophe (dont j'ai fait la connaissance) sont arrivés très peu de temps après moi. Quelques minutes plus tard, c'est Hervé qui nous a rejoint. Ces deux derniers en mode MDA pour la soirée !Ce soir, je n'ai pas de programme préétabli, mais j'ai tout de même quelques idées de ce que je voudrais faire : déjà, Gérard m'ayant gentiment prêté son filtre OIII, je compte bien faire des tests sur différents objets et pouvoir comparer avec celui de Christian. J'y reviendrai. Ensuite, Uranus et Neptune sont idéalement placés pour qu'on y jette un œil. En quinze ans d'observation au télescope, j'avoue que je n'ai jamais observé Neptune ! Et, défi de la soirée, nous avons convenu avec Christian de débusquer visuellement le mythique Quintet de Stephan. Accompagné d'Hervé et Christophe, c'est donc en quartet que nous partirons à la recherche de ce quintet...Je finalise la collimation et le réglage du chercheur avec le coucher de la Lune... les observations sérieuses peuvent commencer !- Nous attaquons, Christian et moi, immédiatement par du lourd et du sérieux, classique parmi les classiques : les fameuses Dentelles du Cygne. Bizarrement, le Cygne ayant passé le zénith, j'ai l'impression de l'observer à l'envers et j'ai du mal à cheminer dans cette constellation que je connais pourtant très bien... Bref, je pointe néanmoins sans problème (un coup de laser !) 52 du Cygne. Avec l'oculaire 35 mm, sans filtre, je perçois sans trop de difficulté la partie fine de la Petite Dentelle. de l'autre côté de l'étoile, je perçois quelque chose, mais sans détail. J'essaie le Lumicon OIII de Christian, sur son oculaire Panoptic 24. Cela "éteint" la plupart des étoiles dans le champ et colore en bleu les étoiles les plus brillantes, mais sur la nébuleuse en elle-même, le changement est radical et la vision somptueuse ! Les détails apparaissent en vision directe et cette fois-ci, toute la Petite Dentelle se dévoile, dans ses torsades et ses ramifications. Je me déplace au jugé vers la Grande Dentelle, remarque au passage les dentelles intermédiaires (ont-elle un nom ?) et la trouve facilement. Celle-ci regorge de détails, c'est fin, ciselé, délicat, bref, c'est de la dentelle ! Nous passons tout à tour de longs moments à l'oculaire pour profiter du spectacle. J'essaie ensuite le filtre de Gérard, un Astronomik OIII... La vision est également très belle et je ne note pas une grande différence, même si l'image manque peut-être un peu de pêche. Elle est un peu moins contrastée, donc on perd un chouïa de détails... mais cela ne se joue pas à grand-chose. Ensuite, j'essaie le filtre UHC Baader de Christian : surprise, je m'attendais à une vision médiocre en détails, mais finalement, c'est une image différente qui s'offre à moi, bien plus lumineuse, avec un champ d'étoiles à nouveau révélé et les Dentelles bien présentes. Bon, effectivement, il y a moins de contraste, donc l'image parait plus pauvre en détails. En réalité, les détails sont là, mais moins immédiatement perceptibles. Bref, c'est autre chose ! Je referai un peu plus tard la même expérience sur M27, la célèbre nébuleuse que j'appelle personnellement "nébuleuse du trognon de pomme" et là, sans aucun doute, le filtre UHC l'emporte et permet une vision bien plus contrastée qu'avec l'OIII ou sans filtre.Conclusion (mais je m'y attendais, un peu) : il faut impérativement les DEUX types de filtre !- Cible suivante : Neptune ! L'année passée, avec mon C8, j'avais lamentablement échoué lors d'une tentative d'observation de la plus lointaine des géantes gazeuses de notre système solaire. Cet été, avec le Dobson, même chose ! Cette fois-ci, je suis bien résolu à débusquer la mystérieuse gardienne des confins, que je n'ai encore jamais vu... Je sais que cette planète reste quasi ponctuelle à faible grossissement, aussi, j'opte immédiatement pour un oculaire de focale intermédiaire (16 mm), afin de grossir suffisamment pour tenter de la dissocier parmi les étoiles avoisinantes. Je sais qu'en faisant ça, je rétrécis mon champ apparent et qu'il me faudra pointer très précisément l'endroit voulu... Je me dirige vers mon étoile repère (57 Verseau) et étudie bien le champ à l'oculaire, en le comparant avec celui de ma carte (Starmap). Je me dirige sans hésiter vers un minuscule point qui correspond à l'emplacement de Neptune. Coup d'œil à l'oculaire : Bingo ! En 20 secondes, trouvé... C'est avec émotion que je découvre cette petite bille, dont le disque est perceptible et la range sans équivoque dans la catégorie des planètes ! Neptune est d'une couleur bleu-pâle, tirant un peu sur le gris. Une couleur pastel discrète et subtile qui sied bien à cette planète qui ne s'est révélée à l'humanité que très tardivement. Evidemment, aucun détail n'est visible, mais cette vision est très émouvante et chargée de symboles : je contemple une frontière, au-delà de laquelle commence le monde des glaces de la ceinture de Kuiper, composé d'une multitude de petits corps en orbites d'apparence chaotique, dont Pluton en est l'emblématique représentant... Nous avons poussé le grossissement jusqu'à 335x, pour le fun, car cela n'apporte pas grand chose à la vision.- Place ensuite à Uranus, qui croise non loin de là dans les Poissons. Nous en profitons d'abord pour réviser notre ciel et suivre la fantomatique figure de cette immense constellation, qui étire sa discrète silhouette sur un invraisemblable champ dans le ciel ! Je pointe sans problème la planète, qui apparait bien plus brillante et d'une couleur verte très esthétique. Nous repérons sans problème Obéron, un des satellites d'Uranus, qui croise à bonne distance du globe. Il me semble percevoir, de part et d'autre du disque, deux autres points. Mais rien n'est sûr. La position des satellites pourraient correspondre, mais ce ne sont cependant pas les plus lumineux...- Challenge du jour, Christian et moi décidons de tenter l'observation du Quintet de Stephan. Pas question de mettre nos deux télescopes en modes interférométrie, mais cependant, nous décidons de coordonner nos recherches afin de débusquer le mythique Quintet de Stephan ! C'est à petits coups de rames que nous naviguons dans la zone Pégase - Lézard... L'idée est de repérer la galaxie NGC7331, laquelle permet ensuite de trouver le quintet. Cette galaxie est bien visible, sous la forme d'une petite tache allongée, et dont le centre me parait souligné d'un trait un peu plus sombre (perception non vue immédiatement, mais après coup et à plus fort grossissement). Une fois cette galaxie dans le champ, c'est directement à l'oculaire que je me rends petit à petit vers l'endroit où doit se trouver le Quintet. Après consultation des cartes, paramétrage de Starmap, vérification et revérification, je suis sûr et certain d'être au bon endroit. Au 35 mm, rien n'est visible. Je passe directement à mon oculaire 10 mm : je sais par expérience que je vais perdre un peu en luminosité mais gagner en contraste. De plus, cet oculaire (Speer Waler Antares) n'a de cesse de m'étonner avec le Dobson, alors que j'étais déçu de ses performances sur le C8. Bref. Cette fois-ci, sans aucun doute permis, en vision indirecte, "quelque chose" me titille le fond de la rétine. En regardant encore et encore, je perçoit deux zones d'égale intensité et une troisième zone plus faible. "Cela" forme un triangle au centre de l'image, à la limite de la perception. Aucun doute n'est permis : Ce trio que je perçois, c'est le Quintet de Stephan !!! Avec le (très bon) Panoptic 24 mm de Christian, cette vision est confirmée, avec le plaisir d'avoir un champ plus large et donc plus esthétique ! Mission accomplie, notre GRAAL est désormais inscrit dans nos mémoires et nous pouvons désormais fanfaronner dans le monde des astronomes : "Le Quintet de Stephan ? Ah oui, j'aime bien l'observer de temps en temps..." - retour ensuite dans le Cygne, afin d'observer NGC 6826 "Blinking Nebula", star des nuits d'été, une de mes cibles favorites que je souhaite faire découvrir à Christophe et Hervé. L'un des deux (je ne sais plus qui !), l'oeil à l'oculaire, nous dit "c'est bizarre, j'ai l'impression qu'elle disparait et réapparait" ! C'est exactement l'intérêt de cette petite boule bleue clignotante (par effet d'optique) ! En poussant le grossissement jusqu'à 335x, on voit bien une sorte d'anneau (ou une succession d'anneaux, un peu comme la surface d'un disque vinyle). Je suis également persuadé de voir une extension qui semble sortir de cet anneau (les photos montrent en fait deux extensions de part et d'autre : perso, je n'en ai perçu qu'une, mais effectivement, les deux se sont pas de mêmes taille et luminosité; En tout cas, l'impression était la bonne !).- Nous finirons la soirée sur quelques classiques : M31, M110 (plus diffuse) et M32 (plus brillante), ce trio rentrant au chausse-pied dans mon oculaire 35mm, avec deux bandes sombres visibles dans M31 à plus fort grossissement.- Christian ne résistera pas à pointer M42, pourtant encore basse sur l'horizon. Pour ma part, je vais attendre encore un bon mois avant d'observer cette nébuleuse, afin qu'elle soit plus haute dans le ciel. De plus, j'estime qu'il faut consacrer l'essentiel d'une soirée à cette merveille, tant sa complexité et sa diversité sont importantes... Nous quittons les lieux vers 23h15, ravis et satisfaits de ces observations faites dans des conditions météorologiques particulièrement clémentes pour un 15 novembre, et dans une ambiance conviviale très agréable !
  9. Project Apollo Archive

    Merci ! génial !!
  10. New Horizons - Pluton, nous voilà !

    Au fait, pourquoi elles sont pas en couleurs, ces nouvelles (fabuleuses) images de Pluton ?
  11. Actualités de Curiosity - 2013

    Whaouh ! Ce paysage est réellement fantastique ! Les reliefs sont impressionnants.Cependant, le traitement de l'image, notamment au niveau des couleurs, rend tellement terrestre ce paysage que s'en est un peu gênant... on s'attendrait à tomber sur une oasis juste derrière la ligne de crête !
  12. Bonjour à tous !Voici mon CROA d'une très belle nuit d'observation ayant eu lieu le 21 août dernier... A retrouver (avec d'autres CROA de la soirée) sur notre site, à cette adresse : http://www.astrosaone.fr/spip/Notre-Star-Party-d-anthologie-du-21-aout-2015.html "Nuit d'exception au Crot du Loup" - 21h15 à 3h00 - Dobson Orion xx14Nouvelle sortie "ciel profond" au Crot au Loup. Cette fois-ci, un grand nombre d'adhérents de l'asso (plus d'une douzaine !) étaient présents et ont pu profiter d'une nuit exceptionnellement belle. Je suis arrivé sur le site aux alentours de 21h15, et de nombreux instruments étaient déjà installés. En prévision de cette sortie, j'ai ressorti mon programme d'observation, spécifiquement dédié aux nébuleuses planétaires, oublié la dernière fois... En attendant la tombée de la nuit et le coucher de la Lune, nous avons tous pointé Saturne. Immédiatement, la qualité de l'image nous étonne ! L'image est d'une netteté et d'une stabilité incroyable. La division de Cassini est visible sur tout le tour de l'anneau, en permanence. Deux bandes nuageuses distinctes sont visibles sur le globe, ainsi qu'un net assombrissement au pôle. Je compte 6 satellites, le plus brillant étant sans doute Titan. Une observation attentive nous montre l'ombre du globe sur l'anneau. C'est Yves, avec son 400, qui le premier signale ce fait. Je repointe la belle aux anneaux et effectivement, même si c'est très fin, la qualité d'image de ce soir montre sans ambigüité cette coupure dans l'anneau, en limite du globe. Une fois la nuit tombée et la Lune couchée, nous avons bénéficié d'un ciel exceptionnellement noir, avec une Voie Lactée lumineuse et détaillée au dessus de nous. L'amas M13 était parfaitement visible à l'œil nu ainsi que la forme allongée de la galaxie d'Andromède, cette dernière étant visible sans problème en vision directe à partir de 00h30, une fois la géante proche du zénith. Il y a certaines zones dans le ciel rendues presque méconnaissables avec ce foisonnement d'étoiles ! Je pense notamment à la "maison" Céphée, dont les étoiles principales, peu lumineuses, sont noyées dans une nuée invraisemblable. Quel ciel !Voici la liste des objets que j'ai observé au télescope entre 22h et 3h du matin, par constellation. Je reviendrai sur certains d'entre eux, remarquables par l'observation, la recherche, ou autre fait notable Sagittaire : M20 (Trifide), M8 (Lagune), M17 (Omega), NGC6818 (nébuleuse du Petit Diamant) Verseau : M2 (amas globulaire), NGC 7009 (nébuleuse de Saturne), NGC7293 (Helix nebula), Neptune (échec !!) Serpentaire : NGC6572 (nébuleuse planétaire) Poissons : Uranus Persée : NGC869-884 (double amas) Grande Ourse : M97 (nébuleuse du Hibou) Hercule : M13, M92 (amas globulaire), NGC6210 (nébuleuse de la Tortue) Lyre : M57 (anneau de la Lyre) Petit Renard : M27 (Nébuleuse de l'Haltère) Cygne : NGC6960-6992 (Dentelles du Cygne), NGC6826 (blinking nebula) Andromède : M31-M110-M32, NGC7662 (Snowball nebula)Les nébuleuses planétaires : Au final, je n'en ai observé que 10 sur ma liste de 18 initialement prévues. Par contre, aucun échec à relever. L'observation d'autres objets m'a ralenti dans ma traque aux petites boules bleues-vertes. Mais aucun regret à avoir, tant la qualité des observations étaient bonnes. C'est un réel plaisir de tenter des observations inédites, sans savoir ce qu'on va trouver à l'oculaire. Pas d'a priori sur l'image perçue, avec parfois des difficultés à voir ce qui devient une évidence une fois l'objet repéré. Ce fut le cas notamment pour :NGC7393 (Helix) : Bien entendu, je connais par cœur l'image de cette nébuleuse, magnifiée par le télescope Hubble, mais qu'en est-il à l'oculaire ? Je consulte ma carte (Starmap) et part à la recherche de cette nébuleuse planétaire. Mon étoile de départ, c'est "Skat", dans le Verseau. Le cheminement ne me pose pas beaucoup de problème pour arriver sur la zone en question. J'ai mis de suite un oculaire avec une petite focale (10 mm) afin d'avoir un grossissement assez important, pour repérer la nébuleuse et ne pas la confondre avec une étoile. Cette méthode a porté ses fruits sur la plupart des autres nébuleuses, petites boules bleues ou vertes... Mais là, rien ! Je ne vois aucune étrangeté qui pourrait être une nébuleuse planétaire. Je consulte à nouveau la carte, compare à la vision au chercheur, affine le réglage afin d'être certain de centrer la nébuleuse et toujours rien. Je fais donc un revirement de méthode et mets un oculaire à plus grande focale (26 mm) afin d'avoir une zone plus large et capter plus de lumière, au cas où. Toujours rien. Cependant, après quelques secondes, l'évidence apparait : la nébuleuse emplit quasiment tout le champ, encadrée par trois étoiles formant un triangle rectangle. Peu visible mais énorme... un immense rond, légèrement plus sombre vers le centre, sans limite externe clairement visible. Liliane confirme cette vision. J'emprunte un filtre OIII à Christian et là, plus de doute possible, la nébuleuse saute aux yeux : un énorme œil arrondi emplit le champ. J'étais tellement content de cette première vision que j'en ai oublié l'essentiel : observer ! J'y reviendrai donc lors d'une prochaine soirée pour tenter d'y percevoir quelques détails...NGC7662 (Snowball nebula) : C'est Yves qui nous indique au laser l'endroit où se situe cette nébuleuse, jamais observée pour ma part. Le cheminement parait facile, mais j'ai pourtant mis beaucoup de temps à la repérer, alors qu'elle est relativement lumineuse et étendue... Une fois repérée, c'est un plaisir de l'observer. Cette nébuleuse planétaire est magnifique, d'un très beau bleu-vert prononcé. De plus, son diamètre apparent relativement conséquent facilite grandement l'observation. A fort grossissement, il me semble percevoir quelques nodosités au sein du petit disque, qui m'apparait toujours de forme arrondi. NGC6818 (nébuleuse du Petit Diamant) : Lors de la dernière sortie, je n'avais pas réussi à débusquer cette petite bille, malgré l'aide de Fabrice et un ciel relativement bon. Il est vrai que le chemin est assez difficile dans le sens où il n'y pas pas beaucoup d'étoiles repères pour la trouver... Mon point de départ, ce fut 44Sgr. J'ai ensuite progressé à tout petit pas, en m'assurant de suivre la bonne direction, en comparant la vision au chercheur de celle de ma carte (Starmap). Une fois sur zone, je n'ai cette fois-ci pas mis longtemps à trouver ce petit bijou. Elle est très lumineuse (en tout cas, plus que les autres précédemment observées), mais par contre, elle est très très petite ! Il faut grossir suffisamment pour bien percevoir sa nature de nébuleuse. Aucun détail ne m'est apparu, mais la couleur azurée de cette micro-boule a un côté magique et envoutant. De toute beauté ! Autres objets remarquables de la soirée : Galaxie(s) d'Andromède (M31-M110-M32) : J'ai toujours été déçu de la vision au télescope de la célèbre galaxie d'Andromède : trop grande, trop diffuse, trop lumineuse, pas de détails... Et bien cette fois-ci, quel choc ! En pointant cette classique parmi les classiques, je ne m'attends pas à grand-chose de plus que d'habitude, même si le ciel est superbe. J'ai placé l'oculaire 35mm afin d'avoir le champ le plus large possible et pour capter un maximum de lumière. Immédiatement, je me rends compte qu'on peut voir dans le même champ M31 et ses deux galaxies satellites (M110 et M32). M32 est bien visible et compacte. Elle semble même baignée dans le halo diffus de M31. M110 est plus éloignée et plus diffuse, mais parfaitement visible. Après quelques secondes d'observation, je constate qu'on perçoit nettement une bande dans M31, comme une grande larme sombre partant juste en dessous du noyau (côté M110) et se perdant dans la nuit, loin de là. En dessous de cette bande sombre, la zone diffuse de la M31 se poursuit... Enthousiaste, j'appelle Christian et Liliane afin qu'ils profitent de cette magnifique vision. Tous deux confirment cette perception peu commune sur cette galaxie... Poursuivant l'observation, je constate qu'en décalant le télescope (et en faisant sortir le noyau brillant de la géante), je peux continuer à percevoir l'immense fuseau de M31 très loin, bien qu'il n'y ait aucun détail perceptible dans cette nuée blanchâtre. Revenant vers la zone centrale afin d'observer en détail le bras sombre, je découvre encore autre chose : certes, la zone diffuse se poursuit en dessous du "bras", en direction de M110, mais elle s'arrête très nettement un peu plus "bas". Je perçois une deuxième bande sombre ! Jamais auparavant je n'avais vu autant de détails sur M31 ! Cette photo prise par Jean-Louis est finalement très proche de la vision que j'avais à l'oculaire : NGC6960-6992 (Dentelles du Cygne) : Compte-tenu des observations de la soirée, c'est avec une confiance certaine que je pointe - sans aucun filtre - les célèbres et délicates contorsions des Dentelles. Bingo ! En pointant 52Cyg, je vois immédiatement et assez nettement la première Dentelle, qui s'étale de part et d'autre de cet astre. Je peux la suivre sans problème jusqu'à la zone où elle se sépare en deux fanions. Je reviens sur 52Cyg et pars - à l'oculaire - à la recherche de la deuxième Dentelle. De nouveau, sans aucune difficulté, je la vois sans problème. Cependant, dans l'une ou l'autre, je ne vois pas de détails. Tout de même, je n'avais jamais vu les Dentelles sans filtre. A nouveau, j'appelle Christian et Liliane pour leur faire part de cette vision, qu'ils confirment tous deux. Avec le filtre de Christian, la vision devient fabuleuse et nous passons de longues minutes à jubiler et nous exclamer devant le luxe de détails perceptibles... Que du bonheur, cette soirée !
  13. Virée au Restefond, quelques dessins

    Superbe ! Jamais aucune photo ne dégagera autant d'émotions que ce type de dessins. J'adore! Mention spéciale à l'Hélix, magnifique...[Ce message a été modifié par boystar (Édité le 03-09-2015).]
  14. Ciel & espace nouvelle formule !

    Je viens de terminer l'intégralité du Ciel et Espace nouvelle formule...Mes impressions : - très belle maquette, le format est parfait pour la lecture d'articles conséquents. - contenu détaché de l'actualité (au sens "timeline" des réseaux sociaux), mais qui approfondit vraiment les sujets abordés et apporte des compléments d'informations et un recul bienvenu (Cf dossier Pluton) - moins d'images qu'auparavant, malgré un nombre de pages plus conséquent. Autrement dit, il y a vraiment beaucoup à lire ! - la variété des thématiques abordées est particulièrement intéressante. - les éphémérides sur deux mois n'apportent pas grand-chose. C'est un entre-deux pas forcément adapté : je préfère dans ce cas l'agenda annuel de Cannat ou alors directement sur internet pour préparer une soirée d'observation. - manque une rubrique approfondie et développée sur l'actualité littéraire et audio-visuelle. D'autant plus qu'une telle rubrique pourrait être bien plus large que le strict domaine de l'astronomie (sans tomber dans la logique type "Sciences et Vie"). Au prochain numéro ?Conclusion : J'étais assez sceptique, me voici globalement convaincu ! Dans l'idéal, j'aimerais un numéro comme celui-ci tous les mois ! Bémol : En tant qu'abonné (en cours), je ne sais toujours pas si mon abonnement s'arrêtera à la date prévue (avec donc moins de numéros) ou reporté (donc autant de numéros, mais décalé dans le temps). La modification en cours d'un abonnement est toujours problématique et ne satisfera sans doute pas tout le monde. Ne rien savoir est pire...
  15. Matière noire : enfin du sérieux ?

    On est même quasiment demain et demi...