vaufrèges

Membre
  • Compteur de contenus

    2 062
  • Inscription

  • Dernière visite

    jamais

Réputation sur la communauté

0 Neutre

À propos de vaufrèges

  • Rang
    Membre très actif
  1. L'eau sur Mars : 863è épisode

    >>"Faudrait un régiment (voir une division) des rovers (avec de longues foreuses ... comme celle de Bruce Willis) pour aller analyser ça de près tant le nombre d'objectifs majeurs augmente au fur et à mesure de l'exploitation des résultats des sondes. Et le potentiel doit être énorme"<<Bien d'accord avec toi Bob, n'en déplaise aux ceusses à qui l'exploration martienne donne des boutons... ... alors même qu'elle en est à ses balbutiements et que les derniers développements de ces recherches promettent bien des surprises et des remises en question...En passant, une nouvelle hypothèse sur les fameuses ravines martiennes (découvertes par MGS) : http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/astronomie/d/les-ravines-de-mars-seraient-des-ecoulements-de-saumure_18294/
  2. Actualité des Mars Exploration Rover

    Pour être plus précis :Au sol 1796, le 11 février, au compteur Oppy avait parcouru 14,482 km .. Il vient de réaliser des étapes de 120 à 130 m par sol, ce qui est relativement rapide... Le voici au sol 1797, le 12 février : "Le ciel est là qui cherche ses montagnes"
  3. Actualité des Mars Exploration Rover

    Ben non, Mars n'est pas couverte uniquement de déserts de dunes...Et le désert sur Mars ou ailleurs reste toujours aussi fascinant n'est-il pas ? Mais c'est certain que 2 ans avec ce type de paysage sans relief, ça risque quand même de lasser un peu, même moi ! ...D'un autre côté, COROT-Exo-7b, planète grillée à 2500°C sur sa face tournée en permanence vers son soleil, je ne compte pas y aller passer mes vacances non plus... Le plus marrant Superfulgur pour cette charmante planète, c'est qu'un chercheur n'exclut qu'elle puisse abriter... la vie !!! Là c'est déconner sérieux quand même. (voir ici le chapitre "La question de la vie") : http://www.flashespace.com/html/fev09/04a_02_09.htm Pour la distance parcourue par Oppy, on en était à 13km au sol 1693, donc ça doit tourner autour de 15 aujourd'hui en effet.. Ch'ai pu... fourmi ?.. Il doit rester pas loin de 9/10km pour atteindre Endeavour.
  4. Actualité des Mars Exploration Rover

    Je remonte nos braves rovers martiens des bas fonds d'astrosurf...Oppy continue à tailler la route vers le cratère Endeavour...Ces images donnent une perspective saisissante du désert de dunes que traverse le rover (sol 1791) : [Ce message a été modifié par vaufrèges (Édité le 12-02-2009).]
  5. Le LHC stoppé pour cause de problème techniques.

    On en sait un peu plus sur les circonstances du redémarrage du LHC.Extrait du communiqué du CERN :"Le nouveau calendrier prévoit de premiers faisceaux dans le LHC à la fin de septembre de cette année, et des collisions fin octobre. Un court arrêt technique a également été prévu pendant la période des fêtes de fin d'année. Le LHC fonctionnera ensuite sans interruption jusqu’à l’automne 2010""Le nouveau système de protection contre la surpression a été conçu en deux phases. La première phase consiste à installer des soupapes sur les stations de pompage de vide existantes sur l’ensemble de l’anneau. Des calculs ont montré que, grâce à cette première protection, en cas d’incident semblable à celui du 19 septembre, les dommages secondaires seraient limités. La deuxième phase consiste à ajouter des soupapes sur tous les dipôles, cette mesure permettant de garantir que les dommages secondaires (pour les interconnexions et la superisolation) seraient limités même dans les scénarios les plus défavorables, sur toute la durée de vie du LHC." "La Direction a décidé, pour 2009, d’installer les soupapes supplémentaires sur quatre des huit secteurs du LHC, en parallèle des réparations faites dans le secteur endommagé en septembre dernier et des autres travaux de consolidation déjà entrepris. Les dipôles des quatre secteurs restants seront équipés en 2010." Fin de citationEn clair, la direction du CERN a finalement décidé de prendre le risque de démarrer le LHC sans en limiter la puissance... et surtout sans équiper les dipôles des valves de surpression d'hélium préconisées par les conclusions du séminaire fin 2008 ! Ces travaux sont reportés au delà de l'arrêt de maintenance de l'automne 2010. Selon eux, en cas d'incident semblable à celui de 2008 et avec les premières dispositions prises "les dégats secondaires seront limités"... (!?!)Souhaitons qu'ils n'aient pas à regretter d'avoir pris ce risque... http://press.web.cern.ch/press/PressReleases/Releases2009/PR02.09F.html Précisions obtenues le 11/02 : Si les premiers faisceaux circuleront donc bien fin septembre 2009 suivis des premières collisions fin octobre... ce sera à une énergie de seulement 10 TeV (au lieu de 14), ce qui est plus prudent, mais limitera forcément les possibilités d'avancer rapidement sur pas mal de points considérés comme cruciaux...Pendant cette période, chaque faisceau de protons aura donc une énergie de 5 TeV. A terme, on espère pouvoir atteindre la puissance nominale de 7 TeV par faisceau. http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/physique-1/d/le-lhc-pas-de-faisceaux-avant-septembre-2009-au-moins_18232/ [Ce message a été modifié par vaufrèges (Édité le 11-02-2009).]
  6. Confirmation du trou noir galactique

    "...la matière qui rentre dans le trou noir n'en finit jamais de franchir l'horizon..."C'est exact, vu de l'extérieur, la notion de "gel du temps" à ce niveau est une réalité physique... mais elle n'est pas vraiment "vérifiable" pour l'observateur dans la mesure où (comme le souligne dg2 [et Luminet]) l'image que l'on pourrait en avoir disparait bel et bien à terme. Le temps "apparent" de l'observateur et le temps "propre" de la matière qui franchit l'horizon sont alors complètement découplés...L'observateur n'observant... plus rien, la matière sortant de l'espace-temps de l'observateur, peut-on considérer que matière et observateur sont encore dans le "même monde" ?...Là est la question... Du point de vue de la matière , certainement pas... Enfin, ce que j'en dis....
  7. L'esquimo de pénurie

    Salut frangin !J'ai toujours aimé te voir faire le clown... Et là, c'est du grand art.. BRAVO ! A retenter avec l'autoguidage maintenant (et un ciel), ça va donner..
  8. Fibre musculaire

    En effet, les muscles à fibres rouges constituent ce qu'on pourrait appeller les muscles "antigravitaires" et, en apesanteur ou en microgravité, ce sont eux qui se retrouvent prioritairement au "chomâge technique" ...L'atrophie musculaire et donc plus importante à ce niveau, mais dans ce cadre, on observe une diminution globale importante de la masse musculaire, et donc tous les types de fibres sont touchés bien sur..Ce qui est autrement plus préoccupant pour nos astronautes, c'est l'ostéoporose et ses risques inhérents. Mais c'est une autre histoire...
  9. Le Soleil et la météo

    A moins que ce soit la pierre angulaire Serge Pascal > Concernant les océans, c'est particulièrement complexe en effet.. En décembre 2007, dans un dossier de "La Recherche" sur ce sujet, un article, abordant le cycle du CO2, avait cerné toute la difficulté de modéliser l'impact des océans sur le climat.. A l'époque (plus haut dans ce fil), j'avais tenté de le synthétiser. A toute fin utile je ressert donc ma prose d'alors, toujours d'actualité : ----------------------------------------------------------------Dans les océans, le cycle du carbone obéit à des processus chimiques, biologiques et physiques.Le processus PHYSIQUE est le mieux appréhendé : une eau absorbant du CO2 devient acide. Plus elle est acide, moins elle peut en absorber.Côté CHIMIQUE, des eaux plus chaudes dissolvent moins facilement le CO2. Les eaux tropicales qui viennent se refroidir aux hautes latitudes se chargent donc en CO2 et, sous l’effet de leur augmentation de densité, plongent en profondeur avec leur CO2 piégé pour plusieurs centaines, voire milliers, d’années. A l’inverse, dans le Pacifique et l’Atlantique équatoriaux ainsi que dans l’ouest de la mer d’Arabie, les eaux intermédiaires recrachent du CO2 en remontant vers la surface. L'augmentation de la concentration de gaz carbonique que l'on observe dans l'atmosphère pourrait donc être la conséquence, essentiellement, de l'élévation de la température de l'Océan mondial.Mais, parallèlement, des mesures récentes montrent que les océans de la planète se sont brusquement refroidis au cours des années 2004-2005 perdant jusqu'à 20% de la chaleur accumulée pendant les 50 années précédentes. Sans d'ailleurs que l'on sache où est passée cette gigantesque quantité de chaleur !Pour ce qui concerne les processus BIOLOGIQUES liés au phytoplancton, personne n’est aujourd’hui capable de décrire exactement les interactions exactes liées à l’éventuel réchauffement des océans. On suppose que celui-ci aurait pour conséquence un moindre brassage des eaux (du niveau intermédiaire à la surface) ce qui, théoriquement, diminue la quantité de sels nutritifs nécessaires au phytoplancton. Ce qui est moins connu, c’est l’existence du "picoplancton" photosynthétique. Il s’agit de minuscules unicellulaires (cyanobactéries ou eucaryotes), de taille inférieure à 5 micromètres, vivant dans les couches supérieures de l’océan. Le picoplancton joue lui aussi un rôle important, et méconnu, dans le transfert du carbone atmosphérique vers les fonds sous-marins. Or, le picoplancton prospère tout particulièrement dans les eaux chaudes et stratifiées, pauvres en nutriments nécessaires à la croissance du phytoplancton !Par ailleurs, autre aspect fondamental du cycle, les océans sont sujets à de multiples turbulences internes de diamètre de 50 à 200 km, et jusqu’à 1000m de profondeur. Ces turbulences provoquent des mouvements ascendants qui peuvent « fertiliser » les couches supérieures en apportant des éléments nutritifs au phytoplancton ce qui augmente notablement le pompage de CO2. Mais là aussi, rien n’est simple, car ces mouvements enrichissent aussi la surface... en CO2, ce qui diminue la capacité d’absorption ! Dans ces conditions, on peut imaginer ce que valent réellement les modèles, notoirement incapables de prendre en compte valablement tous ces paramètres, particulièrement ceux liés aux aspects biologiques et aux turbulences internes anarchiques des océans.Certains éléments ci-dessus sont issus d'un article produit par 2 membres du CNRS. Cet article souligne toutes les incertitudes (La Recherche Déc 07). Il est intéressant de constater que, paradoxalement, ils font quand même référence aux modèles climatiques actuels pour les prévisions... tout en soulignant pudiquement qu'ils sont "imparfaits" ou qu'ils "reposent sur des simplifications". C'est le moins qu'on puisse dire... ---------------------------------------------------------------
  10. Le Soleil et la météo

    Le magazine «La Recherche» de décembre 2008 comportait un dossier fort intéressant sur le rôle du soleil dans le climat terrestre. Il en ressortait essentiellement une marge d'incertitude suffisante pour - à minima - mettre en doute les prétendus « modèles » qui nous dessinent le climat pour les 100 prochaines années, et susciter un peu d'humilité dans les discours.On peut y lire par exemple ceci - Je cite : « Aujourd'hui, toute la subtilité du spectre lumineux du soleil n'est pas prise en compte/,,,/ de ce point de vue, la tendance du dernier rapport du GIEC à réduire à moins de 15% l'influence du soleil demande à être confirmée » Plus loin, la physicienne du soleil Sylvaine Turck-Chièze en rajoute une couche : « Tant que l'histoire complète du champ magnétique du soleil n'est pas écrite, nous ne pourrons pas vraiment quantifier toute l'influence du soleil sur la terre et prétendre la prédire, Il y a urgence à fournir ces informations ».Dans ce même numéro de « La Recherche », la dénommée Naomi Oreskes, une historienne des Sciences de la Terre officiant à l'Université de San Diego exerce un réquisitoire radical et sans appel contre les « climatosceptiques ».On peut résumer l'analyse "brillante" de l'inénarrable Naomi ainsi : Elle voit dans la contestation des données du GIEC l'expression de « physiciens très anticommunistes et conservateurs », regroupés autour des anciens du projet Manhattan qui, se retrouvant sans ennemis avec la chute du mur de Berlin, ont vu dans cette nouvelle génération spontanée "d'écolococos" un « recyclage de l'idéologie communiste ». (Là, j'avoue, j'aurais tendance à partager quelque peu leur approche, et pourtant je ne suis pas un vieux physicien du projet Manhattan ).Dans une autre de ses divagations, notre historienne émérite considère que les opposants au GIEC et à sa théorie exclusive du CO2 anthropique sont souvent – je cite : « des scientifiques âgés, qui ont eu énormément de succès à l'apogée de leur carrière et qui à présent reçoivent de moins en moins d'attention. Adopter des positions iconoclastes sur des sujets sensibles leur permet de continuer à bénéficier d'une certaine existence médiatique et scientifique ».Fermez le Ban... Inutile de dire que ce genre de discours a suscité quelques remarques outrées dans le courrier des lecteurs du magazine... Mais il en faudrait plus pour démonter la brillante universitaire qui, dans le numéro de février et face aux réserves que suscite ses caricatures, et à un lecteur qui lui souligne que « le scepticisme est sain et nécessaire pour le progrès de la science » énonce sentencieusement : qu'« il est encore plus essentiel de respecter les preuves. Continuer à douter face à l'écrasante évidence, ce n'est plus du doute, c'est du déni, » Les « preuves », un « déni »..... et pourquoi pas, allez ! Tous un tribunal maintenant !... A ce stade, je le crains, on s'approche dangereusement du dogme.[Ce message a été modifié par vaufrèges (Édité le 03-02-2009).]
  11. Corot et les exoplanètes

    T'es sérieux Jack ?...C'est cette attente qui te rend nerveux ??.... Patiente...Avec Corot, il en faut pas mal, tu le sais bien !..
  12. Corot et les exoplanètes

    ... Tout petit, tout petit, la planète ???....... Comme disait Plastic, ce grand représentant de la chanson belge : http://fr.youtube.com/watch?v=DPSxqknJBUM&feature=related
  13. RAGP.... 22ème.....

    Oui Christophe, y'en a surtout un qui est un peu bas de plafond (avec sa coupole)... C'est comme ça sur Astrouf, faut faire avec...
  14. Une Rosette avant et après le stage AIP

    Dans le genre "remarque imbécile, inutile et déplacée", Nico06, bravo ! Tu enrichis nettement la palette !... Hallucinant...
  15. L'astronomie vous a-t-elle changé ?

    Question et réponse oh combien complexes !...Difficile d'exprimer ce qui peut "changer" en chacun de nous... Personnellement, je me retrouve assez dans l'approche du philosophe et historien des sciences Jean Seidengart, lui même astronome amateur -je le cite :"Freud parlait du « sentiment océanique » que l’on pouvait ressentit en regardant le ciel. Il consiste dans le fait de se sentir une minuscule partie d’un tout qui nous dépasse, nous englobe et que nous englobons à notre tour par l’idée même de notre participation infime. Et, bien que ce sentiment ne prouve rien scientifiquement, il est, pour moi, l’indice de la grandeur de l’esprit humain qui a réussi à prendre la mesure de sa petitesse.Ainsi retrouve t’on la question philosophique du sens de ce que je vois, de ce que je suis et de la place que j’occupe dans l’Univers.Le spectacle du ciel m’incite à la fois à me passionner pour la science et à poursuivre mes questionnements philosophiques."Fin de citationPas grand chose à rajouter pour mon compte, sauf peut-être qu'il convient sans aucun doute de rester curieux et "gourmet" de toutes autres choses, arts, littérature, histoire etc.... Vaste et réjouissant programme... [Ce message a été modifié par vaufrèges (Édité le 23-01-2009).]