Aller au contenu

Sky runner

Membre
  • Compteur de contenus

    638
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

0 Neutre

1 abonné

À propos de Sky runner

  • Rang
    Membre actif
  1. Astronomes amateurs : quatre ans de voyages

    De la belle aventure Jean-Christophe, le rythme de la video permet de largement apprécier. L' interview de Emmanuel P. (Manutarn) est réussie ; je connaitrai désormais son visage... Ton Maroc m'a rappelé des choses ; meilleur ciel pour moi dans le Haut atlas mais pas réussi dans la vallée du Draa dont Sahara Sky (juste visité l'hôtel tout désert) car nuits très poussiéreuses. Alors j'ai nagé à sec au début puis nager et nager encore jusqu'à un groupe d'iles fortunées et me suis séché sur l'une des plus reculées d'entre elles... Fabrice M.
  2. Oregon 2017 - un rêve d'éclipse

    Serge, il y a rien à faire, avec un avant-plan, je trouve ça classe. Hélas, tu viens de prouver par tes explications que cet exercice n'est vraiment pas à la portée de tout le monde ! Finalement, c'est toi le coquin, tu aimes l'extrême difficulté. Pour la prochaine au Chili, essaie avec ton oeil non directeur et en tenant un verre de pisco d'une main, je suis sûr que tu y parviendrais encore... C'est juste pour te taquiner, je suis absolument admiratif du résultat. Merci Nicolas pour l'idée du coronographe improvisé qui se prolonge... Star-party de l'Oregon, chouette il va avoir une suite... Fabrice.
  3. Premier Restefond 2017 nuit 1

    Bien Xavier, pour tenter surtout ce genre d'amas globulaires, il faut pouvoir oser le dessin et espérer que le ciel reste stable ou bien dessiner très vite ! J'ai une question autre pour laquelle certains ici pourront donner leur avis aussi. Je vois que ton Dobson est muni d'une casquette, visière ou pare-lumière assez conséquente. Je voulais savoir si tu avais vraiment fait la différence dans les bon sites (Restefond par ex) en terme de contraste (meilleur assombrissement du fond de ciel). Je m'en suis fabriqué une il y a quelques années mais n'ai jamais vraiment expérimenté sur le terrain. J'entends par gêne de lumière parasite, les lueurs surtout d'origine naturelle (Voie Lactée, lumière zodiacale, airglow) et aussi lumière artificielle d'halos lointains sur l'horizon (comme ici, villes italiennes ?) Mon télescope étant de conception proche du tien, ton avis de deep skyer m'intéresse. Pour un lever de Lune, il est évident que ça doit améliorer. Fabrice.
  4. Nicolas, je ne jugerai pas ton dessin sur le plan astronomique car je n'ai vu aucune photo de l'évènement mais sur le plan artistique, il me plait beaucoup (peut-être cette couleur bleu étrange du ciel qui donne une certaine solennité à l'évènement). Peut-être du surréalisme, qu'en penses Serge ? Ah si, pour les détails, tes petites protubérances sont vraiment bien rendues. Fabrice.
  5. Ah Xavier, c'est rare le couple interactif de la Baleine dessiné dans un gros diamètre, on pourra le rajouter sur la belle planche NGC 4631/27 du livre Astrodessin. De ta seconde galaxie (crosse de Hockey), je retiens cette intéressante observation de l'éclatement de son centre galactique en multiples nodosités (régions HII ou étoiles, c'est parfois difficile de trancher à l'oculaire). Tu as fait là de la haute résolution car celles-ci sont très difficiles à détacher (beaucoup plus que les régions HII en bout de bras NE). Xavier, arrête de progresser ! Fabrice.
  6. Restefond 2017 : un excellent cru !

    Frédéric, pour l'instant je découvre gentiment tout ça au fil des nuits. Je publierai bientôt des articles sur la météo de La Palma en interne. C'est assez compliqué et l'île devrait être fournie avec une notice ! L'archipel est de climat subtropical méditerranéen à nuances océaniques, cela me change énormément de mon ancien climat montagnard. Le seeing peut ainsi varier du très mauvais (encore plus moche qu'en Haute-savoie !) à très bon. Tout ce que je peux dire pour l'instant, c'est que je sors plus souvent les oculaires de très courte focale qu'en France. Cela peut être mis aussi sur le compte d'un nombre incroyable de nuits claires ici. On attaque le 3ème mois sans pluie... A savoir qu'au Roque (observatoire), ce n'est pas le mieux pour le seeing. Le site a été validé seulement pour ces excellentes prestations dans l'infra-rouge prioritaire sur le visible. Au niveau couverture nuageuse, je suis bien loti (côte NW) dans un coin protégé de l'île. C'est bien que tu évoques le niveau de turbulence en ciel profond ; il faut savoir parfois lâcher de la transparence pour un meilleur seeing. Ce n'est pas le pyrénéen Emmanuel Pellegrin qui me contredira... Buenas noches Fabrice.
  7. Voyage au coeur d'IC 1295

    Il y a un an, l'un des plus doués d'entre nous, Nicolas B.,(tombé dans la marmite depuis tout petit) avait croqué cette NP annulaire pas si connue dans l'Ecu et accessible aux instruments moyens. C'est donc lui qui m'a donné envie de la pointer. Vous pouvez déjà vous faire envie avec la vidéo zoom qui suit, et pausez lorsque son aspect correspond à ce que vous percevez dans votre propre optique : https://youtu.be/jv7AkCWjoMYRe-voici le dessin de Nicolas juste réorienté pour le parallèle. Effectué à Valdrôme sur son T407x350+OIII Et ma bulle flottante de La Palma (SQMz 21.79 mag.arcsec-²) au T600x470+OIII+UHC avec donc presque la même pupille de sortie que Nicolas : Elle partage le même type morphologique que la Dumbell. Attention, la centrale (magv 15,5) n'est pas celle que l'on croît et se localise sous la base du petit triangle d'étoiles. Assez difficile à séparer, décelée uniquement à 605x en VI3-4 (env. 30% du temps). Certains grands observateurs la confondent avec les étoiles voisines dont l'une tout aussi faible. Idem pour l'enveloppe diaphane externe, elle n'a pas de délimitation marquée contrairement à l'imagerie et n'est pas aussi uniforme sur tout son pourtour. Il est intéressant de signaler que l'étoile brillante à l'W(magv 10,6) m'est apparue d'un bleu subtil seulement après quelques heures de dessin et pas immédiatement (plus tard, son type spectral me l'a confirmé). [Ce message a été modifié par Sky runner (Édité le 02-09-2017).]
  8. Restefond 2017 : un excellent cru !

    Frédéric, ta sensibilité aux faibles luminosités est excellente. J'ai regardé d'un peu plus près certains de tes dessins, il manque parfois juste d'un peu de résolution certainement à cause d'une turbulence pas toujours au top. Par ex, sur NGC 6765, il manque 2 petites étoiles de part et d'autre (dessinées au C14) mais par contre tes 2 jets curvilignes (pas vus pour ma part) sont très subtils et cela devient tout de suite un dessin exceptionnel. Là aussi, la qualité de transparence n'explique pas tout ! Il y a de la vision acharnée... Idem pour la proto Mi 1-92, j'en avais vu l'étoile génitrice (variabilité ?) mais toi, tu soulèves le second lobe. NGC 6778 n'est pas une NP aussi simple que cela à dessiner et tu as parfaitement réussi. Oserais-je te dire qu'il ressemble pas mal au mien dessiné au T600 le mois dernier que j'ai pourtant pas mal poussé. Il est vrai que sur certains objets hélas, la montée en diamètre n'apporte pas toujours le changement qu'on espère... Et merci pour toutes les autre idées d'observation... Fabrice.
  9. Test de l'ADC en visu avec un dobson

    Merci Alexandre pour ces premiers tests. En sciences, ne pas se contenter des préceptes, réfléchir par soi-même puis essayer, c'est une très bonne conduite et c'est comme ça que cette dernière avance. Pourrais-tu préciser la hauteur approximative de M75 sur l'horizon lors de ton essai ? une vingtaine de degrés ou plus près de 10° ? Au Dobson, je ne suis pas un amateur d'observations ras les pâquerettes mais j'essaierai de vérifier prochainement sur un amas austral (un globulaire est effectivement un bon choix) à partir de quelle hauteur on est effectivement gêné par la dispersion chromatique. Cet hiver, sur les nuits stables, Omega du Centaure me paraissait sympathique au T600 déjà bien incliné, sans désordre chromatique ni une impression de mauvaise résolution (au premier abord). Pourtant,on n'était qu'à h = 13°. Pour ma part, j'ai bloqué l'étude de mes objets à delta > -51°. N'oublions pas que l'absorption atmosphérique, l'effet de l'airglow sans oublier la pollution lumineuse) se cumulent aussi. Plus bas, la traque s'effectue aux jumelles. Pour les planètes, l'amélioration doit être plus marquée par ces prismes de Risley (en phase) mais ceci ne me concerne désormais plus (à part le "taquinage" des planètes inférieures près de l'étoile mère). Reste aussi à voir la question du tirage suivant chaque tube newton pour une utilisation courante. Fabrice M.
  10. Merci Xavier, tes photos donnent l'ambiance... Magnifique le Dobson de Frédéric B., tout en carbone comme mon vélo ! Pour ta petite galaxie reposante de M61, ne serait-ce pas la galaxie compagnon à 10' NE, cataloguée NGC4303A (et parfois UGC 7439), sa magv est de 13 et sa brillance de surface un peu près dans la moyenne (13,6). Alors, comment était ce ciel de Touraine au niveau turb et trans ? Fabrice
  11. Salut Xavier, merci d'avoir répondu en apportant quelques éléments. Ce qui m'avait surpris en fait c'est de pouvoir atteindre des étoiles déjà profondes et tout de même rapprochées (l'amas ne faisant que 4,6' de diam. app.) avec un grossissement de seulement 276x au regard de ton tube(même en VI poussée). Si tu avais indiqué entre 500 et 700x, je crois que je n'aurais pas réagi ainsi. Oui, j'ai du truc au 600 assez exotique "à la Yann" mais j'ai peur que ça n'intéresse pas grand monde. Fabrice.
  12. Tiens Xavier, suis surpris qu'on puisse résoudre gentiment comme ça même de façon partielle comme ton dessin le montre, le vagabond intergalactique. Comme le souligne Yann, les étoiles les plus brillantes sont à magv 17,3 et si l'on veut commencer à en avoir un aspect plus résolu, il faut monter jusqu'à magv 20,2 ! A moins qu'il y ait plein d'étoiles plus brillantes non membres en surimpression, ce que je doute. Et le grossissement à employer pour ce jeu devrait égaler voire dépasser ton Gmoyen aux environ de 500x, c'est peut-être ce que tu as fait cette nuit-là ? Et il fallait un super seeing... C'est peut-être pourquoi Uwe Glahn n'a pas pu résoudre cet amas avec un 27" et Reiner n'a vu que les étoiles périphériques (celles qui manquent d'ailleurs sur ton dessin) dans son 22". Une trentaine sont visibles dans un 82" (un 2 mètres). Par contre, l'aspect général est bien rendu avec en bordure de la condensation centrale le petit arc plus lumineux qui correspond sûrement à une chaîne d'étoiles non résolues. Maintenant, j'essaierai de le dessiner une prochaine saison au 600 et je reviendrai peut-être sur ce que j'ai dit ! Non Xavier, tes dessins ne lassent pas, surtout quand tu y mets quelques couleurs. Fabrice M.
  13. C/2017 O1 une comète assassine

    Observée au T600 dans le petit matin, je m'attendais à mieux après la mise en lumière dans les news de Sky and Telescope (taille apparente importante de la coma). Comme elle est actuellement située dans l'Eridan, région où subsistent quelques groupes de galaxies, le doute pouvait subsister que je pointe malencontreusement l'une d'entre elles. Visible faiblement au chercheur, elle ressemble au premier abord dans le Dobson à une grosse galaxie sphéroïdale mais le doute s'estompa lorsque le filtre Swan Band passa devant l'oculaire. Cette comète est terriblement gazeuse, jamais je n'ai vu autant de différences sur une comète entre la vision sans filtre et avec le C2. C'est le seul truc qui m'a plus. Et même pas un dessin pour le petit Nicolas ! (petit dans le sens affectif uniquement...). A suivre tout de même car elle sera présente pour un bout de temps. Fabrice M.
  14. Mayak, enfin!

    Quand on voit un satellite faire du morse dans le ciel, c'est le Mayak en question ou un autre de la famille des Iridium ? Ce que j'ai vu ces dernières nuits en suivant la trajectoire d'un satellite artificiel ressemble au rapport de cet américain : " I noticed a flashing light moving across the sky beginning at 3:15ish from the constellation Cepheus. It is a bright quick flash, 4 seconds, bright flash, 7 seconds, slow flash, moving west to east. " Un coup court très brillant et ensuite ce qui est relaté, la série de manière très répétitive. Il est loin le temps où on pouvait s'en sortir sans trop se tromper sur la nature du satellite : la station Mir, quelques satellites à l'orbite polaire (météo ou militaires) et les nombreux géostationnaires purement télescopiques. Désormais, connaître leur comportement photométrique est affaire de spécialiste... Fabrice M.
  15. Jupiter... je commence juste

    Merci Nicolas, Jean-Christophe pour vos réponses. Il faudrait que j'essaie un coup au crépuscule effectivement ; tu l'as assez relaté dans Astrodessin. Oui, le planétaire est forcément mieux sous mes latitudes ; aussi je ressens moins le retour de la Lune comme une nuisance, foi de Deep skyer...
×

Information importante

En venant sur ce site, vous acceptez nos Conditions d’utilisation.