Astro52

Membre
  • Compteur de contenus

    298
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

0 Neutre

À propos de Astro52

  • Rang
    Membre actif
  1. J'ai décidé d'y aller par étape. J'ai reçu un diviseur optique Orion, et après les premiers tests de jour, j'ai commandé une rallonge M42 de 6mm pour la caméra de guidage. La CCD n'a pas de roue à filtres, et à la place mon seul tube allonge est un 28mm, ce qui plaçait la caméra un peu loin. Avec ça, ça devrait marcher.
  2. Merci pour ta réponse. Je me pose maintenant la question d'y aller progressivement, plutôt que d'aller directement sur le combo. J'ai vu le diviseur optique fin Orion qui n'est pas très cher. Dans un premier temps je pourrais tester cela avec ma caméra couleur, donc pas de roue à filtres, à 2000 de focale, pour voir ce que donne la monture sans les problèmes de fixation de lunette. Ce que je ne comprends pas c'est comment rendre les deux caméras parfocales avec ce montage, j'ai envoyé un mail à un canadien qui utilise ce montage sur le même tube. Puis si ça marche ajouter un réducteur pour EdgeHD, un peu cher mais dans cette optique il faudra y passer quelle que soit la configuration. Ensuite, je pensais à la 694 pour avoir des pixels de plus de 9 microns en binning tout en ayant 1,5 million de pixels quand même, ne faisant pas confiance à un échantillonnage plus fin au regard des galères de la lunette guide et du synguider. Mais si ça marche bien à 2000 de focale avec mes gros pixels actuels, ça marcherait aussi à 1400 avec des pixels un peu plus petits. Donc il serait possible de prendre une caméra moins chère avec des pixels un peu plus petits et l'utiliser en 1x1. Reste la question de la roue à filtre. Il y a la ZWO manuelle à 90 euros mais je ne sais pas si ça va se recorder facilement, elle a l'air de sortir en 31,75 seulement. Le manuel m'irait bien pour éviter les problèmes informatiques. Et le prix aussi, car avec le diviseur Orion, si la combinaison est possible, ça ferait nettement moins cher que le combo Starlight Xpress qui est 600 euros plus cher que la caméra.
  3. Bonjour, Je commence à me poser la question de changer ma vieille SXV-M7C. J'ai commencé à faire des tests pour savoir si ma CGEM pourrait supporter ce projet. Actuellement j'utilise un Synguider Skywatcher sur une lunette 80/400 pour l'autoguidage. C'est un enfer de trouver une étoile guide, parfois je dois remballer et rentrer sans savoir rien fait, faute d'avoir trouvé une étoile guide, même en ayant préparé à l'avance dans quelle direction la chercher. Le tout en m'arrachant littéralement la peau des doigts sur les vis de réglage de la lunette guide. Quand ça marche, les étoiles restent toujours plus ou moins ovalisées dans le sens de l'AD, malgré un échantillonnage très peu ambitieux : le C8 avec un réducteur 3,3 et des pixels de 8,4 microns environ, ça fait dans les 2,6 secondes par pixel. N'ayant aucune courbes ni accès à aucun paramètre, je n'ai évidemment aucun moyen d'améliorer cet autoguidage médiocre, puisque le but était d'en exclure l'ordinateur après des années de galère à ne pas arriver à autoguider. Jusque-là, j'attribuais ces possibilités limitées à la CGEM. Changer de CCD, ça voulait dire un capteur plus grand, donc plus de réducteur 3,3 mais un réducteur EdgeHD à... 7. Le tout avec des pixels plus petits par dessus le marché. Donc il aurait fallu changer aussi la monture, le tube... tout en fait. Et je ne me sentais pas de mettre ce prix étant donné le peu de répit laissé par la météo. Mais la curiosité poussant, j'ai tenté pour en avoir le coeur net d'utiliser la ZWO ASI 120 MM que j'ai achetée pour la Lune comme autoguideur avec PHD2. Première remarque, c'est beaucoup plus simple aujourd'hui qu'à l'époque où je me suis arraché les cheveux sur l'autoguidage. Il suffit de brancher la caméra sur le port d'autoguidage, ensuite le contenu de PHD2 paraît assez logique quand on fait déjà de la photo. Ensuite, la différence avec le synguider est phénoménale : en pleine ville très polluée, il y a directement plusieurs étoiles guide potentielles dans le champ, même avec des poses de 0,5 seconde. En fait c'est comme si le synguider avait un rendement quantique dans les 4%, comme un film argentique. Là, plus besoin de bouger la lunette pour trouver une étoile guide. Je cherche donc à jouer avec les paramètres d'autoguidage pour améliorer les courbes. Mais elles ne sont pas terribles, et il n'est pas si rare que les courbes sortent de l'intervalle +1" / -1". A ma grande surprise, la déclinaison ne fait guère mieux que l'AD. Parfois même la déclinaison fait une énorme pic que je n'explique pas, du style de ce qu'on n'obtient seulement en touchant à l'instrument, et l'autoguideur rattrape assez rapidement ; mais ça reste rare. Toutefois les courbes restent une bonne partie du temps dans l'intervalle +1" / -1". Comme je n'ai aucune idée de ce que cela peut donner sur l'aspect d'une image, j'ai installé la CCD pour prendre des poses de 5 minutes à 2000mm de focale. Les étoiles sont effectivement très ovalisées. Mais en étudiant de près les images, j'ai pu calculer que le parallélisme entre le C8 et la lunette guide dévie de 1,33" par tranche de 5 minutes en moyenne. Ce qui explique une grande part de la déformation des étoiles, peut-être les 3/4. Du coup, il n'est pas impossible que la CGEM permette le projet de CCD que j'ai en tête, le combo SX Trius 694 de Starlight Xpress avec un réducteur EdgeHD à 7, en utilisant principalement le binning 2x2, avec la souplesse de monter sur des objets de petite taille comme les nébuleuses planétaires. Ce qui ferait en binning 2x2 un échantillonnage principal de 1,34"/pixel. Soit 85% plus gros qu'aujourd'hui, mais avec un rendement quantique multiplié facilement par 2,5 ça ne fait pas monter tant que cela les temps de pose. Et avec le diviseur optique off-axis, plus de problème de lunette guide et de parallélisme. Mais reste à approfondir les tests pour savoir si la CGEM supporterait cet échantillonnage. Je vais essayer de mettre la ZWO dans le C8 et travailler sur les courbes. Si les deux restaient quasiment tout le temps entre +1,3" et -1,3", ça voudrait dire qu'un pixel dans la 694 en binning ne bougerait jamais plus de 1 pixel dans toutes les directions, au pire. Ce qui ne sera apparemment pas évident à atteindre. En même temps, si une déviation plus importante n'existe que 2 secondes sur une pose de 4 minutes, sur la globalité ça ne se voit peut-être pas trop ? Si quelqu'un a une idée de l'échantillonnage que peut supporter une CGEM, avec quels temps de pose, et l'aspect des étoiles, ça m'aiderait bien.
  4. Question autoguidage

    En fait ce n'est pas ce que je voulais dire, je parlais du moment où il faut placer les axes horizontaux et verticaux du capteur dans le sens des axes AD et dec de la monture. Cette opération doit se faire à proximité de la zone de travail, ou en équatorial on peut positionner la caméra ailleurs, et pointer l'objet ensuite ?Là je tente d'installer PHD2 Guiding sur mon ordinateur. Après avoir lancé le logiciel, il me demande un paramétrage de premier lancement.Les premières fenêtres demandent des infos techniques sur la caméra, les pixels, la lunette de guidage... jusque là aucun problème.Ensuite, au lieu de demander la monture, il demande l'interface de guidage, en me conseillant vivement en anglais de choisir ASCOM, alors que ASCOM ne fait même pas partie des choix du menu déroulant. Je choisis donc On-Camera qui est la seule proposition intelligible qui peut correspondre au montage que je veux faire.A ce stade j'ai branché la caméra mais évidemment pas la monture, étant à mon bureau, et nulle part on ne dit si le premier démarrage du logiciel peut se paramétrer de son bureau, ou s'il faut impérativement être sur le terrain avec le télescope installé. Donc ce qui suit est relatif au fait qu'on ne sait pas si le logiciel répond en fonction de la réponse précédente ou en fonction de l'absence de connexion caméra monture.Donc comme il n'est pas content de ma réponse précédente, sur la fenêtre suivante il me dit dans la langue de Molière (qui doit se retourner dans sa tombe) :"L'interface de monture que vous avez choisi à l'étape précédente ne fournit pas d'informations de pointage, PHD2 ne sera pas en mesure d'ajuster automatiquement le guidage pour suivant le côté-de-pilier et la déclinaison. Vous pouvez activer ces fonctionnalités en choisissant une connexion "Aux Monture" qui fournis des informations de pointage. L'interface "Aux Monture" sera utilisée uniquement à cette fin et non pour envoyer des commandes de guidage."Et là il me demande de choisir en tant que "Monture Aux" entre "Aucun" et "Ask for coordinates"Au pif, je tente "Ask for coordinates", la chose étant préparable si d'aventure des coordonnées étaient demandées. A moins qu'il ne s'agisse pas de coordonnées célestes... Après je dis que je n'ai pas d'OA.Et j'ai lancé la bibliothèque de darks.Mais je n'ai aucune certitude que cela fonctionnera quand je télescope sera installé, étant donné les choix incertains qu'il a fallu faire.
  5. Question autoguidage

    Encore une question :Est-ce que je peux régler en rotation la caméra de guidage sur l'étoile de mise au point, puis pointer l'objet, ou est-ce qu'il faut orienter à proximité de la zone de travail ? Je suis en équatorial. J'aurais tendance à penser qu'en équatorial une fois que c'est positionné les axes AD et dec ne tournent plus, mais j'ai pas encore osé.
  6. Question autoguidage

    Merci AG, ça c'est une bonne nouvelle !Merci skywatcher, ça m'arrangerait bien en effet si ouvert à 5 il y a toujours une étoile dans le champ. Le poids de la lunette ne doit pas être un problème, on est dans les limites de la CGEM, qui a parfois tendance à mieux marcher quand elle est plus chargée que le seul C8. C'est plus le montage de l'ensemble qui est contraignant.
  7. Question autoguidage

    Bonjour,Après de longues années de galère pendant lesquelles je n'ai jamais réussi à me servir de l'autoguideur STAR2000 de Starlight Xpress, et donc pas pu utiliser ma CCD avant qu'elle ne soit très dépassée, j'avais opté il y a 5 ans pour une lunette de guidage 80/400 dans des anneaux ADM, et un autoguideur indépendant (le Synguider Skywatcher) afin d'éliminer toute possibilité de problèmes informatiques.Dans l'absolu ça marche, mais : - le résultat autoguidé reste assez moyen, notamment en AD. - trouver une étoile guide est extrêmement difficile tant le capteur est petit et peu sensible (mag 8 au maximum contre mag 11 pour n'importe quel autre autoguideur avec ce diamètre). - je m'arrache littéralement la peau des doigts sur les vis de réglage de la lunette guide, pour tenter de viser une hypothétique étoile guide à perpette. - aucune données collectées, donc aucun matériau pour rechercher des améliorations. - quand je pars en expédition photo, je ne suis jamais sûr de ne pas rentrer bredouille, car même en préparant à l'avance dans quelle direction chercher une étoile guide, il est toujours possible de ne jamais trouver d'étoile guide du tout et de devoir renoncer.Comme j'ai acheté une caméra ZWO ASI 120 MM pour la Lune (séparément des planètes pour qui j'ai un petit capteur couleur), et qu'elle a un port d'autoguidage, je me posais la question de me replonger dans la galère de l'autoguidage "comme tout le monde" avec cette caméra. Même si rien que d'y penser, j'angoisse déjà...Donc ma première question, si je branche le port d'autoguidage ST4 de la caméra sur le port d'autoguidage de ma CGEM achetée en 2010, est-ce que ça me dispense de connecter l'ordinateur à la monture ? Et d'installer l'usine à gaz ASCOM sur mon ordinateur ?Merci d'avance pour vos réponses.
  8. NGC6818 et Pluton au C8

    La magnitude de NGC6818 est bien donnée à 10 ici : http://server4.wikisky.org/starview?object=NGC+6818 Et l'autre lien concernait NGC389 pas NGC6818, il y avait un problème de numéro.Redshift 6 donne magnitude 9,9 et une taille de 20" qui me semblent assez cohérent.Mais la magnitude ne veut rien dire, tout dépend comment c'est contrasté. La Blink ou la Saturne ont des magnitudes très abordables sur le papier car un coeur très brillant, mais restent difficiles car il faut gérer des détails très peu lumineux à côté lors des acquisitions et traitements. Alors que NGC6818 a une luminosité plus homogène.
  9. NGC6818 et Pluton au C8

    Merci à tous.dolguldur, Le premier soir j'ai vraiment fait confiance à la monture, elle pointait assez bien par rapport à mon champ pas si large, et avec le Precise GoTo je n'avais guère de doute que Pluton serait largement dedans. Heureusement j'ai cherché à vérifier avec les logiciels, gros doute d'abord avec Redshift 6, puis confirmation avec Stellarium en téléchargeant les catalogues d'étoiles pour avoir plus de repères. Il y avait un petit écart de coordonnées entre Redshift 6 et Stellarium, mais ça restait concordant. J'ai repéré le groupe d'étoiles qui est au centre pour pointer les deux jours suivants, le premier jour l'alignement de 4 étoiles était juste à la limite du bord supérieur. En refaisant le même Precise GoTo la monture me remettait à 1 ou 2 minutes près sur le même cadrage, ce n'était donc pas un problème de mise en station, mais la CGEM de 2010 qui n'avait pas la bonne position. Finalement les images confirment exactement la simulation de Stellarium qui est plus à jour que les deux autres.
  10. NGC6818 et Pluton au C8

    Bonsoir,Après 3 nuits de suite sur le terrain, à tester des choses pas toujours concluantes (genre barlow 2x + CCD qui donne x2,45 en réel soit 6 fois moins de signal au lieu de 4 fois), j'ai finalement atteint quand même quelques objectifs qui sortent des sentiers battus.D'abord NGC6818, sans barlow du coup, qui n'avait pas fait partie de ma moisson de nébuleuses planétaires d'il y a 2 ans : Poses unitaires de 25 secondes au foyer du C8 EdgeHD sur monture CGEM sans autoguidage, avec SXV-M7C (caméra CCD one-shot-color de 2004). Zoomée 150%.Et puis ma première Pluton, avec une mention spéciale pour la CGEM qui ayant pointé hors-champ avec le PreciseGoTo la première nuit, m'a obligé à ressortir un troisième soir d'affilé pour avoir ma deuxième image : Poses unitaires de 30 secondes avec la SXV-M7C sur C8 EdgeHD avec réducteur Meade 0,33 sur monture CGEM sans autoguidage. Traitement sur pseudo-L. Une magnitude limite étrangement plus mauvaise le 2ème jour (plus de vent ? moins bonne transparence ?) m'a obligé à pousser plus le traitement de la deuxième image, puis à maquiller les 5 étoiles les plus lumineuses du champ qui avaient souffert de cette différence de traitement. Une bidouille plutôt concluante vue l'animation obtenue par rapport à la différence de qualité initiale.
  11. Bonjour,Selon toute vraisemblance, sur ma première capture de Pluton, elle est hors champs alors que la monture marchait nickel à ce moment-là et que j'avais fait un precise goto !Je pense ressortir quand même ce soir, des fois que je puisse avoir une troisième nuit ensuite pour finaliser le projet.Donc comme ça n'a pas marché de lui demander Pluton, je pense mettre les coordonnées ra/dec de Pluton pour voir si ça pointe mieux.Question, faut-il prendre les coordonnées courantes ou les J2000 pour pointer avec sur une CGEM ?Merci
  12. Merci pour la brute. J'ai fait quelques tests, je ne fais pas aussi bien mais j'en suis pas si loin, juste plus bruité.
  13. Raté. C'est toujours un objet de type jpg dont le nom se termine par .tifLe serveur impose sa compression pourrie à ton image, et garde le .tif comme du texte.
  14. Jupiter du 24 mai : pour ne pas faire simple

    Merci Christophe,Il y a quelques années déjà, j'avais constaté que dans la grande majorité des cas, si on essayait de cumuler Masque flou et ondelettes, on pulvérisait l'image. Mais que exceptionnellement certaines images toléraient certaines combinaisons, et là ça dépassait largement tout ce que je savais faire à l'époque (qui était sans doute modeste, mais quand même).Ici j'ai proposé une version tout Iris, mais j'ai aussi testé des ondelettes Registax 6 au moins pour me rendre compte de l'image que j'avais dans les mains.Donc la question pour moi n'est pas de choisir entre Iris ou Registax 6, mais comment on cumule les deux. Les images que je mets ici en fin d'étape sont des images qui peuvent supporter des ondelettes Registax 6 sans prendre trop de bruit. J'ai même eu pendant les tests des images de fin d'étape sur lesquelles les ondelettes Registax 6 ne faisaient ressortir aucun bruit. Et donc dans ce cas le cumul des deux ne pose aucun problème, le potentiel d'acceptation d'un traitement en fin d'étape étant au moins équivalent au potentiel de l'image de départ.Le problème, c'est que la finesse des ondelettes Registax est altérée sur ce type d'image : la prévision de la couche 1 a l'allure d'une couche 3 ou 4, car lors de ce test là j'avais encore la main trop lourde sur le débruitage. Ce qui signifie que j'avais effacé non seulement le bruit (chouette) mais aussi de la vraie information (ouch).Tout l'enjeu est donc de savoir si on peut trouver un juste milieu, en reprenant sous Registax 6 une image déjà améliorée par Iris par rapport au point de départ, qui a régénéré tout son potentiel de tolérance au traitement, mais sans avoir supprimé les informations légitimes que Registax 6 pourrait faire ressortir.Mais fondamentalement, après avoir longuement torturé et disséqué les détails et le bruit dans tous les sens, je pense que les traitements proposés par Lucien font déjà apparaître la totalité de la vraie information contenue dans l'acquisition.[Ce message a été modifié par Astro52 (Édité le 31-05-2017).]
  15. Zut, elle a été flinguée par le site qui l'héberge, elle pèse 20 ko et ne s'ouvre pas (comme si c'était une image jpg dont l'extension affichée est tiff).