jmco

Membre
  • Compteur de contenus

    98
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

0 Neutre

À propos de jmco

  • Rang
    Membre

Informations personnelles

  • Centres d'intérêt
    astronomie, physique, cosmologie
  • Adresse
    jean.michel.cognet@orange.fr
  1. Disparition de Pierre Binétruy

    Bonjour,Je suis très triste de cette nouvelle qui m'a stupéfait. J'ai en effet participé l'an dernier à son MOOC "Gravité! Du Big Bang aux Trous Noirs" dont je garde un souvenir impérissable. Outre ses qualités pédagogiques, Pierre Binétruy m'avait étonné pour sa disponibilité exceptionnelle auprès des apprenants, notamment dans le forum qui accompagnait le cours. Et cela malgré la charge d'activités autrement importantes (la mission Lisa Pathfinder a été lancée pendant le MOOC ...)En complément de mon modeste témoignage, je joins ce lien vers la notice du laboratoire Astroparticules et Cosmologie : http://www.apc.univ-paris7.fr/APC_CS/fr/memoriam-pierre-binetruy-1955-2017
  2. Merci David d'avoir éclairé ce point auprès d'Hélène Courtois
  3. Merci Cédric et Bruno,Je comprends votre idée; je n'avais pas vu les choses ainsi au premier abord, mais c'est assez logique
  4. Bonjour,Je relance ce post car je suis reste pour le moment sur ma faim !Je trouve en effet fascinante cette découverte d'une fuite extrêmement puissante (plusieurs milliers de km/s) des galaxies à partir de zones "vides" de notre univers "local". Cela me parait une découverte tout à fait majeureQuelles sont les hypothèses d'interprétation ? Moi je pense en priorité à l'énergie du vide exerçant une pression négative. Mais est-ce que ça a une chance de se raccorder quantitativement à l'énergie sombre détectée à plus grande échelle et pour laquelle l'énergie du vide est aussi une piste d'explication ?Si quelque "fusée" passe par là pour en dire plus, elle sera la bienvenue
  5. Etonnant !Les flux de galaxies ne sont donc pas seulement orientés par l'attraction des concentrations de matière (Grand Attracteur, Shapley), mais aussi par la répulsion des ''vides''Cette répulsion par le vide m'interpelle : comment ne pas penser à l'énergie du vide souvent suspectée de provoquer l'accélération de l'expansion par une pression gravitationnelle négative ? Peut-être alors une avancée sur la piste de l'énergie sombre ?
  6. L'expansion de l'univers est trop rapide...

    Merci Super : oui, avec les amas de galaxies qui font lentilles gravitationnelles, on doit avoir des données assez représentatives de l'ensemble de l'UniversNéanmoins, à l'inverse, lorsqu'on mesure ainsi H à très grande distance, on le mesure il y a très longtemps. Ce ne doit pas être facile de raccorder correctement à la valeur actuelle Ho que l'on ne peut mesurer que localement et qui n'est peut-être pas représentative du point de vue cosmologique
  7. L'expansion de l'univers est trop rapide...

    Bonjour,Ce qui m'interpelle dans cette affaire, c'est que :- dans le cas de Planck, on évalue Ho à partir des propriétés du fonds cosmologique, donc des propriétés globales de l'Univers observable, en appliquant le modèle cosmologique qui est fondé entre autres choses sur l'homogénéité de l'Univers à grande échelle- dans le cas des travaux effectués avec les télescopes (Hubble et les géants au sol), on évalue Ho avec des mesures directes sur des galaxies appartenant à une zone d'Univers peut-être trop petite pour que l'homogénéité soit suffisante. Dans ce cas on mesurerait un Ho "local" et non le vrai Ho "cosmologique"Cette remarque un peu triviale est sans doute levée dans le détail des travaux cités, mais ce serait bien d'en être sûr. Si quelqu'un peut éclairer ce point ...
  8. Lumière di Big-Bang ?

    Bruno Salque a dit : ‘’l’expansion était plus rapide uniquement pendant la phase d’inflation’’ Eh bien non, le taux d’expansion est continûment décroissant depuis la fin de l'inflation jusqu’au point d’inflexion situé il y a environ 7 milliards d’années, moment à partir duquel l’expansion commence à s’accélérer (modestement pour le moment)Pour le reste il me semble qu’il y a une confusion entre distance et temps quand on parle du rayonnement fossile et des phénomènes et objets très anciens / lointains ; et c’est ce sur quoi insiste PascalD ; je m’explique avec le cas du rayonnement fossile : Ce rayonnement a été émis il y a 13,8 milliards d’années : c’est un temps La matière qui l’a émis (correspondant aux photons que nous recevons maintenant) se trouve maintenant à 45 milliards d’années-lumière de nous ; c’est une distance, une distance comobile plus précisémentUne remarque encore : la distance comobile est un outil de calcul, une abstraction mathématique ; je suis d’accord, Bruno (Salque) : on ne fera pas d’expérience avec des objets situés à cette distance car ils ne sont plus en relation causale avec nous. Note bien que que je dis « ils ne sont plus », alors que tu dis « ils ne sont pas encore » ...
  9. Lumière di Big-Bang ?

    Bonjour Donis et bienvenu sur le forum !Je pense avoir saisi ta question qui me parait excellente. Voilà selon moi la réponse :- Au moment de l’émission d’un photon du rayonnement fossile que nous observons actuellement, l’Univers était beaucoup plus concentré : des calculs selon les modèles de type Friedmann-Lemaitre donnent par exemple 30 millions d’années-lumière comme distance entre le point d’émission et ‘’nous’’ (la zone contenant la matière de notre environnement actuel)- Mais à cette époque l’expansion était considérablement plus rapide que maintenant. Toujours selon ces modèles de calculs, les deux zones précitées s’éloignaient à environ 35 fois la vitesse de la lumière (ce qui ne contredit pas la Relativité Restreinte, car il s’agit d’une dilatation de l’espace qui les sépare et non d’un mouvement réel entre les objets)- Donc après son émission, la zone où sera reçu le photon beaucoup plus tard s’éloigne du dit photon qui ne va pas assez vite ...- Ce n’est que lorsque l’expansion a suffisamment ralenti que le photon commence à rattraper « notre » zone d’univers. Ce rattrapage dure très longtemps et ne se termine que maintenant !
  10. Bonjour,L’Association des Astronomes Amateurs d’Auvergne d’Auvergne (4A) organise le mercredi 08/02/2017 à 20h30 une conférence d’Emmanuel Gangler, Directeur de Recherche au LPC de Clermont -IN2P3 CNRS-Le thème en sera ‘’LSST : un oeil nouveau va surveiller l'Univers’’Le futur télescope chilien LSST, auquel participe le LPC de Clermont, permettra des avancées très importantes, depuis la carte du ciel jusqu’à une meilleure connaissance de l’énergie sombre, en passant par la détection des petits corps du Système solaireElle aura lieu à l’Amphi Recherche du Campus Universitaire des Cézeaux à Aubière (près de Clermont-Ferrand) Entrée libreRenseignements complémentaires : jean.michel.cognet@orange.fr Site de la 4A : astronomes-auvergne .fr
  11. Nuit du causse Noir

    Nous (une dizaine de membres de la 4A, association basée à Clermont-Ferrand) avons passé deux superbes nuits sur le Causse Noir dont la première (la nuit du 26/07) sous un ciel d’une qualité vraiment exceptionnelle.Le camping est sur un plateau à 1000m d'altitude, il est immense avec des emplacements dépassant les 100m2. Du coup nous avons pu installer les deux Dobson (le 450 de Claude Champier et le 600 du club) plus une lunette pour la photo du ciel profond, une grande tente pour la logistique commune, quatre petites tentes et cinq voitures sur deux emplacements, tout en ayant une bonne place pour casser la croûte. Le premier soir était un peu couvert mais vers 22h cela s'est dégagé, Jupiter très basse, Mars et Saturne étant bien visibles. Quelques campeurs se sont approchés et lorsqu’un petit anglais a mis l'oeil à l'oculaire du 450 et s'est écrié "Oh my god!" Claude a su qu'il voyait bien Saturne ! Observations jusqu’à deux heures du matin avec deux souvenirs marquants : la vision de Nord America sans filtre dans les jumelles et celle de la Voie lactée sur tout le ciel. Elle partait sous Persée depuis l'horizon passait au zénith et replongeait sous le Sagittaire. Une arche de lumière sur tout le ciel, 180° de Voie lactée brillante et bien contrastée avec ses zones sombres. Magnifique !! Le lendemain c’était donc la Nuit du Causse Noir proprement dite. Pas mal de visiteurs en début de nuit dont beaucoup ne parlaient pas français, la clientèle du camping étant fortement anglaise, hollandaise et belge flamande ; certains d’entre nous ont eu à réviser leur anglais ! Tout cela dans une ambiance très sympa avec les clubs de Montpellier, Mazamet, Millau, Le Vigan et autres. Les visiteurs étaient très intéressés par les instruments et les objets célestes. Nos deux Dobson étant les plus gros instruments sur le site, ils ont eu du succès ! Beaucoup plus d'humidité que la veille avec moins de transparence mais un ciel tout de même de bonne qualité. Après une première heure consacrée aux 3 planètes visibles, les objets classiques du ciel profond ont été passés en revue, souvent à la demande des visiteurs. Et vers 1h comme il y avait moins de monde, des objets moins courants ont été abordés. Certains ont par exemple découvert ou redécouvert la nébuleuse « Œil de Chat » (NGC 6543 dans le Dragon) dans le 600 avec sa couleur bleu-vert et sa naine blanche à l’éclat « métallique » Un bon camping adapté à la pratique de l’astro, un ciel plus que de qualité, c'est un endroit ou l'on retournera, c'était trop bonEt nous pensons vraiment que cette rencontre du Causse Noir mérite de s'inscrire au calendrier Et surtout un très grand merci aux organisateurs qui ont permis ce partage !
  12. Trou noir et singularité

    « si le temps se dilate dans un trou noir en fonction de sa profondeur »Non, le temps parait se dilater pour un observateur situé loin à l’extérieur de l’horizon et mesurant un phénomène se produisant à proximité de l’horizon« s'il n'y a pas de temps à l'intérieur : comment peut il y avoir évaporation quantique »A l’intérieur du TN la flèche du temps est remplacée par la flèche d’une direction de l’espace vers la singularité. Cela dit le rayonnement de Hawking qui produit l’évaporation du TN a lieu par une sorte d’effet tunnel au voisinage immédiat de l’horizon
  13. Ce fut une belle conférence animée avec brio par Eric Gourgoulhon avec beaucoup de questions très intéressantes qui témoignent de l'écoute qu'il a suscité parmi le publicLa conférence et les questions ont été enregistrées par l'Université Blaise Pascal et peuvent être visionnées intégralement sur le lien suivant : http://videocampus.univ-bpclermont.fr/?v=nExX791gP8jA
  14. Bonjour,Je remonte ce post car cette conférence aura maintenant lieu dans 4 jours !!!Plus de précision sur le site de notre association : http://www.astronomes-auvergne.fr/images/conf2016.jpg [Ce message a été modifié par jmco (Édité le 04-06-2016).]
  15. Temps propre et gravitation

    "pourquoi dit on que la réponse à 2 + 2 est dans le 'futur' plutôt que 'ailleurs dans l'espace ?"Juste pour alimenter le débat : au-delà de l'horizon d'un trou noir, une des 3 coordonnées spatiale joue le rôle du temps en ce sens que toute évolution se fait vers la singularité; la flèche du temps est remplacée par une flèche de l'espace (distance à la singularité)C'est une remarque qui ne vaut qu'en RG puisqu'on est dans une description purement gravitationnelle du trou noir. Donc elle a sa limite puisqu'il faudrait prendre en compte aussi les aspects quantiques, et cela on ne sait pas encore le faire