Aller au contenu

Huitzilopochtli

Membre
  • Compteur de contenus

    307
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

0 Neutre

À propos de Huitzilopochtli

  • Rang
    Membre actif
  1. Cassini, le spectacle continue ...

    Effectivement, mes données n'étaient pas valides! Merci d'avoir corrigé.On pourra donc, de même, ne pas tenir compte du ratio à 99/1 que j'indiquais pour les particules retombant sur Encelade.Milles excuses. Je retourne à mes études...
  2. Cassini, le spectacle continue ...

    Non Superuptif ! Quezacloaque c'est dégradant! A la rigueur, appelle moi Quetzaquatique pour rester astrobiologique.Tu vois, t'y viens. On sent bien que tes vieux blocages cèdent peu à peu face à l'implacable évidence.8zi'
  3. Cassini, le spectacle continue ...

    Tournesol : "La vie peut-elle apparaître dans une flaque ?"Bah ! Beaucoup de poissons dans l'océan, quelques uns dans mon aquarium.Cela devrait potentiellement pouvoir suffire pour ce que l'on cherche. Ceci dit, ça m'étonnerait beaucoup que l'on trouve...
  4. Cassini, le spectacle continue ...

    De superreur : "Il suffit d'envoyer une sonde à la surface d'Encelade pour analyser les retombées des geysers pour trouver de la vie !!!!!!!!!!!!!!!"Pourquoi se compliquer la VIE ?!Inutile d'aller à la surface, des analyses des composants des geysers dans l'espace devraient suffire à l'ouvrage. Evidemment faudra pas espérer trouver un crabe...D'ailleurs je crois bien que c'est proposé parmi les projets des prochaines missions Discovery. Y'a plus qu'à la sélectionner.
  5. Cassini, le spectacle continue ...

    J'ai probablement affirmé un peu trop rapidement que l'anneau E ne dépend pas principalement de l'apport en provenance d'Encelade.Il s'avérerait, après vérification, que cet anneau est instable sur une période estimée entre 10 000 et 1 millions d'années ce qui, en fin de compte, indiquerait que cet apport de matière est très récent (sur des temps astronomiques).L'anneau E aurait donc deux sources majoritaires de particules. 1°) Principalement donc, celles issues du cryovolcanisme d'Encelade.2°) Celles ayant pour origine le crible des surfaces des lunes voisines (Encelade,Dioné,téthys) par le perpétuel bombardement de leurs surfaces par les météorites qui en éjecte dans l'espace.J'ai retrouvé aussi une estimation plus précise du rapport entre retombée et satellisation des particules des geysers et le ratio serait de 99/1 !!!
  6. Cassini, le spectacle continue ...

    Oui. C'est bien ça. La masse dispersée à travers l'ensemble des anneaux correspond justement à la masse d'Encelade. Et si effectivement l'anneau E est alimenté en particules par ses geysers, celles-ci n'en constituent qu'une partie.L'anneau E existerait quand même sans cet apport, il le densifie, seulement.90% de retombée sur la lune, 10% injectée dans l'anneau E paraît être un ratio envisageable. Il est vrai aussi que ces valeurs sont très approximatives (et demanderaient même à être vérifiées par d'autres sources que ma mémoire).
  7. Cassini, le spectacle continue ...

    @ Alain,Je n'affirme pas que rien n'échappe à la gravité de cette petite lune. la vitesse d'éjection des geysers est, je crois, de 240 m/s. Ensuite, les geysers sont constitues de vapeur et de particules.Je crois avoir lu quelque part (source NASA) que plus de 90 % des particules retombaient sur Encelade.
  8. Cassini, le spectacle continue ...

    De plus 250 kg/s c'est une masse évaluée pour une phase très active de cette lune. L'activité cryovolcanique d'Encelade fluctue et pour finir on ne sait pas depuis combien de temps elle existe.
  9. Cassini, le spectacle continue ...

    Ben non parce que l'énorme majorité des particules retombe finalement sur Encelade...il me semble.
  10. OVNI?

    "Wait and see !"Heu... non!"Wait and wait." Non mais franchement, comment peut-on être aussi ...?On s'est quand même assez éloigné du thème initial de ce topic (OVNI/PAN).
  11. Conférence de la NASA jeudi 13 avril

    DeTournesol: " Oui ! Mais c'est plus rare sous les océans d'Europe ou d'Encelade !"Complètement! Au même titre qu'un taux de radiation "géologique" significatif, très probablement...
  12. Conférence de la NASA jeudi 13 avril

    De tournesol : "Il n'est donc pas forcément absurde d'envisager que les radiations d'origine géologique puissent avoir, à une certaine échelle, un rôle comparable à celui des UV dans les scénarios soulignant l'importance des UV dans l'apparition de la vie."Il est certainement une autre source d'énergie à ne pas négliger, c'est la foudre.
  13. Conférence de la NASA jeudi 13 avril

    Salutations,@Tournesol, juste une petite précision sur les points un et deux. 1. Au moment de la formation de la Terre, la teneur en uranium 235 était telle que l'on aurait pu fabriquer des armes nucléaires sans enrichir l'uranium. 2. Actuellement, l'essentiel de la chaleur terrestre provient encore de la désintégration de l'uranium, du thorium et du potassium.Pendant tout l'Hadéen, l'essentiel de la chaleur interne du globe était le résultat de l'accrétion initiale et, en second, de l'apport provenant de la radioactivité d'éléments à courte période (Al26 et Fe60). Ces deux sources thermiques (accrétion et radioactivité courte) diminuent progressivement, puis de façon exponentielle, pour en arriver assez proche de l'état actuel (exposé dans le point 2) vers le milieu de l'archéen.
  14. Conférence de la NASA jeudi 13 avril

    Bonsoir,De jfleouf : "Bref, il existe clairement plusieurs camps sur cette question. Mais je n'ai pas l'impression que le camp 'hydrothermal vents' soit marginalisé. Peut-être que les exo-biologistes penchent plus pour les geysers de surface alors que les 'molecular biologists' penchent plus pour l'hypothèse deep sea hydrothermal vents."Qu'il y ait divers avis parmi les spécialistes étudiant l'apparition du vivant me semble presque naturel si l'on considère la complexité de la question et le gap subsistant avant, peut-être, de pouvoir complètement y répondre un jour.Pour tenter d'expliquer cette genèse, la biologie moléculaire invoque désormais systématiquement des réactions chimiques nécessitant l'action des rayonnements UV et, l'on trouve dans ce domaine pas mal de chercheurs pour privilégier, à minima, un milieu proche de la surface. Apparemment, l'abandon relatif des sources hydrothermales des fonds océaniques comme milieu favorable résulte d'avantage de l'implication des UV dans cette chimie plutôt que d'un problème lié à une dilution moléculaire.Tes photos sont vraiment magnifiques.
  15. Actualités de Curiosity - 2013

    Oui, il s'agit bien de cela. J'avais cependant mélangé cet article à un autre concernant spécifiquement l'érosion atmosphérique de Mars étudiée par MAVEN. Merci d'avoir recadré les choses.
×

Information importante

En venant sur ce site, vous acceptez nos Conditions d’utilisation.