PierrePA28

Membre
  • Compteur de contenus

    125
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

2 Neutre

À propos de PierrePA28

  • Rang
    Membre
  1. La rumeur des ondes gravitationnelles...

    Bonjour Alain Non, il ne les fait pas plus faciles mais parfois elles sont mieux cachées, d'autres fois adaptées au sujet. Je lis VaufrègesI3 par pur plaisir d'en détecter une, et lorsqu'elle est amenée par le sujet, le plaisir passe au carré. Comme quoi les scientifiques ne sont pas toujours aussi monomaniaques que certains les décrivent. Cordialement Pierre
  2. La rumeur des ondes gravitationnelles...

    Alain Moreau, ta masse a bien failli me faire croire que j'y étais déjà. Dit tel que, c' est bien le truc qui permet de se passer de second conducteur, en apparence, car les rails de tram ou de train sont ce second conducteur qui conduit le retour du courant arrivé par le caténaire vers la source. Parfois aussi il n'y a pas de caténaire et un rail accessoire joue le rôle de masse Il importe de définir précisément de quoi on parle. Le sujet est encore les ondes gravitationnelles? Cordialement Pierre
  3. La rumeur des ondes gravitationnelles...

    Bonsoir Certaines des affirmations que je viens de lire me rendent songeur, surtout après le commentaire très pondéré d'A. Moreau. La physique est bien établie et les mots employés ont un sens précis. Le photon va dans le vide à la vitesse notée c, dont la valeur est celle connue pour la lumière. Il ne se trouve jamais au repos, donc l'usage du concept de masse tel qu'il est connu en mécanique classique est dangereux quand il s'agit du photon. On peut, si l'on connait son énergie, lui attribuer une masse en utilisant l'équivalence entre masse m et énergie E sous la forme E = mc2 mais je n'en vois pas l'utilité. Il faut se méfier de l'usage du sens commun ou du bon sens, lequel est rarement vérifié en physique car la Nature ne fonctionne pas selon des critères anthropomorphiques; elle fonctionne selon ses lois bien vérifiées qu'on le veuille ou non et tous les discours n'y changeront rien car l'édifice est solide. Une opinion n'est pas une démonstration scientifique, elle reste une opinion tant que les faits ne l'ont pas démontrée. Très cordialement Pierre
  4. Essais en tous genres

    Bonsoir Il n'est pas interdit d'essayer, cependant je vois d'emblée que chaque objectif de lunette a été calculé, en principe ,pour que les rayons incidents sur leur face d'entrée forment un faisceau parallèle. Or l'association des deux objectifs fait que le second, dans le sens de propagation des rayons, ne recevra pas un faisceau parallèle mais convergent. Je n'ai pas calculé ce que l'association peut donner en termes de qualité d'image, comparée à un seul objectif prévu pour une distance focale plus courte. Il est clair que le second objectif ne travaillera pas au mieux de ses performances initiales. Parfois il arrive une compensation des défauts dans des montages bizarres. Cependant, si une telle association était meilleure en performance qu'un doublet calculé pour obtenir la focale plus courte souhaitée, je pense que les fabricants se contenteraient de faire ces associations au lieu de concevoir de nouveaux objectifs. Pour le plaisir d'expérimenter, qui ne coute rien ici, pourquoi ne pas essayer en cherchant s'il existe un optimum lorsque varie l'intervalle entre les deux doublets ? Cordialement Pierre
  5. Fusion verre - miroirs

    Bonsoir En complément de ce qui est déjà rappelé, tu as aussi la possibilité de garder le miroir liquide: je précise alors que le matériau n'est plus du verre mais un métal liquide à température ambiante. Ne pensons même pas au mercure dont les vapeurs sont toxiques ( oui, sa pression de vapeur à 20° peut donner une bonne " crise de foie". Certains ont utilisé du gallium dont la réflectivité à l'état liquide est élevée et quasi constante dans le domaine visible, et ne présente pas la bande d'absorption de l'argent dans le proche UV. Enfin sa pression de vapeur est très basse à 20°C et le métal n'est pas toxique. Le gallium est liquide à 29°C approximativement mais reste aisément liquide bien en dessous par surfusion, pour peu qu'il soit pur, et sans impureté sur le moule. Bien sûr, il faut un montage optique analogue à un "héliostat", vu que la surface réfléchissante est gouvernée par la gravité. J'ajoute que la pellicule d'oxyde qui se forme est transparente, fine ( inférieure au nanomètre) et peut être prévenue si l'air au dessus de la surface comporte une faible proportion d'acide chlorhydrique ( faible vraiment). Des réalisations avec des tailles conséquentes ont été faites, et se retrouvent sur la toile, cependant je n'ai plus suivi le sujet depuis quelques années. Cordialement Pierre
  6. Lentilles Quartz diamètre 100mm

    BonsoirSi vraiment l'usage de cette lentille est de travailler en lumière monochromatique H alpha, le seul problème restant est celui associé aux déformations d'ordre géométrique telles que la planéité du champ, les déformations en barillet ou coussinet ... . Utiliser un achromat pour travailler en monochromatique est permis mais est redondant; néanmoins qui peut le plus ... .Cordialement Pierre
  7. Réaluminure miroir

    BonsoirUn truc pour la soudure à l'étain sur inox ou équivalent: une goutte d'acide orthophosphorique en bout du fil d'étain; alors la soudure mouillera l'inox. Si cela peut servir à quelqu'un ... Cordialement Pierre
  8. focale résultante

    BonsoirIl n'y a aucune confusion, puisque la question de la couverture de champ n'a pas été abordée explicitement.Néanmoins, ce sont bien le moment et l'endroit pour rappeler son existence; mais à chaque jour suffit sa peine ... . CordialementPierre
  9. focale résultante

    BonsoirQue l'on mette un oeil derrière l'oculaire d'une lunette ou bien un APN à son foyer, la focale de la lunette est invariante.Qu'ensuite il y ait un éventuel facteur d'échelle lorsqu'une image venant de l'APN est affichée sur un moniteur est une autre question. Pour trancher expérimentalement, on photographie un même objet avec la lunette équipée de divers APN, puis on les affiche sur l'ordinateur.Ainsi, on sait ce que l'on fait sans risquer de mal interpréter ce qui est dit.Cordialement Pierre
  10. Poussières d'étoiles... et de galaxies !

    BonsoirJe cite: "Il est probable qu'une grande partie de la matière de la Voie lactée logeait dans d'autres galaxies avant d'être expulsée par un vent puissant".Je ne vois pas vraiment l'intérêt de la remarque. En effet, après l'explosion du big bang, atomes et rayonnement ont fini par former de la matière, laquelle s'est répartie dans l'espace, poussée par des "vents violents" ou pas, par les variations de rayonnement, par des champs de gravitation ... . Cette matière est la même partout et suit les mêmes lois. En se plaçant à un endroit et moment donné de l'évolution de l'univers, on n'amène rien du point de vue de la connaissance en disant que, localement, les atomes et matière rencontrés à cet endroit, et en ce moment, proviennent probablement d'ailleurs. Que peut-on en tirer que l'on n'ait su déjà? Que la matière de la voie lactée a bien dû arriver jusque là après avoir été dans d'autres galaxies? Il a bien fallu qu'elle arrive d'abord dans ces autres galaxies, et elle vient bien de quelque part en remontant le temps. On peut ainsi boucler loin, et longtemps.Alors, à défaut d'avoir mis une "étiquette" sur un atome parti il y a bien longtemps d'un endroit bien défini et de pouvoir l'individualiser dans la voie lactée en ce moment, je reste dubitatif sur la gain amené par la citation en tête. Cordialement Pierre Pierre
  11. Pluton Video NASA 3D

    Bonjour Et un grand merci pour avoir mis ce lien à l'attention de tous; un beau travail. Bonne journée
  12. camera embarquée.

    Bonsoir VindematrixTu parles d'une barre stabilisatrice horizontale, et conclus partir dans un délire. Ce n'est pas le cas: les gens qui marchent sur un câble tiennent justement une barre stabilisatrice qui porte des poids. Si on les regarde bien, ils sont nettement en dessous du fil, et donc le centre de gravité de l'ensemble aussi; le système homme+poids est auto-équilibrant. On constate aussi que les mouvements de ce pendule sont lents.Dans ton cas, la barre stabilisatrice est verticale, le poids est en bas; pour avoir la longueur maximale sans rien changer, il faut tenir l'appareil au plus près. Après, il faut optimiser au mieux le moment d'inertie de l'ensemble pour amortir les mouvements. Or ce moment d'inertie dépend bien de la masse, mais aussi de la longueur par l'intermédiaire de son carré. On a donc intérêt à jouer d'abord sur cette longueur.On constate sur ton enregistrement vidéo que les mouvements rapides sont éliminés, ne restent que ceux de basse fréquence: allonger la barre va les éliminer, pas tous mais une grande partie.Ensuite, il faut aussi considérer que ta main et ce système caméra + tige + poids est un système actif en ce sens que le cerveau intervient. Il faudrait donc que les corrections de la main qu'impose le cerveau soient faibles, afin de ne pas amplifier les oscillations naturelles de l'ensemble.Là, il y a un optimum à trouver, qui dépend des réactions de chacun.Excusez-moi pour avoir parlé de moment d'inertie, mais c'est presque intuitif: c'est lui qui s'oppose aux variations de mouvement. Bonne soirée Pierre
  13. camera embarquée.

    BonsoirJ'ai regardé la vidéo mise en ligne. Pour un premier essai, c'est bien.Pour diminuer la fréquence des oscillations, il faut augmenter le bras de levier, à valeur du contrepoids constante, donc en premier tenir l'appareil photo au plus près et augmenter la longueur de la tige portant le contrepoids. Ce faisant, on rajoute très peu de masse au dispositif. Ensuite seulement, on peut augmenter le contrepoids par approximations successives jusqu'à être satisfait pour ce que l'on souhaite enregistrer.Ensuite, il y a l'usage de gyroscopes; mais on ne fait plus d'astronomie portable. Cordialement Pierre
  14. limite utilisation renvoi à prisme

    Je suis d'accord avec ASP: le prisme dont la face diagonale est aluminée protège cette face de toute oxydation, poussière, rayure. L'aberration chromatique reste présente néanmoins.Comme souvent en optique, il y a un compromis à trouver entre le coût et l'efficacité du dispositif pour un travail donné. Le nombre de zéros derrière l'unité qui exprime le prix du dispositif est révélateur de sa proximité avec la "perfection". Cordialement Pierre
  15. limite utilisation renvoi à prisme

    De nouveau moi, pour répondre à OlivdesoIl y a un intérêt à aluminer la face diagonale d'un prisme à réflexion "totale": Lyl l'a bien compris en mettant en avant l'ouverture du doublet d'entrée de la lunette.Plus cette ouverture est grande, plus il y aura du chromatisme en sortie du prisme. Mais il y a aussi autre chose: la réflexion "totale" sur la face diagonale risque de ne pas être totale pour certaines longueurs d'ondes du spectre visible si l'indice du prisme a été mal choisi. Alors, outre le chromatisme, on a une "réflexion totale" qui ne l'est plus pour l'une des extrémités du spectre et pour les rayons marginaux arrivant sur la face d'entrée du prisme. Il est très rare que l'acheteur dispose de la relation donnant l'indice du prisme en fonction de la longueur d'onde et aussi rare qu'il passe du temps à calculer l'ouverture limite du doublet d'entrée telle que la réflexion totale ait lieu pour l'ensemble du spectre.Soit l'on est satisfait du matériel que l'on a avec ses "défauts", soit on va au bout du calcul et cela se paie.Bonne soirée Pierre