Fourmi103

Actualités de Curiosity - 2013

Messages recommandés


Sur la mer de sable qui entoure le rover, la finesse des rides est toujours aussi fascinante..

MASTCAM - 10 mars (sol 1632) :

Pano de Paul Hammond - 10 mars (sol 1632) :

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les activités du week-end sur la position atteinte le 10 mars (sol 1632) se sont bien déroulées.

Le 13 mars (sol 1635) Curiosity s'est déplacé au Sud-Ouest d'environ 27 mètres sur une position qui constitue le troisième arrêt de la campagne actuelle pour étudier les dunes de Bagnold.
Les activités du 14 mars (sol 1636) commencent par une observation passive ChemCam de "Vera Rubin Ridge" (la crête d'hématite), avec une mosaïque Mastcam. Après cela, le rover se déplacera à nouveau sur un court trajet pour atteindre une position plus favorable permettant d'étudier les dunes, avec probablement ses roues avant qui barboteront dans le sable. Dans l'après-midi? après ce court trajet, ChemCam effectuera une observation automatisée "AEGIS" (tirs laser sur le sable) et Navcam réalisera quelques observations atmosphériques.


Position au 13 mars 2017 (sol 1635) :


HAZCAM AVANT - 13 mars 2017 (sol 1635) :


NAVCAM - 13 mars 2017 (sol 1635) :


Cette image est intéressante. On voit ici "Ireson Hill" située à environ 130 m du rover, au Nord. Au sol 1632 les courbes de niveau indiquent que le rover s'est élevé d'environ 10 mètres depuis sa position du sol 1587 près d'"Ireson Hill". Cette élévation est bien visible sur l'image






Pano de Paul Hammond - 13 mars 2017 (sol 1635) :


Nouvel affleurement en apparence de "boue séchée", et dont les fentes de dessiccation ont ensuite été comblées (probablement par du gypse) :

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le court trajet prévu hier 14 mars 2017 (sol 1636) a permis au rover de se placer définitivement en position (la troisième) pour l'étude des dunes de sable.
En définitive, Curiosity n'a pas encore véritablement repris sa marche en avant vers Sharp et les argiles. Il semble en effet que ces multiples arrêts au milieu des dunes permettent surtout de gagner du temps pour tester et retester le système de forage. Ceci en vue de chercher une solution fiable au problème avant de progresser davantage sans pouvoir forer et mener d'analyses approfondies du terrain.

Les activités du 15 mars (sol 1637) doivent commencer par quelques observations atmosphériques Mastcam, suivies de l'analyse ChemCam de deux cibles sur une ondulation de sable voisine.

Mastcam documentera également la cible ChemCam AEGIS du sol 1636 et recueillera des images multispectrales d'une zone où la roue du Rover a perturbé le sable, zone appelée «Hildreths».

Dans l'après-midi MAHLI sera sollicitée pour prendre des images de trois cibles, puis l'APXS analysera ensuite deux de ces cibles.


Position au 14 mars 2017 (sol 1636) :


HAZCAM AVANT - 14 mars 2017 (sol 1636) :


NAVCAM - 14 mars 2017 (sol 1636) :


[Ce message a été modifié par vaufrègesI3 (Édité le 15-03-2017).]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

magnifiques images couleurs de ces mini dunes et leur complexité !!!
merci daniel!
polo

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Oui le désert est beau, il nous ramène à notre insignifiance comme la mer.

C'est du deuxième degré bien sur.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Hips!

[Ce message a été modifié par jmpg86 (Édité le 16-03-2017).]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut Polo, merci


jmpg86, au cœur de l'énigme humaine on aura beau creuser, on ne trouvera jamais qu'elle : "l'insignifiance".. "avec toute son évidence, avec toute son innocence, avec toute sa beauté" (Milan Kundera)


Au 17 mars (sol 1639), avant de partir du point d'arrêt d'étude des dunes N° 3 (nommé "Southern Cove"), le rover commencera par rétracter le bras et faire à nouveau quelques diagnostics du système de forage avant de prendre des images MAHLI de deux cibles. Les navcam seront sollicitées pour observer des nuages au-dessus des remparts du cratère, suivies diverses observation Mastcam et ChemCam de modifications des ondulations de sable par le vent.
Une fois ces opérations terminées, Curiosity s'est dirigé vers un nouveau point d'arrêt d'étude des dunes N° 4 désigné «Ogunquit Beach» en parcourant environ 30 mètres.
On les aura sacrément étudié ces dunes.. punaise.. un peu trop à mon goût... Vivement que le rover mette réellement cap au Sud et que les forages reprennent !


Position au 17 mars 2017 (sol 1639) :



HAZCAM AVANT - 17 mars 2017 (sol 1639) :


NAVCAM - 17 mars 2017 (sol 1639) :





Un super pano de Damia concocté avec des images du 6 février 2017 (sol 1601) – C'est vertigineux !!... :

[/b]Voir surtout ici ==> [b] http://www.db-prods.net/marsroversimages/Curiosity/2017/Sol1601_Mastcam34_m.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

28 mètres au Sud aujourd'hui 20 mars 2017 (sol 1642).
Pas d'infos depuis trois jours, seulement des images

Position au 20 mars 2017 (sol 1642) :


HAZCAM AVANT - 20 mars 2017 (sol 1642) :


HAZCAM ARRIERE - 20 mars 2017 (sol 1642) :


NAVCAM - 20 mars 2017 (sol 1642) :







Pano Jan van Driel – 20 mars 2017 (sol 1642) :


ORIGINAL : http://www.unmannedspaceflight.com/index.php?act=attach&type=post&id=41045


L'examen périodique des roues avec MAHLI s'est déroulé le 19 mars (sol 1641) : Des dégâts, mais pour l'heure rien de très méchant :







[Ce message a été modifié par vaufrègesI3 (Édité le 21-03-2017).]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le 21 mars 2017 (sol 1643) environ 37 mètres parcourus par Curiosity... vers le Nord Est..

En fait ce déplacement est lié à un début d'élaboration d'une mosaïque d'images de la crête d'hématite "Vera Rubin Ridge" au loin. Il s'agit ici de la première moitié d'une observation stéréo de base (stéréoscopique) longue (base élargie pour des objectifs lointains) qui devrait permettre de mesurer la topographie de "Vera Rubin Ridge" plus précisément que ce qui est possible en utilisant des images stéréo Mastcam standard. La longue ligne de base sera obtenue en déplaçant le rover entre les observations de Mastcam.

Je suppose que cette étude topographique permettra de compléter les vues obtenues par la caméra HiRise de MRO, mais elle devrait aussi sans doute servir à mieux préciser le point exact de passage du rover au travers de cette crête abrupte.


Position au 21 mars 2017 (sol 1643) :


HAZCAM AVANT - 21 mars 2017 (sol 1643) :


HAZCAM ARRIERE - 21 mars 2017 (sol 1643) :

[/URL]


NAVCAM - 21 mars 2017 (sol 1643) :

Pano de Paul Hammond - 21 mars 2017 (sol 1643) :


ORIGINAL : http://www.unmannedspaceflight.com/index.php?act=attach&type=post&id=41049

MASTCAM – 20 mars 2017 (sol 1642) :



Sinon, les dernières images des roues ont montré quelques "nouveautés" que je n'avais pas noté :

Cassures observées dans les bandes roulantes


Une vérification de routine des roues en aluminium sur Curiosity a permis de constater deux petites cassures sur la roue médiane gauche du rover - le dernier signe d'usure au moment où le rover poursuit son parcours et s'approche maintenant des 16 km parcourus.

Les premières et deuxièmes cassures sont apparues lors d'une vérification d'images des roues le 19 mars, indiquant que ces cassures se sont produites après le dernier contrôle, le 27 janvier.

[i"Les six roues disposent de suffisamment de temps de travail pour que le véhicule puisse atteindre toutes les destinations prévues pour la mission"[/i], a déclaré Jim Erickson. "Bien que ce ne soit pas inattendu, ce dommage est le premier signe que la roue médiane gauche est proche d'une étape importante d'usure".

La surveillance des dégâts des roues sur Curiosity, plus un programme d'essai de longévité des roues sur la Terre, ont été lancé après que les bosses et les trous dans les roues se soient accumulés plus vite que prévu en 2013. Les essais ont montré qu'au moment où trois crampons (appelés "grousers" par le JPL) sur un roue a cassé, la roue a atteint environ 60 pour cent de sa vie utile.
Curiosity a déjà largement dépassé cette fraction de la distance totale nécessaire pour atteindre les régions clés d'intérêt scientifique sur le Mont Sharp.

Ashwin Vasavada, scientifique du projet, a également déclaré: "Il s'agit d'une partie attendue du cycle de vie des roues et, à ce stade, ça ne change pas nos plans scientifiques actuels ou diminue nos chances d'étudier les transitions clés en minéralogie plus élevées sur le Mont Sharp."

Curiosity étudie actuellement des dunes de sable à mi-hauteur d'une unité géologique appelée "formation Murray". Les destinations prévues comprennent "Vera Rubin Ridge" contenant de l'hématite, puis une unité géologique contenant de l'argile au-dessus de cette crête et enfin une unité contenant du sulfate au-dessus de l'unité d'argile.

Le rover grimpe séquentiellement vers le haut et le bas du mont Sharp pour étudier comment l'ancien climat de la région a changé il y a des milliards d'années. Des indices sur les conditions environnementales sont enregistrés dans les couches rocheuses. Au cours de sa première année sur Mars, la mission a réussi à atteindre son objectif principal en démontrant que la région offrait autrefois des conditions environnementales favorables à la vie microbienne, si Mars a jamais accueilli la vie. Les conditions dans les anciens milieux aquatiques d'eau douce des lacs martiens comprenaient tous les éléments chimiques clés nécessaires à la vie telle que nous la connaissons, ainsi qu'une source d'énergie chimique utilisée par de nombreux microbes sur Terre.

Au 20 mars, Curiosity a parcouru 16,9 km depuis le débarquement de la mission sur mars en août 2012. L'étude de la transition vers l'unité de sulfate, la destination la plus reculée, exigera environ 6 kilomètres ou moins de conduite supplémentaire. Ces quatre dernières années, les planificateurs des déplacements du rover ont employé des méthodes améliorées pour cartographier des terrains potentiellement dangereux et réduire le rythme des dommages occasionnés par des roches pointues et encastrées dans le sol le long de la route du rover.

Chacune des six roues de Curiosity mesure environ 50 centimètres de diamètre et 40 centimètres de largeur, usinées en aluminium massif. Les roues touchent le sol avec une peau qui est environ la moitié de l'épaisseur d'un dollar US, sauf les bandes de roulement plus épaisses. Les crampons (ou "grousers") sont au nombre de 19 en zigzag qui s'étendent sur environ trois quarts de centimètre à l'extérieur de la peau de chaque roue. Les grousers portent une grande partie du poids du rover et transmettent la majeure partie de la traction et de la capacité du rover à traverser un terrain inégal.


Source : http://mars.jpl.nasa.gov/multimedia/images/2017/break-in-raised-tread-on-curiosity-wheel

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Daniel,

Peux tu nous rappeler quel poids (martien) les roues supportent ?

S

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ben c'est simple, compte tenu de la gravité martienne 38% de la gravité terrestre => 342 kg

Soit 57 kg par roue, sur un sol plat et horizontal..

Sauf que Curiosity n'évolue quasiment jamais dans ces conditions idéales. Très souvent une ou deux roues ne touchent pas le sol et la charge est reportée sur les autres roues. C'est d'autant plus critique si le rover penche et qu'une roue repose sur une pointe rocheuse.
Toutefois, je demeure persuadé que les roues tiendront bon jusqu'au terme de la mission. Je suis beaucoup moins optimiste pour le système de forage..

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Quand j'étais allé voir les concepteurs du bousin au JPL, ils m'avaient dit que tout était OK tant qu'il ne roulait pas sur les jantes...
Mais là, il semble qu'elles commencent à être attaquées aussi...

Ce qui me laisse perplexe, c'est la vitesse du truc, qui s'use en avançant au pas : les 4x4 du Dakar sont plus solides, quand même...

S

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ce sont surtout les roues avant et du milieu qui subissent des dommages, les roues arrières ne subissent pas la même force vers le bas, elles sont traînées un peu comme une valise (même si elles sont aussi motrices).
La "peau" de la roue mesure 0,75 millimètres d'épaisseur, dans l'absolu l'épaisseur la plus mince qui puisse être usinée.

Plusieurs facteurs ont conduits à concevoir des roues les plus légères possibles. Leur grande taille signifiait que de très légères modifications de conception ajoutaient une quantité substantielle de masse. Par exemple l'augmentation de l'épaisseur de la "peau" en alu des roues d'un millimètre ajouterait 10 kg à la masse totale du rover.

Et selon Emily le principal obstacle à l'augmentation de la masse des roues résulte de la gestion d'une séquence délicate à l'atterrissage. C'est à dire à l'instant où les roues sont déployées alors que le rover est suspendu sous l'étage de descente : La chute brutale des roues induite par leur déploiement implique des efforts importants, voire limite, sur l'ensemble du système.
Dans ce cadre, ajouter de la masse aux roues n'était absolument pas envisageable.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
moui... mais sachant aujourd'hui ce qu'il est advenu de ces roues, je parie ma couille gauche que le prochain Rover n'aura pas ce souci et qu'une solution sera trouvée (matériaux résiliant, composite, roue en "grille" épaisse etc)
bref s'il avait su....

[Ce message a été modifié par frédogoto (Édité le 23-03-2017).]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ben Fredo, pas besoin de risquer la perte de ta couille gauche , on a quand même déjà quelques infos relativement précises..

Comme on peut le voir dans l'image ci-dessous, les roues du rover "Mars 2020" auront un "design" modifié.

On peut noter que la bande de roulement comportera beaucoup plus de lignes de crampons. La Nasa annonce aussi que la peau alu entre les crampons sera "plus épaisse". Mais comme il faut ne pas alourdir le poids des roues, elles ne seront "pas aussi larges" que les roues de Curiosity, mais très légèrement plus grandes en diamètre (diam 52,5 cm au lieu de 50 cm pour Curiosity). Mais au final, avec le gain en largeur, les roues du rover Mars 2020 seront plus légères que celles de Curiosity.



Le 23 mars 2017 (sol 1645) nouveau déplacement d'environ 21 m au Nord Est.
Ce déplacement est encore lié à l'élaboration d'une mosaïque d'images stéréos de la crête d'hématite "Vera Rubin Ridge" pour en étudier la topographie.

Tôt le matin les ChemCam et Mastcam droite ont observé une veine lumineuse et une roche stratifiée. Navcam devait ensuite rechercher des nuages ​​et des dust devils avant que l'APXS et le bras soient rétractés et que de nouveaux tests de diagnostic de forage soient effectués.


Position au 23 mars 2017 (sol 1645) :


HAZCAM AVANT - 23 mars 2017 (sol 1645) :

Pano de Paul Hammond – 22 mars 2017 (sol 1645) :

ORIGINAL : http://www.unmannedspaceflight.com/index.php?act=attach&type=post&id=41060


Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un parcours de près de 30 mètres direction Est Nord-Est le 24 mars 2017 (sol 1646).
Pas de progression vers Sharp, ce déplacement latéral participe toujours à l'imagerie stéréo de la crête d'hématite

Une bonne nouvelle pour les roues : Pour ce parcours il est prévu la première utilisation d'un logiciel de contrôle de traction qui a été testé et affiné dans sur Mars depuis ce mois d'avril. Ce nouveau logiciel permettra au rover de rouler de manière plus "souple", à savoir que lorsque le mobile détecte qu'une roue est en train de rouler sur un rocher, il ralentit les cinq autres roues pour éviter de pousser la roue dans la roche pendant que la roue grimpe sur le rocher. Ce premier usage de commande de traction de Curiosity a été testé pendant des mois et il est destiné à valider le nouveau logiciel pour une utilisation facultative dans de futures commandes.

Avant ce déplacement du sol 1646, ChemCam observera les cibles sur l'un des affleurements stratifié à à droite du rover. Puis la Mastcam droite va acquérir des mosaïques des deux affleurements stratifiés montrés dans l'image Navcam ci-dessous. À la fin du déplacement, Navcam devait de nouveau rechercher des dust devils et ChemCam observer une cible sélectionnée par AEGIS. Enfin, Navcam va rechercher des nuages ​​et le labo SAM effectuera un test de base d'ingénierie.

Position de Curiosity au 24 mars 2017 (sol 1646) :


HAZCAM AVANT - 24 mars 2017 (sol 1646) :


HAZCAM ARRIERE - 24 mars 2017 (sol 1646) :

NAVCAM - 24 mars 2017 (sol 1646) :


Deux roches stratifiées cibles de la Mastcam droite

Ireson Hill est déjà loin

Un chaos de blocs rocheux pour lesquels le nouveau logiciel ne serait pas inutile

Des veines minérales blanches omniprésentes


Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le 24 mars 2017 (sol 1646) le test du logiciel de contrôle de traction s'est bien passé et Curiosity a roulé plus de 30 mètres .

Le 26 mars (sol 1648) Curiosity a roulé environ 8 mètres vers l'Est et "Ogunquit Beach", c'est à dire la bordure des dunes noires situées à l'Est. La roue avant gauche a tracé un profond sillon dans l'espace de travail du bras, et une crête sinueuse d'ondulation se situe dans le côté droit. Deux cibles potentielles..

Les activités ont commencé par l'imagerie permettant l'évaluation de glissement des roues et la mise en vibrations de CHIMRA pour préparer les activités d'échantillonnage. Il était également prévu d'acquérir des images MAHLI de l'intérieur du sillon, maintenant connu sous le nom de "Flanders Bay", et de la crête ondulation de sable désignée sous le nom "d'Avery Peak". Ensuite l'APXS a été placé dans le sillon "Flanders Bay" pour une nuit d'intégration.
Par ailleurs le labo SAM devait effectuer certaines activités de chauffage de pré-conditionnement pour préparer l'analyse d'échantillons à venir (avec la mini-pelle). Il s'agit d'un plan très énergivore, il a donc été nécessaire de reporter quelques activités scientifiques pour tenir compte des activités liées à l'échantillonnage.

Tôt le matin suivant, Mastcam mesurera le niveau de poussière dans l'atmosphère et Navcam va rechercher des nuages. Dans l'après-midi, la Mastcam droite prendra à plusieurs reprises des photos de 3 zones près du rover pour rechercher les changements dus aux vents. La Mastcam recherchera aussi des dépôts de poussière et mesurera la poussière atmosphérique à deux moments différents de la journée. Enfin, le rover va se recharger toute la nuit en préparation de ce qui sera probablement une semaine chargée.

En fin d'après-midi, le bras était déployé pour de nouveaux tests de diagnostics de forage, et pour une suite complète d'images MAHLI sur une autre cible de roche. L'APXS a été placé sur cette même cible pour une intégration de nuit.

Position au 26 mars 2017 (sol 1648) :


HAZCAM AVANT - 26 mars 2017 (sol 1648) :


NAVCAM - 26 mars 2017 (sol 1648) :



MASTCAM - 26 mars 2017 (sol 1648) :




Pano de Jan van Driel - 26 mars 2017 (sol 1648) :


ORIGINAL : http://www.unmannedspaceflight.com/index.php?act=attach&type=post&id=41094

MASTCAM - 25 mars 2017 (sol 1647) :



Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Salut Daniel,

une étude super interessante (enfin pour ce que j'en comprends du climat passé de Mars), à laquelle à participé un très bon copain a moi (Sylvain Bouley). Peut être l'as tu déjà lue, mais au cas ou, je me permet de remettre les liens ici :
http://www.insu.cnrs.fr/node/6385

Le dossier Ciel et Espace consacré au sujet :

https://www.cieletespace.fr/actualites/ocean-de-mars-la-preuve-par-le-tsunami

"Un raz de marée gigantesque, provoqué par la chute d’un gros astéroïde dans une vaste étendue d’eau, a eu lieu sur la planète rouge voici 3 à 3,5 milliards d’années. Les astronomes en retrouvent la trace dans une région de transition entre les basses plaines de l’hémisphère Nord et les hauts plateaux de l’hémisphère Sud.

Il y avait bel et bien un océan sur la planète Mars. Après de longues années de controverse, cette question semble maintenant tranchée de manière nette par une équipe majoritairement française dirigée par François Costard, de l’Université Paris Sud."

Autrement dit, reste encore de belles choses a découvrir, contrairement à ce que prétend SuperFrisquet....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Une vidéo sympa assemblée avec 41 images navcam :

https://vimeo.com/160405895

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci Bernard, j'avais lu l'info sur Ciel&Espace juste après avoir posté ici.. mais pas celle du CNRS.
Encore un bon coup de savate dans les modèles déjà chancelants.
La présence d'un océan martien il y a seulement 3 à 3,5 milliards d'années est très surprenante.
Pour les lacs successifs du cratère Gale, c'est déjà limite : Le cratère s'est formé il y a 3,6 milliards d'années et les lacs s'y sont succédés bien après..

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le plan d'activités du 29 mars 2017 (sol 1651) était axé sur l'acquisition d'un premier échantillon de sable à "Ogunquit Beach" pour en déposer une partie au labo SAM. Il s'agit de la première de quatre pelletées de sable qu'il est prévu de prélever à cet endroit, destinées à échantillonner différentes tailles de grains et leur composition. Ces activités ont été exécutées nominalement, de sorte que le plan du 30 mars (sol 1652) était axé sur la livraison dans l'après midi d'une partie du premier échantillon à grain fin de "Ogunquit Beach" (nommé "OG1") au labo CheMin, et à l'analyse du labo SAM.
L'échantillon devait être tamisé et la portion à grains fins (<150 microns) délivrée à SAM. Toutes ces activités sont très intenses en énergie donc il n'y avait pas beaucoup de place pour d'autres activités scientifiques.
Plus tard dans l'après-midi, une partie de l'échantillon "OG1" sera déposée à CheMin.
Curiosity demeurera occupé pendant la nuit du 30 au 31 mars avec l'analyse du labo SAM de la partie de sable à grains fins "OG1".


Prélèvement d'échantillon de sable avec la mini pelle en bout du bras robotique :


HAZCAM AVANT – 29 MARS 2017 (sol 1651) :


NAVCAM - 29 MARS 2017 (sol 1651) :

MASTCAM - 29 MARS 2017 (sol 1651) :


L'échantillon vient d'être prélevé

Prêt pour la livraison aux labos


MAHLI - 29 MARS 2017 (sol 1651) :

Pano de Paul Hammond – Barre d'échelle mm sous l'image

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
En tout cas c'est du grain patatoïde qui a déjà bien roulé sa bosse ça, surtout pour du pur éolien...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour ceux qui suivent ce fil :

Actuellement confronté à un sérieux problème de santé touchant une personne on ne peut plus proche de moi, pendant une période indéterminée je ne vais évidemment pas pouvoir assurer le suivi des missions de Curiosity et d'Opportunity aussi fidèlement et régulièrement qu'à l'habitude.
Mais je ne laisse pas tomber. Ce serait déjà abdiquer un peu face à ces sales moments que la vie nous réserve parfois, souvent en fait..
Je pense à toi adintc (entre autres)..

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant