Fourmi103

Actualités de Curiosity - 2013

Messages recommandés


Curiosity progresse encore difficilement vers "Vera Rubin Ridge" en parcourant des étapes de courtes distances. Les caractéristiques du terrain rendent la trajectoire complexe, en particulier pour contourner les nombreux gros blocs de roches stratifiées : 10 mètres le 30 mai (sol 1711), 7 mètres le 31 mai (sol 1712), 26 mètres le 5 juin (sol 1717) et 25,50 mètres le 6 juin (sol 1718).

L'objectif est là, si proche.. si loin..
Patience ..

Ces jours qui te semblent vides
Et perdus pour l’univers
Ont des racines avides
Qui travaillent les déserts.
/../
Patience , patience,
Patience dans l’azur !
Chaque atome de silence
Est la chance d’un fruit mûr !
Viendra l’heureuse surprise..


Depuis le sol 1712 les géologues de la mission ont noté la présence de nombreux affleurements de roches grises. Ces roches diffèrent en chimie et en texture de celles de la "Formation Murray". Pour mieux comprendre cette différence, l'équipe a demandé aux planificateurs de conduire le rover vers ce type d'affleurement.

Au sol 1713 le rover était idéalement placé devant un affleurement de roches grises. L'équipe du rover a procédé aux observations APXS de deux cibles ainsi que des observations MAHLI, plus une cible supplémentaire au contact entre une roche rouge et grise. Ceci complété avec des observations ChemCam ainsi que l'imagerie Mastcam associée pour soutenir les observations de ChemCam.

On apprend par ailleurs que – je cite : "les ingénieurs ont eu de nouvelles données de diagnostic du système de forage, ce qui les aidera à apprendre à améliorer son utilisation". À la bonne heure !! Ainsi le JPL entretient l'espoir... On verra bien s'ils se risquent à tenter un forage... peut-être lorsque le rover aura enfin atteint la crête d'hématite ??

Au sol 1714, l'équipe scientifique du rover apprend que le compte rendu des activités du sol 1713 n'a pas été récupéré sur Terre en raison d'un problème avec la station "DSN" (Deep Space Network). Le plan du jour s'est donc recentré sur la récupération des activités de la veille.

Du sol 1715 au sol 1717 les instruments du rover ont observé les roches grises présentes depuis le sol 1712, entre autres en brossant une cible riche en nodules pour permettre à la caméra MAHLI et au spectro APXS une analyse aussi fine que possible sur la texture et la chimie de ce type de roche.
Mais Curiosity va désormais s'éloigner de "l'aire de jeux" que constitue ces roches grises et continuer sa route vers le Sud-Est pour de nouvelles découvertes.
Au cours des étapes des sols 1717 et 1718, Curiosity a gagné 6 mètres en élévation, soit en gravissant une pente de près de 12 %.


POSITION AU 6 JUIN 2017 (sol 1718) :

HAZCAM AVANT - 6 JUIN 2017 (sol 1718) :


HAZCAM ARRIERE - 6 JUIN 2017 (sol 1718) :

NAVCAM - 6 JUIN 2017 (sol 1718) :

Pano de Jan van Driel - 6 JUIN 2017 (sol 1718) :


ORIGINAL : http://www.unmannedspaceflight.com/index.php?act=attach&type=post&id=41508

MASTCAM - 5 JUIN 2017 (sol 1717) :


IMAGES DES "ROCHES GRISES"


MASTCAM – 4 JUIN 2017 (sol 1716) :

MAHLI – 2 JUIN 2017 (sol 1714) :

Roches avec nodules – Mosaïque de Paul Hammond – 29 mai (sol 1710) :

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

superbes images! merci daniel!
polo

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Très belles images !

Merci Daniel !

Jean-Jacques

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut à tous .

Quelle que soit l'issue de cette mission, les images seront inoubliables.


Celles-ci témoignent de l'incroyable chaos de blocs de roches stratifiées que Curiosity traverse actuellement, non sans difficultés.

MASTCAM – 6 JUIN 2017 (sol 1718) :







Une roche hallucinante, couverte de nodules grisatres :



Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Roche hallucinante, en effet !...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Trois nouveaux parcours totalisant près de 50 mètres dans un terrain toujours aussi "rugueux", globalement vers le Sud : 14,40 mètres le 7 juin (sol 1719), 21,60 mètres le 8 juin (sol1720) et 12,30 mètres le 9 juin (sol 1721).

L'un des objectifs stratégiques des géologues est de mesurer la chimie des roches de la "Formation Murray" à chaque intervalle d'élévation de 5 mètres (au plus). Ceci à l'aide du spectro APXS (faute de pouvoir analyser finement la minéralogie avec un prélèvement en raison d'un système de forage toujours HS). Ainsi le 10 juin (sol 1721) une roche typique de Murray appelée "Fawn Pond" a été choisie pour des observations du spectro APXS et de la caméra MAHLI, ainsi que d'autres observations ChemCam et Mastcam droite sur une cible à proximité..
La quasi intégralité des sols 1722 et 1723 (10 et 11 juin) devaient être consacrés à une analyse SAM d'un échantillon de forage recueilli à "Quela" en septembre 2016 (Sol 1464). Plusieurs fois au cours de la mission des échantillons de forage ont été sauvegardé pour une analyse ultérieure.


POSiTION AU 9 JUIN 2017 (sol 1721) :

HAZCAM AVANT - 9 juin 2017 (sol 1721) :

NAVCAM - 9 juin 2017 (sol 1721) :

Pano de Jan van Driel – 9 juin 2017 (sol 1721) :



ORIGINAL : http://www.unmannedspaceflight.com/index.php?act=attach&type=post&id=41528


MASTCAM - 9 juin 2017 (sol 1721) :

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Curiosity continue son lent périple vers la crête d'hématite en se dirigeant vers l'Est afin de longer la crête au Nord et viser le point d'entrée prévu (voir plus haut la deuxième image de mon message du 28 mai 2017) point d'entrée qui lui permettra de grimper vers le haut de "Vera Rubin Ridge".
Ce point est encore distant d'environ 350 mètres.

Compte tenu du terrain difficile que traverse Curiosity depuis environ deux mois, les distances parcourues à chaque étape demeurent très courtes et ne dépassent pas les 30 mètres. La principale limitation est la visibilité : La "Formation Murray" est constituée de gros blocs qui représentent des obstacles à contourner et qui bloquent la vision vers l'avant. Même si les pilotes du rover s'attachent à planifier un chemin contournant ces blocs rocheux, ils ne peuvent donc pas tout voir et tout anticiper, ce qui limite les distances planifiables.

Les trois dernières étapes orientées Est-Sud-Est : 26 mètres le 12 juin (sol 1724) , 21 mètres le 14 juin (sol 1726) et 30 mètres le 15 juin (sol 1727).

La bonne nouvelle, c'est que malgré ce terrain difficile il n'y a pas eu d'accélération des dommages aux roues. Les roches de la "Formation Murray" sont suffisamment "douces" pour que les roues de Curiosity aient tendance à les écraser, contrairement aux roches sur lesquelles le rover a roulé au début de la mission, entre autres autour de l'aire d'atterrisage à "Bradbury", roches qui ont eu la facheuse tendance à percer la mince peau en alu des roues.

Au niveau du système de forage toujours HS, les ingénieurs n'ont cessé de travailler en essayant de développer des méthodes pour avancer de manière fiable sur ce problème. Selon Ashwin Vasavada les tests et expériences réalisées ont porté leurs fruits mais n'ont pas abouties à une solution qui permette au système de forage de fonctionner de manière fiable.
Ils envisagent maintenant des solutions électroniques (comme les tensions de réglage, en utilisant l'une ou l'autre - ou les deux - bobines qui verrouillent ou déverrouillent le frein pour l'avancée du forêt) et des solutions mécaniques (expérimentant l'orientation de la perceuse avec l'aide de vibrations et de percussions à différents niveaux). Sachant que le dernier forage réalisé remonte au 20 octobre 2016 (!) au sol 1495 à "Sebina", et que l'hématite et les argiles se profilent dans un avenir proche, ils envisagent aussi d'explorer certaines "utilisations moins standard du système" qui contourneraient complètement son utilisation actuelle. Difficile de deviner en quoi consisterait cette utilisation "moins standart", mais il semble qu'ils se préparent à la possibilité que le mécanisme de forage puisse se révéler.. irrécupérable...

Le 5 mai situe l'équinoxe d'automne à l'emplacement de Curiosity dans l'hémisphère Sud. Les températures deviennent donc plus froides. En général, les temps plus froids rendent les opérations plus difficiles: Les températures plus froides limitent le niveau d'énergie disponible, sachant qu'avec des températures plus clémentes le rover peut conduire sans avoir à préchauffer ses moteurs. Mais à contrario un temps froid se révèle bénéfique pour l'instrument APXS qui obtient des données de meilleure qualité dans ce cadre. L'APXS peut obtenir une lecture de bonne qualité d'analyse de la composition d'une cible en seulement 20 minutes.

IMAGES INÉDITES ! :
Lorsque les lunes de Mars passent entre le Soleil et Mars, elles dessinent une ligne d'éclipses pénombrales sur la surface de la planète. Ici au sol 1694 (12 mai 2017) la pénombre de Phobos traverse le Mont Sharp, au Sud de Curiosity (GIF deux images) :

POSITION AU 15 JUIN 2017 (sol 1727) :



Mosaïque d'Emily Lakdawalla (renseignée par mes soins) – 8 juin (sol 1720) :



HAZCAM AVANT - 15 JUIN 2017 (sol 1727) :



HAZCAM ARRIÈRE - 15 JUIN 2017 (sol 1727) :



NAVCAM - 15 JUIN 2017 (sol 1727) :



La crête d'hématite apparaît



PANO de SEAN DORAN (renseignée par mes soins) – 14 juin 2017 (sol 1726) :



Source principale pour le texte: http://www.planetary.org/blogs/emily-lakdawalla/2017/0613-curiosity-update-sols-1675-1725.html

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le 16 juin (sol 1728 ) environ 19 mètres parcourus vers l'Est.
Le Dimanche 18 juin (sol 1730) Curiosity a roulé vers le Nord-Est sur environ 32 mètres et s'est positionné devant une grande dalle de roche avec de petites plaques rocheuses à proximité, un ensemble parfait pour la documention continue du socle local. Cette dalle sera largement imagée à l'aide de Mastcam. En plus de l'imagerie, trois cibles rocheuses seront analysées chimiquement par le rover. La dalle nommée "Pierce Head" représente une part remarquable de la Formation Murray et sera étudiée à l'aide de ChemCam et de l'APXS (ainsi que pour l'imagerie contextuelle avec MAHLI) pour caractériser pleinement la chimie du substrat rocheux à cet endroit.

POSITION AU 18 JUIN 2017 (sol 1730) :

CHANGEMENT D'ÉCHELLE pour percevoir le POINT D'ENTRÉE vers la crête d'hématite :


HAZCAM AVANT - 18 JUIN 2017 (sol 1730) :

"Pierce Head"face au rover

NAVCAM - 18 JUIN 2017 (sol 1730) :




PANO DE JAN VAN DRIEL – 18 JUIN 2017 (sol 1730) :


[/URL]


ORIGINAL : http://www.unmannedspaceflight.com/index.php?act=attach&type=post&id=41594

MASTCAM – 16 JUIN 2017 (sol 1728) – Des roches toujours aussi fascinantes :








MASTCAM – 17 JUIN 2017 (sol 1729) :




Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Salut Daniel.
Curiosity le 5 juin depuis MRO :

Source : https://www.jpl.nasa.gov/spaceimages/details.php?id=PIA21710

Et une mise en perspective du trajet total (1717 sols tout de même ) :

https://mars.nasa.gov/multimedia/images/2017/curiositys-traverse-map-through-sol-1717

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour Bernard
Merci pour cette image !

C'est toujours émouvant de découvrir directement par l'image la présence d'un engin d'origine humaine sur une autre planète que celle qui l'a vu naître, à des dizaines de millions de km..

Ces couleurs révèlent assez bien la difficulté du terrain... difficultés qui se sont aggravées depuis, le rover étant contraint depuis les deux derniers sols (1728 et 1730 – 14 et 16 juin 2017) de remonter un peu au Nord pour éviter de gros blocs rocheux. Le long parcours actuel vers le point d'entrée plus à l'Est est nécessaire pour pouvoir rejoindre la zone argileuse située derrière l'hématite, plus au Sud.

La position de Curiosity (sol 1717 - 5 juin 2017) et le tracé du parcours sont visibles dans la première image de mon dernier message.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
oupssss
j'en begaye!

[Ce message a été modifié par BERTRAND76 (Édité le 25-06-2017).]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Curiosity continue son parcours direction Est-Nord-Est pour contourner deux zones dunaires situées juste au Nord de "Vera Rubin Ridge". Une fois au-delà de ces dunes le plan consiste à tourner au Sud-Est vers l'emplacement identifié comme le point d'entrée le plus sûr pour que Curiosity monte sur la crête d'hématite. Actuellement, ce point est encore à un peu plus de 300 mètres avec un terrain toujours aussi complexe pour le rover.

Environ 13 mètres parcourus le 21 juin (sol 1732) – 16,25 mètres le 23 juin (sol 1734) et 20 mètres le 26 juin (sol 1737)


Curiosity longeant la crête "Vera Rubin", les scientifiques de la mission s'attachent à acquérir des images de son exposition Nord (exposition appelée "Northen Neck") en utilisant plusieurs techniques. Tout d'abord en utilisant les capacités multispectrales de Mastcam pour étudier toutes les variations de composition possibles observées dans le matériau inférieur de la crête. Ensuite, en prenant une série d'images superposées à haute résolution à l'aide du micro-imageur ChemCam "RMI" (Remote Micro-Imager) avec une résolution spatiale encore plus élevée que les images Mastcam, mais avec des images uniquement en noir et blanc.. Bien que ces images ne couvrent pas la totalité de l'exposition, elles permettront aux scientifiques d'interroger les structures sédimentaires à grande échelle présentes dans la crête. Enfin, Mastcam va imager l'intégralité de "Northern Neck" en vraies couleur, semblables à la façon dont nos yeux percevraient la crête si nous lui faisions face.

Concernant les capacités d'imagerie multispectrale de Mastcam : Les cônes dans un oeil humain sont sensibles aux longueurs d'ondes bleues, vertes et rouges qui, combinées, nous permettent de voir toute la gamme des couleurs visibles. À l'aide d'une série de filtres, Mastcam est capable de contrôler finement les longueurs d'onde de la lumière qui entrent dans la caméra. Cela signifie qu'il est possible de calibrer avec précision les données afin de quantifier la façon dont les surfaces reflètent des longueurs d'onde spécifiques de la lumière. En outre, Mastcam peut enregistrer des longueurs d'ondes au-delà de la sensibilité de l'oeil humain dans l'infrarouge proche, et cette information supplémentaire peut être utilisée pour approfondir la composition de la surface martienne. Tout comme la façon dont le sel de table est blanc et les grenats sont rouges, d'autres matériaux géologiques présentent également des signatures uniques dans l'infrarouge. En conséquence, Mastcam est un outil géologique extrêmement utile car il permet d'étudier les différences dans la composition des surfaces éloignées du rover.

L'une des principales propriétés de composition de "Vera Rubin Ridge" est la présence de l'hématite, espèce minérale principalement composée d'oxyde de fer, minerai de fer le plus courant sur Terre. Les oxydes de fer sont les constituants primaires de la rouille sur Terre, et ils peuvent présenter des variations spectaculaires de couleur. Donc identifier et caractériser les variations de couleur mineures dans la crête sera important. Quelle est la répartition latérale et verticale de ces phases d'oxyde de fer ? Est-ce qu'elles varient considérablement sur les tronçons de la crête successivement observés par le rover dans sa traversée vers l'Est ? Ces questions (et bien d'autres encore) continueront d'être au cœur des recherches pour l'équipe scientifique et pour les mois à venir !

L'autre objectif permanent est de caractériser la variabilité des roches typiques de la "Formation Murray" à mesure que Curiosity monte (ce qui est moins le cas dans le parcours logitudinal actuel). Et d'étudier la transition entre deux unités géologiques différentes, la "Formation Murray" et la crête de "Vera Rubin". La nature de cette transition contiendra des indices importants sur l'origine de la crête et l'évolution du cratère Gale dans son ensemble.

L'un des instruments déployé par Curiosity est l'APXS qui utilise la désintégration de l'élément radioactif curium pour générer des particules alpha et des rayons X qui interagissent avec le matériau de surface. L'énergie enregistrée provenant du matériau de surface à la suite de ces interactions comporte des indices importants dans la chimie de ces matériaux.


POSITION AU 25 juin 2017 (sol 1737) :



HAZCAM AVANT – 26 JUIN (sol 1738) :



NAVCAM - 25 juin 2017 (sol 1737) :



Vue vers un cratère d'impact dans les remparts au Nord Ouest


Un terrain chaotique. Le banc de dunes noires est à droite (et le bas du Mont Sharp est visible)

"Freeman Ridge" derrière le rover


MASTCAM - 25 juin 2017 (sol 1737) :


MASTCAM – 24 juin 2017 (sol 1736) :

PANO de SEAN DORAN – 27 JUIN (sol 1739) :


Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Rhâââ, pourvu que le matos tienne le coup jusqu'aux argiles et à l'éventail alluvionnaire chariant des tonnes de fossiles...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut Kaptain

Absolument !.. Il y a environ 3,5 milliards d'année, dans les eaux claires dévalant joyeusement les pentes du Mont Sharp et dans le lac, ça grouillait de truites et de saumons "E.T." . (J'en profite pendant que SuperSoucoupiste s'occupe des Ovnis, ça me laisse un peu de répit ).

Voir ici :
http://planete-mars.com/oxydation-des-eaux-dun-ancien-lac-martien/

Et deux news de la Nasa (que je trouve un peu contradictoires) :

http://mars.jpl.nasa.gov/news/2017/curiosity-peels-back-layers-on-ancient-martian-lake&s=2


http://mars.jpl.nasa.gov/news/2017/rover-finds-clues-to-diverse-ancient-mars-environments&s=2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ça non plus, ça va pas lui plaire

quote:
En fait, le plus important de ce qui ressort de cette étude c’est que l’habitabilité de Mars à une époque compatible avec l’apparition de la vie, est une fois de plus confortée, ce qui, par touches successives, finit par constituer un faisceau d’indices vraiment solides.

(Conclusion du premier article)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Deux nouvelles avancées pour Curiosity : 30,50 mètres le 27 juin (sol 1739) et 12 mètres le 29 juin (sol 1741). Il se positionne désormais juste au Nord d'un grand champ d'ondulations de sable qu'il est amené à contourner pour rejoindre le point d'entrée choisi pour l'ascension de la crête Vera Rubin, point situé ici à 275 mètres. Curiosity reprendra la route pour se diriger vers l'Est-Nord-Est, en se positionnant vers la pointe la plus septentrionale du champ d'ondulation de sable, puis orientera ensuite son parcours au Sud-Est.

Au fur et à mesure de la progression vers l'Est, les scientifiques continuent de chercher des opportunités pour examiner les sites intéressants sur la crête elle-même, en plus de regarder les roches et les sédiments locaux autour du rover : "Lorsque nous abordons les unités géologiques inférieures de Vera Rubin Ridge, nos mesures de la roche "typique" qui entoure le rover seront essentielles pour nous aider à comprendre comment et pourquoi la crête est différente des autres unités qui ont été étudiées jusqu'à présent dans le cratère Gale. Est-ce que nous allons observer une transition très nette dans la composition et les textures des roches lorsque nous franchirons le seuil entre les pierres des murailles sous-jacentes de la Formation Murray et les unités les plus basses de la crête de Vera Rubin ? Ou, en variante, allons-nous voir une transition très subtile qui aurait pu passer inaperçue sinon par les mesures méthodiques effectuées lors de l'approche de la crête ?" Seul le temps le dira, mais les géologues cherchent à s'assurer de disposer des informations nécessaires pour comprendre définitivement la nature de cette transition.


POSITION AU 29 juin 2017 (sol 1741) – Le point d'entrée est à 275 mètres du rover :



HAZCAM AVANT - 29 juin 2017 (sol 1741) :


NAVCAM - 29 juin 2017 (sol 1741) :



Un terrain toujours criblé de gros blocs stratifiés ; pas vraiment l'autoroute..



Vue arrière vers "Freeman Ridge"

PANO de JAN VAN DRIEL – 29 juin 2017 (sol 1741) :



ORIGINAL : http://www.unmannedspaceflight.com/index.p hp?act=attach&type=post&id=41677

PANO anaglyphe de ART MARTIN – "Vera Rubin Ridge" -29 juin 2017 (sol 1741) :



.. pour situer le point d'entrée :



MASTCAM - 29 juin 2017 (sol 1741) :




GIF de Paul Hammond - Phobos imagée par la MastCam droite de Curiosity pendant les premières heures du 19 juin (sol 1730) - 13 images) – Phobos émerge de l'ombre de Mars. La répétition de l'observation de Phobos à différents moments de l'année permet une estimation de la taille et de la quantité de poussière dans la haute atmosphère de Mars  :


[Ce message a été modifié par vaufrègesI3 (Édité le 04-07-2017).]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

superbe aventure !! merci daniel ! un régal toutes ces images !

polo

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut Polo

Une belle aventure oui. Avec toutes ces images, et grâce aux rovers,
sur Mars on est un peu "chez nous"..


PS > Je viens d'éditer mon dernier message en m'apercevant que j'avais daté toutes les images... de janvier 2017 ! ... Un bug neuronal assez inquiétant ..
Heureusement que personne ne me lit !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant