Fourmi103

Actualités de Curiosity - 2013

Messages recommandés

quote:
Heureusement que personne ne me lit !

Non non ..... Tu es toujours lu, fait donc gaffe aux reset intempestifs de ta mémoire Flash

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sachant que j'avais bien pris tous mes cachets ..


Mosaïque de Paul Hammond - 4 juin 2017 (sol 1745) - Une section de "Vera Rubin Ridge" imagée par la caméra ChemCam RMI : Incroyable empilement de centaines de couches de sédiments déposés par une eau abondante et sur des temps géologiques. Une image qui "parle".

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Waow ! C'est combien d'années d'histoire de Mars, tout cet empilement ? Il va sans doute rester un moment ici...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui.. bon..

Début 2012, sur ce fil et sur la base des infos glanées depuis la découverte des perchlorates par le lander Phoenix en 2008, j'écrivais ceci - je me cite : "La présence d’oxydants exclut toute accumulation de molécules organiques à la surface de la planète. Les scientifiques rapportent que les chances de trouver ces molécules dans les 2 premiers centimètres du sol martien est proche de zéro. Toutefois, dans les 5 à 10 centimètres sous la surface, la quantité de rayonnement est réduite de dix fois. Des calculs de simulation suggèrent que la diffusion des oxydants dans le sous-sol ne devrait pas dépasser une profondeur de 3m et l'impact des rayons cosmiques 1m50. Sur les 20 premiers cm en dessous de la surface, une équipe scientifique a modélisé le scénario complexe de l'accumulation des rayons cosmiques et de ses effets sur les molécules organiques en utilisant une quantité de variables importantes, y compris les roches martiennes et la composition du sol, des changements dans la densité atmosphérique de la planète au fil du temps, et les divers niveaux d'énergie des rayons cosmiques. En plus de la constatation que certaines molécules simples contenant du carbone pourraient encore exister dans les 10 premiers cm de profondeur, ces scientifiques soulignent que certaines régions de Mars peuvent avoir des niveaux de rayonnement beaucoup plus faibles près de la surface, et des molécules plus complexes (comme les acides aminés) pourraient y rester intactes.


Rien de bien nouveau donc..

Ce qui est amusant c'est de lire ceci à la fin de l'article du Monde - je cite :


Mais la prudence reste de mise. "Il faut aussi noter que les UV sont absorbés à la surface. Si les bactéries sont rapidement “enterrées”, elles pourraient donc être protégées", met en garde Hervé Cottin.
Fin de citation


Ah ben alors super !.. on est d'accord !!..


Sauf que l'auteur ajoute - je cite :

"Les conclusions des chercheurs pourraient aussi tirer un trait définitif sur tout espoir de vie indigène sur Mars."
Fin de citation


Aaah bon ?????.... Et pourquoi ??????????


Bref > Comment écrire tout et son contraire en quatre lignes ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Curiosity a repris la route le 5 juillet (1746) avec une nouvelle étape de 20 mètres, en reprenant la direction du Sud-Est et en empiétant légèrement sur les ondulations de sable qu'il contourne. Puis nouveau déplacement de 10 mètres au Sud-Est le lendemain 6 juillet (sol 1747), toujours en "mordant" dans les premières ondulations sur sa droite. Curiosity trouvera l'aboutissement de ses manouvres le 7 juillet (sol 1748) en parcourant un peu plus de 5 mètres au Sud-Sud-Est pour placer la crête d'une ondulation de sable dans l'espace de travail du bras robotique, et permettre aux scientifiques de l'étudier ce week-end.
Une roue avant du rover a intentionnellement creusé un sillon perpendiculairement à l'ondulation pour observer le sable sous-jacent.
La majorité des activités scientifiques du week-end seront ciblées sur l'ondulation car il n'y a pas de socles rocheux à proximité à observer. Cela contraste avec la semaine passée où la priorité était de documenter les changements locaux dans la stratigraphie du substrat rocheux alors que Curiosity se rapprochait de "Vera Rubin Ridge".
Il s'agit peut-être du dernier champ de dunes que Curiosity aura à observer sur son parcours.

Plusieurs cibles ont été sélectionnées sur ces ondulations ainsi que dans le sillon creusé par la roue baptisé "Ile Damour" (?). Elles seront imagées par MAHLI, en mettant particulièrement l'accent sur l'imagerie du "mur" vertical qui borde le sillon pour détecter toute superposition à l'intérieur de l'ondulation "tranchée" par la roue. APXS effectuera des intégrations étendues sur plusieurs cibles, sauf sur "Ile Damour", et MAHLI restera à 5 cm de cette cible pour assurer la sécurité des instruments en ne mettant pas le bras trop près de l'ondulation au risque de provoquer son effondrement. Mastcam va également imager ces zones pour comparer la taille, la couleur et la composition des grains aux ondulations précédemment observées. Enfin, ChemCam observera deux autres cibles de la crête d'ondulation et "Ile Damour" pour détecter les différences de taille et de composition des grains par rapport aux cibles sur la surface de l'ondulation.

Deux autres zones le long et à proximité de la crête de l'ondulation non tranchée par la roue seront ciblées par Mastcam et ChemCam. Ces deux cibles supplémentaires ont été sélectionnées pour comparer les différences dans la taille et la composition des grains et détecter les changements de couleur sur la surface de l'ondulation. Par précaution, la planification prévoit de commander les observations afin que les activités ChemCam sur le mur du sillon (cible Ile Damour) se produisent après l'imagerie de MAHLI, au cas où le tir laser sur le côté de la paroi fragilise, perturbe ou décale le sable le long du "mur".
Enfin, Curiosity va s'éloigner de l'ondulation de sable pour progresser vers la prochaine étape de la campagne d'imagerie Vera Rubin Ridge avant la conjonction du 26 juillet.

POSITION AU 7 juillet 2017 (sol 1748) :

HAZCAM AVANT - 7 juillet 2017 (sol 1748) :

HAZCAM AVANT – 8 juillet 2017 (sol 1749) :

HAZCAM AVANT – 9 juillet 2017 (sol 1750) :


NAVCAM - 7 juillet 2017 (sol 1748) :







PANO de Jan van Driel – 6 juillet 2017 (sol 1747) :


ORIGINAL : http://www.unmannedspaceflight.com/index.php?act=attach&type=post&id=41709

MASTCAM - 7 juillet 2017 (sol 1748) :





PANOS de Thomas Appéré – 4 juillet 2017 (sol 1745) :


Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En comptabilisant les deux dernières étapes, à savoir le trajet d'environ 20 mètres du sol 1753 (12 juillet) et celui de 38 mètres du sol 1754 (13 juillet), le total parcouru depuis l'atterrissage à "Bradbury Landing" est désormais porté à un peu plus de 17 km.
Suite à cette dernière étape le rover est maintenant confronté à une section abrupte de 20 mètres de haut jusqu'à la crête. L'image frontale Hazcam avant (voir ci-dessous) situe Curiosity directement face à cette montée. Il la contournera car il existe une pente plus douce à l'Est.

Il a été décidé de ne plus déplacer Curiosity avant la conjonction. Le rover est sur une pente de ~ 8 degrés et l'équipe du rover n'a pas envie de risquer des dérapages juste avant le black-out.
En raison de la conjonction solaire les communications avec Mars seront occultées et l'équipe du Rover doit cesser ses opérations ce week-end, finalement plus tôt qu'envisagé. Ensuite, dès la fin de la conjonction, le 4 août l'équipe mènera des vérifications sur le rover puis relancera ses opérations le 7 août.


POSITION AU 13 JUILLET 2017 (sol 1754) :


HAZCAM AVANT - 13 JUILLET 2017 (sol 1754) :



NAVCAM - 13 JUILLET 2017 (sol 1754) :


Regard vers l'arrière. Vera Rubin Ridge est à gauche.
Un terrain compliqué pour le rover, ce qui explique que les étapes soient courtes


Vue vers les remparts au Nord-Ouest


Vue vers les remparts au Nord- Est


… et Est-Nord-Est


PANO de JAN VAN DRIEL – 13 JUILLET 2017 (sol 1754) :



ORIGINAL : http://www.unmannedspaceflight.com/index.php?act=attach&type=post&id=41772

Retour sur la zone dunaire et l'incroyable finesse de ses méandres de sable noir
PANO de JAN VAN DRIEL – 7 JUILLET 2017 (sol 1748) :



ORIGINAL : http://www.unmannedspaceflight.com/index.php?act=attach&type=post&id=41777


MASTCAM - 13 JUILLET 2017 (sol 1754) :






MASTCAM - 14 JUILLET 2017 (sol 1755) :



Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dans mon message précédent j'ai omis de préciser les dates exactes de la conjonction solaire : Elle se déroulera sur la période du 22 juillet au 1er août.

À minima pendant cette période la NASA s'abstiendra donc d'envoyer des commandes à ses engins, les trois orbiteurs autour de Mars et les deux rovers sur le sol martien. Idem pour les orbiteurs de l'Esa et de l'agence indienne ISRO.
Les données de télémétrie de ces engins continueront d'être transmises depuis Mars, bien que la perte ou la corruption de certains bits soit anticipée et que ces mêmes données seront retransmises à nouveau ultérieurement, hors de la période de conjonction.


Deux panos somptueux ! 


Panos de Thomas Appéré – Vera Rubin Ridge – 15 juillet 2017 (sol 1756) :


ORIGINAL : http://www.flickr.com/photos/thomasappere/35833940111/sizes/o/

… et 10 juillet (sol 1751) :


ORIGINAL : http://www.flickr.com/photos/thomasappere/35147925243/sizes/o/

MASTCAM – 16 juillet (sol 1756) :


Imager le système de forage n'a sans doute rien d'innocent


Le 13 juillet a eu lieu une conférence publique intitulée "Cinq ans de Curiosity sur Mars" menée par le "Project Manager" et le "Project Scientist" de la mission, respectivement Jim Erickson et Ashwin Vasavada – Lien you tube :


http://www.youtube.com/watch?v=zqhK8dA7iO8&feature=youtu.be&t=524

J'ai un peu "balayé" la vidéo, c'est un récap' global de la mission, mais vu que je ne maitrise pas cette langue bizarre j'ai loupé quelque chose d'essentiel, heureusement rapporté sur UMSF : À la fin de l'exposé, lors des questions du public, le problème du système de forage a été abordé. Il s'avère que Jim Erickson s'est montré extrêmement optimiste quant à l'utilisation future de la perceuse et extrêmement convaincu qu'une solution au problème actuel soit imminente !!?!

Acceptons en l'augure avant d'en savoir davantage, mais ce serait formidable de retrouver l'usage de cet instrument essentiel au moment d'aborder l'objectif principal de la mission.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

superbes images! merci daniel !
polo

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Si sur le plan purement astronomique la conjonction solaire avec la planète Mars peut être considérée comme terminée, les opérateurs du rover demeurent prudents car les communications ne sont pas encore optimales.
En effet, Mars n'a pas besoin d'être exactement derrière le soleil pour que les communications entre Terre et Mars soient dégradées : La large couronne solaire s'étend toujours très loin de la surface du soleil et elle se compose de gaz chaud, ionisé, qui peut interférer avec les ondes radio qui la traversent.

Curiosity a traversé sans problème cette longue pause et semble prêt à reprendre la route vers "Vera Rubin Ridge". Pour l'heure le rover est toujours sur la position atteinte le 13 juillet 2017 au sol 1754 (voir l'image Hazcam ci-dessous).

Le rétablissement de la planification des opérations est en cours et se concentre sur le sol 1780 (9 août 2017) dont l'objectif sera d'effectuer de nouveaux tests de diagnostic du système de forage, et la dernière possibilité d'examiner l'espace de travail actuel du bras robotique, devant le rover.

Edit - pour préciser que Curiosity ayant atterri le 6 août 2012 à "Bradbury Landing", il vient donc de terminer sa cinquième année terrestre sur Mars (déjà!) et entame sa sixième.

L'année martienne est d'environ 686,98 jours terrestres.. et 668,5991 sols martiens.
Au 6 août 2017 (sol 1777) Curiosity comptabilisait donc 2,65 années martiennes.


Cinq années d'exploration et de découvertes :

http://www.youtube.com/watch?v=IxvODcuFb1s&feature=youtu.be&list=PLTiv_XWHnOZpzQKYC6nLf6M9AuBbng_O8


HAZCAM AVANT – 8 AOÛT 2017 (sol 1779) :

[Ce message a été modifié par vaufrègesI3 (Édité le 09-08-2017).]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le 10 août 2017 (sol 1781) Curiosity a enfin quitté la position occupée pendant la conjonction pour parcourir environ 30 mètres au Sud-Est. Sur cette seule étape le rover s'est élevé de 6 mètres en altitude !
Sachant que l'objectif est de mener des mesures APXS des roches à chaque montée de 5 mètres en altitude. Cela permet d'analyser systématiquement les changements géochimiques de la « Formation Murray » dans la montée vers le Mont Sharp.
Un nouveau déplacement est intervenu le lendemain 11 août 2017 (sol 1782) pour un parcours plus modeste : environ 10 mètres, toujours vers le Sud-Est.
Le rover est demeuré sur cette position tout le week-end, soit au moins jusqu'au 13 août (sol 1784).

POSITION AU 11 AOÛT 2017 (sol 1782) :



HAZCAM AVANT - 11 AOÛT 2017 (sol 1782) :


NAVCAM - 11 AOÛT 2017 (sol 1782) :


Vue arrière au Nord-Ouest, à gauche le monticule qui a été contourné :

Vue vers les remparts au Nord-Est et les mesas en avant plan :

Vue Sud-Est, le Mont Sharp en haut de l'image à droite :




PANO DE JAN VAN DRIEL - 11 AOÛT 2017 (sol 1782) :



ORIGINAL : http://www.unmannedspaceflight.com/index.php?act=attach&type=post&id=41826


MASTCAM - 11 AOÛT 2017 (sol 1782) :



Peut-être du nouveau pour les forages.
Plus haut dans mon message du 17 juillet juste avant la conjonction j'ai posté une image MASTCAM rapprochée du système de forage. Au 9 AOÛT (sol 1780) une nouvelle image MASTCAM montre le système entièrement déployé, avec une avancée du foret au maximum !!. C'est pourtant cette avancée du gros bloc cylindrique qui semblait « gripper » et donc poser problème...

Un GIF des deux images pour illustrer le propos :



Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

c'est bon signe daniel! les forages vont reprendre !
polo

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Possible Polo .. patience..


Nouveau déplacement le 14 août 2017 (sol 1785) : Environ 30 mètres vers l'Est.

POSITION AU 14 AOÛT 2017 (sol 1785) :

HAZCAM AVANT - 14 AOÛT 2017 (sol 1785) :

NAVCAM - 14 AOÛT 2017 (sol 1785) :

TÉLÉCOMMUNICATIONS et CONTRÔLE THERMIQUE DU ROVER :


Images NAVCAM du14 AOÛT 2017 (sol 1785)



Curiosity est équipé de trois antennes, deux en bande X et une en UHF .
Les deux premières, l'antenne à grand gain, un hexagone de 30 centimètres de diamètre et l'antenne à faible gain (voir les images ci-dessus), fonctionnent dans la bande X (7 à 8 gigahertz) et permettent de communiquer directement avec les "grandes oreilles" du "Deep Space Network" sur Terre.

L'antenne à grand gain nécessite un pointage avec un mécanisme à cardan permettant un mouvement selon deux axes, hauteur et azimut. Pour chaque degré de liberté, un actionneur fournit la vitesse et la précision demandées. Le pointage de l'antenne est calculé à bord du rover qui, à tout moment, connaît sa position et permet à la fois de transmettre des informations, ou d'en recevoir.
Cette antenne est redondée (pour pouvoir faire face à une panne éventuelle) par l'antenne à faible gain qui est omnidirectionnelle, c'est-à-dire qu'elle envoie et reçoit des données dans et depuis chaque direction, mais à un débit faible. Elle est principalement conçue pour recevoir des données.
Ces deux antennes sont couplées à un émetteur-récepteur d'une puissance de 15 watts.

La troisième est une antenne UHF (ultra haute fréquence, 400 mégahertz) qui rend possible l'envoi à haut débit d'informations aux orbiteurs martiens qui servent alors de relais avec la Terre. Elle est reliée à deux émetteur-récepteurs "Electra" qui utilisent des protocoles de communications standardisés compatibles avec tous les satellites orbitant autour de Mars et pouvant servir de relais (Mars Odyssey, Mars Reconnaissance Orbiter et Mars Express). Un package Electra est également embarqué à bord de l'orbiteur MAVEN, et deux autres sont installés sur l'orbiteur européen TGO (ExoMars).

La bande X est surtout utilisée pour transmettre directement depuis la Terre des commandes au rover pour les opérations de surface. Elle est aussi utilisable pour envoyer des données en retour, mais à un débit assez faible (quelques kilobits par seconde).

En fait la plupart des données scientifiques sont transmises en UHF aux orbiteurs, qui se chargent ensuite de faire le relais avec la Terre. Chaque jour, les orbiteurs Mars Odyssey et Mars Reconnaissance Orbiter survolent deux fois le site d'atterrissage, très tôt dans la matinée, avant l'aube (3 heures du matin), et en fin d'après-midi. La fenêtre de communication dure environ 10 minutes à chaque passage.


Contrôle thermique des composants du rover :

Bien qu'ayant atterri à proximité immédiate de l'équateur, Curiosity doit faire face à des variations très importantes de température entre le jour et la nuit, ainsi qu'à des températures en moyenne très basses. Le rover a été conçu pour opérer à des températures de -133°C à +27 °C, tout en maintenant ses composants dans une ambiance plus clémente, caractérisée par des températures variant entre -40°C à +50°C. La chaleur libérée par la décomposition radioactive du plutonium dans le cœur du RTG peut être transmise par l'intermédiaire d'un fluide caloporteur qui circule dans le corps du rover grâce à un système de radiateurs (comportant près de cinquante mètres de tubulures et de pompes) vers les secteurs qui en ont besoin. Ce dispositif permet également d'évacuer le surplus de chaleur à l'extérieur. Le RTG dispose de son propre radiateur en forme d'ailettes (voir les images ci-dessus) pour dissiper la chaleur quand celle-ci n'est pas nécessaire au rover. Enfin, Curiosity est aussi équipé en certains points de radiateurs électriques pour réguler plus précisément la température de certains instruments sensibles, c'est en particulier le cas du caisson électronique situé en haut du mât.

Source principale : http://www.nirgal.net/main.html

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Afin de contourner une zone rendue difficile par la présence de nombreux blocs rocheux, le parcours du 15 août 2017 (sol 1786) devait se prolonger sur près de 30 m au Nord Nord-Est , mais il a été stoppé prématurément après seulement 16 m, soit environ la moitié de la distance attendue. L'une des roues du milieu a connu un grand mouvement vers le haut puis vers le bas, probablement en passant sur un gros bloc rocheux, et c'est le logiciel de contrôle de traction qui a immédiatement arrêté la progression.

Dans mon message du 24 mars 2017 page 67 de ce fil, j'écrivais ceci :

"Une bonne nouvelle pour les roues : Pour ce parcours il est prévu la première utilisation d'un logiciel de contrôle de traction qui a été testé et affiné durant plusieurs mois sur Terre puis téléchargé courant mars pour être opérationnel sur le rover en Avril. Ce nouveau logiciel permettra au rover de rouler de manière plus "souple", à savoir que lorsque le mobile détecte qu'une roue est en train de rouler sur un rocher, il ralentit les cinq autres roues pour éviter de "pousser" la roue dans la roche pendant que la roue grimpe sur le rocher. Ce premier usage de commande de traction de Curiosity est destiné à valider le nouveau logiciel pour une utilisation facultative dans de futures commandes."

Après deux mois d'expérimentation martienne ce logiciel avait ensuite été définitivement validé par le JPL début juin 2017.

Ce qui s'est passé au sol 1786 c'est que le logiciel de contrôle de traction a interprété ce mouvement de roue comme la conséquence d'une différence de traction entre une roue arrière et une roue intermédiaire et a essayé de la corriger : En effet en roulant vers l'avant, si la roue arrière a plus de traction qu'à l'avant, la roue intermédiaire peut être relevée au dessus du sol. Nominalement, ce logiciel travaille à garder toutes les roues au contact de la surface, ce qui augmente la traction globale et réduit le "stress" sur les roues.

Sauf qu'ici il s'agissait bien d'un bloc rocheux.. ce que le logiciel n'a pas interprété correctement.
Les "grosses têtes" qui ont conçu le logiciel saisiront probablement cette occasion pour affiner encore son fonctionnement.. si possible...


Le 16 août 2017 (sol 1787) Curiosity a repris sa route de contournement sur environ 14 mètres, toujours au Nord Nord-Est, pour atteindre une zone très sablonneuse d'où émergent quelques blocs stratifiés, dont un nommé "Dumplings Island" (voir images HAZCAM AVANT et NAVCAM plus bas) . Cet affleurement a été l'objet de la plupart des activités planifiées du jour, y compris l'imagerie MAHLI pour caractériser la taille des grains de la roche et la texture à petite échelle. En outre le spectromètre à rayons X à particules alpha (APXS) et les observations ChemCam ont été planifiés pour appréhender la composition de cet affleurement.


POSTION AU 16 AOÛT 2017 (sol 1787) :

HAZCAM AVANT - 16 AOÛT 2017 (sol 1787) :

HAZCAM ARRIERE - 16 AOÛT 2017 (sol 1787) :

NAVCAM - 16 AOÛT 2017 (sol 1787) :

L'affleurement "Dumplings Island"


Zone que le rover contourne... on comprend pourquoi


PANO DE JAN VAN DRIEL – 16 AOÛT 2017 (sol 1787) :


ORIGINAL : http://www.unmannedspaceflight.com/index.php?act=attach&type=post&id=41843

MASTCAM - - 16 AOÛT 2017 (sol 1787) :



Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le 17 août 2017 (sol 1788) Curiosity a repris la direction du Sud-Est et le point d'entrée prévu vers "Vera Rubin Ridge" en franchissant environ 20 mètres, puis environ 17 mètres le lendemain 18 août 2017 (sol 1789).

Curiosity se rapproche donc sérieusement du point d'entrée, mais il faut bien comprendre que lorsqu'il aura atteint le dessus de la crête, il lui sera très difficile d'imager, d'analyser et de mettre en évidence les couches ou les variations spectrales qui peuvent être observées actuellement sous la crête en imageant les couches latérales basiques et celles menant plus haut vers le sommet de la crête. Pour un géologue, cette stratification (ou stratigraphie en termes géologiques) est souvent la donnée la plus importante que l'on puisse acquérir pour essayer de comprendre l'origine et l'histoire des caractéristiques géologiques.
Dans ce cadre, avec la caméra haute résolution Mastcam, Curiosity a cherché à acquérir une grande mosaïque des structures de literie et des veines blanches spectaculaires vues dans la parte latérale et la base de la crête d'hématite longée d'Ouest en Est par le rover. La Mastcam a zoomé sur deux domaines d'intérêt particulier, un exemple de stratifications parallèles et une zone de contact entre des roches lumineuses et sombres, en utilisant l'Imagerie microscopique à distance de ChemCam (RMI) pour extraire les détails des structures apparentes. Ces mosaïques, ainsi que d'autres déjà acquises, ciblent la base de la crête et aideront l'équipe à démêler l'origine de "Vera Rubin Ridge" et sa relation avec la "Formation Murray" que Curiosity a passé beaucoup de temps à traverser.

Depuis la position atteinte le 18 août, l'équipe scientifique a planifié un week-end complet d'activités scientifiques et de collecte de données.

ChemCam lancera le plan scientifique de ce week-end avec l'APXS pour étudier la chimie de deux des quelques cibles rocailleuses situées devant le rover: "Zephyr Ledges", la parcelle de matériel rocheux entouré d'ondulations de sable et "Wallace Ledge" qui est un morceau de roche plus massif visible un peu plus loin à l'avant du rover (voir l'image Hazcam-Avant ci-dessous). À la suite de ces mesures de chimie, Mastcam sera utilisée pour documenter ces deux cibles rocheuses, y compris une observation multispectrale de "Zephyr Ledges" et des sables environnants. Les observations multispectrales recueillent des images à un plus large éventail de longueurs d'onde que celles que nos yeux sont amenés à percevoir, ce qui permet de détecter des variations de "couleurs" pour déchiffrer la composition des différents matériaux. ChemCam recueillera également une mosaïque d'images haute résolution de "Vera Rubin Ridge" avant que le premier ensemble d'activités scientifiques du 19 août 2017 (sol 1790) soit terminé. La deuxième partie des activités scientifique du Sol 1790 sera consacrée exclusivement à la collecte d'une mosaïque de 12 images utilisant Mastcam. Ces mosaïques sont essentielles pour comprendre la structure de la crête.

En fin d'après-midi du sol 1790 Curiosity va déployer son bras et commencer une analyse chimique d'une ondulation de sable nommée "The Shivers" à l'aide de l'instrument APXS (Alpha Particle X-Ray Spectrometer). Cette mesure durera plusieurs heures, car les rayons X et les particules alpha sont générés par la lente décomposition radioactive du curium dans l'instrument. Plus l'APXS demeure longtemps en contact avec l'échantillon, plus la mesure chimique est précise. Après la mesure de "The Shivers", l'APXS sera ensuite déplacé vers une autre cible d'ondulation de sable appelée "Trompette" où il restera au contact pendant le reste de la journée pour recueillir plusieurs heures supplémentaires d'analyses chimiques.

Comme on l'a vu couramment dans le cratère Gale, les ondulations de sable présentent des différences de couleur et de granulométrie, même sur des distances très courtes. Ces variations fournissent des informations vraiment précieuses sur les modèles de vent, la taille des particules qui peuvent être déplacées par le vent, et s'il existe une différence de composition entre les sédiments de différentes tailles de grains. "The Shivers" et "Trumpet" présentent de telles différences de couleurs et de tailles des grains, c'est pourquoi ils sont la cible d'une enquête dans le plan scientifique de ce week-end.

Le 20 août 2017 (sol 1791) Curiosity se concentrera sur la surveillance de l'environnement local. Des mesures standard de l'environnement météorologique et radiologique seront effectuées, ainsi que des observations passives du ciel utilisant ChemCam. Mastcam sera utilisée pour imager les remparts du cratère Gale afin de déterminer dans quelle mesure l'atmosphère martienne est poussiéreuse ce jour-là. Ces mesures sont extrêmement utiles pour plusieurs raisons, y compris pour comprendre comment l'atmosphère martienne peut entraver notre capacité à étudier la surface de Mars, à la fois depuis le sol et l'orbite. Comme démonstration que la poussière influence l'atmosphère de Mars et l'imagerie à longues distances, considérer ces deux images, l'une de mai 2016 et l'autre de novembre 2016 :

MAI 2016


NOVEMBRE 2016

Ces deux images observent le même emplacement vers les remparts Nord du cratère Gale, et elles soulignent à quel point l'atmosphère martienne est variable. C'est pourquoi la surveillance constante de la poussière est un aspect important de la mission.

Avant que Curiosity finisse les mesures APXS commencées la soirée précédente, la caméra "Mars Hand Lens Imager" (MAHLI) sera utilisée pour recueillir des images de très haute résolution de ces cibles à des fins de documentation et pour étudier davantage les variations de granulométrie.

Lundi 21 août 2017 (sol 1792), Curiosity devrait rouler sur environ 40 mètres en se dirigeant vers l'Est et le Sud-Est et s'approcher ainsi notablement du point d'entrée prévu de la crête Vera Rubin.


POSITION AU 18 AOÛT 2017 (sol 1789) :



HAZCAM AVANT - 18 AOÛT 2017 (sol 1789) :



HAZCAM ARRIERE - 18 AOÛT 2017 (sol 1789) :



NAVCAM - 18 AOÛT 2017 (sol 1789) :





Source principale du texte : http://mars.jpl.nasa.gov/msl/mission/mars-rover-curiosity-mission-updates/

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Nouvelle mise à jour du livre et du site : Les Panoramiques Martiens.

Pour ceux qui lise le français. Incluant la correction des fautes d'orthographes et du style littéraire, de la mise en forme, ajout de nouvelles informations ou corrections d'erreurs de tous les chapitres jusqu'à Marathon Valley (excluant Curiosity)

Voir ma signature plus bas.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Voici le liens :
https://sites.google.com/site/lespanoramiquesmartiens/

[Ce message a été modifié par glevesque (Édité le 21-08-2017).]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
J'ai jeté 2-3 z'yeux vite fait : magnificum on dirait !
Un vrai boulot de passionné, bravo !
J'y reviendrai posément avec une meilleure connexion car là c'est l'heure de pointe dans le tuyau : j'ai une liaison descendante pourrie sur ma petite île, alors à part contempler les vignettes... c'est dommage et frustrant

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

glevesque > "...incluant la correction des fautes d'orthographes et du style littéraire..."

Champion !!
Alors même que tu effectues un travail colossal (je sais de quoi je parle ) ces défauts peuvent paraître un peu rédhibitoires, j'y avais fait allusion lors de ta dernière intervention dans ce fil. Effort à poursuivre donc..
En tout cas super boulot, bien documenté.. Mars le vaut bien ..
Bravo et salutations "ami martien" !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Lundi 21 août (sol 1792) était programmé un parcours d'environ 40 mètres et une journée complète d'activités. Malheureusement l'atmosphère de Mars était légèrement plus froide que prévu (température la plus chaude du jour – 27°C, au lieu des -22°C attendus et assez habituels). Le trajet prévu ainsi que certaines des activités du bras n'ont pas été exécutés car les actionneurs du bras robotique n'ont pas été réchauffés assez longtemps.

Le mardi 22 août (sol 1793) s'est révélé plus clément et Curiosity a parcouru environ 20 mètres au Sud-Est, puis environ 26 mètres le lendemain mercredi 23 août (sol 1794), toujours au Sud-Est, position maintenant à moins de 60 mètres du point d'entrée qui lui permettra de grimper sur la crête "Vera Rubin".
La traversée de "Vera Rubin" mènera ensuite vers les argiles, la "Terre promise" de la mission, celle qui portait les espoirs d'une possible découverte d'activité prébiotique, voire d'une vie passée sous forme d'organismes élémentaires... J'écris "portait", car sans forage et collecte d'échantillon il n'existe aucun espoir de pouvoir mener une analyse biologique.. Car concernant les problèmes du système de forage et malgré les quantités de "tests" menés et rapportés depuis.. décembre 2016 (!), rien de décisif ne semble se profiler à l'horizon. Sachant que depuis 9 mois le JPL entretient toujours l'espoir..
Et perso.. je veux encore y croire.


Pauvre diable ! comment peux-tu
Sur un billet de loterie
Mettre ainsi ton dernier écu ?
C'est par trop manquer de prudence ;
Dans l'eau c'est jeter ton argent ;
C'est vouloir... — Non dit l'indigent ;
C'est acheter de l'espérance.


POSITION AU 23 AOÛT 2017 (sol 1794) :

HAZCAM AVANT - 23 AOÛT 2017 (sol 1794) :



HAZCAM ARRIERE - 23 AOÛT 2017 (sol 1794) :


NAVCAM - 23 AOÛT 2017 (sol 1794) :






PANO DE PAUL HAMMOND – 23 AOÛT 2017 (sol 1794) :



ORIGINAL : http://www.unmannedspaceflight.com/index.php?act=attach&type=post&id=41879


MASTCAM - 23 AOÛT 2017 (sol 1794) :





[Ce message a été modifié par vaufrègesI3 (Édité le 25-08-2017).]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
J'aurais une petite question :

Quelle est l'origine de cette sédimentation en fine lamelle friable (éolien ou aqueux) ? La dimension des lames (en millimètre) me semble caractéristique d'une sédimentation sec qui suit le passage des saisons (ou du flux des tempêtes globales) ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

glevesque > "Quelle est l'origine de cette sédimentation en fine lamelle friable (éolien ou aqueux) ?"


Salut Gilles, tu dois en savoir au moins autant que moins sur le sujet
Personnellement voici ce que j'ai compris : À ma connaissance, les géologues de la mission considèrent que la "Formation Murray" (autrement dit le plancher sédimentaire du lac antique) se prolonge jusquà la base de la crête d'hématite "Vera Rubin" (elle même par nature d'origine aqueuse). Depuis qu'il a atteint la "Formation Murray" aux "Pahrump Hills", Curiosity n'a observé que deux formations sédimentaires d'origine éolienne : La "Formation Stimson" et les "Buttes Murray" (voir image ci-dessous).
Ce qui est clair c'est que la nature des formations rocheuses rencontrées actuellement par Curiosity en longeant la crête "Vera Rubin" n'est pas homogène. Le rover a été contraint de pas mal louvoyer pour contourner de gros blocs stratifiés plus ou moins ensablés qui paraissent avoir la crête d'hématite comme origine, et de plus on peut observer des affleurements de roches claires à fines lamelles qui semblent plutôt caractéristiques de la "Formation Murray", donc issues de la sédimentation du plancher du lac.
Bien sûr tout cela demande confirmation.


La flèche rouge indiqe la position actuelle de Curiosity (pente exagérée 14 fois (!)) :

Une vidéo dont les images sont assez explicites pour décrire les divers processus géologiques conduisant à la formation du cratère, du lac, des sédiments aqueux et éoliens (et ce qu'observe aujourd'hui Curiosity), et enfin à la formation du Mont Sharp :

http://www.youtube.com/watch?v=Q-uAz82sH-E&list=PLTiv_XWHnOZpzQKYC6nLf6M9AuBbng_O8&index=3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les 24 et 25 août 2017(sols 1795 et 1796) Curiosity a enchainé deux parcours de 26 et 17 mètres vers le Sud-Est pour se situer désormais exactement face au point d'entrée planifié, à savoir l'endroit où la pente s'avère la plus douce pour grimper sur la crête "Vera Rubin". La partie la plus élevée de la crête s'élève encore à environ 30 mètres au-dessus de la position actuelle du rover... De belles images en perspective ! :

Depuis son point d'atterrissage le 6 août 2012 à "Bradbury Landing", Curiosity a parcouru 17,26 kilomètres.

POSITION AU 25 AOÛT 2017 (sol 1796) :

Les courbes de niveaux permettent de vérifier qu'en quatres étapes (entre le 18 (sol 1789) et le 25 août (sol 1796)) le rover s'est élevé de près de 10 mètres :



HAZCAM AVANT - 25 AOÛT 2017 (sol 1796) :


]


HAZCAM ARRIÈRE - 25 AOÛT 2017 (sol 1796) :



NAVCAM - 25 AOÛT 2017 (sol 1796) :




MASTCAM - 25 AOÛT 2017 (sol 1796) :





PANO de "Vera Rubin Ridge" – assemblage de 70 images MastCam – 14 août 2017 (sol 1785) par Jan Van Driel :


[/URL]

ORIGINAL : http://www.unmannedspaceflight.com/index.php?act=attach&type=post&id=41890

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant