Aller au contenu
Fourmi103

Actualités de Curiosity - 2013

Messages recommandés

vaufrègesI3    16

Depuis le 28 août 2017 (sol 1799) Curiosity a viré plein Sud pour grimper sur la crête "Vera Rubin" à l'endroit prévu, là où les données orbitales montrent que la pente n'est pas trop accentuée (très inégale, mais globalement à un peu plus de 10%), sachant que le sommet de la crête d'hématite est situé environ 30 mètres plus haut. Ce même sol le rover a pu acquérir des images Mastcam et ChemCam RMI spectaculaires du flan de la crête, y compris une toute dernière mosaïque d'imagerie d'approche. Ces images continuent de montrer à grande échelle des structures sédimentaires très intéressantes car elles détiennent les secrets de la déposition des couches inférieures de la crête.

L'un des grands défis de la mise en place des activités du 28 août était de s'assurer que toutes les observations prévues n'épuisent pas trop les batteries afin d'avoir d'avoir suffisamment d'énergie disponible pour les activités du prochain sol. La gestion de l'énergie a été difficile, en partie aussi parce que c'est la fin de l'automne dans le cratère Gale. Des températures plus froides impliquent de faire fonctionner les radiateurs pendant plus longtemps, ce qui prend plus d'énergie (voir au bas du message du 15 août 2017 mes commentaires sur le "contrôle thermique des composants du rover").

Le 29 août 2017 (sol 1800), Curiosity a parcouru environ 25 mètres au Sud en s'élevant déjà de 5 mètres !

POSITION AU 29 AOÛT 2017 (sol 1800) :

HAZCAM AVANT - 29 AOÛT 2017 (sol 1800) :



HAZCAM ARRIÈRE - 9 AOÛT 2017 (sol 1800) :



NAVCAM - 9 AOÛT 2017 (sol 1800) :


Face à la pente



PANO de Paul Hammond – 29 AOÛT 2017 (sol 1800) :



ORIGINAL : http://www.unmannedspaceflight.com/index.php?act=attach&type=post&id=41908


Images de la caméra MAHLI dans le cadre du contrôle de routine de l'état des roues – 27 AOÛT 2017 (sol 1798) :



Le plus critique concerne cette roue. La peau alu entre les chevrons mesure 0,75 mm d'épaisseur, rien d'étonnant à ce qu'elle se soit déchirée par endroit. L'affaissement des chevrons au centre de la bande de roulement est plus préoccupant car il peut accélérer les dégats et amener la roue à se déchirer

Exemple de dégats constatés lors de tests très "poussés" menés sur Terre dans le désert de Mojave :

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Kaptain    34
Pour les roues, il est quand même étrange que, le sachant, il n'aient pas cherché une autre solution… Pourvu qu'elles tiennent jusqu'à la découverte des premiers fossiles.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
vaufrègesI3    16

Kaptain > "Pour les roues, il est quand même étrange que, le sachant, il n'aient pas cherché une autre solution"

J'aurais dû le préciser : Bien sûr des tests ont été menés avant le départ du rover,.. mais pas vraiment sur le type de terrain inédit et très agressif qu'a éprouvé Curiosity in-situ dès le début de son périple. Dans le cratère Gale, personne n'avait imaginé la possibilité de rencontrer de telles quantités de roches pointues, acérées, telles des lames plantées dans le sol. Les images de MRO sont fantastiques de définition, mais elles ne permettent pas de détecter ce genre de fins détails.

Ce n'est qu'ensuite qu'ils ont testé sur Terre la durée de vie des roues sur ce type de substrat, et les nouvelles n'ont pas été bonnes – je cite : "En 8 km ou plus vous pouvez détruire la roue".

Page 42 de ce fil, Alain Moreau et moi même avions tenté d'apporter quelques réponses et commentaires plus précis à ce problème (messages des 29 et 30novembre 2015).

Sur la dernière image on voit que les crampons sont affaissés et probablement cassés pour certains d'entre eux. C'est ennuyeux parce que les crampons sont aussi structurels pour la roue. Mais bon.. côté JPL on reste confiant et on ne doute pas que le rover puisse atteindre son objectif principal et ultime, les strates d'argile...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
vaufrègesI3    16

L'ascension de Curiosity s'est prolongée de 14 mètres le 31 août (sol 1802) pour atteindre un emplacement riche en roches stratifiées. Ces strates présentent des couches en lamelles extrêmement fines, et selon les géologues de la mission elles sont toujours issues de la "Formation Murray". La zone en face du rover a été baptisée "Tyler", une cible sur laquelle doivent opérer la caméra MAHLI, le spectro APXS et la ChemCam LIBS.

Les MastCam examineront ces expositions spectaculaires de structures sédimentaires et documenteront plusieurs cibles dont "Pettegrove Point" (voir images navcam et MastCam plus bas). La plupart des observations Mastcam sont en fait des mosaïques stéréos, ce qui signifie que chaque image est prise avec les "yeux" gauche et droit de Mastcam. Les mosaïques stéréos nécessitent beaucoup de ressources, mais elles fournissent des informations tridimensionnelles en profondeur, ce qui est particulièrement utile pour interpréter les données géologiques.

POSITION AU 31 AOÛT 2017 (sol 1802) :


HAZCAM AVANT – 1er Septembre (sol 1803) :



HAZCAM ARRIÈRE - 1er Septembre (sol 1803) :



NAVCAM - 31 AOÛT 2017 (sol 1802) :





NAVCAM – 1er septembre 2017 (sol 1803) :

Depuis sa position, Curiosity est dominé sur sa gauche au Sud-Est par cette crête nommée Pettegrove Point. La masse imposante du Mont Sharp se profile en arrière plan



PANOS de Paul Hammond – 29 août 2017 (sol 1800) :




ORIGINAL : http://www.unmannedspaceflight.com/index.php?act=attach&type=post&id=41927


MASTCAM – 31 AOÛT 2017 (sol 1802) :




PANO de Paul Hammond - 31 AOÛT 2017 (sol 1802) :



  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
vaufrègesI3    16

 

Curiosity est actuellement sur la partie la plus abrupte de "Vera Rubin Ridge" avec des pentes de 16 à 20 degrés !

Le 5 septembre 2017 (sol 1807) il a parcouru 28 mètres, puis environ 10 mètres le 7 septembre 2017 (sol 1809). Il a ainsi grimpé 21 mètres d'élévation verticale sur les cinqs derniers sols et se situe très proche du sommet de la crête devant lui. Le Mont Sharp au Sud va bientôt apparaître en totalité, et un peu plus tard tous les reliefs de l'éventail alluvionnaire, une des sources d'alimentation du lac antique du cratère Gale.

 

Les altitudes martiennes sont mesurées par rapport au rayon moyen de la planète, et Mars a des altitudes beaucoup plus extrêmes que celles des continents sur Terre. Sachant que généralement les sites d'atterrissages martiens sont choisis à des niveaux très bas pour permettre d'optimiser le freinage atmosphérique. Ce choix se reflète dans les élévations des sites : Curiosity a atterri à presque la même altitude que Viking 2 en 1976, soit à -4,5 km. En 2008 Phoenix a atterri à -4,14 km. Le site d'atterrissage réussi le plus élevé à ce jour a été celui d'Opportunity, à Meridiani Planum, à -1,44 km. Curiosity se situe actuellement à - 4,199 km.
Le rover a désormais une vue imprenable sur les hautes terres du cratère Gale à l'arrière du rover au Nord. La vue s'améliore à mesure que l'air devient plus clair dans les saisons plus froides. Vivement un panoramique MastCam tourné vers les remparts Nord !

 

 

PS > Grace à Emily Lakdawalla, on a enfin des infos précises sur les perspectives d'une possible utilisation très originale du système de forage. Il reste à déterminer comment on pourra alimenter les labos en échantillons. C'est pas gagné, mais il existe un espoir.. J'y reviendrai ces prochains jours.

 

 

POSITION AU 7 septembre 2017 (sol 1809) :

 

 

 

529354FILocationSol1809full.jpg

 

 

 

HAZCAM AVANT - 7 septembre 2017 (sol 1809) :

 

Finies les dunes de sable

59b2fa5fac032_FI1809HAZCAV.thumb.jpg.17dfb4bcf5bec27957ec1bab28d58bec.jpg

 

 

 

HAZCAM ARRIÈRE - 7 septembre 2017 (sol 1809) :

 

 

59b2fac00ae39_FI1809HAZCAR.thumb.jpg.bb5e3728ee0eb8acf0e795aedefc1d8d.jpg

 

 

 

NAVCAM - 7 septembre 2017 (sol 1809) :

 

La butte "Pettegrave point" sur la gauche du rover en regardant vers l'Est 

59b2ff4c51c86_FI1809NAVC.thumb.jpg.1b25a14e2bc604fecd76750de07ad321.jpg

 

Au Nord-Est on découvre les remparts

59b2fff665b3d_FI1809NAVC2.thumb.jpg.679c1552614bd4632c38ee98928423d0.jpg

 

 

 

59b301838b9dc_FI1809NAVC6.thumb.jpg.cfcaf827eabbfa0b3e373369daa46566.jpg

 

 

PANO DE Sean Doran - 7 septembre 2017 (sol 1809) :

 

 

59b2fdf01504d_FI1809SEAN.thumb.jpg.cb03566d95a7a776321fb72d7978d442.jpg

 

 

 

PANO de Jan van Driel – 7 septembre 2017 (sol 1809) :

 

 

FI_1809_JVD.thumb.jpg.a1ebe1a39fe36607e56d6efe5974b257.jpg

 

FI Location_Sol1809-full.jpg

FI 1809 NAVC4.jpg

Modifié par vaufrègesI3
Décalage temporel ;)> j'avais tout daté du mois d'août !
  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
vaufrègesI3    16

 

LE POINT SUR LE SYSTÈME DE FORAGE DE CURIOSITY


 

Source principale : http://www.planetary.org/blogs/emily-lakdawalla/2017/0906-curiosity-balky-drill-problem.html

 

Dans ce lien l'essentiel du compte rendu d'Emily Lakdawalla est basé sur une entrevue du 1er septembre 2017 avec le directeur adjoint du projet Curiosity, Steven Lee.

J'y ai très généreusement puisé, et je m'en suis aussi librement inspiré pour certains commentaires.

Désolé de devoir aligner ce gros pavé, mais c'est essentiel à la compréhension du grave problème qui touche le système de forage. Et si on s'y intéresse quelque peu, on sait que les systèmes de forage et d'analyse d'échantillons sont les pièces maîtresses de cette mission. Alors même que Curiosity approche enfin de son objectif, l'absence de possibilité de forage (depuis le 1er décembre 2016) constitue un handicap majeur pour mener à bien l'étude minéralogique précise du terrain sur le parcours du rover, et rend impossible la recherche de molécules organiques.

D'où les efforts que conduisent les ingénieurs de la mission depuis près de 10 mois pour trouver une solution aux problèmes actuels les plus graves du système de forage.

Peut-être en les contournant avec une utilisation non conventionnelle de la foreuse et de collecte d'échantillons.

 

 

Les problèmes concernant le système de forage ne datent pas d'hier

 

 

Un problème majeur de court-circuit provoqué par la foreuse et pouvant se transmettre à tout le rover, avec le risque d'occasionner des dommages critiques, avait en effet été découvert très tardivement au cours du développement de la mission, juste avant le lancement. Il s'agissait d'un court circuit originaire d'une bobine située dans le mécanisme de percussion, bobine qui génère la percussion à haute fréquence de la perceuse en actionnant un piston. Hors ce piston venait parfois frotter contre le côté de la chambre qui l'emprisonne, ceci occasionnant un court-circuit électrique. Il était bien trop tard pour apporter des modifications majeures au système. A la toute dernière minute, alors que le lanceur était déjà sur son pas de tir, les ingénieurs ont ajouté un accessoire qui, en cas d'un tel court-circuit, en limiterait les conséquences en acheminant la moitié de l'excès de courant vers le sol. Une espèce de "mise à la terre" ou plutôt une "mise à Mars » quoi ;).

Mais ils n'étaient pas sûrs de la solution, avec raison semble t-il, malheureusement...


 

Car ce court-circuit est apparu après le forage du sol 911 (en Février 2015) lors de l'utilisation du mécanisme de percussion : Un courant "dérivé" est passé dans le châssis du rover.

 

Jim Erickson, chef de projet au JPL pour Curiosity déclarait alors :

"Cette menace pour la capacité de forage du rover est une grave préoccupation pour la mission, les expériences SAM et CheMin sur les roches de Mars dépendent du forage pour être alimentés en échantillons. La question de forage s'attaque à une de nos principales raisons d'être. Si la perceuse échoue complètement ça va vraiment nuire à deux de nos principaux instruments d'un seul coup. Le risque de perdre cette capacité est plus grave que le risque de perdre un seul instrument sur Galileo ou MER. Nous allons en perdre deux en même temps si cela se produit. Oui, vous pouvez toujours faire l'excavation [de sol meuble], mais nous sommes là pour les roches".

 

Il n'y a aucun moyen de savoir si la cause est exactement la même que celle découverte sur Terre, mais l'effet est similaire. Les courts-circuits ont réapparu depuis le sol 911, mais sont ensuite devenus intermittents et extrêmement courts, même s'ils ont ensuite très vite commencé à forer avec un niveau de percussion moyen et ajusté en fonction du taux de pénétration. Ils commencaient le forage avec des percussions très légères en accroîsant le taux selon les besoins. Puis les ingénieurs ont également imaginé une nouvelle technique de forage sans aucune percussion, technique rendue possible par la douceur des roches au sein du cratère Gale. Mais c'est alors qu'ils l'expérimentaient qu'est apparue une autre anomalie, différente mais encore plus grave.

 

Le pire problème du système de forage: Bloquage de l'ensemble de forage - 1er décembre 2016 (sol 1536)

 

En fonctionnement normal, la tourelle en bout de bras place le foret sur la roche ciblée à travers deux stabilisateurs qui se projettent devant la perceuse. Ceux-ci ne sont pas motorisés, mais le bras possède des capteurs qui peuvent détecter la force exercée contre les stabilisateurs (voir le diagramme plus bas). Le rover "précharge" le bras contre la cible en appuyant sur les stabilisateurs avec les moteurs dans le bras. Une fois préchargé, le bras est absolument immobile jusqu'à ce que le forage soit terminé. Le forage se produit avec le mouvement des mécanismes de rotation du foret et la poussée en extension de l'ensemble de forage. La vidéo ci-dessous montre une opération de forage réussie sur Mars :

 

 

 

 

Sur le sol 1536, la mission a tenté de forer sur un site appelé "Précipice". Ce devait être la première utilisation du forage sans percussion. Une fois que le foret mis en position, appuyé contre la roche, ils ont commandé sa rotation et son avancée... mais ça n'a pas fonctionné : Le foret ne s'est pas déplacé ! L'ensemble du support mobile du foret et de son mécanisme est resté immobile.

Et Curiosity n'a plus foré depuis !...
 

La question était : Pourquoi le système d'avancée de l'ensemble de forage est-il bloqué ? Pas facile de comprendre.. En effet, selon Steven Lee, les instruments situés sur le bras de Curiosity sont "un miracle d'intégration et de miniaturisation".. Et le volume restreint occupé par le système de forage ne permet qu'un petit nombre de capteurs pour donner aux ingénieurs des informations sur ce qui s'est passé. Tout ce qu'ils savaient, c'est que le courant circulait bien dans les bobines du moteur pour générer du couple permettant l'avancée du foret, mais que le couple ne produisait aucun mouvement. Le rover a détecté correctement cette anomalie, il a arrêté l'opération et a attendu d'autres instructions de la Terre.

 

Diagramme des principaux mécanismes du système de forage :

658909FI1810Systforage.png

 

L'équipe a tenté de comprendre ce qui pouvait produire le comportement observé. Parmi beaucoup d'idées, ils ont rapidement mis à plat une cause possible : Un problème avec le frein de l'ensemble de forage. Lorsque l'avancée du foret n'est pas sollicitée, un frein interne maintient fermement le système mobile en position. Cela empêche d'autres activités énergétiques (telles que la percussion et la rotation du foret) de le faire reculer. Le frein se compose de deux plaques qui sont pressées fermement l'une contre l'autre avec un ensemble de ressorts. Pour retirer le frein, l'alimentation électrique d'une bobine tire une plaque (le "frein mobile") loin de l'autre (le "frein fixe"), libérant l'ensemble coulissant sur des rails linéaires qui se déplace avec un entraînement à vis sans fin lorsque le moteur s'enclenche . Malheureusement, il n'y a pas de capteur dans le frein pour indiquer si le frein est effectivement engagé ou désengagé. Sachant quand même que les freins disposent de bobines redondantes, toutes capables de les libérer indépendamment.

Il était évident qu'il fallait essayer d'alimenter ces autres bobines et voir si cela libérait le frein. L'essai effectué, le comportement était identique. Cela a fortement suggéré une cause unique du blocage : Quelque chose comme un composant déplacé ou un morceau de débris étranger qui entrave le mouvement du frein mobile, ce qui l'empêche de se désengager complètement lorsqu'il est commandé. Il ne semble pas y avoir de problème avec les bobines, mais leur activation avec la tension habituelle n'a pas entraîné la libération du frein et le moteur ne peut pas déplacer l'ensemble de forage.

 

Décembre 2016-mars 2017: Cerner le problème
 

Un certain nombre de tests évidents se sont imposés, et l'équipe a commencé à sélectionner ceux qui seraient les meilleurs et dans quel ordre. Peut-on alimenter les bobines avec plus de tension ? Utiliser les deux en même temps ? Les commander plusieurs fois ? Essayez-le tout avec le foret tenu dans différentes orientations ?

Ces tests se sont déroulés très lentement. La mission a laissé "Precipice" derrière elle et a continué à conduire au Sud vers "Vera Rubin Ridge", intercalant des tests de diagnostic de forage avec des activités scientifiques de "routine", c'est-à-dire sans forage ni analyse d'échantillon.

 

­Ce travail de tests a permis de lents progrès dans l'amélioration de leur fiabilité. À mesure que les tests se déroulaient, l'équipe gagnait en confiance. Ils ont été en mesure d'étendre totalement l'ensemble de forage et de le faire revenir en arrière. Ils se préparaient à essayer de l'avancer vers l'avant et vers l'arrière à la vitesse plus lente nécessaire pour forer réellement dans la roche, lorsque Curiosity est arrivé en Mars 2017 sur un site appelé "Ogunquit Beach" un site de dunes de sable.


 

Le rover y a récolté du sable avec sa pelle et s'est préparé à fournir des échantillons aux labos SAM et CheMin. Pour préparer un échantillon, le rover tourne la tourelle de sorte que l'échantillon prélevé repose sur un tamis à mailles fine et fait vibrer la tourelle pendant environ 20 minutes, en l'inclinant vers l'avant et vers l'arrière, afin de permettre au matériau à grains fins de passer à travers le tamis dans une chambre où il sera réparti pour la livraison aux instruments. Depuis l'apparition de l'anomalie qui bloque l'ensemble de forage et avant "Ogunquit Beach", les activités de vibration ont été menées à plusieurs reprises. Cette fois cependant, après avoir préparé et fourni le premier échantillon de "Ogunquit Beach" à SAM le 29 mars 2017 au sol 1651, les ingénieurs ont constaté que l'ensemble de forage se comportait différemment - et de façon bien pire - qu'auparavant. Encore une fois, ils ne pouvaient plus faire avancer cet ensemble. Ce n'était évidemment pas bon. Ils ont donc immédiatement arrêté toutes les activités d'échantillonnage, sans même laisser tomber l'échantillon d'Ogunquit Beach dans CheMin, l'autre laboratoire pour la minéralogie, et ont réfléchi à la suite à mener.

 

Mars-septembre 2017: Exploration de nouvelles méthodes de forage


 

Suite à ce constat, Steven Lee a demandé à l'équipe de continuer à travailler pour revenir aux opérations normales tout en commençant à penser à la façon dont ils pourraient forer, acquérir et délivrer des échantillons sans que l'ensemble de forage soit fonctionnel.


 

Forage prolongé (Feed-Extended drilling) (FED)

 

Pour que le forage fonctionne, l'extension de l'ensemble de forage doit être totale, et le foret amené au-delà des broches de stabilisation, sinon il ne peut pas pénétrer dans le sol. Donc, le premier élément de l'entreprise était de faire en sorte que l'ensemble fonctionne juste assez longtemps pour pousser l'ensemble de forage, et donc le foret, au-delà des tiges des stabilisateurs. "Le problème était vraiment épineux", a déclaré Steven Lee. Après "Ogunquit", le frein était particulièrement coincé.

Le 16 juillet 2017 (sol 1757), peu de temps avant la conjonction solaire, l'équipe d'ingénierie a réussi à faire avancer l'ensemble de forage de 60 mm. soit plus de la moitié de la distance d'extension complète ! Deux actions ont contribué à l'extension de l'alimentation: Solliciter la libération du frein à maintes reprises et pointer le foret vers le haut durant cette activité. En orientant le foret vers le ciel, la gravité de Mars peut avoir donné juste le petit gain supplémentaire d'énergie nécessaire pour permettre de libérer le frein. Curiosity a ensuite maintenu le foret ainsi pendant les trois semaines entières de conjonction. Après la conjonction, le 9 août 2017 (sol 1780) ils ont commandé la même activité d'extension, et l'ensemble de forage a pu rapidement atteindre l'extension complète de 110 mm !!

­J'avais noté ces évènements dans mes messages du 17 juillet et du 14 août.

 

Comparaison en GIF de deux images de l'ensemble de forage prises avant et après la conjonction solaire (sols 1757 et 1780) :


 


i4ei.gif

 

L'ensemble de forage est maintenu en extension complète (et ses deux stabilisateurs désormais inutiles dans l'optique de l'utilisation exclusive du bras robotique).


 

309677FI18101780EXTENSION110.jpg


 

 

L'extension de l'ensemble de forage ainsi maintenu permet d'envisager d'utiliser le mouvement du bras au lieu de celui du déplacement de l'ensemble pour déplacer le foret vers le bas. Une méthode que l'équipe a baptisée "FED" (Feed-Extended drilling) ou "forage prolongé". Sauf que le bras ne serait pas bloqué et équilibré contre la roche grâce aux stabilisateurs. Seule la pointe du foret serait en contact avec la cible. Le mouvement du bras permettrait-il réellement la formation d'un trou, ou le foret va t-il glisser et rebondir inutilement sur la surface de la roche ? Si le forage fonctionne, le trou serait il assez droit pour que le foret ne soit pas coincé ?..

Heureusement, les tests menés sur Terre sur trois types représentatifs de roche, limestone (calcaire), siltstone (2/3 de limon) et grès (sandstone), suggèrent que le foret peut pénétrer très directement dans la roche sans bénéficier des tiges stabilisatrices qui, normalement, sont en contact avec le sol et permettent d'équilibrer l'ensemble de forage mobile.

 

Le bras est capable de se déplacer de manière douce, en compensant de manière intelligente la rotation du foret tout en gérant l'appui sur la roche de façon quasi verticale. Mais comme tous ceux qui ont déjà utilisé des outils à main le savent, des trous qui semblent parfaitement droits peuvent avoir juste de légères courbes. Avec la méthode "FED" dite de "forage prolongé", Curiosity peut forer un trou qui semble parfaitement droit, mais lorsque Curiosity tirera sur le bras pour extraire le foret il pourrait y avoir des forces de tension plus élevées qu'auparavant. Les forces observées dans le banc d'essai jusqu'à présent sont bien comprises dans les tolérances de conception de Curiosity, mais chaque fois qu'il y a un changement majeur dans les forces agissant sur le rover, les ingénieurs s'efforcent tout particulièrement de s'assurer que ceux-ci n'entraînent aucune conséquence involontaire à d'autres systèmes. Ils peuvent tester sur Terre bien sûr, mais le rover sur Mars est dans un régime de gravité différent et est une machine différente, donc, en dehors des tests, les ingénieurs doivent juste s'asseoir et avoir une très bonne idée de ce qui pourrait tourner mal. Le pire serait de provoquer un nouveau problème tout en essayant de résoudre un problème existant.

Il semble donc que le « forage prolongé » puisse fonctionner. Curiosity sera capable de forer à nouveau, en utilisant le mouvement du bras au lieu du mouvement d'avancée de l'ensemble de forage.

Mais le forage a une deuxième fonction qui sera plus difficile à remplacer.

 

 

TRANSFERT D'ECHANTILLONS

 

Lorsque l'ensemble de forage coulisse normalement, une fois le forage terminé, l'ensemble se rétracte. La rétraction aligne la sortie de la chambre d'échantillonnage avec un entonnoir d'entrée pour les instruments de traitement et de dosage des échantillons de Curiosity nommés "CHIMRA".
Sur une image prise sur le sol 1637 (15 mars 2017), on peut voir que l'entonnoir de sortie de la chambre d'échantillon attachée au foret est visiblement aligné avec l'entrée de l'échantillon "CHIMRA". L'ensemble de forage doit être complètement rétracté pour que ces deux composants s'alignent et permettent le transfert de l'échantillon foré, de la perceuse dans CHIMRA, pour le tamisage, le fractionnement et la livraison :


 


 

608224FI1807sol1637chimraalignment.jpg

 


 

Sauf que désormais, l'équipe du rover a fait le choix de ne pas rétracter pour ne pas courir le risque de bloquer définitivement l'ensemble de forage. On ne peut donc pas livrer d'échantillon à "CHIMRA", la poudre ne peut pas être tamisée et répartie. Même en étant en capacité de réaliser un forage, il n'est donc pas évident de trouver une méthode de livraison d'échantillons aux laboratoires "SAM" et "CheMin" !


 

Alors, comment envoyer des échantillons à "SAM" et "CheMin" ?

Avec la méthode "FEST" (Feed-Extended Sample Transfer) ou "transfert d'échantillons étendu" , les ingénieurs explorent maintenant la distribution d'échantillons directement à partir du foret. Le rover positionnerait le foret directement sur l'entrée d'échantillon située sur le pont, puis le fera tourner à l'envers. L'échantillon sortirait de la chambre d'échantillonnage à travers la douille qui recouvre le foret, et la matière tomberait directement dans l'entrée de l'échantillon. C'est en fait assez simple, la perceuse peut être positionnée de manière très précise, et la vis sans fin permet une méthode de livraison raisonnablement contrôlée.

Il existe deux problèmes majeurs avec cette méthode qui contourne le système de préparation "CHIMRA" : Le matériau de l'échantillon n'a pas été préalablement tamisé et n'aura pas une taille de grain uniforme ni très fine. L'équipe n'est en fait pas terriblement préoccupée par ce problème, car les tests de forage sur Terre utilisant une variété de types de roche montrent que le foret produit de manière fiable de la poudre avec de très petites tailles de grain. Tant que Curiosity continue de forer des roches similaires, la poudre devrait être correcte pour la livraison aux deux instruments. Si Curiosity était amené à forer une roche très différente, il pourrait laisser tomber un échantillon sur son plateau d'observation pour que les scientifiques vérifient la taille du grain et d'autres propriétés avant d'autoriser la livraison aux laboratoires. Si l'échantillon foré s'avère avoir du matériel à grain grossier, les deux entrées de laboratoire ont des tamis de 1 millimètre pour empêcher les gros grains de tomber dans les instruments, de sorte qu'ils seront à l'abri des plus gros grains.
 

Un problème plus important est qu'il est difficile de savoir combien de matériel serait livré avec cette méthode. L'équipe peut expérimenter sur le plateau d'observation pour caractériser la quantité d'échantillons tombée en inversant la rotation du foret, Mais ce test sera imprécis et il n'y aura aucun moyen de savoir si un échantillon particulièrement petit ou grand est tombé. Ceci est particulièrement délicat pour le labo de biologie "SAM". Certaines expériences scientifiques de 'SAM' sont très sensibles à la quantité de matériaux livrée. Mais d'autres expériences ne sont pas si sensibles et peuvent se dérouler même si l'équipe ne sait pas très bien combien d'échantillon est livré.


 

L'équipe d'ingénierie a exploré d'autres méthodes de livraison d'échantillons, y compris la collecte des échantillons prélevés au sol par la mini pelle qui placerait ensuite l'échantillon dans "CHIMRA" pour une livraison ordinaire (il est impossible pour le bras robotique de placer le forêt directement au dessus de la mini pelle). Malheureusement, la vitesse de mouvement de la pelle est insuffisante. Quiconque a déjà balayé sait que si vous déplacez une poussière lentement, vous allez simplement pousser la pile balayée vers l'avant. Il faut un mouvement rapide pour glisser la lèvre de la pelle sous la pile de poussière. Ils ont également envisagé de laisser tomber l'échantillon sur le sable, en extrayant ensuite avec la pelle un mélange de matériaux forés et de sable. Malheureusement il serait probablement trop difficile de retirer le signal de l'échantillon foré du "bruit" du sable contaminant pour que cela vaille l'effort. Pour l'instant, la livraison directe d'échantillons aux labos avec inversion de la rotation du foret semble être le meilleur choix pour l'avenir.

 

PERSPECTIVES

Curiosity est maintenant sur la pente qui mène à "Vera Rubin Ridge" et sur la piste de l'hématite, un nouveau type de roche dont l'analyse sera très instructive, à minima pour mieux appréhender l'histoire géologique martienne. Puis un peu plus loin se profile l'argile, un milieu favorable à la présence de molécules organiques, en tout cas sur Terre. Les tests réalisés sur Terre continueront à produire des résultats qui peuvent éventuellement conduire aux premières tentatives de forage sur Mars. Selon Sreven Lee "Il est très difficile de prévoir exactement quand nous pourrons revenir au forage avec les méthodes FED / FEST. Nous devons d'abord compléter davantage les tests au-delà de la preuve-de-concepts pour étoffer l'approche et caractériser la performance".

Donc, rien n'est encore programmé et tout reste soumis aux résultats des différents tests menés sur Terre.

On a le droit de se sentir frustré par l'absence de forage depuis décembre 2016 et la perte de possibilités d'échantillonner tant de roches qui sont passées sous les roues de Curiosity. Mais on est bien dans une mission "d'exploration", et tout fait partie de l'aventure. Curiosity a permis de pouvoir faire des choses que personne n'a jamais pu faire auparavant, et il a déjà survécu beaucoup plus longtemps que prévu.

 

"Tout en haut des cimes,
Vivent nos espoirs,
Réside notre optimisme,
Se trouve la lumière.

 

Tout en haut des cimes,
Il nous faut y atteindre,
Sans jamais douter d’y parvenir,
L’ombre même de la lumière
"

 

 

CONTEXTE – LE ROVER EST AU POINT D'ENTREE de la crête d'hématite (flèche jaune) :


 

899450FI1810CONTEXTE.jpg


 

Modifié par vaufrègesI3
GIF / video yt
  • J'aime 1
  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
vaufrègesI3    16

 

En grimpant vers la crête Vera Rubin, l'objectif principal est de documenter soigneusement les changements de la stratigraphie alors même que Curiosity quitte le socle rocheux de la Formation Murray sur lequel il roule quasiment sans interruption depuis qu'il a atteint Pahrump Hills en septembre 2014 .

Depuis le sol 1809 l'ensemble du substratum rocheux présente un aspect pourpre avec des tons contrastés. Bon nombre des observations sont axées sur la détermination de la structure et de la composition exactes des roches ainsi que sur l'évaluation de la taille et la composition des grains.

 

Ces dernières semaines l'approche et l'ascension de la crête Vera Rubin permettaient déjà une vue imprenable vers les terrains et les remparts situés au Nord. Sur deux nouvelles étapes, environ 6 mètres le 11 septembre 2017 (sol 1812) et environ 9 mètres le 13 septembre (sol 1814), le rover s'est encore élevé de 3 mètres.

 

Sur Sol 1814 ont été planifié un analyse APXS + une suite complète d'images MAHLI sur un sillon rocheux sombre nommé "Pumpkin Nob". Les activités additionnelles de blocs scientifiques comprennent une image ChemCam et une image Mastcam de "Pumpkin Nob". Est prévu également une observation multispectrale Mastcam sur "Weymouth Point", une région du terrain de VRR juste à l'avant de Curiosity.

 

 

 

POSITION AU 13 septembre 2017 (sol 1814) :

 

 

 

118393FILocationSol1814full.jpg

 

 

 

HAZCAM AVANT - 13 septembre 2017 (sol 1814) :

 

 

 

757079FI1814HAZCAV.jpg

 

 

 

HAZCAM ARRIÈRE - 13 septembre 2017 (sol 1814) :

 

 

 

541831FI1814HAZCAR.jpg

 

 

 

MAHLI - 13 septembre 2017 (sol 1814) :

 

 

Le sillon sombre "Pumpkin Nob" dans le socle rocheux

 

167091FI1814MHPumpkinNob.jpg

 

 

 

PANOS 360° d'images NavCam - Jan van Driel - 13 septembre 2017 (sol 1814) :

 

IMAGES CLIQUABLES

 

Pano centré vers le Sud

 

59b991e168586_FI1814JVDS.thumb.jpg.48bf9092f86b37ea12cc38c7f9b8cc0f.jpg

 

 

 

Pano centré vers le Nord

 

59b99238d9c52_FI1814JVDN.thumb.jpg.eb67427ea45aae1b52dab0a4d9bc9403.jpg

Modifié par vaufrègesI3
  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
vaufrègesI3    16

 

Noter l'étrange similitude des  terrains parcourus par Opportunity  et  Curiosity actuellement

 

 

Curiosity le 13 septembre 2017 (sol 1814) :

 

 59ba8c968cdbc_FI1814PH.thumb.jpg.a2e758b1e20f3abc2d8ac59d626bce9a.jpg

 

 

 

Opportunity le 26 août 2017 à Perseverance Valley :

 

 

59ba8d7ed7d39_FH4831stitch2.thumb.jpg.a9ab54d5c8b120a7aa74222d3825c42f.jpg

 

 

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
polo0258    53

merci daniel pour ce complément d'informations  ,il reste donc à attendre pour voir peut-être des nouveaux forages ! ;)

polo

Modifié par polo0258

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
vaufrègesI3    16

DERNIERS PANOS DE "VERA RUBIN

 

Cette crête a été informellement nommée au début de 2017 en mémoire de Vera Cooper Rubin (1928-2016), dont les observations astronomiques ont fourni des preuves de l'existence de la matière noire de l'univers.

 

Pour les géologues, examiner un relief vertical constitué d'un empilement de couches de roches peut se révéler une mine d'informations, raison pour laquelle l'équipe de Curiosity a pris énormément d'images.

Quelle est la nature du contact entre la "Formation Murray" inférieure et la crête "Vera Rubin" au-dessus? Au-dessus du contact, un seul type de roche ou plusieurs? Les lits sont-ils continus ou non ? Existe t-il des particularités dans les couches qui peuvent révéler comment elles se sont formées ?..

En l'absence de forage, c'est l'instrument laser ChemCam qui est d'abord utilisé pour étudier la composition superficielle des roches, en recherchant des variations et des tendances. Puis ils utilisent la caméra MAHLI et le spectro APXS pour imager et mesurer la composition des couches supérieures.


"Vera Rubin Ridge", caractéristique topographique distincte située sur les pentes inférieures de Mount Sharp se caractérise par la présence d'hématite, un minerai d'oxyde de fer détecté depuis l'orbite. Les images Mastcam montrent que les roches qui composent la partie inférieure de la crête sont caractérisées par une stratification horizontale distincte avec des couches de roche individuelles de l'ordre de plusieurs dizaines de centimètres d'épaisseur. Les scientifiques de la mission utilisent de telles images pour déterminer l'environnement ancien dans lequel ces roches ont été déposées. Les lits répétés indiquent une accumulation progressive de sédiments qui forment maintenant la partie inférieure du Mont Sharp, bien que de cette distance il ne soit pas possible de savoir s'ils ont été formés par des processus aqueux ou soufflés par le vent. Les images de premier plan collectées lorsque le rover grimpe sur la crête aideront à répondre à cette question.

Les roches stratifiées sont coupées en croix par des veines remplies d'un minéral blanc, probablement du sulfate de calcium, qui témoignent d'épisodes ultérieurs d'écoulement de fluide à travers les roches.

 

Attention, certains panos sont "lourds", cliquez et mettez vous aux abris :P¬¬

 

 

23 images prises avec la caméra à téléobjectif de la Mastcam droite le 22 juin 2017 (sol 1734).

Le téléobjectif est de 1600 x 1200 pixels, avec une résolution de 7,4 centimètres par pixel à 1 km.(version annotée avec deux barres d'échelle de 4 mètres) :

 

 

 

FI_1734_PAN1.thumb.jpg.57db679ffc636162b420688fa172a301.jpg

 

 

 

70 images prises avec la caméra à téléobjectif de la Mastcam droite le 13 août 2017 (sol 1785)

(version annotée avec deux barres d'échelle de 2 mètres) :


https://mars.jpl.nasa.gov/imgs/2017/09/pia21850-Fig1_1785MR009211_sitespherical_wscale-full.jpg

 

 

 

Vue de "Vera Rubin Ridge" environ deux semaines avant que le rover ne commence à monter cette crête abrupte
La vue combine 13 images prises avec la caméra à téléobjectif de la Mastcam droite, le 19 août 2017 (sol1790)

(version annotée avec deux barres d'échelle de 2 mètres) :

 

 

FI_1790_PAN2.thumb.jpg.9de4bcd97f05f2410af7ac460879c669.jpg

 

 

 

La caméra Micro-Imager RMI (et son télescope de 11cm) de l'instrument ChemCam a pris les 10 images composant cette mosaïque le 3 juillet 2017 (sol 1745) . La caméra était à environ 115 mètres de cette partie de la crête. La barre d'échelle en bas à droite indique la largeur d'une caractéristique minérale claire d'une largeur de 22,8 centimètres dans la partie médiane de l'image :

 

 

59bc0c05942a8_FI1745PAN4.thumb.jpg.7c812e15fdde2c3df32de1d07eb7b130.jpg

 

 

 

Effets d'érosion sur "Vera Rubin Ridge."
Cette vue de "Vera Rubin Ridge" de l'instrument ChemCam montre les couches sédimentaires, les veines minérales et les effets de l'érosion éolienne. Cette zone inférieure du Mont Sharp est devenue une crête en étant plus résistante à l'érosion que les parties voisines. Ici, le vent a érodé des parties de l'affleurement de manière inhabituelle, de sorte que des fragments de roche allongés peuvent être vus en protubérance dressés vers le ciel.
La caméra Micro-Imager RMI de ChemCam a pris les 10 images composant cette mosaïque le 24 août 2017 (sol 1795). La caméra était à environ 43 mètres de la partie imagée de la crête :

 

 

59bc0c8f45db5_FI1795PANO5.thumb.jpg.5ca2ea3a9cb0ef70a3880d1b46c363c6.jpg

 

 

 

 

 

Source : https://mars.jpl.nasa.gov/news/2017/nasas-curiosity-mars-rover-climbing-toward-ridge-top&s=2

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
vaufrègesI3    16

Salut MichelR ! :)

C'est toujours un plaisir de voir passer du monde par ici, de même pour polo et BERTRAND plus haut.. que j'ai oublié de saluer ! Pardon les amis..:S

Bravo pour ce pano Michel ! Il s'agit de la crête à gauche du rover dans la montée (nommée "Pettegrove Point").

 

Sur la position atteinte le 13 septembre (sol 1814) Curiosity est resté stationné près de cinq sols. Il y avait en effet matière à déployer l'ensemble des instruments pour découvrir et étudier le nouveau substrat rocheux ayant succédé à la "Formation Murray", le plancher sédimentaire du lac antique sur lequel le rover roulait depuis 3 ans ! Très exactement depuis le 18 septembre 2014 (sol 753), date d'arrivée à "Pahrump Hills" (voir page 41 de ce fil - mon message du 25 septembre 2014). Grace aux sondes orbitales, on sait que la crête "Vera Rubin" recèle de grandes quantités d'hématite. Pour autant, il reste à déterminer la composition minéralogique précise de ces roches ainsi que leur processus de formation. L'APXS et ChemCam pourront donner une première approche. Mais en toute rigueur il faudrait un minimum de trois ou quatre forages pratiqués pendant la traversée de la crête (et l'analyse des échantillons correspondant par les labos) pour déterminer bien plus efficacement les caractéristiques de ces roches...

 

C'est le 18 septembre 2017 (sol 1819) que Curiosity a repris la route en parcourant environ 18 mètres. La pente qui atteignait parfois 20 degrés dans la partie la plus abrupte de la montée est désormais plus de moitié inférieure (surtout sur cette étape en prenant la direction Sud-Est).

On approche doucement du plateau sommital qui devrait permettre de dégager la vue à 360 degrés...

 

Le nouvel emplacement s'est présenté avec des roches de couleurs pourpres et des nuances de bronze, de gris et de violet. L'équipe scientifique a envisagé d'interroger rapidement une cible avec la caméra MAHLI et l'APXS, ou bien de d'utiliser d'abord l'outil de suppression de poussière (DRT) pour découvrir ce qu'il y a sous la poussière.

Deux cibles ont finalement été sélectionnées (nommées "Passadumkeag" et "Pennessewassee" O.o). C'est "Passadumkeag", une cible colorée, qui bénéficiera des pouvoirs "révélateurs" de la brosse DRT, alors que "Pennessewassee", une cible plus grise, sera examinée telle quelle. Le laser ChemCam sera tiré sur "Passadumkeag", ajoutant aux données chimiques de l'APXS sur cette cible.

 

Comme à chaque étape, il est procédé très régulièrement à l'étude de l'environnement avec des mesures de la station météo REMS et du détecteur de radiations RAD. De même un panorama 360 degrés Navcam sera réalisé pour rechercher les tourbillons de poussière (ou "dust-devils").

 

 

POSITION AU 18 septembre 2017 (sol 1819) :

 

 

119593FILocationSol1819full.jpg

 

 

 

HAZCAM AVANT - 18 septembre 2017 (sol 1819) :

 

 

757621FI1819HAZCAV.jpg

 

 

 

HAZCAM ARRIÈRE - 18 septembre 2017 (sol 1819) :

 

 

793899FI1819HAZCAR.jpg

 

 

 

PANO DE Jan van Driel - 18 septembre 2017 (sol 1819) :

 

 

59c1906d068ed_FI1819JVDB.thumb.jpg.132872c88e6061e76d490d8b46286caa.jpg

 

 

 

PANO de Robert Charbonneau - 18 septembre 2017 (sol 1819) :

 

Vue au Sud, à l'avant du rover

 

59c190a695e59_FI1819PANORCharbonneau.thumb.jpg.f454792719fdfa64e74411b92366e292.jpg

 

 

 

MAHLI - 17 septembre 2017 (sol 1818) :

 

De fines lamines apparaissent

 

59c190ed986a4_FI1818MAHL.thumb.jpg.c64096ca85bd2ce59b549e280cc901ef.jpg

 

 

Le violet se révèle après brossage

 

59c19123257a3_FI1818MAHL3.thumb.jpg.caa2153ca01d22feb94a4a71ef57788e.jpg

 

 

 

PANO de Suart Atkinson – 11 septembre (sol 1812) :

 

La vue vers les remparts Nord et Nord- Est est somptueuse.

Les plus proches remparts sont à 25 km (à gauche de l'image)

 

59c19157c56c3_FI1812stuartatkinson.thumb.jpg.7e0a685f6e217dff0c8c4fab06772233.jpg

 

Modifié par vaufrègesI3
  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
vaufrègesI3    16

 

Salut Kaptain !.. Coucou Bernard !:)

 

Côté imagerie il est un peu regrettable qu'ils n'aient pas encore trouvé le temps de "tourner" les MastCam vers le Nord pour réaliser un large pano du terrain et des remparts afin de profiter de la position dominante actuelle du rover.. Le pano N&B de l'excellent Stuart Atkinson (dernière image de mon message précédent) donne déjà une bonne idée du potentiel de cette perspective. 

Bon, il est vrai qu'ils ont autre chose à faire en ce moment avec l'analyse d'affleurements rocheux totalement inédits, n'ayant surtout plus rien à voir avec la "Formation Murray" parcourue et étudiée minutieusement depuis trois ans.  

Noter de plus qu'en raison d'un petit problème dans l'une des stations du réseau "Deep Space" de la NASA, toutes les opérations prévues le 19 septembre (sol 1820) ont été reportées au lendemain 20 septembre (sol 1821).

 

Deux images permettant de mieux situer le contexte global actuel :

 

 

679962FI1819S5.jpg

 

 

530299Parcourscuriosity181918sept.jpg

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
brizhell    2

Salut Daniel, merci encore pour ta persévérence et ton opiniatreté. :)

Les choses sérieuses commencent dorénavant.

 

Et bouche bée, je suis, devant ces nouveaux paysages (les lamines sont... superbes).

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

En venant sur ce site, vous acceptez nos Conditions d’utilisation.