Fourmi103

Actualités de Curiosity

Messages recommandés

Bonsoir,

Je me permet de lancer ENFIN le sujet concernant ce poids lourd spatiale qu'est le rover Curiosity, que l'on connaît aussi plus prosaïquement sous le nom de Mars Science Laboratory.

Voici la bestiole en question, plutôt imposante :

Je crois qu'ici la plupart sont assez bien renseignés sur la mission, en quoi elle consiste, etc. mais il est bon d'en parler brièvement .

Son but est simple : trouver des traces de vie fossile ou non sur Mars. Bien que ça soit l'intérêt principal de cette mission, cela ne m'intéresse pas vraiment, étant plus émerveillé par les paysages, l'aventure, le défi technique, les images. Toutefois il faut quand même le signaler. Ce rover sera capable de détecter la présence d'eau en sous-sol à l'aide d'une sorte de radar il me semble.

Le site d'atterrissage. Voici la carte que j'ai fait spécialement :

C'est le cratère Gale. Il a été choisi parmi de multiples candidats pour son intérêt géologique et son passé hydrologique fort (nombreuses traces d'écoulements fluviaux, traces plus récente avec notamment des gullies, un cratère "splotch" pas loin de l'ellipse d'atterrissage). Le pic central fait plusieurs milliers de mètre, cela promet de belles images. Et qui sait, le rover ira peut-être se percher à son sommet ?

Je me permet de citer simplement ce que j'ai écrit sur cette page toute belle toute neuve : http://www.db-prods.net/marsroversimages/curiositypresentation.html (notez le petit compte à rebours pour le lancement de la sonde à la fin de ce mois) :

Venons en maintenant au coeur du sujet car c'est l'objet de ce site : l'imagerie des rovers martiens.

Jamais sur Mars n'aura été embarqué autant de matériel d'imagerie, avec une telle puissance et une telle qualité. Si les caméras de Spirit et Opportunity étaient une belle évolution, celles de Curiosity sont clairement une révolution. Pas tellement au niveau de l'imagerie de navigation, car les mêmes NavCam sont embarquées par le rover, avec toutefois quelques menues amélioration par rapport aux précédentes dont un chauffage qui pourra permettre des prise de vue à température plus basse. Petit détail, mais qui a son importance : il n'y a pas une caméra pour chaque oeil, mais deux. En effet, si une caméra présente des défauts ou est endommagée, la suivante pourra prendre le relai. L'angle de champs ne change pas, avec 45°. Ces caméras sont situées à 1.9 mètre au dessus de la surface, contre 1.6 mètre pour MER). Focale de 14.67 mm, avec capteur CCD noir et blanc.

Non, le changement ne vient pas des NavCam, mais de caméras scientifiques. Il y en a deux, nommées MastCam (car montées sur le mât). Celles-ci embarquent tout d'abord des optiques de meilleure qualité que les PanCam de MER. La première caméra possède une focale de 34 mm fermée à f/8, procurant un champs de vision de 15 par 20° (légèrement plus large que Pancam). Cette dernière se nomme "Mastcam-34". La suivante possède un véritable téléobjectif, de 100 mm, fermé à f/10. Le champs de vision est de 5.1° x 6.8°. C'est la "Mastcam-100". Les capteurs sont aussi nettement meilleurs, offrant une résolution native de 1200*1600 pixels (contre 1024*1024 pour la Pancam). Les capteurs pourront délivrer une image en couleur, sans l'usage de filtres, grâce à la présence d'une CCD à matrice de Bayer. Toutefois, ce capteur pourra basculer en mode noir et blanc pour l'acquisition d'images en couleur via une roue à filtres colorés, et pour l'imagerie UV et IR. LE RVB par filtres sera possible avec les deux caméras, mais d'autres longueurs d'ondes ne seront disponibles que sur l'une ou l'autre des caméras. Enfin, cerise sur le gâteau, ces caméras offrent la possibilité de filmer véritablement la surface de Mars, en capturant des vidéos en HD 720p, à 8 images par secondes. Chaque caméra possède enfin une mémoire tampon de 8 Gigabits, permettant le stockage temporaire de 4.200 clichés bruts (format non compressé).

Voici les deux merveilles d'imagerie qui seront embarquées sur Mars.

Et voici où elles sont montées :

Que dire d'autres ? Que Curiosity, ou MSL comme vous voudrez, je propose Cury pour raccourcir, et ça sera raccord avec la source d'alimentation électrique du rover, à savoir des générateurs radio-isotopiques, une forme de radioactivité si je me ne trompe pas, où l'on utilise une dégagement de chaleur provenant d'une source radioactive pour générer un courant électrique. Cela est pas mal car le point faible des Mars Exploration Rover est leur alimentation par panneaux solaires, qui interdisent les déplacements nocturnes prolongés, le travail sous une atmosphère pleine de poussières et aussi le travail en conditions hivernales avec un Soleil bas. On devrait pouvoir profiter de magnifiques clichés au crépuscule ou à l'aube, voire de nuit.

Donc voilà, on se donne rendez-vous le 25 Novembre, à 15h25 heure légale française pour le lancement de Curiosity. Je vous proposerais de faire une animation sur un salon de discussion que je mettrais sur mon site, de façon à vivre intensément ce moment qui pourrait bien être historique.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Prem's, même si je ne connais presque rien de toutes ces missions

Si cet engin trouve des traces de vie fossilisées, tant mieux, mais s'il n'en trouve pas ? Est-ce qu'on pourra conclure pour autant qu'il n'y a jamais eu de vie sur Mars ?

Tiens au fait Damien, qu'est-ce que tu deviens ? Les affaires marchent bien ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Deuz!

Moi non plus je ne connais pas grand chose à cette mission Merci pour cette présentation du rover et de ses instruments! Il me tarde de voir son périple. Quand il sera sur Mars, ce sera déjà une bonne chose (il ne peut pas tracter l'autre sonde au passage? )

Une question comme ça C'est quoi la Chemcam, elle est encore plus grosse que les autres. On dirait un télescope

Antoine

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
S'il ne trouve pas de vie, il devra chercher le Sacré Graal.

Ce que je deviens ? Ce n'est pas le sujet pour en discuter mon cher .

Tracter quelle sonde Toinou ? Spirit est morte je te rappelle . Et Oppy va plutôt bien. Sinon la ChemCam c'est un instrument franco-américain, équipé d'un rayon laser pour ausculter les roches à distance (en leur tirant dessus comme dans n'importe quel film de SF) et dresser un portrait rapide de la composition des poussières, et par conséquent de la roche.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a plein d'instruments intéressants, sur Curiosity, normal, qu'il y ait quelques options à bord, à 2.5 milliards le modèle.

MAHLI (Mars Hand Lens Imager)
Ce microscope équipé d'une caméra CCD photographiera en couleur le sol ou le givre martiens avec une précision de 15 micromètres.

REMS (Rover Environmental Monitoring Station)
C'est la station météorologique de Curiosity. Rien ne lui échappera : pression atmosphérique, température, vitesse du vent, couverture nuageuse.

SAM (Sample Analysis at Mars)
C'est l'instrument fétiche des exobiologistes. Ce véritable mini laboratoire de chimie est équipé d'un chromatographe en phase gazeuse et d'un spectromètre de masse. SAM sera capable de détecter les molécules organiques, en particulier les acides aminés du sol martien, s'il existent. Attention, c'est pas stricto sensu la vie, mais bon, moyennant quelques hypothèses et comparaisons avec la vie terrestre, cet instrument serait crédible, si il y avait de la vie sur Mars.

DAN (Dynamic of Albedo Neutrons)
Cet instrument détectera l'hydrogène contenu dans les roches martiennes, et permettra aux scientifiques de déduire l'abondance d'eau du sous-sol, tout au long du parcours de Curiosity à la surface de la planète rouge. C'est ce que Fourmi103 appelle "un radar" ...

RAD (Radiation Assessment Detector)
Ce détecteur permettra de mieux comprendre l'impact des radiations sur Mars et montrer pourquoi il y a pas de vie sur Mars, ce qu'on sait, quand même, depuis 1976. L'équipe de RAD est fâchée avec l'équipe de SAM. RAD permettra aussi d'évaluer le taux de radiations cosmiques que supporteront de futurs équipages humains explorant la planète rouge... un jour... Il a été testé dans la station Mars 500...

Bref, une mission intéressante.

[Ce message a été modifié par Superfulgur (Édité le 13-11-2011).]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
quote:
moyennant quelques hypothèses et comparaisons avec la vie terrestre

Attention, Papa Gordon va venir te gronder !!...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ha ben oui tiens, comme ils ont pas trouvé le sacré Grahal sur Terre, ils en ont conclu qu'il était sur Mars Comment il s'est retrouvé là-haut, là faut pas trop en demander non plus !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Merci pour ces précisions!

Pour la sonde à tracter, je parlais du bazar russe qui nous tourne autour

Antoine

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Super le fourbe déclare > "Ce détecteur permettra de mieux comprendre l'impact des radiations sur Mars et montrer pourquoi il y a pas de vie sur Mars, ce qu'on sait, quand même, depuis 1976. L'équipe de RAD est fâchée avec l'équipe de SAM."

Pffff... Punaise.. N'importe quoi. Le rover est encore sur le plancher des vaches, et y fait déjà du mauvais esprit .

Les gars, n'en croyez pas un mot.. En passant, il faut quand même savoir que ce rover n'aurait certainement pas existé sans la perspective d'une mission humaine à l'époque où il a été conçu (comme MRO entre autres)..
Le détecteut RAD n'est pas sur MSL par hasard..

Ce détecteur devrait enfin fournir des relevés précis de radiations sur cette planète en termes de caractéristiques physiques dans les différents environnements rencontrés (dans l'espace ou en surface de Mars).

L’ambiance radiative créée sur Mars par le rayonnement cosmique et (occasionnellement) par les événements paroxysmiques solaires est influencée par deux facteurs : l’atmosphère et le sol. L’atmosphère, bien que relativement ténue, constitue un écran significatif, son épaisseur verticale représentant une masse d’environ 28 g/cm² de surface au sol, masse équivalente à celle d’un écran de 28 cm d’eau liquide. Le sol, quant à lui, a également deux effets opposés : géométriquement, il occulte la moitié de la sphère céleste, divisant ipso facto par deux la dose endurée dans le vide interplanétaire. Par contre, les particules parvenant jusqu’au sol peuvent réagir avec lui, conduisant à l’émission secondaire de neutrons ou de rayons gamma. La complexité de l’ensemble de ces phénomènes permet de comprendre la difficulté qu’il y a à prédire le dosage à attendre en surface et l’intérêt que présente l’expérience RAD.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Hé oui Daniel La France fait partie du voyage en quelques sortes, c'est pas mal hein ?

Superfouillé, merci pour ces détails additionnels sur les autres instruments embarqués.

Je me permet de rajouter "quelques" mots sur les autres caméras (car c'est ce qui m'intéresse avant tout). Evidemment c'est honteusement plagié depuis mon site, mais ça m'évitera de paraphraser sur le coup .

"N'oublions la caméra nommée "MAHLI" (Mars Hard Lens Imager) [dont Supergéologiste parlait] qui est un peu une loupe de géologue, qui embarque une caméra couleur dont l'objectif est entouré de LED pour éclairer la surface à imager. Contrairement à la Microscopic Imager des Mars Exploration Rover, cette caméra possède une distance de mise au point variable, de 20.4 mm à l'infini. Cela veut dire qu'elle sera capable de prendre des vues du paysages, à l'instar de ses consoeurs situées sur le mât. Car MAHLI est située sur le bras robotisé de Curiosity. Et avoir une telle caméra possédant une telle mobilité est vraiment un changement car on peut imaginer que celle-ci prendra des vues du rover d'au dessus, d'en dessous, etc. C'est aussi un instrument idéal pour examiner certains composants du rover. Possibilité d'effectuer des vidéo en 720p à 7 ips, et résolution native d'une image de 1200*1600 pixels, pour un champs de vision de 34° à 39° (selon le zoom employé).

Petite note sur une caméra qui fera parler d'elle lors de la séquence d'entrée, descente et atterrissage : la MARDI (pour MARs Descent Imager). Celle-ci est fixée sur le côté du corps du rover, pointée vers le bas, offrant un champs de vision large de 90°. Elle offrira des images de 1200*1600 pixels, et fera l'acquisition d'une vidéo de la descente à 5 ips, le tout en couleur avec un capteur RVB à matrice de Bayer. Le but de cet caméra est avant tout de déterminer très rapidement où s'est posée Curiosity en se reposant sur les images de la descente. Toutefois, elle pourra aussi prendre des vues du sol une fois la mission entamée.

Signalons enfin que l'avant et l'arrière du rover sont surveillées par des HazCam (Hazard Avoidance Camera), identiques à celles des MER, par paire, servant essentiellement à s'assurer que le terrain est carrossable et utilisées aussi par le système de navigation autonome, qui utilise aussi les Navcam."

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les commentaires d'un obscur chroniqueur :
http://www.franceinfo.fr/sciences-sante-curiosity/du-cote-des-etoiles/curiosity-la-nasa-lance-un-nouveau-robot-vers-mars-450579-2011-11-19

Il évoque une "sonde martienne "définitive"...

En effet, on a tiré quelques leçons des missions précédentse : Que ce soit le site (soigneusement choisi grace aux spectromètres des sondes MRO et Mars Express), l'autonomie permise par la RTG, les instruments particulièrement performants, le rover présente en effet des atouts incontestables..

Sauf que, handicap majeur, tout comme ses prédécesseurs, il ne pourra réaliser que quelques gratouillis dans la surface de Mars hyper-stérilisée par les radiations.. Et compte tenu de l'histoire de Mars, des dépots volcaniques et météoritiques.. c'est quand même "un peu" juste..
Dommage..

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui, mais le samedi à 16h02, après mon goûter, mes parents m'ont déjà contraint à faire la sieste..

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est le grand jour...
Le lancement est prévu à partir de 16h02, fenêtre de lancement jusqu’à 17h45.. Météo incertaine (comme toujours ou presque), 70% de chance de décollage. On a connu pire..

"Roll-out" vers le pas de tir, réalisé hier :

L'Atlas sur son pas de tir :

Gros plan sur la coiffe :

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les principales phases du lancement :

A 1mn52 > séparation des boosters, à 3mn25 > éjection de la coiffe, à 4mn27 > séparation premier étage, à 4mn37 > premier démarrage moteur de l'étage Centaur pendant 6mn52 pour hisser l'ensemble sur orbite de parking, à 31mn05 > redémarrage du moteur pendant 8mn pour injection vers la trajectoire martienne, à 42mn48 séparation du 2ème étage...

[Ce message a été modifié par vaufrègesI3 (Édité le 26-11-2011).]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Moins de trois quart d'heure avant le lancement ! Les réservoirs sont quasiment remplis de ergols liquide. Il fait un temps magnifique au dessus de Cape Canaveral, ça promet un beau suivi de Atlas V dans le ciel .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

A va pas partir...

Il y a de la fumée qui s'échappe d'un joint, à gauche, c'est marrant que personne s'en soye rendu compte.

Partira pas.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ca fume...

Regardez au miieu de la fusée : ya un joint.
Juste au niveau de ce joint, çà fume.

Une fumée très blanche qui part à gauche.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant