symaski62

Rosetta -100 jours :)

Messages recommandés

Un rapport de synthèse très détaillé du réveil de Philae sur le blog de Rosetta (en anglais) : http://blogs.esa.int/rosetta/2015/09/11/understanding-philaes-wake-up-behind-the-scenes-with-the-philae-team/
En résumé, la situation n'est pas très bonne, de nombreuses anomalies sont apparues au cours des quelques transmissions, les équipes peinent à les analyser.

Il est probable que les émetteurs et récepteurs de Philae pour les transmissions avec Rosetta ne sont plus pleinement opérationnels. Il n'est pas exclu que plus aucun contact n'ait lieu.

Bilan : 6 contacts en juin, et un dernier le 9 juillet qui a duré 22 minutes avec une durée sans interruption de 12 minutes, le record depuis le réveil ...

Bon, faut y croire quand même ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Pour un peu plus de détails sur les mois à venir :
quote:
The goal is to define the most promising strategy to contact Philae, to be applied after the far excursion when Rosetta is expected to approach the comet at distances much more favourable for communication. From a thermal and power perspective Philae should be able to operate until the end of 2015, so the attempts to get a signal will continue at least until then. The impact of the increased comet activity around perihelion is clearly unknown: only time will tell if and how Philae survived this.

Le but est de définir la stratégie la plus prometteuse pour contacter Philae, qui sera appliquée après l'excursion lointaine de Rosetta [à 1500 km à partir du 23 septembre] quand il est prévu qu'elle s'approche de la comète à des distances beaucoup plus favorables pour les communications. A partir d'investigations d'équilibre thermique et de puissance disponible, Philae devrait être capable de fonctionner jusqu'à la fin 2015 et les essais pour obtenir un signal continueront au moins jusqu'à cette date. L'impact de l'activité accrue de la comète autour du périhélie est clairement inconnu : seul l'avenir nous dira si et comment Philae a survécu.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Merci... pas moyen de rester discret!
Mais on a encore plein de boulot sur Rosetta et j'espère que d'autres nous rejoindront!
Sinon ce qui est sympa aussi à l'EPSC, c'est qu'ils ont une place dédiée aux amateurs (posters, sessions et frais réduits), donc c'est aussi pour vous!
(On sort un peu du sujet, désolé...: j'ai aussi discuté 1/2h tout à l'heure avec John Rodgers de la BAA, que les "jupitériens" connaissent bien )

Nicolas

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
quote:
C'est « une surprise totale ». La sonde européenne Rosetta a découvert de l'oxygène en abondance dans l'atmosphère de la comète « Tchouri ». À la suite de cette découverte, les scientifiques pensent qu'il faudra peut-être revoir les modèles sur la formation du système solaire. Cet oxygène moléculaire (O2) pourrait être plus ancien que notre système solaire, qui date de 4,6 milliards d'années, selon une étude publiée mercredi dans la revue britannique Nature. « Il s'agit de la découverte la plus surprenante faite jusqu'à présent autour de la comète » 67P/Tchourioumov-Guérassimenko, escortée depuis quinze mois par Rosetta, a estimé Kathrin Altwegg, de l'université de Berne (Suisse), l'un des auteurs de l'étude.
De l'oxygène dans une comète : une première !

C'est la première fois que l'on trouve du dioxygène - plus couramment appelé oxygène moléculaire - dans une comète, même s'il a été détecté dans d'autres corps célestes glacés comme les lunes de Jupiter ou de Saturne. « Il va peut-être falloir modifier nos modèles actuels sur la formation du système solaire, car, pour le moment, ils ne prévoient pas la présence d'oxygène moléculaire dans une comète », a déclaré André Bieler, de l'université du Michigan (États-Unis), coauteur de l'étude.
Le spectromètre Rosina, l'un des instruments clefs de la mission Rosetta, a réalisé des mesures des gaz entre septembre 2014 et mars 2015 alors que la comète 67P se rapprochait du Soleil. Rosina a trouvé près de 4 % d'oxygène moléculaire (rapporté à la vapeur d'eau H2O) dans le nuage qui forme la queue de la comète, selon l'étude. Ce taux est resté stable au fil des mois. Cela fait de l'oxygène le quatrième gaz cométaire, en importance, après la vapeur d'eau (H2O), le monoxyde de carbone et le dioxyde de carbone.

Le Point


Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Je ne comprends pourquoi on s'émerveillerait et on s'étonnerait autant d'avoir détecté "extra-muros" des molécules présentes sur Terre !

De l'oxygène, du sucre, de l'alcool ...

La Terre est un "produit" de l'univers, non ? Elle n'était pas à l'origine des combinaisons d'atomes .. ?
J'ai l'impression avec ces scoops que nous serions plus que jamais le centre du monde et que ces molécules ne pourraient éclore que là où se trouve "l'intelligence suprême" !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Je pense que la surprise vient de ce fait que ces molécules-là, oxygène gazeux (O2), sucres ou bien alcool ne se trouvent pas, sur Terre, à l'état "natif" mais sont issues d'une synthèse biologique.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
La différence avec la Terre, c'est que l'oxygène moléculaire, le sucre, l'alcool,... qu'on y trouve sont des produits de l'activité du vivant.
La ce qui est suprenant c'est de les trouver que ces mêmes molécules pouvaient être présentes avant l'apparition de la vie, mais aussi reidstribuent un peu les cartes quant à savoir de quoi on est parti pour former la vie sur Terre.

Nicolas

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Et ça va compliquer la définition de marqueurs spécifiques du vivant. De fait, par exemple sur Mars, ou dans l'analyse de l'atmosphère d'exoplanètes, désormais, on aura un doute sur l'origine biologique de molécules que l'on aurait pu croire propre au vivant.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Merci pour ces réponses qui tendent à montrer, mais là ce n'est pas un scoop, que rien n'est simple et définitif .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
http://www.lefigaro.fr/sciences/2015/10/28/01008-20151028ARTFIG00306-rosetta-detecte-du-dioxygene-dans-la-chevelure-de-sa-comete.php

Un autre article du Figaro, avec l’interview d’un de nos plus éminent astrosurfeur :

«C'est une découverte très surprenante, reconnaît également Nicolas Biver, astronome à l'Observatoire de Paris et spécialiste des comètes. C'est bien plus étonnant que la présence de sucres ou d'alcool, ou même que la présence d'argon, un gaz rare, détectée récemment par le même instrument. Cette fois-ci, c'est totalement inattendu. Personne n'avait réellement cherché à détecter du dioxygène jusqu'à présent tant cela paraissait improbable qu'il puisse y en avoir. Il va falloir reprendre pas mal d'observations faites par les télescopes spatiaux pour voir si cela ne pourrait pas modifier l'interprétation que nous avions des données. Il serait bon de confirmer cette présence sur d'autres comètes. Mais nous sommes de toute évidence devant une véritable énigme.»

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Oui, Tournesol, la mauvaise nouvelle, pour ceux qui espèrent trouver de la vie ailleurs, c'est ça : la difficulté de réfuter la présence de "bio marqueurs" dans les atmosphères des exoplanètes...

Tout le monde bosse là dessus, en ce moment...

Au point que maintenant, les exobiologistes ne disent plus chercher UNE planète à bio marqueurs, mais DES planètes à bio marqueurs, pour arriver à discriminer mieux ce qui relèverait de la chimie, de la géochimie, ou de la biologie...

On a pas fini d'annoncer la "découvertedelapremièreplanètehabitée", lol

S

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Je croyais que l'oxygène moléculaire était un des produits de la nucléosynthèse stellaire. Du coup je me demande si la grosse surprise n'est pas plutôt l'abondance d'oxygène :

quote:

« Ce qui est également particulièrement surprenant, c’est l’abondance de cet oxygène. On en trouve une grande quantité, jusqu’à 10 % de la vapeur d’eau, ce qui est dix fois plus que dans le milieu interstellaire », constate Olivier Mousis, cosignataire de l’article au Laboratoire d’astrophysique de Marseille. « Et c’est la galère pour l’expliquer ! », ajoute le chercheur.

Ou bien est-ce que c'est une question de distribution de cet oxygène dans la nébuleuse primitive, avec des modèles qui supposent que les régions de formation des comètes seraient pauvres en oxygène ?

J'imagine que Nicolas Bivier pourra éclairer ma lanterne.

Sinon oui, la quantité d'oxygène a pris un sacré coup de boost avec l'apparition des cyanobactéries. Il y a 3 milliards d'années l'atmosphère terrestre ne contenait probablement que des traces d'oxygène (<<1%) et aujourd'hui on est à 20% ... grâce aux cyano

jf

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Attention, il ne faut pas confondre oxygène atomique (et rapports d'abondance atomiques O/N/C/H) et oxygène moléculaire O2.
L'essentiel de l'oxygène reste sous forme H2O et CO2 dans les comètes, mais fabriquer en quantité significative O2 (plutot que H2O) dans le milieu interstellaire ou dans la nébuleuse protoplanétaire est le problème...

Dans un grand nuage d'hydrogène, si vous mettez 2 malheureux atomes de O, la chance pour qu'il se retrouvent et donne O2 est bien plus faible que de rencontrer deux H ou H2 pour donner H2O, de manière simplifiée

Nicolas

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant