jackbauer 2

Prédiction pour une nouvelle planète dans notre système solaire...

Messages recommandés

Leur travail est extrêmement intéressant car il propose des réponses plausibles à d'épineuses questions qu'on se posait jusqu'alors sur les orbites observées de certains corps du système solaire externe...
Pour la première fois, je trouve crédible cette hypothétique neuvième planète sur la base des arguments dynamiques qu'ils avancent
De surcroît c'est une hypothèse falsifiable par l'observation, même si ça revient encore à chercher une aiguille dans une tranche de meule de foin
C'est déjà moins pire que dans la meule entière...
Vraiment très intéressant !

[Ce message a été modifié par Alain MOREAU (Édité le 20-01-2016).]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Alain Moreau :
quote:
De surcroît c'est une hypothèse falsifiable par l'observation
Je dirais plutôt c'est une hypothèse "confirmable" par l'observation, un peu comme la matière noire ou la recherche d'ET . Si c'est confirmé c'est un grand succès, et en attendant ça reste une hypothèse plausible.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
C'est d'autant plus plausible que les "super-Terre" (des planètes d'une taille comprise entre celle de la Terre et celle de Neptune) sont le type le plus répandu dans les 2000 exoplanètes confirmées à ce jour. L'absence d'un tel monde dans notre système peut presque apparaitre comme une bizarrerie !
Reste que si cette planète est un jour découverte, on ne risque pas d'aller l'explorer de si tôt...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
"Je dirais plutôt c'est une hypothèse "confirmable" par l'observation"
Exact ChiCyg, car elle ne sera pas non plus falsifiable par l'inobservation

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
quote:
Des chercheurs américains ont découvert des indications selon lesquelles une neuvième planète, très grosse, existerait dans notre système solaire, ont-ils indiqué mercredi. L'objet, baptisé « Neuvième planète », aurait une masse d'environ dix fois celle de la Terre et serait sur une orbite vingt fois plus éloignée que celle de Neptune, qui évolue autour du Soleil à une distance moyenne de 4,5 milliards de kilomètres.
En fait, cette planète effectuerait une orbite complète autour du soleil entre 10 000 et 20 000 ans, précisent ces chercheurs, Konstantin Batygin et Mike Brown, de l'Institut de technologie de Californie (Caltec), qui ont fait cette découverte par le biais de modèles mathématiques et de simulations par ordinateur.
« Exaltant »
Si l'existence de cet objet, qui n'a pas été observé directement, était confirmée, il serait « la neuvième planète » de notre système solaire, a relevé Mike Brown, un professeur d'astronomie planétaire. « Il n'y a eu jusqu'à présent que deux planètes découvertes dans notre système solaire depuis l'antiquité et ce serait dans ce cas la troisième », a-t-il dit. « Il y a encore une grande partie de notre système solaire qui reste à découvrir, et c'est très exaltant », a poursuivi l'astronome.
Pluton a longtemps été considérée comme la neuvième planète du système solaire, mais a perdu ce statut car elle était trop petite. Elle est désormais classée comme une planète naine. La nouvelle planète découverte n'aura pas ce problème : sa masse serait en effet 5 000 fois celle de Pluton.
Le Point

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
quote:
Exact ChiCyg, car elle ne sera pas non plus falsifiable par l'inobservation

J'adore !!! Mssieur Moreau je suis fan

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Bonne prestation de notre SF sur BFMTV
Par contre, conclusion hâtive sur ce que à quoi pourrait ressembler cette hypothétique 9ème planète.
En effet, avec ses 10 masses terrestres ce n’est pas forcément une planète recouverte de glace, il peut très bien s’agir d’une mini-Neptune, un gazeuse !

Exemples dans le bestiaire d’exoplanètes découvertes avec Kepler dont la masse a pu être mesurée :

Kepler-103b : 9.7 masses terrestre, 5.14 rayons, densité 1.47
Kepler-94b : 10.84 masses terrestre, 3.51 rayons, densité 1.45
Kepler-30b : 11.30 masses terrestre, 3.9 rayons, densité 1.02

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Drame shakespearien si cet objet est observé : planet or not planet ? that is the big question
Si je comprends bien, s'il existe, ce corps n'a pas bien fait le ménage le long de son orbite vu que c'est par la présence de corps plus petits que son existence est inférée etpi son orbite loin du plan de l'écliptique rend son appartenance au système solaire un rien douteuse, en revanche sa masse attendue de 10 masses terrestres ferait pencher la balance (si j'ose dire) du côté de l'élection au titre de 9ème planète.

C'est le genre de discussion que j'adore, faudra sûrement réunir la commission de l'UAI pour qu'un conclave tranche la question et qu'un immense débat enflamme l'opinion , rien que pour ça il faut vraiment souhaiter qu'elle soit confirmée

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Je ne suis pas spécialiste en dynamique, mais je me pose quelques questions ou attend des nouvelles observations...:
- L'étude est basée sur l'orbite de 2 objets, 2012VP113 et Sedna - est-ce significatif et quid de l'objet annoncé au dernier DPS qui serait actuellement a 103 UA (http://astronomynow.com/2015/11/12/newly-discovered-dwarf-planet-is-solar-systems-most-distant-object/) - j'ai peut-etre raté sa numérotation officielle par l'UAI et sa première orbite ou les découvreurs se gardent encore pour eux l'objet... ? Est-il compatible
- La suposée planète serait à plus de 200 UA du Soleil: il faudra déjà le rappeler au journalistes (de Télématin par ex. qui ont pris la distance de Neptune pour distance de l'objet! On parle ici d'un objet à 200-700 UA voire plus soit plus de 30 à 100 milliards de km (pas 4.5 !)
- La répartition de la masse dans la nébuleuse protoplanétaire ne permettant pas de créer un objet de 10 Mterre à cette distance il est proposé qu'il y ait été éjecté au début - pourquoi (mais peut-etre que la réponse est données) ce mécanisme d'éjection n'aurait pas suffit a mettre Sedna et 2012VP113 là où il sont?
- Une neptune à 200 UA c'est magnitude 16 (aurai dû déjà être découvert?)
à 1000 UA -> magnitude 23 (limite des surveys actuels)... donc si l'objet était à moins de 1000 UA, on devrait bientot le voir, non?

Nicolas

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il est peut être déjà dans les données de gaïa?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le Verrier nous a déjà fait le coup : une fois avec succès, une autre fois de manière... moins convaincante

https://fr.wikipedia.org/wiki/Vulcain_%28plan%C3%A8te%29

j'attends une confirmation expérimentale avant de m'enthousiasmer en plus je crois avoir déjà entendu parler du truc et ça ne m'avait pas plus ému que ça...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Biver :
http://www.scpr.org/news/2016/01/20/56964/caltech-researchers-answer-skeptics-questions-abou/

Leurs calculs se basent sur la détection de 6 objets :

However, the initial research here is based on the orbits of just six objects -- each roughly the size of Los Angeles.
That's not a lot of evidence, said Laura Danly, an astronomer and curator with the Griffith Observatory.
"I think we'd want to see more observations of objects that share those strange orbital behaviors to help put more solid foundation on this hypothesis," she said.
The team at Caltech agree, and they said they'd love more data to work with. The problem is Kuiper Belt objects are very distant and hard to spot, so we don't have many known objects to examine

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
et en direct sur canal plus en ce moment
dans la nouvelle édition

[Ce message a été modifié par PETIT OURS (Édité le 21-01-2016).]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
J'essaie de résumer l'article http://iopscience.iop.org/article/10.3847/0004-6256/151/2/22/meta

Tout part de l'observation que les 6 objets connus ayant un demi-grand axe de leur orbite supérieur à 250 UA (dont Sedna) ont des longitudes de leur périhélie proches (les points rouges de la figure 2), c'est à dire que les points où ces objets approchent le plus du soleil ne sont pas uniformément répartis autour du soleil comme le voudrait le hasard mais regroupés, alors que les objets plus proches (moins de 50 UA) ont leurs périhélies réparties uniformément autour du soleil.

Les auteurs estiment que ce regroupement n'est pas un artefact, par exemple le fait d'avoir recherché ces objets dans une région particulière du ciel.

Leurs simulations montrent qu'un objet "perturbateur" pourrait expliquer ce rapprochement des périhélies. Les caractéristiques de l'objet et de son orbite sont assez lâches : plutôt au delà d'une masse terrestre (par exemple 10), une excentricité entre 0,4-0,5 et 0,8-0,9, un demi-grand axe entre 400 et 1500 UA et une inclinaison plutôt faible de l'ordre de 30°.

Ils notent que leur hypothèse n'explique pas le regroupement des périhélies observés sur les objets entre 150 et 250 UA, ni le manque d'objets observés avec des périhélies de 50 à 70 UA. Enfin ils essaient de justifier la présence d'un objet de 10 masses terrestres loin de toute zone de formation des planètes en supposant qu'il s'agit du noyau d'une (future) planète géante expulsé au moment de la formation du système solaire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
COUP DE THEATRE !
http://www.cieletespace.fr/node/20546

Un article tout frais sur le site de C&E nous apprend qu’une étude menée par des astronomes français pourraient mettre à bas l’hypothèse des américains !!

Extrait :

« …une étude sur le même sujet est en préparation à l'observatoire de Nice et l'IMCCE parisien. L'astronome Agnès Fienga travaille sur cette étude, qui devrait paraître dans les prochains jours ou semaines, et nous a fait part de ses doutes sur l'existence de la neuvième planète décrite par le Caltech. « Nous avons travaillé à l'aide des orbites de Saturne et Jupiter, obtenues par les données récentes de la sonde Cassini. Et nous n'arrivons pas aux mêmes résultats qu'eux » raconte la chercheuse Niçoise.
Ces données, encore en attente d'être finalisées, montreraient l'impossibilité de trouver une planète massive à une distance de moins de 1200 UA. Soit le maximum de celle de Caltech ! Deux études présenteraient donc deux résultats incompatibles… »

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ouais, mais en même temps de même que l'étude de Mike Brown et sa bande ne prouve pas l'existence de cette planète, je ne vois pas comment l'étude de Nice prouverait qu'elle est fausse. De toutes façons, les américains notent bien les limites de leur étude ce qui, une fois de plus, contraste avec la publicité qui en a été faite ...

Seul juge de paix l'observation, quoique ... on peut très bien trouver quelque chose, mais pas tout à fait assez massif ou pas vraiment sur la bonne orbite, ou ... genre "c'est pas sûr mais c'est quand même peut-être"

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Je vous laisse savourer la double bourde (distance, et taille contre masse) dans la dépêche du site français de la prestigieuse agence Reuters, source que reprennent en chœur la plupart de nos médias. Appréciez le correctif qui se prend les pieds dans le tapis.

CAP CANAVERAL, Floride (Reuters) - Correction. Bien lire au 2e paragraphe "à une cinquantaine d'unités astronomiques"

Le système solaire compte peut-être une neuvième planète, une dizaine de fois plus grande que la Terre, sur une orbite située bien au-delà de Neptune, la dernière planète aujourd'hui connue, selon une étude rendue publique mercredi.

Des simulations par ordinateur montrent que la mystérieuse planète, si elle existe bel et bien, est située à une cinquantaine d'unités astronomiques (la distance Terre-Soleil) de nous, ont indiqué des astronomes de l'Institut de technologie de Pasadena, en Californie.

On peut dire qu'on est informés précisément...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Salut thierry

Au sujet des UA, depuis que j'ai entendu un docteur de l'Université de Bourgogne déclarer sur un plateau de TV avec une audience importante (C+) à une heure de grande écoute qu' "une Unité Astronomique c'est la distance qui sépare le soleil de l'étoile la plus proche, proxima du centaure..."...

...Je ne m'étonne plus de grand chose...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ce matin, Jean Audouze sur France Cul : http://www.franceculture.fr/emission-l-invite-des-matins-sommes-nous-en-train-de-faire-des-plans-sur-la-comete-ralentissement-de
Le parallèle qu'il fait avec la découverte de Neptune par Le Verrier me parait pas tout à fait exact. La perturbation calculée par Le Verrier était beaucoup plus précise et permettait de situer la planète perturbatrice. Ici, c'est un peu différent, ce sont les modèles qui permettent de supputer la présence d'une éventuelle planète dont la masse et les paramètres de l'orbite sont très peu contraints, et encore moins sa position actuelle.

En revanche vers la 6ème minute, Audouze insiste sur les enjeux de fierté nationale : cette planète permettrait de remettre dans le ciel une 9éme planète américaine après le déclassement de Pluton auquel les américains étaient très opposés ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
C'est justement Mike Brown, en découvrant de nombreux objets transneptuniens, qui a provoqué le déclassement de Pluton, la seule a avoir été trouvée par un américain... Ce serait drôle qu'il remette le compteur à 9 !
Tout cela est anecdotique, place à l'observation !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant