yapo

quelques objets lointains d'été

Messages recommandés

Salut à tous !

Face à cette météo estivale qui ne vaut pas son nom, les statistiques observationnelles de mon séjour alpin pendant la 2ème quinzaine d'août demeurent honorables puisque sur 12 nuits de présence, 6 ont pu être partiellement ou totalement consacrées à l'observation céleste ! Nonobstant même la première nuit étoilée dont la fatigue du voyage m'a forcé à me priver... J'ai donc rapporté dans ma besace une trentaine de dessins rassemblant près de 55 objets : finalement pas trop mal pour un été pourri !

Je n'ai pas encore eu le temps d'exploiter cette matière brute alors je vous la propose telle quelle avec croquis et notes de terrain. Plus tard viendront sans doute les dessins remis au propre : je me tâte à les faire sur papier ou directement en informatique...:?:

Je vous propose de suivre mes pérégrinations nuit par nuit (une par réponse ci-dessous), le temps de les rédiger et les mettre en forme "a minima"… Vite lassé par les sentiers battus, je ne me suis laissé aller qu'à de rapides coups d'oeil sur M13, M57 et M51 (plutôt pour juger l'état de l'atmosphère) avant de plonger directement sur des cibles qui m'étaient inconnues (exotiques diront certains).

Yann

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Première session du 19 au 20 août, entre 20h45 et 01h30 TU [T=1 (mvlonUMi=6.8_25%), S=3 (G->200x), Q=2, N=3, Hu=4, V=0, temp=8°C] avec des passages nuageux épars au début qui deviennent envahissant vers la fin. Plus de détails sur le site et le télescope et [URL=http://www.astrosurf.com/ubb/Forum15/HTML/000242.html]http://www.astrosurf.com/ubb/Forum15/HTML/000242.html


Après M13, j'ai mis le cap directement vers un truc un peu difficile, histoire de voir si je n'étais pas rouillé par six mois d'abstinence, l'amas de galaxie Abell 2065 dans la Couronne Boréale. Je n'avais plus bien d'idée préconçue sur cette cible à part que les galaxies constituantes devaient être bien petites et faibles. Et c'est le cas : une seule a été vue floue alors que les autres sont quasi-indiscernables d'étoiles faibles !

Cinq membres ont été identifiés directement sur la carte fournie par Guide (j'ai toujours l'ordinateur branché sur le terrain) et le reste a été placé sur le croquis (à déméler plus tard ce qui est étoile de la Voie Lactée ou galaxie à 1 milliards d'année-lumière…). Toutes sont apparues "stellaires (m=16.0), extrêmement faibles, vues VI5.3 à 271x, observables de 271 à 426x".


Le croquis au T445 à 271x.

dessin papier au propre
DAAO annoté
DAAO pur
superposition croquis original / DSS-SDSS

J'y suis retourné le 23 août, car le ciel ne m'avait pas semblé au top à la première tentative et dans l'espoir qu'une nuit meilleure en révèle plus, mais sans succès. Sans doute que la transparence n'est pas un critère essentiel pour ces objets du ciel profond "stellaires" ou encore que la nuit n'était pas si mauvaise que cela en première instance…

Ensuite, non loin dans Hercule, ce fut au tour du duo intéractif NGC 6175 A & B de passer à la moulinette du Coulter. Là encore, la dualité fut difficile à apprécier tant la séparation angulaire est petite et la faiblesse de l'ensemble grande.

NGC 6175a - PGC 58362 (composante principale au N)
petite, faible, vue VI2 à 83x, observable de 83 à 426x, allongée, aux bords très flous, graduellement plus brillante vers le centre, de type b, en contact; difficile à séparer.

NGC 6175b - LEDA 200339 (composante secondaire au S)
très petite, extrêmement faible, vue VI5.4 à 271x, observable de 271 à 426x, circulaire, aux bords très flous, homogène, de type c, en contact; difficile à séparer.


Le croquis au T445 à 271x.

dessin papier au propre
DAAO annoté
DAAO pur
superposition croquis original / DSS-SDSS

Enfin, pour cette première soirée écourtée, mes dernières coches furent NGC 6285 & 6286 formant là encore un couple physique réel mais plus écarté que le précédent, dans la constellation du Dragon. Une 3ème galaxie, UGC 10641 à 5'SO par la tranche, n'a pas été décelée. Qu'à cela ne tienne, les différences morphologiques restaient esthétiques : 6286 dont le fin liseré galactique vu par la tranche se laissait deviner par intermittence et 6285 cotoneusement informe.

NGC 6285 : très petite, très faible, allongée, homogène
NGC 6286 : petite, très faible, vue par la tranche (fin trait par intermittence, sinon allongée), zone centrale plus brillante, noyau stellaire (m=15).


Le croquis au T445 à 271x.

dessin papier au propre
DAAO annoté
DAAO pur
superposition croquis original / DSS-SDSS

Les bancs de nuages et la forte humidité eurent finalement raison de mes dernières velléités et j'ai replié le matériel vers 3h du mat (HL), un peu déçu par ces conditions difficiles. Finalement, avec le recul, le résultats n'est pas si mal avec cet amas de galaxies aux frontières de l'observable…

[Ce message a été modifié par yapo (Édité le 14-11-2014).]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Oui... quand on cherche à profiter du ciel, il y a toujours de quoi s'occuper!
De mon côté, un Valdrome qualifié de "pas génial" pour certains (qui espèraient trop avoir un ciel chilien tous les soirs, sans doute ), m'a tout de même permis d'observer 9 nuits sur 11, du 19 au 29 aout au soir... sans compter les petites siestes nocturne un peu indispensables quand on a que 2 nuits complètes pour dormir...

Pour les résultats, il faudra peut-etre attendre un peu les mises au propres car à mon retour, 265000 spectres cometaires pris par Rosetta/MIRO pendant la même période m'attendent pour exploitation au plus vite...

En bref, C/2014 E2 x9 obs, C/2013 V5 x6 obs., M22 au T407 (un truc pour s'embeter a positionner des centaines d'étoiles... ), NGC1499, M1, et un lot de planétaires: NGC 7027, 7026, 6905, 6891, 6894, IC3536, Abell39, PK 64+15.1 et quelques temps a faire un peu de TDA sur du côté d'un 1m... mais sans dessin

Nicolas

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
On reconnait bien Yann, chercher des galaxies l'été, alors que la nôtre barre le ciel du nord au sud de sa lumière diffuse!!
Tu mets toujours tes "courts séjours" à profit pour faire de l'extrême "extrême"!! Que des cibles pour très grands diamètres pour qui a des yeux de taupe.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Une heureuse conjonction météorologique m'octroyait une nuit de répit (nuageuse) pour récupérer un peu de sommeil puisqu'après tout, les vacances devraient être d'abord reposantes. C'est donc 48 heures plus tard, du 21 au 22 août, que se profilait une nouvelle nuit astronomique.

Heure début 22h15TU
Heure fin 03h00TU
Météo T=1 (mvlonUMi=6.8_25%), S=3 (G->200x), Q=2, N=0, Hu=3, V=0, temp=3°C.

Appréciable concours de circonstances : un des deux lampadaires à éclairage direct de mon poste d'observation (dont je me protège par des baches) était éteint ! Et ce n'est pas de mon fait, je tiens à le signaler devant témoins, ayant été rappelé à l'ordre par la municipalité. Mon penchant pour le côté obscur étant relativement public car n'ayant jamais caché à mes voisins que je dévissait en période de nouvelle lune les éblouissants lumignons.

Je commencais par l'ésotérique nébuleuse planétaire Ethos 1 (PNG068.1+11.0) tirée du "Extremely Turquoise Halo Object Survey" dans la Lyre. "Très petite (entre étoile floue et très petite), extrêmement faible, vue VI5.4/271x (25% sans filtre), observable de 271 à 426x, circulaire, aux bords très flous, homogène, pas d'étoile centrale". Aucune réponse aux filtres n'a été notée : "UHC=0, OIII=0, Hß=0". Une bonne surprise sur cet objet découvert seulement il y a quatre ans ! (http://arxiv.org/abs/1012.3331).


Le croquis au T445 à 271x sans filtre.

dessin papier au propre
DAAO annoté
DAAO pur
superposition croquis original / DSS-SDSS

Comme cette galaxie passait peu ou prou au méridien, il était temps de pointer le Verseau pour découvrir NGC 7656, une galaxie déformée par intéraction entre deux ou trois corps galactiques (http://adsabs.harvard.edu/cgi-bin/bib_query?1992A%26A...259...43R). Malgré sa faiblesse, elle révélait son caractère inhabituel par une extension en éventail vers le Sud, tout juste soupçonnée pourvu que l'on sache de quel côté chercher.


Le croquis au T445 à 271x.

dessin papier au propre
DAAO annoté
DAAO pur
superposition croquis original / DSS-SDSS

NGC 7656
petite, très faible, vue VI3 à 83x, observable de 83 à 426x, irrégulière (éventail vers le S soupçonné), aux bords indélimitables, homogène, noyau excentré, de type b.

Ensuite, en remontant dans Pégase, une galaxie dont la spiralité avait été observée par Uwe Glahn dans un 400mm me donnait l'opportunité de tenter de faire de même : NGC 7741. C'était tout de même très délicat et si la barre centrale semblait évidente, les départ de bras spiraux très subtils demeuraient difficiles pour moi à extraire du halo galactique…

NGC 7741
moyenne, moyenne en éclat, vue VD3 à 83x, observable de 83 à 426x, ovale, aux bords très flous, zone centrale plus brillante, hallo de brillance homogène, pas de noyau, bras spiraux E et O, barre bien marquée E-O, de type b, spiralité vue VI5 à 125/200/274x.


Le croquis au T445 à 200x.

dessin papier au propre
DAAO annoté
DAAO pur
superposition croquis original / DSS-SDSS

Enfin, NGC 210 dans la Baleine m'offrait une dernière cible australe, elle aussi spiralée mais sans barre. Très difficile ici aussi de percevoir (plutôt que voir) la structure de ces bras fins et de saisir leur enroulement, pour laquelle il faut rester de longues minutes à l'oculaire sans s'interrompre d'intempestifs éclats de lumière rouge pour la retranscrire sur le papier.

NGC 210
assez grande, moyenne en éclat, vue VD3 à 83x, observable de 83 à 426x, ovale, aux bords indélimitables, graduellement plus brillante vers le centre, noyau stellaire, bras spiral O plus marqué, zone centrale allongée bien marquée N-S, de type c, spiralité vue VI5 à 200x avec portion de bras O la plus évidente suivie par le pont qui le relie au S de la galaxie et enfin le départ du bras N.



Le croquis au T445 à 200x. La petite galaxie dans l'encart est PGC 2454 (très faible) située un peu à l'écart du cadrage dans la direction indiquée par la flèche.

dessin papier au propre
DAAO annoté
DAAO pur
superposition croquis original / DSS-SDSS

Et c'en était fini de cette seconde nuit d'observation, terminée aux frontières de l'aube.

[Ce message a été modifié par yapo (Édité le 14-11-2014).]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Grâce à la météo capricieuse, une nuitée de repos séparait ma seconde et ma troisième session qui commençait le 23 pour se terminer le 24 août, nuit quasi-complète avec cependant une interruption due aux nuages venus envahir un ciel coronal entre 01h00 et 02h30 TU. Je profitais d'ailleurs à nouveau de cette occultation atmosphérique pour récupérer un peu de sommeil.

Heure début 20h15 TU
Heure fin 03h30 TU
Météo T=1 (mvlonUMi=6.8_25%), S=3 (G->200x), Q=3, N=3, Hu=1, V=0, temp=5°C

Lors de la première partie de nuit, je suis repassé sur les cibles observées les nuits précédentes afin de voir si les conditions (meilleures me semblait-il) pouvait permettre d'approfondir les choses, ce qui a été rarement le cas, sans doute à cause d'une turbulence un peu plus forte amenuisant le gain en transparence et en baisse d'humidité.

Après la pause sommeil-nuages de la mi-nuit, j'ai choisi de picorer le groupe de galaxies autour de NGC 7409. Groupe plutôt qu'amas car si quelques unes partagent des redshifts concordants, d'autre non, donc la perspective se mêle à la gravité pour proposer cet assemblage d'Univers-Iles. J'ai exhumé cinq taches floues du fond de ciel, allant du faible à l'extrêmement faible, dont une à double noyau, presqu'alignées dont la chaîne tenait tout juste dans le champ du speers-waler à 271x.

  NGC 7411 (1)
petite, faible, vue VI1 à 271x, observable de 83 à 426x, circulaire, aux bords indélimitables, graduellement plus brillante vers le centre, noyau stellaire, de type c.
  NGC 7415 + p69984 (2)
petite, très faible, vue VI3 à 271x, observable de 83 à 426x, allongée (séparée en deux noyaux VI5.1), aux bords très flous, graduellement plus brillante vers le centre,  (noyau du composant E stellaire), de type c, noyau dédoublé à 271x/VI5.1.
  LEDA 214877 (3)
très petite, extrêmement faible, vue VI5 à 271x, observable de 271 à 426x, informe, aux bords diffus, zone centrale plus brillante, de type c.
  PGC 69955 (4)
très petite, extrêmement faible, vue VI5.1 à 271x, observable de 271 à 426x, informe, aux bords diffus, homogène, de type c.
  NGC 7409 (5)
très petite, très faible, vue VI3 à 271x, observable de 125 à 426x, ovale, aux bords diffus, homogène, de type c.

Comme tout cela ne tenait pas dans le cadrage initial, j'ai du "mosaiquer" avec une seconde feuille de papier...



Les croquis au T445 à 271x.

dessin papier au propre
DAAO annoté
DAAO pur
superposition croquis original / DSS-SDSS

Ensuite, je me suis dirigé (enfin?!) vers une cible "brillante" :p : NGC 7640 dans Andromède. Cette longue spirale vue de 3/4 montre des soupçons de spiralité sous forme d'amorces et laisse une nette impression d'inégalité de répartition de la lumière entre les deux extensions, celle au N étant la plus importante. Une région HII, bien détachée de la masse principale, est observable comme une petite tache floue au large de l'extension Sud.

NGC 7640
assez grande, moyenne en éclat, vue VD2 à 83x, observable de 83 à 426x, effilée (soupçons de spiralité surtout dans l'extension N), aux bords très flous, zone centrale plus brillante, pas de noyau, de type c; renforcement à 3.7'S du centre, bien détaché, vu VI5.


Le croquis au T445 à 271x.

dessin papier au propre
DAAO annoté
DAAO pur
superposition croquis original / DSS-SDSS

Arrivé à 03h15TU, j'avais déjà débordé largement le crépuscule astronomique et Orion commençait à prendre de la hauteur lorsque j'ai cessé mon voyeurisme céleste.

[Ce message a été modifié par yapo (Édité le 14-11-2014).]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Hello
Il y a d'abord l'histoire, la description des objets, l'insolite.

Et puis vient les croquis super évocateurs.

Un régal de te lire.

Je suis ce post avec grande attention.
Jc

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Merci JC ! C'est vrai que chaque nuit est une histoire à la fois similaire aux autres dans ses grandes lignes mais toujours singulière dans la succession de paysages célestes admirés. Je ne suis pas très prolixe en terme narratif (notamment parce que c'est chronophage pour moi dans la conception des posts), mais j'espère que l'arpentage de "terrae incognitae" compense (ne serait-ce que pour montrer qu'il y aura toujours quelquechose d'autre à chercher).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Salut Yann,

toujours dans l'extrême, loin des sentiers battus.
Tes croquis accompagnés des commentaires sont des mines à surtout conserver.

Fred.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Yann,
Pourrais tu apporter les significations des abréviations dans les conditions meteos.

Également, je note dans la description des termes comme VD ou VI suivi d'un chiffre et d'un facteur de grossissement. A quoi cela correspond?

Ou bien si tu as un lien pour toutes ces abréviations.

Merci d'avance
Jc

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
JCB> J'ai un lien mais elles n'y sont pas toutes (la plupart sont des échelles "Ciel Extrême", http://www.astrosurf.com/cielextreme/echelle_CE.pdf, certaines sont personnelles, d'autres de Vincent LeGuern). Je les colle ici :

T = transparence (de 1 à 5)
mvlonUMi (VI % temps) = magnitude visuelle limite à l'oeil nu en vision indirecte en pourcentage du temps d'observation
Q = qualité de la nuit (échelle perso la plus subjective) de 1 à 5
S = seeing/turbulence de 1 à 5(échelle de danjon)
G= grossissement limite à partir duquel les étoiles ne sont plus "piquées"
Hu= humidité de 1 à 5
V = vent de 1 à 5
N = nuages de 1 à 5
temp= température
VD = vision directe
VI = vision indirecte (ou décalée)
le chiffre après, c'est l'échelle CE un peu modifiée comme suit pour le dernier palier
VI5.1 = objet vu 7% du temps (2 glimpses en 1')
VI5.2 = objet vu 5% du temps (2 glimpses en 5')
VI5.3 = objet vu 3% du temps (2 glimpses en 15')
VI5.4 = objet vu 1% du temps (2 glimpses en 30')
VI5.5 = objet soupçonné 1x

voilà, je crois qu'il ne manque rien pour décoder mes borborygmes

[Ce message a été modifié par yapo (Édité le 06-09-2014).]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Aaaaaah super Yann.

Du coup je me servirai de beaucoup de ces choses y compris dans ma prise de notes..

Et du coup....
J'ai remis le nez dans les articles de "ciel extrême" et me suis couché à 3h du mat!!!!!

EEst-ce qu'un jour on pourra avoir à nouveau accès aux archives ou c'est définitivement perdu?????

En tous ccas, grâce à ce précieux lexique, on apprécie d'autant mieux tes observations et certains détails ont du être vu à la limite de la perception


Dommage que ces objets de l'extrême ne peuvent être observés dans un 350.
Mais comme j'ai pu le comprendre, va venir le temps des neb planétaires, un peu plus dans mes cordes.

Jc

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Sisi, les archives de Ciel Extrême sont complètes, disponibles ici :


Pour le 350, faut essayer (parce que la différence de diamètre est faible surtout si la qualité optique est là -ce n'est pas le cas de mon côté), et il y a des cibles qui suivront plus "faciles" qui devraient être accessibles.


--------------------------
Enfin une deuxième nuit d'affilée pour étancher mon manque d'observation, mais celle-ci a été pour le moins chaotique (24-25 août). De fins nuages de haute altitude traversaient le ciel en début de soirée et s'évacuaient rapidement, mais ils revenaient insidieusement de 23hTU jusqu'à 01hTU, l'observation restant possible. Ensuite, le ciel s'est totalement dégagé. Ouf !

Heure début 20h00TU
Heure fin 02h30TU

Météo T=1 (mvlonUMi=6.8_10%), S=4 (G->125x), Q=4, N=3_BHA, Hu=0, V=0, temp=5°C

En guise d'apéritif, j'ai déniché la nébuleuse planétaire Abell 41 (PK 009+10.1) dans le Serpent, au look de Dumb-bell sur les images du DSS. Bien que située dans un champ riche de la Voie Lactée, elle n'était pas trop mélangée aux astres adjacents. Elle ne se distinguait cependant qu'avec l'aide du filtre OIII qui n'apportait pourtant qu'un léger mieux (mais qui fait toute la différence entre quelques glimpses et aucun).

PK009+10.1 / Abell 41
petite, extrêmement faible, vue VI5.1 à 271x (invisible sans filtre), observable de 125 à 271x, circulaire, aux bords très flous, homogène, pas d'étoile centrale, UHC=0, OIII=1, Hß=0.


Le croquis sans filtre au T445 à 271x.

[URL=http://www.astrosurf.com/cielextreme/ete-2014/pk009101a.jpg]dessin papier au propre
DAAO annoté
DAAO pur
superposition croquis original / DSS-SDSS


Le croquis avec filtre OIII au T445 à 271x.

dessin papier au propre
DAAO annoté
DAAO pur
superposition croquis original / DSS-SDSS

Comme mise en bouche, j'ai rajouté une cacahuète en l'occurrence dans le Sagittaire : Sa1-8 (PK020-05.1). Plus stellaire que la précédente, elle présentait cependant moins de difficulté de repérage car nettement mise en évidence par les filtres interférentiels. Conjonction amusante : un géostationnaire a traversé le champ de cette nébuleuse à 21h39TU (ou plutôt le suivi altaz manuel de la nébuleuse m'a conduit à pointer ce satellite) et il clignotait. Si un spécialiste du domaine peut m'indiquer son identité, je suis preneur (alt.29.3°, az.202.1° à peu de choses près).

PK020-05.1 / Sa1-8
stellaire, faible (pas de couleur), vue VI1 à 83x (visible avec et sans filtre), observable de 83 à 426x, stellaire, aux bords bien définis, centre plus brillant, pas d'étoile centrale, UHC=2, OIII=3, Hß=-1, spectre faible et peu remarquable.


Le croquis au T445 à 271x.

dessin papier au propre
DAAO annoté
DAAO pur
superposition croquis original / DSS-SDSS

Le hors d'oeuvre suivant était constitué par la "Necklace Nebula" (nébuleuse du Collier) ou plus brutalement PNG054.2-03.4 située dans la Flèche et placée un peu plus haut dans le ciel. Rien de particulier sur cette très petite nébuleuse extrêmement faible, tout juste floue, si ce n'est une réponse correcte aux filtres interférentiels. Bien sûr, pas question pour moi de voir les FLYERS qui couronnent cette nébuleuse sur les images du HST (http://en.wikipedia.org/wiki/Necklace_Nebula), pour lesquels il faudrait certainement le double de diamètre instrumental...

PNG054.2-03.4 / Necklace
très petite, vue nettement floue quand elle est visible (influence de l'étoile proche?), extrêmement faible (pas de couleur), vue VI5.1 à 271x (visible également avec OIII qui met en évidence), observable de 200 à 426x, circulaire ou ovale, aux bords diffus, centre plus brillant (soupçonné), pas d'étoile centrale, UHC=1, OIII=2, Hß=0.


Le croquis au T445 à 271x.

dessin papier au propre
DAAO annoté
DAAO pur
superposition croquis original / DSS-SDSS

Ensuite, comme il était temps de passer à l'entrée, je me suis dirigé vers une autre perle cosmique, Vy2-3 (PK107-13.1) dans Andromède, quasiment dans le "trou noir" du dobson à sa verticale, située non loin de la célèbre boule de neige bleue NGC 7662. Une belle NP stellaire de 13ème magnitude qui répond parfaitement aux filtres mais qui ne m'a pas montré sa nature nébuleuse même à fort grossissement (426x).


Le croquis au T445 à 271x.

dessin papier au propre
DAAO annoté
DAAO pur
superposition croquis original / DSS-SDSS

Vy2-3 / PK107-13.1
stellaire, faible (pas de couleur), vue VI1 à 83x, observable de 83 à 426x, stellaire, aux bords bien définis, centre plus brillant, pas d'étoile centrale, UHC=2, OIII=3, Hß=-1.

Ma faim restant insatisfaite suite à cette poignée de cacahuètes planétaires, une collation s'imposait. Le couple de galaxie NGC 7537 & NGC 7541 dans les Poissons s'offrait à l'oculaire. Physiquement liées, elles n'étaient séparées que de 3' et montraient un allongement comparable et une orientation spatiale quasi-parallèle : un beau duo !

NGC 7537
petite, faible, vue VI1 à 83x, observable de 83 à 426x, effilée, allongée au début de l'observation mais s'affinant avec le temps passé à l'oculaire, aux bords très flous, graduellement beaucoup plus brillante vers le centre, type b.

NGC 7541
moyenne en taille, moyenne en éclat, vue VD3 à 83x, observable de 83 à 426x, effilée, allongée au début de l'observation mais s'affinant avec le temps passé à l'oculaire, aux bords très flous, graduellement légèrement plus brillante vers le centre, type b.


Le croquis au T445 à 271x.

dessin papier au propre
DAAO annoté
DAAO pur
superposition croquis original / DSS-SDSS

Nullement rassasié, le dessert s'est constitué autour d'IC 1505 et du couple Arp 295, zone où j'ai distingué un rassemblement de sept galaxies. Les trainées rectilignes de l'objet d'Arp n'ont pas été observées (il faudrait sans doute le 1m de Stellarzac pour cela), mais cet assemblage hétéroclite mérite que l'on s'y attarde, à la recherche des faibles compagnons qui trainent dans le champ (20').

PGC 72155 (B)
moyenne, faible, vue VI3 à 83x, observable de 83 à 426x, allongée, aux bords très flous, homogène

PGC 72139 (A)
moyenne, très faible, vue VI3 à 83x, observable de 83 à 426x, effilée, aux bords très flous, homogène

PGC 72133 (D) / IC 1505
moyenne, faible, vue VI3 à 83x, observable de 83 à 426x, circulaire, aux bords indélimitables, graduellement plus brillante vers le centre, de type b

2MASXJ23420451-0334508 (C)
petite, extrêmement faible, vue VI5 à 271x, observable de 271 à 426x, circulaire, aux bords indélimitables, homogène

2MASX J23411291-0337538 (F)
très petite, extrêmement faible, vue VI5 à 271x, observable de 271 à 426x, circulaire, aux bords indélimitables, homogène

2MASXJ23412885-0331266 (E)
petite, extrêmement faible, vue VI5.3 à 271x, observable de 271 à 426x, circulaire, aux bords indélimitables, homogène


Le croquis au T445 à 200x. La galaxie en encart se trouve légèrement décalée à l'extérieur du cadrage.

dessin papier au propre
DAAO annoté
DAAO pur
superposition croquis original / DSS-SDSS

Comme les nuisances naturelles ne sont pas suffisantes (loi de Murphy), une étoile filante a osée traverser le champ de l'oculaire alors que je scrutais ce faible groupe de galaxies : un comble que de se retrouver ébloui quelques instants par un gravier spatial perturbateur qui n'est appréciable qu'à l'oeil nu ! Suite à cette dernière observation, j'ai regagné mes pénates loin de l'indigestion mais pour une bonne sieste post-prandiale.

[Ce message a été modifié par yapo (Édité le 14-11-2014).]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Nuit avortée qu'on pourrait l'appeler celle là (25-26 août)! Pourtant précédée d'une magnifique journée au ciel coronal bleu profond immaculé, elle a héritée d'un coucher de soleil où quelques nuages légers se profilaient dans les rougeoiements crépusculaires. Ensuite, ces nuages ne sont malheureusement pas restés cantonnés à l'horizon Ouest mais ont progressivement envahis tout le ciel pour interrompre trop prématurément les observations.

Heure début 20h00TU
Heure fin 21h45TU

Météo T=1 (mvlonUMi=6.8_10%), S=4 (G->125x), Q=4, N=3_BHA, Hu=0, V=2, temp=5°C; BHA et passages nuageux en début de session qui s'accentuent vers 21hTU

Une seule cible a été pointée cette soirée là, NGC 6439 dans le Sagittaire, encore une nébuleuse planétaire stellaire pas trop affectée par les nuées affaiblissantes dont la proximité d'avec une étoile de m=10 offrait un bon contraste. Là encore, l'excellente réponse aux filtres interférentiels de la cible permettait un repérage aisé parmi un champ stellaire fourni.

NGC 6439
stellaire, faible (m=13), vue VI1 à 83x, observable de 83 à 426x, stellaire, aux bords bien définis, centre plus brillant, pas d'étoile centrale, UHC=2, OIII=3, Hß=-1.


Le croquis au T445 à 271x.

dessin papier au propre
DAAO annoté
DAAO pur
superposition croquis original / DSS-SDSS

Ensuite, l'horizon Sud ayant été complètement envahi, il restait le zénith et un peu de ciel au Nord-Ouest, en tout cas suffisamment de ciel pour pointer Hercule, M13 et … IC 4617, la petite galaxie la plus proche angulairement observable de M13. Très facile à repérer grâce au parallélogramme d'étoiles faibles qui la jouxte, elle reste difficile à observer même si l'orientation de son allongement est décelable.

IC 4617
très petite, extrêmement faible, vue VI5 à 271x, observable de 200 à 426x, allongée, aux bords indélimitables, homogène, de type c.


Le croquis au T445 à 333x.

dessin papier au propre
DAAO annoté
DAAO pur
superposition croquis original / DSS-SDSS

Et puis voilà, ils étaient là, partout, ces satanés bancs de nuages élevés, à cacher les étoiles. Pfffff, bon j'ai été me coucher en laissant tout en place, espérant secrètement que le voile se lève quelques heures plus tard. Mais à 00h30TU, le ciel toujours bouché me laissait terminer ma nuit de sommeil. Et à 9h du matin, réveillé, je sprintais jusqu'au télescope pour le bâcher sous les premières gouttes de pluie d'une journée qui allait s'avérer maussade, l'eau rinçant au passage mes oculaires et humectant mon "sonotube" en papier...

Quand ça veut pas, ça veut pas !

[Ce message a été modifié par yapo (Édité le 14-11-2014).]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Que j'aime ces croquis "de terrain". Vriament ma préférence par rapport aux trucs finalisés sur informatique.
Et pi ça c'est du CROA : des ciblounettes pour la plupart pas possibles, observation de aut vol, de la précision dans la description, des données, et de superbes croquis.
Ca me réconcilie avé le genre CROA dont je ne suis généralement pas grand fan.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Merci Serge.

C'est vrai qu'un croquis (plus que toute autre chose), ça "sent" le terrain. Perso, je trouve que ça sent d'ailleurs trop le terrain et le gars qui griffonne, tu as plus l'impression d'être au dessus de l'épaule du dessinateur à la regarder dessiner. L'avantage (s'il y en a un) du "tout-léché" informatique, c'est une impression de réalité objective impersonnelle qui permet (peut-être) à tout un chacun de se rendre compte de ce qu'est l'objet observé.

Certainement que les deux versions sont à proposer pour les tenants de l'art et pour ceux qui cherchent à se faire une idée précise (avec toute la palette des intermédiaires bien sûr). Promis, dès que j'ai fait les remises au propre, je re-fâche Serge avec les croas. ;-)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Coucou
Ah la vache, ça rigole pas, c'est du sérieux, sûr, je reviendrai plus souvent!

Bonne journée.

GG
sans myrtilles, lui

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Salut Yann !

Content que tu ais pu voir tout çà cet été ! Ethos 1 je l'ai vu passer en photo celle-là je ne savais pas qu'elle était tentable visuellement.

De belles cibles exotiques en tout cas, çà me rappelle la grande époque de Ciel Extrême

Amitiés,

Laurent Ferrero

[Ce message a été modifié par laurent13 (Édité le 08-09-2014).]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Et oui Laurent, Yann est vraiment un extrémiste... A surveiller!
Heureusement son canon ne balance pas d'obus, il avale juste les photons.

Ce garçon ne devrait pas vivre en région parisienne, ça nous prive presque toute l'année de cibles improbables!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Bertrand> y a pas, le diamètre, ça parle...

GG> les myrtilles (comme toute la flore) était en retard pour cause de météo alpine de juin-juillet vraiment pourrie, donc je ne me suis pas trop dopé cette année, en tout cas moins que certaines fois

laurent> merci, y a aussi une belle continuation de ciel extrême sur ton blog que je suis régulièrement

maïcé> je peux te retourner le compliment, tu devrais pouvoir demander ta mutation pour les causses, non ? (bon faut déménager Teepee aussi, mais on a rien sans rien...) si il n'y avait que moi, je deviendrais ermite dans le Queyras sans problème (boufferais des myrtilles l'été et civet de marmotte l'hiver), mais avec femme et enfant, c'est complexe...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Salut Yann.

J'ai suivi tes croas sur le forum Ciel Extrême où j'ai fait mes commentaires sur tes observations de l'été.

Mais je m'en voudrais de ne pas ajouter ma voix à celles des autres qui sont intervenus sur ce post pour te dire comment j'apprécie tes rapports détaillées et inspirants sur ces objets à la limite de l'observation visuelle ... objets que j'affectionne tout particulièrement moi-même.

Tes craos sont toujours une source de grande motivation pour moi. J'ai ajouté ces objets à ma liste des cibles à faire ... j'en ai pour des années.

Un GROS BRAVO pour ces observations et un GROS MERCI pour le partage détaillé et inspirant.

Bye,
Michel

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Merci Michel !

Enfin un début de nuit idyllique (en tout cas typique de mon site) : du grand bleu le soir et un début de nuit cristallin ! En tout cas, nuit parfaite jusqu'à 01hTU lorsque des voiles nuageux de haute altitude traversent le ciel et entrainent peu après l'arrêt des observations. C'était le genre de nuit qui offre un compromis entre l'observation et le sommeil, entre la fatigue et le repos. Une nuit pas totalement blanche en fait dont l'astronome amateur et le vacancier ne ressortent pas entièrement satisfaits, mais dont quelqu'un de raisonnable peut s'estimer comblé.
8)

Date fin 27-28 août 2014
Heure début 20h00TU
Heure fin 01h45TU

Météo T=1 (mvlonUMi=6.8_25%), S=2 (G->273x), Q=1, N=0, Hu=1, V=0, temp=8°C

Un petit trio de galaxies dans la constellation d'Hercule ouvrait le bal de la soirée. Entre NGC 6348 et NGC 6350 s'immisçait LEDA 91591, le tout aligné de manière parfaitement rectiligne et à égales distances. Par contre, je n'ai pas noté de particularités morphologiques si ce n'est le léger allongement de la dernière citée.

NGC 6350 (A)
petite, brillante, vue VI1 à 83x, observable de 83 à 426x, circulaire, aux bords indélimitables, graduellement plus brillante vers le centre, noyau stellaire (m=13), de type c.

NGC 6348 (B)
très petite, moyenne en éclat, vue VI2 à 83x, observable de 83 à 426x, circulaire, aux bords indélimitables, graduellement plus brillante vers le centre, noyau stellaire (m=14), de type c.

LEDA 91591 [C]
très petite, extrêmement faible, vue VI5.4 à 271x, observable de 271 à 333x, allongée, aux bords indélimitables, homogène, de type c,


Le croquis au T445 à 271x.

dessin papier au propre
DAAO annoté
DAAO pur
superposition croquis original / DSS-SDSS

Les amas globulaires du catalogue Palomar ne sont pas des cibles aisées et celui-là ne dérogeait pas à la règle. Palomar 10 dans la Flèche est vraiment difficile à sortir du fond de ciel et il est difficile de déterminer le grossissement optimal pour sa détection : il faudrait grossir plus pour "assombrir" le fond de ciel, mais pas trop car l'on s'éloigne alors du grossissement optimal (33-60x pour cet objet), le cercle vicieux… Il faut bien savoir où il se situe par rapport au champ stellaire pour poser sa vision décalée au meilleur endroit et cumuler les glimpses. Difficile de dire si les très faibles étoiles qui s'en détachent (un triangle notamment) lui appartiennent ou font parties de la Voie Lactée…

Palomar 10
taille moyenne, extrêmement faible, vu VI5.3 à 125x, observable de 83 à 271x, circulaire, aux limites très floues, bords nébuleux, pourtour nébuleux, centre nébuleux (quelques étoiles éparses résolues), condensation centrale nulle, étoiles les plus brillante de m=14.


Le croquis au T445 à 125 et 200x.

dessin papier au propre
DAAO annoté
DAAO pur
superposition croquis original / DSS-SDSS

Ensuite, ce fut au tour de la très bonne surprise du séjour : un objet peu connu, original, quasi-invisible sur le DSS et pourtant relativement facile à voir ! Wr 134 est une bulle gazeuse soufflée par une étoile de type Wolf-Rayet située dans le Cygne, pas trop loin de sa consoeur du Croissant (NGC 6888). Bien sûr, le filtre OIII était vital et son usage a révélé un grand arc de cercle nébuleux très faible quand même et quelques zones plus contrastées apparaissaient avec de l'attention. Le champ stellaire très riche n'a pas été rendu dans son intégralité mais j'ai fait un "sondage" (encadré sur le croquis) à plus fort G pour établir la limite de magnitude ce qui m'aidera lors de la réalisation du dessin final.

Sans trop y croire, j'ai troqué le Nagler de 16mm équipé de l'OIII contre l'Hyperion de 5 muni du spectroscope Rainbow Optics (ma configuration pour la spectro visuelle) en vue d'une recherche de l'étoile responsable de cette bulle. Et j'ai déniché deux candidates potentielles aux spectres à raies d'émission, la première éloignée vers l'ESE et la seconde plus proche dans un serpentin d'étoiles (SP1 sur le croquis). C'est cette dernière qui se révèle être Wr 134 d'après les sources, l'autre étant V1042 Cyg également de type WR. Vraiment un champ intéressant pour le chasseur-spectroscopiste de restes stellaires !

Wr 134
grande, très faible (avec filtre, quasi-invisible sans), vue VI1/83x (avec filtre OIII, VI5.3 à 83x sans filtre), observable de 74 à 200x, croissant, traînée, aux bords très flous, renforcements (par endroits, mais très subtils), UHC=0, OIII=2, Hß=0, nébuleuse de type E.


Le croquis au T445 à 83 et 125x, avec et sans filtre OIII. SP1 est le spectre à 400x de la "centrale" de type WR avec des lignes d'émission plus bleues que l'OIII.

dessin papier au propre
DAAO annoté
DAAO pur
superposition croquis original / DSS-SDSS

On pourra se référer à l'excellente image de Lionel MULATO (https://sites.google.com/site/lionelmulato/Imagerie-CCD/wr134-ring-nebula---hd191765) pour identifier ce qui est visible en OIII (en bleu).

Dans la continuation des étoiles à lignes d'émission, GM 2-39 encore dans le Cygne, était une cible à tenter. Autour d'une faible étoile, un halo nébuleux restreint se devine, auquel les filtres interférentiels usuels ne rendent aucun service. Contrairement au cas précédent, le spectroscope ne montre rien de probant, certainement à cause de la faiblesse d'éclat de la "centrale" (m=14 environ).

GM 2-39
très petite, faible, vue VI1/83x (quand on sait où elle est car très petite), observable de 83 à 426x, ovale, aux bords très flous, centre plus brillant, centrale de m=14.5, UHC=-1, OIII=-1, Hß=-1, nébuleuse de type R, étoile centrale au spectre trop faible pour être exploitable.


Le croquis au T445 à 271x.

dessin papier au propre
DAAO annoté
DAAO pur
superposition croquis original / DSS-SDSS

Comme dernière cible avant que le début de nuit idyllique ne s'interrompe prématurément,
j'ai pointé le noyau de galaxie actif de type quasar RX J2327.3+1524 dans Pégase. Cette mini-galaxie possède les principales caractéristiques de sa classe : galaxie se détachant autour d'un noyau stellaire dominant assez faible tout de même.

RX J2327.3+1524
très petite, assez faible, vue VI3 à 83x, observable de 83 à 426x, circulaire, aux bords très flous, graduellement plus brillante vers le centre, noyau stellaire, de type c.


Le croquis au T445 à 271x.

dessin papier au propre
DAAO annoté
DAAO pur
superposition croquis original / DSS-SDSS

Et ensuite, les nuages sont arrivés : c'est marrant comme les fins de nuits de ce séjour se ressemblent…

[Ce message a été modifié par yapo (Édité le 14-11-2014).]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant