Contacter l'auteur / Contact the author

Recherche dans ce site / Search in this site

 

Archéoastronomie

L'Univers Indou.

L'Univers Indou: tortue, éléphant et serpent portent le monde. Peinture de Helmut K.Wimmer/Hayden Planetarium.

Les grandes civilisations (III)

En Chine

En Chine[5], vers 2600 avant notre ère, l'observation du ciel était au service de l'empereur et de l'astrologie. Les Chinois croyaient que le ciel était organisé à l'image de leur société. Il abritait donc des êtres vivants. Ainsi, l'Empereur habitait dans un Palais supérieur, situé sur l'Étoile Polaire, veillant de là haut sur ses sujets. Jupiter, le Gouverneur Vert gérait le printemps tandis que les autres planètes assuraient des fonctions administratives. Cette mythologie subsistera jusqu'aux contacts avec l'Occident.

Le plus grand astronome de l'Empire du Milieu fut Tcheou Kong, le frère de l'empereur Wou Wang qui vécut au XIe siècle avant nore ère. Il fit bâtir un observatoire dans la ville de Honan-fu, détermina la position des solstices, découvrit la latitude et déduisit l'inclinaison de l'axe de la Terre au moyen d'un gnomon.

Bien que Confucius (VIIe avant notre ère) nous ai légué des recueils d'astronomie rendant compte des phénomènes célestes, en particulier des éclipses solaires, c'est surtout à partir du IVe siècle avant notre ère que les astronomes de la cour impériale déterminèrent les dates des solstices et des équinoxes, les éclipses, le passage des comètes, l'apparition des novae et des taches solaires.

Un peu plus tôt, en 460 avant notre ère, ils avaient déjà découvert que l'étoile Polaire décrivait un petit cercle sur la voûte céleste (cf. cette photo exposée deux heures), mais il faudra attendre Tsu Chong, en 66 de notre ère pour découvrir le balancement de l'axe de la Terre, la précession des équinoxes, soit deux siècles après la découverte d'Hipparque.

Au VIIIe siècle de notre ère, Huang Ti, dit l'Empereur jaune, introduisit le cycle lunaire de 19 ans et tint compte de mois intercalaires dans son calendrier chinois, un peu comme nous tenons compte d'années bissextiles pour maintenir la cohérence entre notre calendrier et le cycle de révolution de la Terre autour du Soleil.

Toutefois les Chinois seront les moins bons mathématiciens de l'Antiquité, car bien qu'ils connaissaient le système numérique décimal, ils travaillaient sur abaque et divisaient le cercle en 365.25 parties plutôt que 360, par référence au cycle de leur calendrier.

Ceci dit, ils furent de fameux inventeurs et artisans et nous léguèrent de nombreux instruments de mesure, tels le sablier, la boussole, le niveau, le compas et l'abaque, sans parler de la poudre à canon, du papier, de l'encre et de la soie[6]. Malheureusement l'astronomie périclita pendant la dynastie Ming, entre le XIVe et le XVIIe siècle. C'est avec l'arrivée des Jésuites que l'astronomie chinoise trouva un second souffle à partir de 1629.

En Inde

L'astronomie indienne se démarqua également au début de l'ère chrétienne. Deux époques marquent son histoire.

Antérieurement au IVe avant notre ère, les concepts astronomiques indiens sont mêlés de mythologie (astrologie) et il faudra attendre les expéditions militaires d'Alexandre le Grand en 325 avant notre ère pour que les idées grecques pénètrent en Inde, déjà fort en avance en mathématiques (cf. 1 et 0, de sacrés numéros).

Les Siddhânta représentent les plus anciens traités d'astronomie, dont le premier livre remonte au Ve siècle après Jésus-Christ. Ces recueils consignent les procédures permettant de déterminer la position des étoiles et des planètes brillantes ainsi que la construction des instruments de mesure du temps et des positions planétaires. Parmi ceux-ci plusieurs sont très connus des astronomes : la clepsydre à eau, le gnomon ou le zodiaque lunaire.

A gauche, une vue générale de l'observatoire de Jantar Mantar, à Jaipur, au Rajasthan, en Inde, rassemblant 19 instruments astronomiques visuels dont 12 cadrans (un premier à l'avant-plan), 2 scaphés (au centre en blanc) et un gnomon de 27 m de haut (au fond en rouge avec le côté incliné). A droite, vue rapprochée du cadran solaire avec les cadrans ouest et est sur lesquels se projète l'ombre du gnomon. Documents Pictures of Rajasthan. Par comparaison, voici la version moderne du cadran solaire incurvé de Bergame, en Italie, et le modèle incliné de Londres.

Un site astronomique antique particulièrement bien conservé est l'observatoire de Jantar Mantar ou observatoire de Jai Singh II de Jaipur situé à 300 km de Delhi, au Rajasthan, datant du XVIIIe siècle. Inspiré de l'ancien observatoire édifié à Delhi par Jai Singh II, il comprend 19 instruments de mesure, tous purement visuels, dont un double astrolabe (Yantra Raj), 2 scaphés (Jaya Prakash Yantra, les ancêtres du cadran solaire), 12 cadrans (Rashivilaya Yantra) et un cadran solaire dont le gnomon (Brihat Samrat Yantra) de 27 m de haut est capable de donner l'heure solaire avec une précision de la demi-seconde.

Du point de vue scientifique, l'oeuvre la plus intéressante est celle de l'astrologue Varaha-Mihira. Datant du VIe siècle, elle décrit le phénomène des taches solaires, les comètes, les météores, la forme circulaire de la Terre et de la Lune, les éclipses, les occultations d'étoiles et de planètes par la Lune, les phénomènes météos, bref quantités de sujets qui relèvent de l'observation. Malheureusement, plus concerné par l'harmonie transcendantale des êtres avec la nature que par la science, leur astronomie ne devint jamais une science physique.

En Amérique centrale

Mayas et Toltèques

Entre-temps, entre 250 et 950 de notre ère, les Mayas du Yucatán, au Mexique, comptèrent parmi les civilisations précolombiennes les plus raffinées, à l'apogée de leur culture. C'est durant cette période dite classique que les Mayas inventèrent l'écriture hiéroglyphique et bâtirent les grandes pyramides ainsi que les fameux temples funéraires (Tikal, Palenque, etc).

Fins observateurs et calculateurs, ils transformèrent les mouvements du Soleil, de la Lune et des planètes en cycles mathématiques, utilisant le concept de zéro bien avant les Européens. C'est ainsi qu'ils inventèrent le calendrier solaire de 365 jours et consignèrent leurs observations dans ce qu'on appelle aujourd'hui le "Codex Maya" ou Codex de Dresde[7]. C'est le codex le plus complet des livres maya, le plus ancien et le mieux conservé écrit et peint sur du papier amate (fabriqué à partir de l'écorce de ficus) vers 1200-1250. Ce codex mesure 3.5 m de long et 9 cm de large. Une fois plié, il comprend 39 pages de 20.4 cm de haut rédigées et peintes des deux côtés.

A voir : Le Codex Maya enfin déchiffré, ARTE

A gauche, un extrait du Codex Maya ou Codex de Dresde écrit et peint vers 1200-1250 sur du papier amate. Il s'agit de la préface de la Table de Vénus (premier panneau à gauche), et les trois premières pages de la Table. Ce codex traite de la rotation de la Terre, de Vénus et du Soleil. Il fut acheté en 1739 pour la bibliothèque de la cour de Dresde, à Vienne, en Autriche, et considéré comme un livre mexicain avant d'être identifié comme un manuscrit maya en 1853. A droite, la pyramide de Quetzalcoatl ou temple de Kukulcán de 24 m de hauteur et 91 marches, à Chichèn-Itza, au Yucatán. A l'équinoxe de printemps, le jeu des ombres et des lumières sur les terrasses dessine le corps ondulé d'un serpent dont la tête coïncide avec la statue monumentale située au bas de la pyramide. Voici son aspect en 1862. Documents UCSB et T.Lombry.

Plus tard, la société Maya déclina malgré une certaine renaissance à l'époque Toltèque (950-1500), qui vit l'érection de la pyramide de Chichèn-Itza (la pyramide de Quetzalcoatl ou temple de Kukulcán) de 24 m de hauteur et 91 marches, surnommée El Castillo par les Conquistadors. Grâce à un tunnel étroit qui montre jusqu'au sommet de la pyramide, on découvre un trône en bois rouge en forme de jaguar utilisé par le grand prêtre. Les yeux et les taches sont en jade et les crocs en silex. Il fait face à un chac-mool, sur lequel on déposait des offrandes.

Sur le même site, 400 m au sud-ouest se trouve le célèbre observatoire en colimaçon, El Caracol comme l'ont surnommé les Conquistadors, dont la partie supérieure est ouverte.

On s'est longtemps demandé pourquoi le grand escalier en contre-bas n'est pas dans l'alignement du petit escalier de la plate-forme. Le décalage est de 6° vers le nord. En fait, comme le montre le plan ci-dessous à droite, les architectes Mayas ont aligné le grand escalier dans l'axe de la position céleste la plus au nord de Vénus qui se produit le soir, aux alentours du solstice d'été. En revanche, la diagonale de la plate-forme en forme de rectangle irrégulier du Caracol est dirigée vers le coucher du Soleil lors du solstice d'hiver et du lever du Soleil au solstice d'été. De plus, les fenêtres ouvertes dans les murs de l'observatoire sont alignées pour donner une vue directe vers ces évènements, y compris vers les positions du coucher du Soleil et de la Lune à l'équinoxe de printemps.

A gauche, le Caracol de Chichèn-Itza. Voici une photo aérienne et une photo prise au sol montrant le Caracol, la pyramide de Quetzalcoatl et le temple de Los Guerreros à l'arrière-plan. Au centre, les différents alignements identifiés dans l'édifice. A droite, plan général du site archéologique de Chichèn-Itza. Ce complexe remonte entre le IXe et le Xe siècles. Documents Reddit, S.Milbrath (2015) et adapté de Cancun Care

On a également identifié d'autres alignements. Depuis le centre du Caracol ou en se plaçant près du montant d'une fenêtre ou en s'alignant sur les montants d'une fenêtre à l'autre, on peut viser le lever ou le coucher de quelques étoiles de premières grandeurs comme Castor, Pollux, Canopus, Achernar et Fomalhaut (cf. S.Milbrath, 2015).

La cité-empire de Téotihuacan

Vers la même époque se développa la cité-empire de Téotihuacan au Mexique, à 40 km au nord-est de Mexico, distincte des autres cultures mésoaméricaines. Elle se développa entre environ 300 avant notre ère et déclina à partir du VIe siècle de notre ère après une série de troubles (période de sécheresse, famine, révolte des classes et attaques extérieures).

A son apogée vers 450 de notre ère, la ville s'étendait sur plus de 83 km2 et son influence rayonnait jusqu'au Guatemala actuel situé à 1400 km de distance. La cité abritait jusqu'à 200000 habitants dont une majorité d'étrangers provenant de tout le bassin mexicain et au-delà, y compris de hauts représentants Mayas. Les archéologues considèrent que Téotihuacan fut la première ville cosmopolite.

Vue aérienne de Téotihuacan, au Mexique, en direction du sud-est, avec la pyramide de la Lune à l'avant-plan, à l'extrémité nord de l'allée des Morts, et la pyramide du Soleil en retrait de l'allée des Morts. On distingue au loin le temple de Quetzalcoatl en partie détérioré. Document Max Shen/Getty Images.

Comme toutes les civilisations mésoaméricaines, le peuple de Téotihuacan était polythéiste. Neuf dieux et déesses occupaient une place importante. Le principal dieu était Tlaloc, le dieu de la pluie (ou de l'orage), dont une statue figure devant le Musée National d'Anthropologie à Mexico. Il est appelé Chaac chez les Mayas, Tlaloc chez les Aztèques, Cocijo chez les Zapotèques ou encore Dzahui chez les Mixtèques. Tlaloc représente la fertilité grâce à l'eau qu'il apporte aux champs et rendant les moissons possibles. Tlaloc est proche des autres divinités associées aux nuages, aux éclairs, au tonnerre et au feu.

La deuxième divinité est une femme, ce qui est inhabituel chez les civilisations mésoaméricaines. La déesse araignée était une divinité créatrice et est représentée dans les peintures murales et les sculptures portant généralement un masque à crocs semblables à ceux d'une araignée.

Le troisième dieu mais le plus important dans les mythologies mésoaméricaines est le dieu du Serpent à plumes, Quetzalcoatl, (Xipe Totec), le dieu de la fertilité qui représent le renouveau agricole et les saisons.

D'autres dieux, qui deviendront ultérieurement familiers dans les civilisations mésoaméricaines dont les Aztèques, comprenaient le dieu créateur Huehuetéotl ou Vieux Dieu du Feu, la déesse de l'eau Chalchiuhtlicue, qui est représentée sur diverses stèles et totems dont une statue en pierre de 3 m de haut, le jaguar Tezcatlipoca associé à la nuit, à la guerre, au temps, aux sorciers, et à la mémoire, et la déesse du pulque (qui fait référence à la boisson alcoolisée à base de jus d'agave) qui protège la fertilité sous ses différentes formes, parmi d'autres dieux. De toute évidence, les habitants étaient préoccupés par l'approvisionnement en eau dans une région au climat aride.

On doit aux architectes de Téotihuacan les pyramides et temples monumentaux à degrés : la pyramide du Soleil ou Tonatiuh (66 m de hauteur et 248 marches), la pyramide de la Lune ou Meztl Itzaquatl (43 m de hauteur) et le temple de Quetzalcoatl dédié au Serpent à plumes agencés le long de l'allée des Morts.

Le temple de Quetzalcoatl de Téotihuacan (à ne pas confondre avec la pyramide de Quetzalcoatl à Chichèn-Itza bâtie par les Mayas) est le plus richement décoré de la ville. Ses quatre faces sont décorées de 260 têtes sculptées de serpents à plumes qui font référence au calendrier rituel de 260 jours (et non au calendrier solaire de 360 jours comme le prétendent certains auteurs). Ces serpents gardent le temple, protègent Quetzalcoatl et assurent la résurrection des croyants.

Le plus étonnant dans ces édifices est que les millions de blocs de construction furent sculptés à la main sans outil en métal et portés à des dizaines de mètres de hauteur à la seule force des bras et des jambes par des milliers d'ouvriers.

Un tunnel d'une centaine de mètres de longueur fut construit sous le temple de Quetzalcoatl et comblé par plus de 1000 tonnes de terre quelques siècles plus tard. Il conduit à trois chambres sacrées situées juste sous le centre du temple. Les salles étaient à moitié inondées, des reliefs étaient dispersés sur le sol pour rappeler  les reliefs de la terre, et le plafond était couvert de pyrite pour donner l'impression qu'il s'agissait du ciel étoilé. Ces salles furent construites pour rappeler au Serpent à plumes le monde originel, la mer des origines avant l'édification du temple et l'émergence de la terre hors de l'eau.

L'allée des Morts qui s'étend sur 5 km est décalée de 15.5° vers l'ouest par rapport au nord géographique (cf. J.Šprajc, 2000). De plus l'ordonnance de la ville autour de l'allée des Morts ne respecte pas le standard urbanistique précolombien. Une théorie suggère que les pyramides et les temples sont alignés avec la position du Soleil au solstice d'été, le 21 juin, et sur les Pléiades, suggérant que les dates du calendrier étaient importantes dans les rituels. La présence de nombreuses offrandes enterrées et de victimes humaines sacrifiées illustrent leur croyance dans la nécessité de plaire aux divers dieux, spécialement ceux associés au climat et à la fertilité et en particulier à Quetzalcoatl, un crotale (serpent à sonnette) dont le venin est mortel.

A voir : Teotihuacán - Les trésors de la cité des cieux

A gauche, la pyramide du Soleil à Téotihuacan. A droite, quelques unes des 360 têtes sculptées sur le temple de Quetzalcoatl dont les décorations étaient peintes. Documents Max Shen/Getty Images et Kayla Macklin/Pixels.

Le peuple de Téotihuacan croyait à l'Axis Mundi (beaucoup d'anciennes civilisations ont un mythe quasi religieux évoquant l'axe du monde qui relie le ciel à la terre ou considèrent que leur cité est au centre du monde). Selon la mythologie de Téotihuacan, le temple de Quetzalcoatl assurait la communication entre le monde souterrain où résidait le Serpent à plumes , les hommes vivant en surface et le monde supérieur. Les offrandes à Quetzalcoatl, qu'elles soient faites de nourriture, de coquillages ou de prisonniers sacrifiés, devaient calmer la colère du dieu et faire tomber la pluie, essentielle dans cette région.

Mais changement climatique oblige, Quetzalcoatl finit par ne plus être satisfait et exigea toujours plus de sacrifices humains, y compris des habitants de la cité, jusqu'au jour où le peuple de Téotihuacan se révolta et brisa les sculptures des dieux dont on voit encore les traces aujourd'hui. C'est vers 650 de notre ère que la cité déclina, son rayonnement culturel s'éteignant vers 950 de notre ère.

Malgré le déclin du peuple de Téotihuacan, la croyance au dieu du Serpent à plumes s'est répandue dans les autres cultures mésoaméricaines (Mayas, Toltèques, Aztèques, Mixtèques, etc) et était encore vivace au XVIe siècle jusqu'à ce que les Conquistadors d'Hernán Cortés exterminent les Amérindiens. Toutefois, plus de 500 ans après la chute de leur empire et malgré tout le travail d'évangélisation réalisé par les chrétiens espagnols, les Mexicains ont réussi à préserver leurs cultures Aztèque et Maya ancestrales et célèbrent toujours Quetzalcoatl lors de cérémonies religieuses ainsi que la fête des Morts (El dia de los muertos).

Les Aztèques

Les Aztèques (Mexicas) ont fondé la ville de Mexico. Entre 1200 et 1521, leur territoire s'étendit sur environ 700 km allant du Golfe du Mexique à l'océan Pacifique, liant plusieurs tribus au sein d'une Triple Alliance.

A l'époque des Conquistadors, malgré une culture basée sur la mythologie et des rites animistes, les Aztèques avaient développé une maîtrise étonnamment rationnelle du calendrier comme en témoigne la "Pierre du Soleil" présentée ci-dessous. Ils connaissaient les points cardinaux, le cycle solaire et le cycle vénusien. Ils connaissaient également parfaitement les équinoxes, comme en témoigne l'orientation de tous les anciens bâtiments de la ville : ceux qui n'étaient pas dans l'alignement du Soleil levant étaient détruits et rebâtis.

A voir : La Pierre du Soleil : Cosmogonie aztèque, C.Jaccard

Piedra del Sol o Calendario Azteca, INAH

Cidade do México (photos du Musée National d'Anthropologie)

La "Pierre du Soleil" surnommée le "calendrier aztèque" qui rassemble l'essentiel de la cosmogonie aztèque. Le disque monumental fut sculpté dans un bloc monolithique de lave basaltique d'olivine. Il pèse 24.59 tonnes, mesure 3.58 m de diamètre et 98 cm d'épaisseur (1.22 m avec le bloc). Il fut sculpté sous le règne d'Axayacatl pour commémorer la fête du feu nouveau en 1479. Il est exposé au Musée National d'Anthropologie, à Mexico. Il faut l'imaginer couvert de couleurs vives comme sur la reproduction présentée à droite sur amate (le même papier d'écorce que celui utilisé pour rédiger les codex).

Les Aztèques étaient polythéistes. Selon leur mythologie, le monde fut créé au cours de cinq étapes successives. Les quatre premiers mondes furent chacun créés par un "Soleil" qui finit par détruire sa création mais d'où réchappèrent quelques humains. Mais lors de la création des mondes suivants, les humains finirent soit métamorphosés en animaux soit dévorés par des animaux. Finalement, Quetzalcoatl et Xólotl créèrent le cinquième monde. Mais la déesse de l'eau Chalchiuhtlicue (qu'on retrouve à Téotihuacan) provoqua un déluge qui extermina l'humanité. Seuls Cocox et son épouse Xochiquetza survécurent après s'être réfugiés dans le creux d'un cyprès qui flotta sur les eaux et s'échoua finalement sur une montagne à Culhuacan. Ils repeuplèrent la terre telle que la connurent les Aztèques mais leurs enfants étaient muets. Le Grand Esprit eut pitié d'eux et leur envoya une colombe qui apprit aux enfants à parler. Quinze d'entre eux y parvinrent; ce sont les ancêtres des Aztèques et des Toltèques. Il existe d'autres versions de ce mythe dont celui de Nata et Nena qui évoque aussi la survie d'un couple après le déluge aztèque.

Si on ne peut pas éviter de rapprocher ce mythe du Déluge biblique, il n'y a pas de comparaison réelle, d'autant que les époques et les lieux sont très différents. Si les Juifs et les Aztèques se considèrent comme le "Peuple élu" - mais ce ne sont pas les seuls à se croire uniques ou supérieurs aux autres - , le Déluge est basé sur l'opposition du bien et du mal, l'humanité face à son Créateur, alors que le mythe aztèque développe un récit polythéiste autour de la dualité universelle de la vie et de la mort.

A voir : Mythologie des Aztèques - Les dieux et la création du monde

En Amérique du Sud

Les Incas

À plusieurs milliers de kilomètres plus au sud, sur la côte sud du Pérou, une autre grande culture précolombienne se développa entre 200 et 600 de notre ère, les Incas. Centrés sur la ville de Cuzco, les "Fils du Soleil" furent des ingénieurs et d'habiles bâtisseurs capables d'ériger des murs sans utiliser de mortier. Ils bâtirent également la cité andine de Machu Picchu qui, aujourd'hui encore, étonne les ingénieurs par son niveau très élevé d'ingéniosité, notamment pour ajuster les murs en pierre et alimenter le site en eau. Selon les dernières études, la cité andine fut occupée de 1420 à 1530 (cf. R.L. Burger et al., 2021).

A gauche, panorama de la cité Inca de Machu Pichu construite à 2430 m d'altitude dans les Andes péruviennes. Voici son aspect lors de sa découverte en 1912. A droite, la célèbre "piste de Nazca" longue de plusieurs kilomètres qui serait un tracé cérémonial en relation avec le culte de l'eau. Documents Wbirt1 et D.R.

Les Nazcas

Plus étonnant, entre 200 avant notre ère et 600 de notre ère, les Amérindiens tracèrent un système de lignes très mystérieuses à Nazca située à 472 km au sud de Lima, radiant à partir du Temple du Soleil dans la cité de Cuzco. Certains tracés sont à l'effigie d'animaux (singe, araignée, colibri, etc), d'autres comme on le voit ci-dessus à droite, ressemblent à des axes de référence dont certains semblent s'en aller dans toutes les directions. Comme Machu Pichu, tous les géoglyphes du site de Nazca furent classés au patrimonial mondial de l'humanité par l'UNESCO.

Quelle était la fonction de ces géoglyphes ? Jusqu'en 2015, les archéologues retenaient l'hypothèse du calendrier astronomique ou celle des messages symboliques à l'intention des dieux proposée par Paul Kosock et Maria Reiche ou encore celle de références par rapport au réseau hydrique. Mais l'archéologue péruvien Markus Reindel découvrit de nouveaux indices très intéressants (des coquilles de spondyles et des tables d'offrandes notamment) laissant supposer qu'il s'agirait de tracés en relation avec le culte de l'eau, à une époque où la sécheresse sévissait dans la région. On reviendra en détails sur le sujet à propos des énigmes archéologiques dans le cadre de la sociologie du phénomène OVNI où nous ferons le tri entre les faits scientifiques et les rumeurs.

Prochain chapitre

Le Moyen-Âge

Page 1 - 2 - 3 - 4 - 5 -


[5] Y.Nazé, "L'astronomie des Anciens", Belin - Pour la Science, 2009 - C.Cullen, “Astronomy and Mathematics in Ancient China”, Cambridge University Press, 1996 - J.Needham, “Science and civilisation in China (12 vol.) - Volume 3: mathematics and the Sciences of the Heavens and the Earth”, Cambridge University Press, 1956.

[6] Les pâtes n'ont pas été inventées ni importées de Chine ! C'est une rumeur colportée par les fabricants de pâtes américains dans une publicité publiée dans le "Macaroni Journal", l'organe de communication de la National Macaroni Manufacturers Association en 1929 qui montrait un membre de l'équipage de Marco Polo appelé "Macaroni" rencontrant des femmes en train de fabriquer des fils de pâtes. L'acteur Gary Cooper qui incarna Marco Polo dans le film "The Aventures of Marco Polo" en 1938, reprit la légende. En réalité ce sont des commerçants Arabes qui apportèrent pour la première fois des pâtes en Sicile au IXe siècle, produit qui sera vendu dans toute la péninsule et ensuite décliné par les Italiens dans différentes recettes. Mais les Romains connaissaient déjà les pâtes farcies il y a 2000 ans (cf. le traité culinaire "De re coquinaria" attribué à Apicus). Mais c'est vers le VIe-VIIe siècle que les Italiens commencent véritablement à cuire les pâtes dans l'eau et au XVIe siècle qu'on retrouve la première recette dans le livre de cuisine "Liver de Coquina" de ce qui ressemble véritablement à nos lasagnes.

[7] Y.Nazé, "L'astronomie des Anciens", op.cit. L'auteur consacre pas moins de 17 pages au Codex Maya.


Back to:

HOME

Copyright & FAQ