Contacter l'auteur / Contact the author

Recherche dans ce site / Search in this site

 

La classification des structures solaires

Les protubérances éruptives (IV)

Comme leur nom le suggère ces protubérances apparaissent soudainement dans de grands mouvements et ont une durée de vie très courte. Elles affichent des changements d'aspect importants. En fin d'évolution certaines protubérances éruptives deviennent quiescentes ou se transforment en éruption explosive. Ces dernières sont les plus violentes et les plus courtes.

Cette catégorie est subdivisée en 5 groupes :

Les capitales (cap):

Ces protubérances apparaissent au-dessus des régions actives et stagnent dans les couches les plus basses. Elles éjectent des pointes, des flammèches sur les côtés et peuvent subsister de quelques heures à quelques jours.

Les pointes (surge):

Il s'agit d'une éjection en forme de pointe surgissant en ligne droite ou sous forme de colonne incurvée. Elles peuvent atteindre 100000 km d'altitude et se déplacer entre 50 et 200 km/s A l'image d'un bec de gaz l'éruption peut se rétracter en suivant la même trajectoire et se répéter plusieurs fois

Les sprays :

Il s'agit de phénomènes explosifs éjectant du gaz à près de 2000 km/s. Ce phénomène est tellement violent que la matière est pulvérisée sous forme de petits fragments

Les boucles (loop) :

Les protubérances peuvent épouser les lignes du champ magnétique solaire et former des boucles qui s'évanouissent en l'espace de quelques heures. On les dénomme également les protubérances en ruban et elles peuvent atteindre une altitude de 100000 km au-dessus de la surface solaire.

Les pluies coronales:

Il s'agit de protubérances en forme de boucles desquelles retombent des sortes de goutte sur la surface solaire

A voir : Un peu de pluie sur le Soleil

Enregistrement de l'Observatoire SDO de la NASA

Deux protubérances en forme d'arche évoluant en pluies coronales. Documents AURA/NOAO/NSF/KPNO et Daystar corp (Filtre ATM 0.8Å).

La classification des protubérances reposait voici encore 30 ans sur des paramètre physiques qui n'étaient pas toujours facile à rassembler. En 1969 Volker définit un nouveau système d'estimation fondé sur l'aspect des protubérances. Sa méthode est beaucoup plus commode et plus rapide à utiliser. Le classement de Volker est divisé en 3 groupes, chacun d'eux étant subdivisé en 4 classes:

Les Groupes

S:

Protubérance en forme de barre

B:

Protubérance en forme d'arche

F:

Protubérance en forme d'aire

Protubérance en forme de barre : groupe S, classes A, B, C, D

Protubérance en forme d'arche : groupe B, classes A, B, C, D

Protubérance en forme d'aire : groupe F, classes A, B, C, D

Documents extraits de "Solar Astronomy Handbook", Beck et al., Willmann-Bell, 1995

Les classes dans les groupes de protubérances

A:

Petite

B:

Grande

C:

Inhabituellement étendue

D:

Détachée

Les protubérances vues par SOHO

Eruption du 14 Septembre 1999
Eruption du 14 Septembre 1997

Image composite de quelques protubérances exceptionnelles de classe BC capturées par SOHO en UV à 304Å entre 1997 et 1999. Noter la taille de la Terre en haut à droite. La plupart de ces protubérances dépassaient 100000 km. Cliquer sur les différents quadrants pour agrandir les images en plein écran. Documents SOHO

La classification de Volker n'est plus beaucoup utilisée. Elle est remplacée par le classement de Zirin qui différencie les protubérances selon leur type d'activité :

Classe 1 : protubérance ou filament persistant et statique

A:

QRF (Quiet Region Filaments, filaments de région calme), protubérance quiescente en forme de haie, de rideau, d'arc, d'éventail, etc

B:

Protubérance ascendante ou éruption de la forme Disparition Brusque.

On trouve dans cette catégorie un phénomène appelé DSF (Disappearing Sun Filament, filament solaire disparaissant). Les explosions qui en résultent se produisent d'ordinaire loin des régions actives et sont appelées des éruptions de Hyder. S'il s'agit d'une éruption soudaine de la chromosphère on parle de "Disparition Brusque" et de CME s'il y a éjection de matière coronale.

C:

ARF (Active Region Filaments, filaments de région active), protubérance située près ou à l'intérieur d'une région active. Elle apparaît sous forme de filament sombre et se développe le long de la ligne de neutralité magnétique.

Classe 2 : protubérance ou filament en mouvements et de courte durée de vie

A:

Eruption (flare) brillante sur le limbe 

B:

Ejection en forme de pointe (surge) éjectant soudainement du gaz de la surface

C:

Ejection sans forme (spray), peut se former après une violente explosion (pre-flare)

D:

Protubérance ou filament en boucle et pluies coronales (suit souvent une éruption)

Prochain chapitre

La classification des éruptions chromosphériques

Page 1 - 2 - 3 - 4 - 5 -


Back to:

HOME

Copyright & FAQ